Vous êtes ici : Région Poitou-Charentes > Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes   > Le canton de Celles-sur-Belle > Dossiers et illustrations
L'inventaire du patrimoine 

culturel de la Région Poitou-Charentes

Le canton de Celles-sur-Belle:
les 1 620 éléments du patrimoine étudiés


Dossiers et illustrations : dossier documentaire

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Thorigné
Présentation de la commune

photographie du dossier documentaire, voir légende
Ecoulois, vue prise vers l'est, près de la parcelle 1961 E1 124. © Région Poitou-Charentes / A. Liège, 2004.
Dossier documentaire réalisé à partir de l’enquête d’inventaire de 2004.

Historique

En 1976, à Trompe-Grenier a été photographié une ferme protohistorique, qui pourrait dater de la Tène III, et comprenant un ensemble de grands enclos avec entrées et fossés de séparation. Au même endroit, se trouve également un petit enclos carré, qui pourrait être un fanum celtique. L'époque romaine est marquée par l'existence supposée d'une voie qui suivrait la route départementale n°304 et le chemin de Thorigné à Conzais et, par de nombreuses tuiles et céramiques découvertes en divers points de la localité. La plus ancienne mention connue de la commune date de 948, quand Guillaume Tête d'Etoupe, comte de Poitou, concédait pour deux générations à la famille d'un certain Bernufle, plusieurs biens dont quatre pièces de terre relevant de la cour de Thorigné. En 995, Thorigné est mentionné sous le nom de Villa Torniacus ; entre 1040 et 1044, la commune est nommée Toriniacus ; elle devient Torgniacus seu Torniacus en 1300 et enfin Torigné en 1782. La localité dépendait de l'archiprêtré d'Exoudun, de la baronnie de Melle, de la sénéchaussée de Poitiers et de l'élection de Saint-Maixent. L'église, placée sous le double vocable de Sainte-Julitte et de Saint-Cyr, a été bâtie avant la fin du XIIIe siècle. La cure était à la nomination du chapitre de la cathédrale de Poitiers. Le testament de Marie Goyzonne, épouse de feu Guillaume Janvre, du 31 juillet 1365, nous apprend qu'une chapelle, sous le vocable de saint Jacques, a été fondée dans l'église. Il y avait dans le bourg une autre chapelle du même nom. Vendue comme bien national le 24 février 1798, l'église fut détruite en 1804 et la paroisse rattachée à Mougon. Une lettre de rémission d'octobre 1485 mentionne François Perier, tavernier à Thorigné, ce qui permet de penser qu'il y avait une auberge à cette époque. Un état des lieux d'une auberge appelée le Lion d'Or a eu lieu en mars 1654. A cette date, elle appartenait à Judith Gaultier, épouse de Guillaume Nau. Cette auberge est peut-être la même que celle vendue par adjudication le 2 décembre 1821, par Louise Magneron, fille majeure, propriétaire, demeurant au Clouzeau, commune de Prailles. Il s'agissait d'un ensemble de bâtiments appelé l'auberge, avec une grange, une écurie, un colombier et un portail d'entrée du côté du chemin de Thorigné à Mougon. Une auberge à l'enseigne de l'Ecu de France fait l'objet d'un état des lieux en 1719. Au 17e siècle, plusieurs assemblées protestantes se tinrent sur le territoire de Thorigné. En octobre 1681, une compagnie de Dragons de M. de Morfontaine, arriva sur la commune. Malgré les persécutions qu'ils exercèrent sur les habitants, il y aurait eu très peu de conversions. La traversée du bourg, sur le grand chemin de La Rochelle, donnait lieu au paiement d'un denier par bête. Au 17e siècle, la seigneurie de Thorigné appartenait à la maréchale de Navailles, ses possessions dans la localité, lui assuraient un revenu annuel d'environ 1000 livres. En 1698, il y avait à Thorigné, 147 feux, 4 familles nobles et 2 familles bourgeoises. On y trouvait également un notaire royal, un chirurgien barbier, un greffier chargé de la perception des redevances, trois cabaretiers, un meunier, 26 laboureurs, 39 artisans, 48 journaliers et 29 valets et servantes. Un marché hebdomadaire se tenait dans le bourg, et une foire avait lieu tous les ans le lundi de la Passion. En 1750 il y avait sur la commune 145 feux. En 1804, deux moulins à vent et deux à eau, à Bonneau et à Brochain, fonctionnaient. A la même époque, Thorigné connaissait un actif commerce de grains, de mules et de boeufs de boucherie. La construction, aux Vieilles-Vignes, de la mairie et de l'école de garçons, qui lui est accolée, commence en 1855, l'architecte était Félix Delomone. Une nouvelle école mixte est construite à partir de 1880, par l'architecte Auguste Bergeron. En 1861 a été fondé par M. Moreau, le haras de Brochain qui se consacrait à l'élevage de baudets et d'ânesses du Poitou ; l'activité cesse en 1955.

Description

La commune de Thorigné est située au centre du canton de Celles-sur-Belle, soit au nord-ouest et à environ 5 km de Celles ; elle occupe une superficie de 18 km². Au recensement de 1999 la population était de 997 habitants, soit une densité de 55 hab. / km². En 1821, la commune comptait 900 habitants répartis sur 1830 hectares ; ils étaient 1049 en 1851, 750 en 1931, 681 en 1962, 642 en 1975 et 914 en 1990. Thorigné compte 22 écarts, les plus importants sont Ecoulois, Le Bouchet, Conzais et les Touches. En 1962, il y avait à Ecoulois 72 habitants et 23 logements ; au Bouchet, il y avait 53 habitants et 17 logements ; à Conzais, il y avait 35 habitants et 14 logements et aux Touches, il y avait 41 habitants et 15 logements. En 1975, Ecoulois comptait 62 habitants et 23 logements ; Le Bouchet, 49 habitants et 18 logements ; Conzais, 35 habitants et 15 logements et Les Touches, 34 habitants et 15 logements. Dans le bourg même de Thorigné, en 1962 ont été recensés 203 habitants et 70 logements et en 1975, 188 habitants et 228 logements. En 1999, il y avait sur la commune 391 logements, dont 370 résidences principales, 9 résidences secondaires et 12 logements vacants. Le recensement agricole de 2000, a dénombré 21 exploitations agricoles, il y en avait 33 en 1988. L a superficie agricole utilisée par les exploitations est de 1351 ha. Il y a 1249 ha de terres labourables et 99 ha de terre toujours en herbe. En l'an 2000, 197 vaches ont été recensées sur la commune. Thorigné est traversée d'est en ouest en son milieu par la route nationale n°148. C'est au nord de cette route qu'est implantée la plus grande partie de l'habitat. Au sud de la route, les habitations sont concentrées à l'est, l'ouest est inoccupé. Il y a très peu de bois sur la commune, on les trouvent essentiellement au nord-est le long du Lambon. D'autres petits bois apparaissent autour du château de la Renaudière et à la Crouzille. Le territoire est arrosé à l'est et au nord par le Lambon, qui marque la frontière avec les communes de Mougon, Aigonnay et Prailles. Le Lambon alimentait autrefois deux moulins, un à Brochain et un à Bonneau, qui aujourd'hui n'existent plus. On trouve sur la commune un grand nombre de puits qui indiquent l'existence de nombreuses sources souterraines. Au nord-est, près de Beausoleil, se trouvent d'anciennes carrières de pierre : les carrières de Saint-Cous.

Documentation

● Archives

Archives départementales des Deux-Sèvres. Sans cote. 16ème-17ème siecles. Minutes notariales dépouillées par le docteur Merle (XVIe-XVIIe siècles).
Archives départementales des Deux-Sèvres. C 45 (liasse). 1692 : 147 feux.
Archives départementales des Deux-Sèvres. E 37. 21 mai 1621 : extrait du dénombrement rendu au roi : mention d'une pièce de bois limitrophe du "chemin Rochelais tendant de Baignault à Thorigné". (Rochelais : chemin). 1er décembre 1725 : Joseph Magnin, receveur général des revenus du marquisat de La Mothe, afferme à Jean Pouhet, chapellier, demeurant au bourg de Pamproux, pour trois années, le droit de péage dépendant du marquisat de La Mothe-Saint-Héray "quy a coutume a lever sur les chevaux, danrée, meubles au pond de Cinq cour entre le bourg de Thorigné et Beausoleil" ; acte reçu par Palate, notaire à Saint-Maixent. (Beausoleil : village/pont "de Cinq cour").
Archives départementales des Deux-Sèvres. E 390. 1610 : échange. Jacques de Villiers, seigneur de Prinçay, de Vandelaigne et de Sanxay, cède les maisons nobles et métairies de la Petite-Grange, sises en la paroisse de Longe-Fougereuse (sic), et de l'Alleu, sise en la paroisse de Thorigné, plus 9.800 livres en écus, à Jean Baudéan, seigneur de Parabère, baron de La Mothe-Saint-Héray. (Laleu : ferme dite métairie/logis : maison noble).
Archives départementales des Deux-Sèvres. Q 54. 27 avril 1791 : procès-verbal d'adjudication définitive de la métairie nommée du couvent, dépendante de la manse conventuelle de la ci-devant abbaye de Celles, avec ses dépendances, dont Jean Marnisseau jouit. Adjudicataire Gourjault de Conzay, 33.154 livres. (ferme dite métairie du couvent).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 752, acte 43. 12 mars 1759 : procès-verbal de visite de cette métairie appartenant à Jean Claude Lauvergnat, chevalier, seigneur d'Armanjou, le Puy, Miauray... (ferme dite métairie du Portault).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 758, acte 51. 6 mai 1768 : procès-verbal de visite de cette métairie appartenant à M. René Paul Delestang, chevalier, seigneur de Furigny, demeurant en son château de Furigny près de Neuville. (ferme dite métairie de la Grande Fontaine).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 788, minutes Deparis. 13 avril 1722 : Vente. Jacques Pinguet, menuisier, et Jeanne Laratte sa femme, demeurant en ce bourg de Thorigné à Joze... Casimir, sieur de la Javellière, fermier général du prieuré de Romans, y demeurant, d'une pièce de terre en Chambault sise au lieu appelé les Ouches près de la petite isle en la paroisse de Saint-Gelais, moyennant 12 livres. (Joze).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 1055. 23 février 1778 : procès-verbal de visite de ce moulin à la requête de Pierre Gilbert, menuisier. (moulin à eau de Bonneau).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 1443. 10 juillet 1801 (21 messidor an IX) : procès-verbal de visite à la requête de Charles Louis Gourjault, propriétaire, demeurant ordinairement à Paris, rue Michaudière, n° 829. (Conzais : maison).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 1446. 18 novembre 1735 : procès-verbal de visite de cette borderie appartenant à Françoise Bonneau, veuve de messire Pierre de Bonnetie ; locataires Louis Bernegoue, charpentier, et sa femme. (Bourg : ferme dite borderie).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 1447. 22 avril 1741 : vérification de visite. (ferme dite métairie du Vallet). 17 avril 1743 : procès-verbal de visite de cette métairie appartenant à M. Rouget, intendant général de police de Niort. (ferme dite métairie du Paradis).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 1453. 30 mars 1765 : procès-verbal de visite de cette métairie appartenant à François Nicolas, laboureur. (Ecoulois : ferme dite métairie). 28 mai 1765 : procès-verbal de visite de cette borderie appartenant à Samuel Marché, laboureur. (Guigneraie (la) : ferme dite borderie).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 1454. 30 mars 1768 : procès-verbal de visite de cette métairie appartenant à la dame Thérèse Janvre épouse Gigon et demoiselle Janvre comme héritières de feu Daniel Janvre de Guinchamps. (Jadre : ferme dite métairie).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 1457. 7 juillet 1773 : bail à ferme, demoiselles Magdeleine et Henriette Bruneau, filles majeures, en leurs noms et comme fondé de pouvoir de Jean Jacques Bruneau, maître apothicaire, demeurant à La Rochelle, rue Saint-Jon, tant en son nom que comme curateur de Jacques Proa, son neveu, à Etienne Lebrault, charpentier, et Pierre Mousset, laboureur, et leurs femmes, des bâtiments qu'occupent lesdites demoiselles Bruneau. (Village : maison). 7 avril 1774 : procès-verbal de visite. (Village : maison). 10 juin 1774 : procès-verbal de visite de cette borderie appartenant à Pierre Magneron, demeurant au Clouzeau, paroisse de Prailles, fermiers Jean Marché laboureur et sa femme. (Guigneraie (la) : ferme dite borderie).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 1459. 7 avril 1777 : procès-verbal de visite de cette borderie appartenant à Jean Bruneau, maître apothicaire, et Madeleine et Henriette Bruneau, filles majeures, demeurant à Niort. (Villiers : ferme dite borderie).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 1637. 26 mars 1720 : procès-verbal de visite à la requête de Michel Thebault et Pierre Favriou, demeurant en la métairie de Bessé, paroisse de Thorigné, ledit Thebault et ledit Favriou demeurant à la métairie de Verrines, paroisse dudit Thorigné, par moitié indivis entre eux audit favriou à cause de ses enfants et de défunte Marie de Saint-Martin, sa première femme, métairie affermée à Pierre Mussat, charpentier, et Marie Thebault, sa femme. (Bessé/Verrines : fermes dite métairies).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 3779. 7 mars 1724 : Transaction entre Urbin Hector de Villedon, père de Gabriel de Villedon, veuf de Marie Anne David, demeurant au bourg de Thorigné, et dame Perside David, épouse de Charles de Langrault, demeurant au logis de la Groix (la Grois-Parthenay, Aigonnay), d'une part, et Philippe Louis Chalmot, écuyer, sieur de Saint-Ruhe, agissant tant pour lui que pour ses frères et soeurs, demeurant au logis noble du Breuil d'Aigonnay.
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 4087. 11 octobre 1689 : procès-verbal de visite de la moitié du logis et métairie à la requête de Henri Garnier, adjudicataire du bail des domaines appartenant à dame Marie Du Vergier, veuve du seigneur de La Mothe Trezues. (Crouzille (la) : ferme dite métairie noble/logis).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 6265. 22 mai 1792 : procès-verbal de visite de la métairie de Thorigny, ses appartenances et dépendances et son couvent. (ferme dite métairie/couvent).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 8914, minute 45. 26 mars 1654 : procès-verbal de visite de cette auberge appartenant à Guillaume Nau à cause de Judith Gaultier sa femme. (auberge dite Logis du Lion d'Or).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 8944. 12 avril 1777 : procès-verbal de visite à la requête de dame Anne Senné, veuve de René Louis Nourry. (Touche-Vieille (la) : ferme dite métairie).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 10188, fol. 47. 16 mai 1681 : procès-verbal de visite de la moitié de cette métairie appartenant à Charles de Marconnay, chevalier, seigneur de Pouzac. (Crouzille (la) : ferme dite métairie noble).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 10190. 21 mars 1686 : procès-verbal de visite de cette métairie dépendant du chapitre du couvent de l'abbaye de Celles. (ferme dite métairie du couvent).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 10192. 10 avril 1691 : procès-verbal de visite de cette métairie appartenant à Charles Gourjault, chevalier, seigneur de la Berlière. (Conzais : ferme dite métairie).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 10195. 30 septembre 1702 : procès-verbal de visite de cette borderie appartenant à Françoise et Barbe Lauvergnat, soeurs. (Conzais : ferme dite borderie).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 10287. 6 avril 1683 : procès-verbal de visite à la requête de Jean Narquet, receveur de monseigneur le maréchal de Navailles, demeurant au château de Gascougnolle. (logis dit maison noble de la Mothe de Thorigné). 9 décembre 1688 : procès-verbal de visite de cette maison appartenant à dame Judith Gaultier, veuve de Guillaume Nau, vivant sieur de la Brissonnerie. (maison).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 10287, fol. 37. 3 mai 1686 : Procès-verbal de visite de cette métairie appartenant à Josué David, écuyer, sieur de Boisron. (Brochain : ferme dite métairie).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 10287, fol. 38 (minute et acte). 13 avril 1684 : procès-verbal de visite de cette métairie appartenant à messire François Pothier curé de Marigné. (Junière (la) : ferme dite métairie).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 10287, fol. 72. 27 août 1684 : procès-verbal de visite de cette métairie appartenant à Jean (Gogin ?), écuyer, sieur de (?). (Junière (la) : ferme dite métairie).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 10293. 2 avril 1722 : procès-verbal de visite à la requête de dame Jeanne de La Barre, veuve de messire Philippe Chalmot, chevalier, seigneur du Breuil d'Argenton (à la suite du procès-verbal du logis de la Boulaye). (Beausoleil : ferme dite métairie/logis). 13 octobre 1722 : procès-verbal de visite à la requête de dame Jeanne de La Barre, veuve de messire Philippe Chalmot. (Brochain : ferme dite métairie). 12 mai 1731 : idem, à la requête d'henri Chalmot, chevalier, seigneur de Villesay, demeurant à Niort. (Beausoleil : ferme dite métairie/logis). 12 octobre 1734 : idem. (Beausoleil : ferme dite métairie/logis).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 10294. 21 avril 1726 : procès-verbal de visite à la requête de Philippe Louis Chalmot, chevalier, seigneur de Saint-Ruhe, Le Breuil-d'Argenton. (Brochain : moulin). 16 mai 1727 : procès-verbal de visite de cette métairie appartenant à Louis Marot, sieur du Petit-Moulin, y demeurant, paroisse de Bougon. (ferme dite métairie de la Barbinière). 18 avril 1735 : idem (appartient à Charles Marot, demeurant à Niort, et à Françoise Marot, sa soeur). (ferme dite métairie de la Barbinière). 25 avril 1740 : idem, à la requête de Charles Priolleau des Herpans, mari de Françoise Marot, demeurant à Vouillé. (ferme dite métairie de la Barbinière).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 10296. 20 avril 1731 : procès-verbal de visite à la requête de Philippe Louis Chalmot, chevalier, seigneur de Saint-Ruhe, Le Breuil-d'Argenton. (Brochain : moulin).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 10297. 4 avril 1732 : procès-verbal de visite à la requête de Louise Filleau, veuve de François Chabot. (Touche-Vieille (la) : ferme dite métairie). 8 juillet 1732 : procès-verbal de visite à la requête de demoiselle Maixande de Vieillechaize demeurant à Saint-Maixent, pour elle et ses copartageants. (Lalleu : ferme dite métairie noble de Laloeuf). 9 juillet 1732 : procès-verbal de visite à la requête des héritiers de feu Thomas Marché. (Touches (les) : moulin).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 10301. 3 avril 1736 : procès-verbal de visite de cette métairie appartenant à dame Elisabeth Arnault, veuve de Jacques Grugnet, vivant notaire et greffier de la baronnie de Gascougnolle. (ferme dite métairie de Verruie).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 10311. 10 mai 1746 : procès-verbal de visite à la requête de messire Jacques Auguste Chalmot, chevalier, seigneur de Bignon, demeurant en la ville de Niort, paroisse Saint-André. (Brochain : ferme dite métairie).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 10319. 4 novembre 1754 : procès-verbal de visite à la requête de Louis Suyrot. (Conzais : ferme dite borderie).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 10337. 6 juillet 1820 : procès-verbal de visite à la requête de dame Madeleine Marie Louise Françoise de Liniers, veuve de Joseph de Liniers, demeurant à Niort. (ferme dite métairie du couvent).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 10340. 8 octobre 1810 : procès-verbal de visite à la requête de Pierre Pairaut, propriétaire et percepteur des contributions à Mougon et y demeurant. (Bouchet (le) /Conzay : Ferme dite borderie du Bouchet, au village de Conzay).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 10345. 11 avril 1815 : procès-verbal de visite [succinct] à la requête de Louis Jean Marie Elie Aymé, propriétaire et maire de Melle. (Conzais : ferme dite métairie).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 10381, fol. 116. 15 octobre 1712 : procès-verbal de visite à la requête de François Collon, marchand (seules mentions du terme "maison", du plancher tout neuf et de l'écurie à boeufs). (Bouchet (le) /Conzay : ferme dite borderie du Bouchet, au village de Conzay). 8 mai 1717 : idem. (Bouchet (le) /Conzay : ferme dite borderie du Bouchet, au village de Conzay).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 10381, fol. 74. 6 octobre 1711 : procès-verbal de visite pour satisfaire à la clause du contrat de cession, rétrocession et transport fait par Jacques Geoffrion et Jean Benoist à Thomas Marché, maître maréchal, visite faite par Antoine Texier et Jean Bonnet, maçons du Dorat, pays de la Basse-Marche, et Abraham Berlouin, charpentier moulangier, demeurant aux Touches, paroisse de Thorigné. (Touches (les) : moulin).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 10381, fol. 75 et 76. 19 mai 1712 : procès-verbal de visite à la requête de Daniel Renaudeau, maréchal, qui l'a acquise de Simon Binot, visite faite par Charles Ballier, maître charpentier, demeurant à Conzay, Jacques Dinot, menuisier, demeurant à la Carte, paroisse de Vitré, et Joseph Parpay, maître maçon du Dorat. (Conzais : ferme dite borderie). 20 mai 1712 : marché entre Daniel Renaudot et Charles Ballier pour refaire la charpente. (Conzais : ferme dite borderie).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 10383, fol. 127 et suiv. 12 novembre 1715 : procès-verbal de visite à la requête de dame Susanne Louveau, veuve de messire Gabriel Suirot, écuyer, seigneur du Breuil, usufruitière (héritier Pierre Suirot écuyer, sieur d'Angle, son frère). Visite faite par Jean Joyaux couvreur et Léonard Dupuy maître maçon. (Conzais : ferme dite borderie).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 10385, fol. 44. 26 mars 1720 : procès-verbal de visite de cette métairie appartenant à messire Pierre Jardel, conseiller du roi, docteur en droit de l'université de Poitiers. (ferme dite métairie). 21 juin 1729 : idem, à la requête de dame Eleonore Chaigneau, veuve de messire Pierre Jardel. (ferme dite métairie).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 10391, fol. 24. 20 septembre 1731 : procès-verbal de visite de cette maison arrentée par messire Davis Salleneuve, maître perruquier à Niort, à Jean Lebrault et sa femme. (Conzais : maison).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 10393, fol. 33. 17 novembre1743 : procès-verbal de visite à la requête du fondé de procuration de messire Pierre Jacques Suirot, chevalier, seigneur de Barroue, curateur du fils mineur de feu messire Louis Suirot. (Conzais : maison).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 10402. 29 septembre 1757 : procès-verbal de visite de cette borderie appartenant à François Collon, laboureur, demeurant au bourg de Mougon. (Bouchet (le) /Conzay : ferme dite borderie du Bouchet, au village de Conzay). 24 mars 1775 : recollement d'état des lieux, apparrtient à Claude Collon, laboureur. (Bouchet (le) /Conzay : ferme dite borderie du Bouchet, au village de Conzay).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 10405. 27 juin 1760 : procès-verbal de visite. (Touches (les) : moulin).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 10406. 2 avril 1761 : procès-verbal de visite de cette métairie appartenant à Pierre Charles Gourjault, seigneur de la Berlière et autres places, demeurant en son logis de Conzay. (Conzais : ferme dite métairie noble de la Porte de Conzay).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 10407. 11 octobre 1762 : procès-verbal de visite de cette métairie appartenant au sieur Cochon de Lapparent. (Junière (la) : ferme dite petite métairie).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 10415. 23 mars 1771 : procès-verbal de visite de cette métairie appartenant à Pierre Charles Gourjault, seigneur de la Berlière et autres places, demeurant en son logis de Conzay. (Conzais : ferme dite métairie noble de la Porte de Conzay). 19 avril 1771 : procès-verbal de visite à la requête du fondé de pouvoir de François Chabot, bourgeois, demeurant à Ruffec. (Touche-Vieille (la) : ferme dite métairie).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 10416. 6 octobre 1772 : procès-verbal de visite de cette métairie appartenant à messire Pierre Charles Gourjault, chevalier, seigneur de la Berlière, Conzay..., demeurant en son logis de Conzay, ci-devant appartenant à messire de Suirot. (Conzais : ferme dite petite métairie).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 10418. 11 avril 1774 : procès-verbal de visite de cette métairie appartenant à Charles Pairault, laboureur, demeurant à Jussay, paroisse d'Aigonnay. (Ecoulois : ferme dite métairie). 21 avril 1774 : procès-verbal de visite à la requête de messire Alexandre Gourjault, chevalier, seigneur d'Angle, la Niortière, la Villebeurre, Bessé... demeurant dans son logis de la Niortière, paroisse de Saint-Martin d'Injambes. (Bessé : ferme dite métairie).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 10419. 4 avril 1775 : procès-verbal de visite à la requête de Jean Durivault l'aîné, laboureur, Jean Durivault le jeune, laboureur, et Jean Bureau, laboureur. (Bouchet (le) /Conzay : ferme dite borderie du Bouchet, au village de Conzay).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 10424. 4 juillet 1780 : procès-verbal de visite à la requête de Jean Baptiste Martin de Montreuil, négociant, demeurant à Niort paroisse de Saint-André. (Crouzille (la) : ferme dite métairie noble).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 10429. 2 avril 1785 : procès-verbal de visite à la requête de dame Marie Elizabeth Dauzy, veuve de messire Pierre Charles Gourjault, chevalier, seigneur de la Berlière, Conzay et autres lieux. (Conzais : ferme dite métairie noble de la Porte de Conzay).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 10431. 2 janvier 1787 : procès-verbal de visite à la requête de Jean Baptiste Martin de Montreuil, négociant, demeurant à Niort paroisse de Saint-André. (Crouzille (la) : ferme dite métairie noble). 30 mai 1787 : procès-verbal de visite à la requête de Pierre Thebault, laboureur, tant pour lui que pour ses copropriétaires. (Moulin à eau de Bonneau).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 10439. 22 juin 1804 (3 messidor an XII) : procès-verbal de visite à la requête de Marie-Jeanne Frapin, veuve d'Etienne Thauvry, propriétaire, demeurant à Niort. (maison).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 10445. 13-15 septembre 1810 : procès verbal de visite à la requête de Jean-Baptiste Martin-Montreuil, propriétaire, demeurant à la Charrière, commune du Petit-Prissé. (Crouzille (la) : ferme dite métairie noble).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 10448. 13 novembre 1816 : procès-verbal de visite à la requête de M. Corderoy Dutiers, tuteur des deux enfants mineurs de feus Charles Decenne et de la dame Dutiers, décédés à Niort. (la Junière : ferme dite métairie du Ballet).
Archives départementales des Deux-Sèvres. 3 E 13183, minute Eprinchard. 2 octobre 1886 : bail à ferme, M. Lévrier aux époux Sonnard. (ferme dite métairie du couvent).
Archives nationales Paris. 3 II 4, 11 / Archives nationales Paris. F 3 II Deux-Sèvres, 12. Commune possédant un dossier aux Archives nationales. Administration communale, S. d.
Archives nationales Paris. F 19 10689. 3 octobre 1856 : Tableau statistique de l'église consistoriale réformée de Melle par communes dans le département des Deux-Sèvres, relatif : 1° aux écoles communales de garçons 2° aux écoles communales de filles 3° aux maisons d'écoles appartenant aux communes 4° aux places de pasteurs à créer 5° aux presbytères 6° aux édifices consacrés aux cultes.
Archives nationales Paris. F 19 10691. 1er juillet 1829 : le consistoire de l'église réformée de Melle arrête qu'il sera élevé "un temple à la gloire de Dieu qui servira aux réunions des réformés des communes de Mougon et de Thorigné". 17 juin 1830 : le préfet "est d'avis que les communes de Mougon et Thorigné soient autorisées à acquérir, moyennant la somme de 1774 francs, des époux Martin... la portion de batimens et de terrain nécessaires à la construction d'un temple".

● Bibliographie

Ardouin-Dumazet. Voyage en France. 15e série. Charentes et plaine poitevine. 2e édition. Paris : Berger-Levrault, 1905. P. 344-355
Poignat, Maurice. Histoire des communes des Deux-Sèvres [volume 2]. Le pays mellois. Niort : Ed. du Terroir, 1982. P. 145-148

● Annexe 1 :

Descriptions du village en 1698-1729 :

"La paroisse de Thorigné a pour patron saint Pierre et contient neuf village : le bourg, Les Touches, Escoullois, Le Bouchet, Conzay, La Juinière, La Guigneray, Brochain, Bonneau. La cure vaut six cens livres, tenue par le sieur Gandouët. Il y a une chapelle appellée la Renaudière, de quarante livres, tenue par le sieur Mangou.
Le climat est bon et on y sème de toute espèce de bleds, surtout fromens et seigle. Il n'y a point de vins, peu de bois taillis et fourages et quantité de noyers. On commerce sur les bleds et sur quelques bestiaux.
Madame la maréchale de Navaille est dame du bourg et son fief s'appelle la Mothe, qui fait partie de sa châtellenie de Gacougnolle, paroisse de Vouillé, élection de Niort, et peuvent valoir les droits qu'elle a à Thorigné, mille livres.
Il se tient une foire le lundi de la Passion où il se vend des moutons et on ne prend rien pour les droits, et y est établi un jour de la semaine un marché qui ne sert que pour la vente des meubles.
Cette paroisse est située sur le grand chemin de La Rochelle, où passent plusieurs rouliers et avant d'arriver au bourg comme on vient de Poitiers il y a un ruisseau appellé Cinqüous, où il serait nécessaire de rétablir un pont. Il y a un péage établi dans le bourg de Thorigné d'un denier par bête chargée ; les droits sont affermés six livres et appartiennent au seigneur comte de Montaut, à cause de sa seigneurie de la Mothe-Saint-Héraye.
Le fief et dixmeries de Thorigné, des dépendances de la châtellenie de Sainte-Néomaye, aux héritiers du sieur Turpin, comte de Viés, de trois cens livres de revenus. Le fief de la Renaudière, de cent livres, au sieur Mançeau, écuyer, qui y demeure. Le fief de Conzay, de cent livres, qui appartient à dame Catherine d'Anché, veuve du sieur Bonnetie, écuyer, sieur du Linaut, paroisse de Romans, où elle demeure. Le fief de la Crousille, de cinq cens livres au sieur (?) de Bas-Poitou. Le fief des Touches, de trois cens livres, des dépendances de la seigneurie de la Bessière, paroisse de Vitré.
On compte cinq cens nouveaux convertis dont seulement vingt fint leur devoir.
Il y a en cette paroisse quatre familles nobles : le sieur Mançeau, sieur de la Fraignée, écuyer ; le sieur de la Berlière Gourjaut, écuyer ; le sieur David, sieur de Boisron, écuyer ; le sieur Puirot, écuyer, sieur de Lautremont. Deux bourgeois. Un notaire royal : Jérémie Rigaut. Un chirurgien : Daniel Barbaut. Un greffier des rolles des tailles : Pierre des Chaines. Il y a aussi trois cabaretiers, un meunier, vingt-six laboureurs, trente-neuf artisans, quarante-huit journaliers, quatre-vingt-neuf valets ou servantes, cent quarante-sept feux, qui ont diminué de vingt-quatre depuis vingt ans, deux cens hommes, sept cens vingt-trois âmes.
L'imposition de la taille est de dix-huit cens vingt-six livres, quatre collecteurs et deux sindics".
consulter au centre régional de 
documentation du patrimoine de Poitou-Charentes