Vous êtes ici : Région Poitou-Charentes > Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes   > L'estuaire de la Gironde > Dossiers et illustrations
L'inventaire du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes

L'estuaire de la Gironde :
les éléments du patrimoine étudiés


Dossiers et illustrations : dossier documentaire

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Saint-Dizant-du-Gua / le Bourg / rue du Presbytère
Monument aux morts

photographie du dossier documentaire, voir légende
Le monument aux morts vu depuis le sud-ouest. © Région Poitou-Charentes / Y. Suire, 2010.
Dossier documentaire réalisé à partir de l’enquête d’inventaire de 2010.

Historique

Au début de l'année 1921, un comité chargé d'un projet de monument aux morts est constitué. Il est présidé par Adrien Chassot, colonel en retraite, conseiller municipal. Conformément aux préconisations de ce comité, le monument est érigé à la fin de l'été 1921 dans l'angle nord-ouest de la place de l'église, puis inauguré le 27 août 1922 en présence de nombreux élus nationaux et locaux. Financé par une souscription publique, il comprend une stèle ornée d'une statue en haut-relief qui représente "le soldat du Droit, de la Justice et de la Liberté terrassant la force brutale", sur un projet de Paul Mora, statuaire à Bordeaux. Le monument est entouré par une grille ornée de plusieurs croix de guerre.
Ce premier monument aux morts est détruit pendant la guerre 1939-1945. Réalisé par M. Montauzier, sculpteur à Saintes, le nouveau monument, encore en place aujourd'hui, est inauguré le 25 août 1946 en présence du sous-secrétaire d'Etat à l'armement, du sous-préfet de Jonzac, de M. Vielgeux, député, et des maires des alentours.

Description

Entouré par une bordure en béton sur laquelle était fixée à l'origine une grille, le monument comprend un socle à deux niveaux. Celui-ci supporte une stèle et la statue d'un soldat Poilu.

Précisions sur le décor

Une branche de laurier est fixée sur le premier niveau du socle.La statue représente un soldat de la guerre 1914-1918, debout. Il tient dans sa main droite un drapeau replié et, de la main gauche, un fusil, la crosse posée au sol en signe de paix.

Inscriptions

Sur le premier niveau du socle : "Aux enfants de la commune de Saint-Dizant-du-Gua morts pour la Patrie". Au-dessus et au pied de la statue, sur des plaques de marbre gris, les noms des soldats tués pendant les deux guerres mondiales.

Documentation

● Archives

Archives départementales de la Charente-Maritime. 2 O 1795. 1921-1922 : construction du monument aux morts de Saint-Dizant-du-Gua.
Archives municipales de Saint-Dizant-du-Gua. Registres des délibérations du conseil municipal.

● Annexe 1 :

Extraits du dossier de construction du monument aux morts, 1921-1922 (Archives départementales de Charente-Maritime, 2 O 1795) :
Le 21 février 1921, le comité chargé du projet de monument au morts, présidé par Adrien Chassot, colonel en retraite et conseiller municipal, rend son rapport. Celui-ci sera élevé dans l'angle nord-ouest de la place de l'église. Il représentera "le soldat du Droit, de la Justice et de la Liberté terrassant la force brutale". La commission a retenu le projet de Paul Mora, statuaire à Bordeaux. Le socle forme un rectangle dont le grand côté est de 1,60 m et le petit de 1,10 m. Le bas de la face principale porte l'inscription "Aux enfants de Saint-Dizant-du-Gua morts pour la Patrie". Sur le socle, un soldat debout tient un bloc de pierre sur lequel sont inscrits les noms des principales victoires françaises (la Marne, l'Yser, Verdun) et écrase de ses pieds la barbarie, à l'aide de ce bloc. Trois figurines symbolisant le Droit, la Justice et la Liberté surmontent le monument et paraissent inspirer le soldat. La hauteur totale du monument est de 3,50 mètres. Sur les côtés sont inscrits les noms des glorieux morts à la mémoire desquels il est érigé. La pierre employée est celle de Lavoux qui est très belle et très résistante aux influences du temps. Une grille protectrice en fer entourerait le monument à 1,50 mètre du socle.
Le monument est en partie financé par souscription publique dont la liste est donnée.
Le projet est approuvé par délibération du conseil municipal du 7 août 1921. Le même jour, Adrien Chassot passe les engagements avec les entrepreneurs dont Mora pour la statue, Guillot et Pelletiter fils, constructeurs à Orléans, pour la grille, et Edouard Delaigne, entrepreneur de maçonnerie au Rivallard de Saint-Dizant, pour le soubassement de la grille.
consulter au centre régional de documentation du patrimoine de Poitou-Charentes