Vous êtes ici : Région Poitou-Charentes > Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes   > L'estuaire de la Gironde > Dossiers et illustrations
L'inventaire du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes

L'estuaire de la Gironde :
les éléments du patrimoine étudiés


Dossiers et illustrations : dossier documentaire

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Chenac-Saint-Seurin-d'Uzet / chemin du Pinier
Manoir, ferme dite Baine, actuellement maison

photographie du dossier documentaire, voir légende
Baine sur le plan cadastral de 1833. © Région Poitou-Charentes / Suire, Yannis (reproduction), 2012.
Dossier documentaire réalisé à partir de l’enquête d’inventaire de 2012.

Historique

"La première mention de Baine remonterait à 1314 lorsque l'abbé de Madion cède à Foucaud d'Archiac, viguier de Mortagne, une rente annuelle de 10 sols que lui devait Gombaud Maynard, demeurant à ""Briaigne"". En 1489, Jacques d'Estonville, chevalier, est seigneur de Besne et baron d'Ivry. En 1490, il rend hommage au seigneur de Chenac pour son domaine de Besne. Il est imité en 1503 par Gilles de Puyrigaud. Besne appartient ensuite à Jacques Jolly et à Jean Guinot en 1631, puis en 1649 à Nicolas Dubois, écuyer, sieur de Besne et de Barzan. En 1681, Marie Dubois épouse à Besne Gabriel de Lacroix du Repaire et lui apporte le domaine. En 1750, lorsqu'il épouse Hippolyte de Luchet, Jean Thimothée de La Croix du Repaire reçoit en dot le logis de Besne.

A la Révolution, Baine lui appartient toujours. Protecteur de prêtres réfractaires cachés dans les douves de son domaine, lui-même guillotiné à Rochefort en 1794, ses biens sont saisis comme biens nationaux et estimés la même année. La description qui est faite de Baine à cette occasion mentionne le logis avec plusieurs chambres, une salle, une cuisine et des greniers au-dessus. Parmi les dépendances, figurent des chais, des granges, des étables, des écuries, une fournière, des jardins, ainsi que les terres, prés et vignes qui entourent les bâtiments. Le domaine, qui comprend aussi une grande pièce de pré dans les marais de Saint-Seurin, est estimé à 15000 livres. Il est vendu aux enchères et acheté par Jean Pineau.

Baine figure sur le cadastre de Chenac établi en 1833 et appartient encore à Jean Pinaud. On reconnaît sur le plan cadastral le logis, au nord de la cour, et les communs qui délimitent cette cour au sud et à l'ouest. Le plan fait apparaître une seconde cour, au-delà des communs, au sud-ouest. Cette seconde cour était fermée au nord par une autre aile de communs aujourd'hui disparue et, au sud-ouest, par une grande mare qui subsiste encore. Le plan représente aussi au nord-ouest le vaste quadrilatère fossoyé qui avançait à cette époque jusqu'au logis d'une part et aux communs d'autre part.

Après Jean Pinaud, Baine passe à son gendre, Armand Arnaud, de Lorignac, puis en 1898 à ses héritiers, Marthe-Elisabeth Arnaud et Marie-Thérèse Arnaud, épouse d'Edouard Peltier. Ce dernier devient le seul propriétaire en 1919."

Documentation

● Archives

Archives départementales de Charente-Maritime, 3E44/12. 1699, 5 août : quittance donnée par dame Suzanne Jolly, veuve de feu Monsieur Me Jean Pelletand, conseiller du roi et son président en l’élection de Saintes, demeurant en logis boble de Saint-Rémi, pour elle et pour sa soeur Marie Jolly, au profit de leur frère, Messire Pierre Jolly, capitaine au régiment de Soissons, écuyer, seigneur de Besne, demeurant en son logis sur le port de Saint-Seurin.
Archives départementales de Charente-Maritime, 3E44/38. 1733, 9 juillet : aveu rendu pour la seigneurie de Besne par Mre Jean de La Croix, écuyer, seigneur de Besne, demeurant en son logis noble de Besne, auprès de dame Marianne Janty, veuve de Mre Alexandre de Bretinauld, écuyer, chevalier, baron, seigneur de Saint-Seurin, Chenac et autres places.
Archives départementales de Charente-Maritime. 3P 954 à 959 et 5231. 1833-1933 : cadastre de Chenac-sur-Gironde, plan, tableau indicatif des propriétés foncières ou état de section, et matrices des propriétés foncières.
Archives départementales de Charente-Maritime. Q 127. 1794, 22 juin (4 messidor an 2) : procès-verbal d’estimation des biens saisis contre l’émigré Jean Thimothée Lacroix dit Durepaire.
Archives départementales de Charente-Maritime, Q 144. 1794, 8 novembre (18 brumaire an 3) : procès-verbal de vente comme biens nationaux des biens de Jean Thimothée La Croix dit Durpaire.

● Bibliographie

Chasseboeuf, Frédéric. Châteaux, manoirs et logis : la Charente-Maritime. Prahecq : Patrimoines et Médias, 2008. P. 136
Colle, Jean-Robert. Châteaux, manoirs et forteresses d'Aunis et de Saintonge. La Rochelle : Rupella, 1984. Vol. 1, p. 178
Jouan, Eutrope. Monographie de Chenac (canton de Cozes). Recueil de la Commission des Arts de la Charente-Inférieure, t. 8, 1886. P. 73-75

● Annexe 1 :

Aveu rendu pour la seigneurie de Besne par Mre Jean de La Croix, écuyer, seigneur de Besne, demeurant en son logis noble de Besne, auprès de dame Marianne Janty, veuve de Mre Alexandre de Bretinauld, écuyer, chevalier, baron, seigneur de Saint-Seurin, Chenac et autres places, 9 juillet 1733 (Archives départementales de Charente-Maritime, 3E44/38) :

Parmi les biens figurent :

- "Son hôtel appelé Besne avec un ses appartenances et dépendances de maisons, granges et autres bâtiments, basse cour, jardin, quereux, prés, bois, mares, le tout contigu et se joignant ensemble, un mas de terre labourable, la dite maison presque au milieu d’icelui.
- Les maisons et village appelé des Loiseaux avec leurs quereux et héritages, le tout se joignant, possédé par le sieur Bonain, la veuve Pierre Loiseau, la veuve Cravan et autres.
- Deux maisons avec leurs appartenances et héritages, appelé la Picoterie au village de l’Eschallier, possédé par Jean Salemond, Jean Chaussat et les frères Pierre Berton et autres leurs consorts, confrontant d’un côté au sentier qui conduit de la Gouletrie au bois appelé la Garenne, du levant et du midi au chemin qui conduit audit lieu de l’Eschallier à Saint-Seurin".
- Un domaine et héritage possédé par la veuve feu Pierre Lozeaud, Elisabeth Cochin, Jean Marchay, la veuve Abraham Chaussat, la veuve Coquillet et autres, situés leurs maisons et autres héritages au Vieux bourg de Saint-Seurin, avec leurs issues et quéreux, jardins et terres labourables, confrontant du nord au chemin de l’Echailler à Saint-Seurin, du midi au chemin qui conduit du château à l’Echailler.
- Une maison et jardin appelé la Cave, en la paroisse de Chenac, possédée par les héritiers Savary.
- Un mas de terre en lequel est compris et situé la plus grande partie des maisons de Chenac, le domaine appelé le village de l’Homade, pareillement le fief de vignes appelé Sous Chenac, y compris une maison qui tient de la cure de Chenac, le chemin entre deux, et confrontant à la fontaine et à la métairie du sieur de Beaupoil.
- Un domaine et héritage situé au lieu appelé le village des Bonnet.
- Un lopin de terre en chenevard situé au Vieux bourg de Saint-Seurin, confrontant d’un côté aux maisons et jardins de la veuve Lozeau et d’Elisabeth Cochin, d’autre côté au pré du sieur prieur de Saint-Seurin et au cimetière de la vieille église, d’un bout au chemin appelé des Vignes".

● Annexe 2 :

Procès-verbal d’estimation des biens saisis contre l’émigré Jean Thimothée Lacroix dit Durepaire, 22 juin 1794 (4 messidor an 2) (Archives départementales de Charente-Maritime. Q 127) :
Tous les bâtiments du lieu de Besne, à Chenac, consistant en une maison de maître de plusieurs chambres, salle, cuisine, greniers au-dessus, chais, granges, étables, écuries, appends, fournière, cours, jardins, ensemble toutes les terres, prés et vignes qui entourent les bâtiments, estimé 15000 livres.
Plus une grande pièce de pré entourée de fossés, dans les marais de Saint-Seurin.

● Annexe 3 :

Procès-verbal de vente comme biens nationaux des biens de Jean Thimothée La Croix dit Durepaire, 8 novembre 1794 (18 brumaire an 3) (Archives départementales de Charente-Maritime. Q 144) :
"Une maison de maître au lieu de Besne, consistant en plusieurs chambres, salle, cuisine, greniers au-dessus, chais, granges, étables, écuries, appends, fournière, cours, jardins, ensemble toutes les terres labourables, prés et vignes qui entourent les dits bâtiments et qui en font avec eux qu’un seul enclos (...), le tout de la contenance de soixante journaux".
Adjugé à Jean Pineau, cultivateur à Saint-Seurin-d’Uzet, pour 90000 livres.
consulter au centre régional de documentation du patrimoine de Poitou-Charentes