Vous êtes ici : Région Poitou-Charentes  >  Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes  >  Le patrimoine industriel de Poitou-Charentes
Vous êtes ici :

Le bois : les scieries, les usines de contreplaqué et les tonnelleries

Le bois est la matière compacte et ligneuse qui constitue les branches, le tronc et les racines des arbres et de certains végétaux. Ses propriétés physiques et mécaniques (dureté, densité, résistance en compression et en traction, élasticité) varient selon les essences, qui sont nombreuses, et le rendent propre à certains usages plutôt qu'à d'autres.

La sylviculture (culture des arbres) et l'exploitation forestière fournissent le bois, qui est préparé (ébranché, écorcé et scié) par les scieries puis transformé dans les tonnelleries, usines de meubles, usines de contreplaqué, etc. Par ailleurs, les déchets des scieries alimentent des usines de pâte à papier.

Le territoire de la région Poitou-Charentes est dans son ensemble peu boisé (taux de boisement de 15 %, soit la moitié du taux national) ; l'industrie du bois est cependant l'un des secteurs les plus présents (après ceux des industries agroalimentaires et de construction mécanique) : en 2002, cette industrie, hors papeterie, emploie 4,5 % des salariés industriels régionaux.

Les forêts locales sont constituées aux trois quarts de feuillus (chêne, châtaignier, peuplier, etc.) et d'un quart de résineux (pins de Charente et de Charente-Maritime).


Photographie-Légende ci-dessous
Scierie Plazer à La Rochefoucauld (Charente) © Service régional de l'inventaire de Poitou-Charentes / M. Deneyer, 1990

Une grande partie du bois transformé est importée d'autres régions (pin d'Aquitaine, sapin de Douglas du Limousin, chêne du Centre et de l'Est de la France, etc.) et d'autres pays (okoumé du Gabon, épicéa de Suède, Finlande et Allemagne, etc.). L'importation du bois exotique est l'une des activités principales du port de la Pallice à La Rochelle depuis la fin du XIXe siècle ; la Pallice se place parmi les quatre premiers ports français pour ce trafic.


Carte postale-Légende ci-dessous
Salle des machines de la scierie Drouet à Saint-Jean-d'Angle (Charente-Maritime) - Carte postale vers 1910 © A. privées - Reproduction Service régional de l'inventaire de Poitou-Charentes / M. Deneyer, 1997

La transformation du bois est une activité ancienne de la région, qui possèdait de nombreux ateliers artisanaux. Son industrialisation tardive, entre les deux Guerres, est liée au développement de la technique du bois déroulé et à l'élaboration de contreplaqué.

De nos jours, la région est l'une des premières de France pour l'industrie des panneaux contreplaqués, qui emploie plus de 1000 personnes. Le secteur industriel de la tonnellerie a également sa place sur les marchés nationaux et internationaux.

33 usines liées au travail du bois

Carte-Légende ci-dessous
Carte de localisation des usines liées au travail du bois - Source : Région Poitou-Charentes / Inventaire - Fonds : Cartographes associés, 2007

De nombreuses scieries artisanales existent dans la région au début du XXe siècle, situées à proximité de forêts fournissant les essences locales (peuplier et chêne surtout, mais aussi noyer, pin, orme, frêne, châtaignier, platane, cerisier, robinier faux-acacia, ainsi que hêtre) ; seules seize s'industrialisent entre 1920 et 1950. Ces dernières se situent plutôt dans les zones les plus boisées : le nord de la Vienne et l'est de la Charente.

La fabrication de contreplaqué concerne six entreprises, situées pour la majorité dans le Marais poitevin et dans la vallée de la Boutonne, aux confins de la Charente-Maritime et des Deux-Sèvres.

Cinq usines, situées dans la zone d'appellation d'origine contrôlée du cognac, se spécialisent dans la tonnellerie à partir des années 1940.

Les forêts de pin du sud de la Charente-Maritime suscitent l'implantation à Clérac d'une usine de transformation de la gemme (résine).

Par ailleurs, dix usines se sont spécialisées dans des productions très diverses : meubles, traverses de chemin de fer, moyeux de charrettes, caisses d'emballage, etc.

Les scieries s'industrialisent tardivement

Photographie-Légende ci-dessous
Carte de visite de la scierie Girard à Beuxes (Vienne), 1910 © A. privées - Reproduction Service régional de l'inventaire de Poitou-Charentes / M. Deneyer, 1991

Les scieries, usines de première transformation, répondent à des demandes variées de bois destiné au bâtiment, à l'ameublement, à l'armement (crosses d'armes à feu) et à la construction de matériels divers (pour l'agriculture, le transport.).

L'industrialisation de ce secteur s'effectue lentement dans la première moitié du XXe siècle.

Toutefois, dès la fin du XIXe siècle, certains établissements s'étaient installés dans des moulins pour utiliser la force hydraulique, comme celui de Surin à Dangé-Saint-Romain en 1886, ou s'étaient dotés de moteurs thermiques, comme la scierie Girard à Beuxes (qui utilise une machine à vapeur en 1897 pour la production d'ébauches de crosses de fusil en noyer pour la Royal Arm Factory d'Enfield-Lock au nord de Londres). Dès cette époque, un grand nombre d'entreprises s'implantent auprès d'une voie de chemin de fer pour faciliter le transport des grumes (troncs d'arbres abattus et ébranchés) et des produits fabriqués.

L'essor du bois déroulé : des paniers aux panneaux de contreplaqué

Photographie-Légende ci-dessous
Paniers à l' usine de paniers à beurre Simer à La Crèche (Deux-Sèvres) © Service régional de l'inventaire de Poitou-Charentes / R. Jean, 2003

Au début du XXe siècle, le plein essor des nombreuses laiteries régionales entraîne une demande croissante de paniers pour le conditionnement du beurre. Ces paniers sont fabriqués, à partir de fines lamelles de bois de peuplier, par des usines implantées exclusivement dans les Deux-Sèvres, notamment à La Crèche, à Niort et à Thouars.

C'est par cette activité que débute l'entreprise Rougier à Magné dans le Marais poitevin, spécialisée dans le déroulage du bois de peuplier. Transférée à Niort en 1929, cette usine se convertit l'année suivante dans la réalisation de panneaux de contreplaqué. Elle prend dans les décennies suivantes un essor exceptionnel et possède, dans les années 1970, cinq unités de fabrication à la périphérie de la ville, qui emploient 1500 personnes.


Photographie-Légende ci-dessous
Atelier de collage de l' usine de contreplaqué SA Emballages Doc à Thouars (Deux-Sèvres) © Service régional de l'inventaire de Poitou-Charentes / A. Dagorn, 2003

D'autres usines se développent, surtout après la Seconde Guerre mondiale, grâce à la fabrication de contreplaqué, en exploitant les plantations de peuplier du Marais poitevin et de la vallée de la Boutonne. Le succès de ce produit, lié à sa facilité d'utilisation, entraîne une forte demande, qui va nécessiter l'importation massive de bois exotique en complément du bois indigène. L'industrie du contreplaqué est très pourvoyeuse d'emplois : dans les années 1960, 1100 personnes travaillent dans quatre entreprises, concentrées en Charente-Maritime autour de Saint-Jean-d'Angély et de Rochefort ; en 1975, l'entreprise Malvaux à Loulay, emploie 480 ouvriers.

Le contreplaqué est constitué de plusieurs feuilles de bois déroulé, collées les unes sur les autres en croisant le sens du fil du bois.

Les panneaux obtenus peuvent être de très grande taille. Matériau très résistant, indéformable, léger et facile à travailler, le contreplaqué est utilisé dans de nombreux domaines : en structure pour les murs, planchers, charpentes composites., en agencement, pour les meubles, stands. et aussi en emballage, en construction navale, en coffrage.

Le bois déroulé :

Les grumes (de bois varié : okoumé, ozigo, sapin du Nord, peuplier, etc.) sont plongées dans une étuve à 170° C durant environ trois jours, sur un pont-roulant. Elles sont ensuite sciées à la longueur voulue, puis déroulées : le tronçon de bois tourne horizontalement autour d'un axe et une lame découpe une épaisseur de quelques millimètres formant une feuille, et ceci régulièrement, jusqu'à ce qu'il ne reste que le c½ur de l'arbre servant d'axe.

Les feuilles sont ensuite dirigées dans un séchoir, puis taillées.


Photographie-Légende ci-dessous
Machine à dérouler le bois de l' usine de contreplaqué Malvaux à Loulay (Charente-Maritime) : détermination de l'axe de la bille © Service régional de l'inventaire de Poitou-Charentes / M. Deneyer, 1997
Photographie-Légende ci-dessous
Machine à dérouler le bois de l' usine de contreplaqué Malvaux à Loulay (Charente-Maritime) : la feuille de bois déroulé sort de la machine © Service régional de l'inventaire de Poitou-Charentes / M. Deneyer, 1997

Le contreplaqué :

De part et d'autre d'une feuille centrale, appelée l'âme (souvent en bois tendre, comme le peuplier), les feuilles sont disposées en nombre égal et perpendiculairement les unes par rapport aux autres. Le nombre de feuilles (plis) est ainsi toujours impair pour garantir un bon équilibre au panneau ; il varie selon l'épaisseur et l'usage désirés du panneau. Les feuilles encollées sont ensuite passées dans une presse. Les panneaux obtenus sont alors sciés à la dimension voulue, puis poncés, avant d'être conditionnés pour l'expédition.

Les usines de tonnellerie et l'industrie d'eau-de-vie de cognac

Photographie-Légende ci-dessous
Tonnellerie Seguin Moreau et Cie à Merpins (Charente) © Service régional de l'inventaire de Poitou-Charentes / M. Deneyer, 1987

Les tonneaux, fabriqués dans les tonnelleries, servaient autrefois au conditionnement de multiples produits (vins, eaux-de-vie, huiles, farine, etc.) pour leur conservation ou leur transport. L'huile de poisson, qui était utilisée dans les chamoiseries à Niort, était ainsi transportée depuis les pêcheries atlantiques par bateau dans des tonneaux.

Ces objets indispensables étaient fabriqués dans la région, par de multiples ateliers artisanaux

Gravure-Légende ci-dessous
Atelier de tonnellerie de la distillerie d'eau-de-vie de cognac de Lâage à Saint-Savinien (Charente-Maritime) - Gravure dans une plaquette publicitaire, avant 1915 © A. privées - Reproduction Service régional de l'inventaire de Poitou-Charentes / M. Deneyer, 1997

Le développement de la tonnellerie est lié à celui de la distillerie d'eau-de-vie de cognac à la fin du XIXe siècle. Toutes les grandes sociétés de fabrication et de négoce de cognac possèdent alors leur propre atelier de tonnellerie intégré. On y fabrique des fûts destinés au vieillissement et au transport de cet alcool. Les fûts sont de forme et de contenance variables selon leur usage. Sont ainsi fabriqués des barriques (environ 200 litres) et des tonneaux de très grande capacité (de plusieurs dizaines d'hectolitres) comme les foudres et les cuves.

Photographie-Légende ci-dessous
Aire de séchage des douelles de la Société française de tonnellerie à Jarnac (Charente) © Service régional de l'inventaire de Poitou-Charentes / W. van Riesen, 1987

Ce n'est qu'après la Seconde Guerre mondiale que cette activité s'industrialise de façon indépendante ; de grandes tonnelleries se développent alors, comme la société Radoux à Jonzac qui se crée vers 1947. Dans les décennies suivantes, ces établissements fournissent, en plus de l'industrie locale du cognac, l'industrie nationale et internationale des vins et spiritueux.

La fabrication industrielle des tonneaux

Photographie-Légende ci-dessous
Les fûts en cours de fabrication à la tonnellerie Garnier à Salignac-sur-Charente (Charente-Maritime) © Service régional de l'inventaire de Poitou-Charentes / A. Dagorn, 1999

La fabrication des tonneaux exige un bois aux propriétés spécifiques : facilité de courbure, résistance mécanique, bonne isolation thermique, arômes. ; il doit être par ailleurs de première qualité : droit de fil, sans n½uds, avec peu d'aubier et des cernes fins et réguliers appelés communément « le grain du bois ».

Le bois de chêne répond à ces exigences ; le chêne à grain fin utilisé le plus souvent provient de régions françaises (Allier, Vosges) ; il est parfois complété par du chêne américain aux arômes particuliers.

La fabrication des tonneaux nécessite un bois bien sec, ce qui entraîne la présence de très grands parcs de séchage aux abords des entreprises.


Photographie-Légende ci-dessous
Ajustement des douelles à la tonnellerie Radoux à Jonzac (Charente-Maritime) © Service régional de l'inventaire de Poitou-Charentes / A. Dagorn, 1999

Les tonneaux sont construits à partir de lames de bois appelées douelles. Celles-ci proviennent de merrains, quartiers de bille fendus de façon à ne pas couper les fibres du bois et assurer l'étanchéité du futur tonneau ; les douelles sont pré-taillées et sèchent à l'air libre environ trois ans.

Les douelles sont taillées puis assemblées pour former la jupe du tonneau. Une chauffe permet d'obtenir la forme cintrée du fût et de révéler les arômes du bois.

Les douelles sont maintenues par des cercles, autrefois en bois lié avec de l'osier, et désormais en métal galvanisé fabriqué dans des tréfileries du Nord et de l'Est de la France et en Allemagne.

Malgré une mécanisation plus grande, la fabrication d'un fût nécessite encore plusieurs heures de travail (4 heures pour un fût de 400 litres). Le métier de tonnelier exige toujours un savoir-faire qualifié.

Voir l'album photos Des ouvriers au travail dans une tonnellerie

//

Une activité annexe : la récolte de la résine de pin

Photographie-Légende ci-dessous
Atelier de distillation de l'ancienne distillerie de gemme Poupelain à Clérac (Charente-Maritime) © Service régional de l'inventaire de Poitou-Charentes / A. Dagorn, 2000

Au début du XXe siècle, la récolte de résine des forêts de pin maritime est l'activité prépondérante du canton de Montguyon, dans le sud de la Charente-Maritime. La résine de pin, appelée gemme, est récoltée goutte à goutte dans de petits pots, grâce à une entaille pratiquée dans le tronc ; elle est ensuite expédiée pour produire, par distillation, de l'essence de térébenthine, ainsi qu'un résidu solide, la colophane. Cette activité de transformation de la gemme est notamment caractéristique de la Gironde voisine, qui possède une quinzaine de distilleries.

L'usine Poupelain à Clérac, fondée en 1924-1925, se consacre jusqu'en 1963 à la distillation de la résine, qui s'effectue dans un alambic du même type que celui utilisé pour l'élaboration des eaux-de-vie.

La gemme contenue dans la chaudière de l'alambic est chauffée et aspergée d'eau : la vapeur obtenue passe dans le serpentin de refroidissement. L'essence est recueillie et le résidu qui subsiste dans la chaudière à la fin de la chauffe, la colophane, est récupéré avant de recommencer une nouvelle chauffe.

L'essence de térébenthine est un solvant des graisses, des huiles et des cires ; elle est utilisée dans de nombreux produits : peintures, vernis, cirage, insecticides et parfums ou produit pharmaceutiques. La colophane est employée à l'état brut pour les archets des instruments à cordes ; transformée, elle entre dans la composition de savons, de vernis, peintures, colles, encres, cosmétiques...

Voir d'autres documents sur ce thème :

logo, lien /

Le patrimoine industriel de Poitou-Charentes
L'nventaire général du patrimoine culturel de Poitou-Charentes © Région Poitou-Charentes, 2007-2012.