Vous êtes ici : Région Poitou-Charentes  >  Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes  >  Le patrimoine industriel de Poitou-Charentes
Vous êtes ici :

Le réseau ferroviaire

Carte, voir légende ci-après
Carte présentant le développement du réseau ferroviaire de la région Poitou-Charentes entre 1853 et 1930 © Service régional de l'inventaire de Poitou-Charentes / Zoé Lambert, 2007

De 1853 à 1869 : l'esquisse du réseau

La première voie ferrée de la région Poitou-Charentes est créée en 1853 : c'est la ligne Paris - Bordeaux, ouverte par la Compagnie du Chemin de fer d'Orléans, qui relie Châtellerault à Chalais par Poitiers et Angoulême. Elle fait partie du grand projet ferroviaire français plaçant Paris au centre d'un réseau en étoile.

En une quinzaine d'années, à partir de cet axe majeur nord-sud, se développe dans la région un réseau transversal, qui relie les principales villes entre elles et avec les agglomérations des régions limitrophes. La ligne La Rochelle - Poitiers est ouverte en 1857 et se poursuit jusqu'à Limoges dix ans plus tard ; celle de La Rochelle - Angoulême est créée en 1867. Les différents projets de lignes initiés par l'État sont ensuite concédés à des compagnies privées pour leur construction et leur exploitation ; dans les villes plus importantes, comme Rochefort ou La Rochelle, deux gares vont ainsi coexister, chacune appartenant à une compagnie gestionnaire d'une ligne, Compagnie du Chemin de fer d'Orléans d'une part et Compagnie des Charentes de l'autre.

De 1870 à 1889 : le développement du réseau de chemin de fer économique

Le réseau ferroviaire régional se densifie entre 1870 et 1889 par le prolongement de lignes déjà ouvertes précédemment (la liaison Nantes - Bordeaux par La Rochelle est ainsi réalisée en 1871, la ligne La Rochelle - Angoulême est prolongée jusqu'à Limoges en 1875), et surtout par l'adjonction de nouvelles lignes reliant les villes de moyenne importance aux préfectures et sous-préfectures.

Parallèlement, la loi Migneret de 1865 sur les chemins de fer d'intérêt local donne un second souffle au développement du rail en déléguant la compétence de sa création aux départements et aux communes ; la réalisation de ces chemins de fer, appelés également économiques, est alors assortie d'un cahier des charges allégé. Les premières lignes concernées ouvrent à partir des années 1870 ; le département de la Charente achève en 1872 la ligne reliant Barbezieux à Châteauneuf.

Après 1890 : la naissance du tramway

En 1879, le Plan Freycinet, du nom du ministre des Travaux publics, réorganise le réseau des chemins de fer en définissant un programme de lignes dites « secondaires », mais d'intérêt général, qui intègre au réseau national la plupart des lignes de la loi Migneret. Ce n'est qu'une dizaine d'années plus tard que se font sentir les effets de cette loi autorisant la construction de voies plus étroites que l'écartement standard (1,435 m) des voies métriques (1 mètre), placées sur la plate-forme des routes, donneront ainsi naissance aux tramways.

 

À partir des années 1890, de très nombreux travaux concernent la desserte de petites localités par le tramway. Ce réseau est particulièrement dense dans le sud-ouest de la région.

La Première Guerre mondiale marque un coup d'arrêt dans la construction des chemins de fer. Les chantiers interrompus reprennent dans les années 1920 ; la ligne Chauvigny - Bouresse dans la Vienne est ainsi ouverte en 1922. À cette époque, la route et ses véhicules motorisés représentent déjà une concurrence pour le chemin de fer. Le déficit financier des voies secondaires est tel que certaines lignes ferment dès 1934, à l'instar de celle reliant Pons à Saint-Ciers-sur-Gironde en Charente-Maritime. Les sept grandes compagnies qui détiennent l'ensemble du réseau ferroviaire français fusionnent dans la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) fondée en 1938. Durant la Seconde Guerre mondiale, de nombreuses voies d'intérêt local sont fermées. Les années 1950 scellent la victoire de la route sur le réseau ferré pour toutes les liaisons intra-régionales.



/
logo, lien /

Le patrimoine industriel de Poitou-Charentes
L'nventaire général du patrimoine culturel de Poitou-Charentes © Région Poitou-Charentes, 2007-2012.