Vous êtes ici : Région Poitou-Charentes  >  Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes  >  Le patrimoine industriel de Poitou-Charentes
Vous êtes ici :

Le réseau routier

Carte, voir légende ci-après
Carte présentant le réseau routier de la région Poitou-Charentes entre la fin du XVIIIe siècle et 1850 ©; Service régional de l'inventaire de Poitou-Charentes / Zoé Lambert, 2007

La carte de Cassini, bien qu'imprécise dans le tracé des routes et des chemins, nous renseigne sur la situation du réseau routier de la région à la fin du XVIIIe siècle. Elle montre son hétérogénéité selon les territoires : le nord des Deux-Sèvres est totalement dénué de dessertes ; la Charente-Maritime et le sud-ouest de la Charente comptent de nombreuses routes pavées, héritées de l'époque gallo-romaine où Saintes était le n½ud de liaisons interrégionales ; le réseau routier de la Vienne, en étoile à partir de Poitiers, est peu développé ; celui de la Charente, qui se déploie également à partir de sa préfecture, est plus dense gràce à des transversales reliant des villes de moyenne importance.

Dans le premier tiers du XIXe siècle, une série de textes législatifs ou réglementaires entraîne la remise en état des anciennes routes (désormais nationales) et la création d'un réseau de chemins vicinaux de grande et de petite communication (respectivement routes départementales et chemins communaux). C'est ainsi que d'énormes travaux sont entrepris entre 1830 et 1850 en divers points de la région, désenclavant les campagnes, facilitant les liaisons entre les principales villes, les plus petites bourgades et les hameaux. La ville de Bressuire, précédemment dépourvue de toute liaison routière, devient désormais un important n½ud routier.

Ces aménagements favorisent l'activité industrielle ; des échanges plus lointains et nombreux permettent l'implantation d'établissements en élargissant considérablement les débouchés de leurs produits manufacturés. Les filatures de laine qui s'installent dans les années 1830-1840 dans les Deux-Sèvres, à Largeasse ou Azay-sur-Thouet, bénéficient ainsi d'un nouveau réseau routier facilitant la vente sur les marchés locaux et plus lointains.

Ce réseau routier s'améliore encore dans la seconde moitié du XIXe siècle. Il faut cependant attendre les années 1930 pour que l'ensemble des routes nationales et départementales soit goudronné et offre un revêtement adapté aux véhicules motorisés.



/
logo, lien /

Le patrimoine industriel de Poitou-Charentes
L'nventaire général du patrimoine culturel de Poitou-Charentes © Région Poitou-Charentes, 2007-2012.