Vous êtes ici : Région Poitou-Charentes  >  Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes  >  Le patrimoine industriel de Poitou-Charentes
Vous êtes ici :

Dossier documentaire d'usine

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Chai, distillerie d'eau-de-vie de cognac Roullet et Delamain, puis Delamain et Cie
Jarnac (Charente), rue Jacques-et-Robert-Delamain rue 7 ; Bisquit

photo de la notice
Chai de vieillissement. © Inventaire général / Phot. Inv. M. Deneyer
Date de l'enquête : 1987

Historique :

Ces chais avec distillerie sont reconstruits aux 18e et 19e siècles, en partie sur des caves voûtées du 14e siècle et en partie sur l'emplacement de l'ancien temple protestant, qui sert de magasin d'eau-de-vie pendant la Révolution. Le bureau est construit en 1740 (date portée) pour un notaire. Les propriétaires sont, de 1763 à 1817, Ranson et Delamain, et, à partir de 1824, Paul Roullet et Henri Delamain.
En 1860 est installée une chaudière pour le marquage à feu de Nicora, fumiste à Cognac.
L'effectif en 1987 est de 17 personnes.

Description :

Les chais sont à deux niveaux avec caves voûtées. Le bureau est avec étage et étage de comble, élévation sur rue à travées et fenêtres en arc segmentaire.

Documentation :

● Archives :

Archives privées Delamain.

● Bibliographie :

Delamain, Robert. Jarnac à travers les âges. Paris, 1925.
Sepulchre, Bruno. Le livre du Cognac. Trois siècles d'histoire. Paris, 1983. P. 213-216

● Annexe 1 :

Delamain. In : Sépulchre, Bruno. Le livre du cognac. Paris, 1983, p. 213 à 216.


Née en 1824 de l'association de Paul Roullet et Anne Philippe Henry Delamain, cette maison est la continuité d'une tradition très ancienne de négoce, dont les racines profondes remontent aux origines du cognac. Ce Delamain était le petit-fils de James Delamain, descendant d'une vieille famille huguenote qui avait émigré en Angleterre et en Irlande ; revenu à Jarnac en 1759, il avait créé en 1763, avec son beau-père Isaac Ranson, la maison Ranson et Delamain qui fut par la suite liquidée en 1817.

En 1920, les Delamain devinrent seuls propriétaires et la raison sociale " Delamain & Cie " a toujours gardé depuis un caractère familial.

Les Delamain se sont illustrés dans plusieurs domaines. Henry Delamain était un entomologiste distingué, son fils Philippe un archéologue averti qui découvrit vers 1890 un site fabuleux : le cimetière d'Herpès. Ses fils, Jacques, Robert et Maurice se sont fait une place dans le monde littéraire. Jacques a parlé des oiseaux avec talent comme en témoignent des ouvrages ayant pour titres : " Pourquoi les oiseaux chantent ", " Les jours et les nuits des oiseaux ", " Les oiseaux s'installent et s'en vont "... Il dirigea chez Stock une collection de qualité : " Les livres de la Nature ". Maurice, éditeur à partir de 1913, s'associa à Jacques Boutelleau (connu en littérature sous le nom de Jacques Chardonne) et dirigea pendant près d'un demi-siècle les éditions Stock. Il participa à la vie intellectuelle parisienne de l'entre-deux-guerres et connut de nombreux artistes.

Robert avait comme ses deux frères un certain style de qualité qu'il mit au service de l'histoire locale. Il est l'auteur d'un remarquable ouvrage, " Histoire du Cognac ", dans lequel il exprime son amour pour sa région et le cognac.

En 1936, il participa aux travaux de révision de la carte des crus. Dans son œuvre, Chardonne fait souvent référence aux Delamain, modèles vivants d'un certain négoce aristocratique et chevaleresque : " Jacques Delamain me dit qu'il n'est pas un bon commerçant, et je m'en doute. Il est devenu commerçant parce qu'il était le fils aîné, et que dans sa maison, depuis deux cents ans presque, l'aîné n'a jamais manqué à son poste, mais son métier l'intéresse et il l'exerce à sa manière ; ne croyant qu'à l'efficacité des relations amicales et de l'extrême probité... Un jour, Jacques et Robert ont acheté des eaux-de-vie à un paysan avant que les cours de l'année ne soient connus. Peu après, le prix fut fixé à un cours supérieur. " Tant pis, fit le paysan. Ce qui est conclu, est conclu. J'ai perdu ". Jacques et Robert lui dirent : " Nous voulons partager avec vous la différence ". Le paysan répondit : " Je ne vous l'aurais pas demandé, mais je pense que cela est juste ".

La maison Delamain a toujours été renommée pour ses cognacs et, tout naturellement, Marcel Rouff et Curnonsky s'adressèrent à elle en 1924 pour découvrir le cognac et le pays charentais : " En effet, prenez une maison comme la maison Delamain, à Jarnac, qui, à notre avis, a réussi la plus belle des collections de Grande Fine Champagne pures, nettes, loyales, vieillies, magnifiques, et à qui nous devons déjà tant de hautes, d'inexprimables joies.

Comment constitue-t-elle son stock ? D'abord avec ses propres produits de distillation dont elle éloigne toute manipulation et qu'elle conserve en fûts, trente, quarante, cinquante, soixante ans. Comme elle a plus d'un siècle d'existence... Mais aussi, mais surtout en achetant à droite et à gauche dans la campagne, au hasard des découvertes, la réserve que tout paysan charentais cache dans un coin de sa cave et qui, souvent, est vieillie de près d'un siècle. Oui, " cachée ". Car nombreux sont ceux qui ne veulent rien vendre, soit par esprit spéculatif, soit, le plus souvent, pour observer la vieille tradition qui consiste à transmettre, de père en fils pendant plusieurs générations, un, deux, trois, cinq tonneaux ! Au prix où sont aujourd'hui les eaux-de-vie authentiques et vieilles, il y a là des fortunes insoupçonnées et enfouies. A force de patience, de visites, de discussions, les Delamain parvinrent à se faire céder quelques-unes de ces réserves familiales et peuvent ainsi fournir à leurs clients un divin nectar. Mais quand ces réserves sont épuisées ! ... En termes de métier, le difficile, c'est de suivre une série ".

Delamain serait-il donc un " antiquaire de Cognac " ?

L'actuel directeur est un petit-fils de Robert Delamain. On serait tenté de dire que cette famille est au cognac ce que Rembrandt est à la peinture ou Bugatti à l'automobile.

Fidèle à des produits de haute qualité, la maison Delamain a su rester compétitive et accessible à tout amateur de cognac, avec des qualités variées : Grande Champagne Pale & Dry, Vesper Fine Champagne et un très vieux cognac de Grande Champagne ayant vieilli sous bois une cinquantaine d'années et commercialisé de façon confidentielle.

● Annexe 2 :

Delamain et Cie. In : L'Illustration économique et financière, 1922, p. 71.


La maison Roullet et Delamain fut fondée à Jarnac en 1824, par l'association de Paul Roullet et d'Anne-Philippe-Henry Delamain, petit-fils de James Delamain, qui, descendant d'une vieille famille française établie en Irlande et en Angleterre et revenue en 1709 au pays de ses pères, avait créé à Jarnac, dès 1760, avec son beau-père, M. Ranson, la maison Ranson et Delamain.

Née à l'époque où la distillation et le commerce des Cognacs prenant un essor considérable à l'extérieur, la maison Roullet et Delamain, tout en conservant son ancienne et fidèle clientèle française, sut créer à l'étranger, et notamment en Angleterre et dans toute l'Europe du Nord, des débouchés importants pour ses belles eaux-de-vie de Cognac.

Héritiers d'une très honorable tradition et d'une vieille réputation, MM. Delamain et Cie estiment qu'il vaut mieux maintenir l'une et l'autre par la qualité que par la quantité des expéditions. Ils ont toujours apporté une attention spéciale aux très vieux Cognacs mûris dans leurs propres chais ou jalousement conservés pendant des générations dans ceux de ces crus célèbres de la Grande et de la Petite Champagne, situés aux environs de Jarnac et de Cognac, et dont les terres calcaires fournissent cette liqueur unique au monde : la Fine Champagne. Chercher ces Fines Champagne incomparables, fût par fût, s'il le faut, choisir parmi elles celles dont les bouquets presque centenaires sont les plus beaux, les offrir à leur clientèle, en conservant à chacune de ces véritables œuvres d'art que sont les belles vieilles fines champagnes sa personnalité, son individualité propres, c'est là un des buts qu'a toujours poursuivis cette très ancienne maison.
logo, lien /

Le patrimoine industriel de Poitou-Charentes, 2007-2012.
© Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes http://inventaire.poitou-charentes.fr