Vous êtes ici : Région Poitou-Charentes  >  Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes  >  Le patrimoine industriel de Poitou-Charentes
Vous êtes ici :

Dossier documentaire d'usine

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Usine à papier couché de la Rochandry
Mouthiers-sur-Boëme (Charente), la Rochandry

photo de la notice
Salle de triage. © Inventaire général / Phot. W. van Riesen
Date de l'enquête : 1988

Historique :

Cette usine à papier est construite en 1842, pour Fougeret et Laroche. En 1881, les deux frères Arthur et Ernest Laroche se la partagent : Ernest garde l'ancienne usine avec la fabrication du papier et fait construire le nouveau logement patronal, les logements d'ouvriers et un atelier de fabrication pour la calandre en 1887. Arthur garde l'ancien logement patronal, qui date du troisième quart du 19e siècle, et fait édifier le bureau et les ateliers de fabrication du papier couché à une date inconnue ; il fait aussi reconstruire l'atelier de fabrication dans le troisième quart du 20e siècle. L'usine d'Ernest est en faillite et la fabrication du papier s'arrête en 1883, puis Arthur rachète l'ancienne usine qui y installe des ateliers annexes à sa fabrication de papier couché. A la fin du 19e siècle, il y avait une machine à vapeur et une cheminée d'usine, aujourd'hui détruites.
L'effectif vers 1900 est de 180 personnes, en 1988, de 55 personnes.

Description :

L'ancienne usine est en pierre de taille, à un étage, avec façade ordonnancée et baies en arc plein-cintre, toit à longs pans et croupes, couvert d'ardoise. Les ateliers de fabrication pour le couchage, avec étage de soubassement, et celui, dit de la Calandre, sont en béton, couverts de tuile mécanique. Le bureau en rez-de-chaussée est en moellon enduit, couvert de tuile mécanique. Les logements patronaux, l'un à un étage et étage de comble, et l'autre, à un étage et deux tours carrées à deux étages et toit en pavillon, sont en pierre de taille et couverts d'ardoise. Le logement d'ouvriers à deux étages, est en moellon enduit, avec toit à longs pans couvert de tuile creuse.

Documentation :

● Archives :

Archives départementales de Charente, 1 C 6.
Archives départementales de Charente, S 50. Usine à papier de Larochandry à Mouthiers.
Archives départementales de Charente : Arch. Atelier Musée du Papier d'Angoulême.
Archives nationales F 12 1482. An II : papeteries.
Archives départementales de Haute-Vienne, C 19. 18e siècle : papeteries.

● Bibliographie :

André, Louis. " La papeterie charentaise au 19e siècle ". Fumées du Nil, n° 1. Angoulême, 1989. P. 11-54
Boissonnade, P. L'industrie du papier en Charente et son histoire. Ligugé, 1899.
Deme, G. L'industrie du papier à Angoulême et les industries qui s'y rattachent. Bordeaux, 1936.
Lacroix, Auguste. Histoire de la papeterie d'Angoulême suivie d'observations sur le commerce des chiffons en France. Paris, 1863.
" L'industrie du papier couché ". L'Illustration économique et financière, n° spécial, Charente, 1922. P. 91
Munier, Etienne. Essai d'une méthode générale propre à étendre les connaissances des voyageurs ou recueil d'observations. Paris, 1779.
Rancogne, Badinet de. " Recherches sur l'origine des moulins à papier de l'Angoumois ". Bull. Soc. Archéol. et hist. Charente, 1878-1879.
Tiffon, Maurice. L'industrie du papier à Angoulême. Angoulême, 1909.
Touzaud. L'organisation sociale des papeteries d'Angoulême. Angoulême, 1884.
Van Riesen, Wulf. " Les débuts de la papeterie charentaise ". Bull. et Mém. Soc. Archéol. et Hist. Charente, 1985. P. 167-205

● Annexe 1 :

L' industrie du papier couché. Extrait de L'Illustration économique et financière, 1922, p. 91.


Dans une contrée où l'on fabrique autant de papier et où tant d'usines transformatrices de la matière première ont été créées, il était impossible que l'industrie du papier de luxe ne prit pas elle-même une grosse importance. Aussi en Charente fabrique-t-on le papier dit " couché ", destiné aux belles impressions, aux journaux et magazines merveilleusement édités et fort illustrés.

On sait que le papier couché est un papier sur lequel on a étendu une couche de kaolin additionné de gélatine et de colorants et qui, tout d'abord, a fait l'objet d'un séchage en continu à l'air. Une fois sec, le papier est calandré et le sursatinage à l'agate suit immédiatement le calandrage.

C'est là un métier extrêmement délicat, d'autant que les besoins des imprimeries en papier couché n'ont jamais cessé de s'accroître. Aussi, M. Marcel Laroche a-t-il pu développer à la Rochandry, commune de Mouthiers-sur-Boëme, la fabrication du papier couché, dans laquelle il a atteint un degré tout particulier de perfection, notamment pour les papiers lithographiques et pour ceux destinés à la simili-gravure.

D'autre part, les besoins considérables des négociants de Cognac et en vins de Bordeaux, qui utilisent essentiellement des étiquettes étant presque toujours richement enluminées, ont donné un débouché fort important à l'usine de la Rochandry, qui possède actuellement six machines à coucher qui travaillent jour et nuit et occupent plus de 180 ouvriers.
logo, lien /

Le patrimoine industriel de Poitou-Charentes, 2007-2012.
© Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes http://inventaire.poitou-charentes.fr