Vous êtes ici : Région Poitou-Charentes  >  Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes  >  Le patrimoine industriel de Poitou-Charentes
Vous êtes ici :

Dossier documentaire d'usine

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Tuilerie, dite Sté des grandes tuileries, actuellement Céramique du Midi Perrusson Rohmer
Roumazières-Loubert (Charente), rue du 8 Mai

photo de la notice
Bâtiment des fours. © Inventaire général / Phot. Inv. M. Deneyer
Date de l'enquête : 1986

Historique :

Cette tuilerie est construite en 1900 pour les familles Voche et Rohmer. En 1963 est créée la société de diffusion Sodima avec deux autres tuileries (G.T.R. et Perrusson) . En 1971 est construite l'unité Loubert 2 et, en 1980, Loubert 3. En 1976, l'établissement rachète les Grandes tuileries de Roumazières pour devenir ainsi le premier producteur de tuiles de France. En 1986, l'entreprise devient S.A. au capital de 50 millions de francs. La production en 1986 se monte à 300 t par jour ou 9000 tuiles. La production de Loubert 3 est entièrement automatisée, avec four tunnel chauffé au gaz. Le four Hoffmann de Loubert 1 est détruit en 1987.
Des grèves sont organisées en 1907, 1908, 1910 (avec séquestration du directeur et intervention de 150 hommes de troupes de ligne d'Angoulême à Loubert pour le libérer) et en 1911, puis de 1914 à 1918.

Description :

L'atelier de fabrication de Loubert 1 est en moellon couvert de tuiles mécaniques. Loubert 2 et 3 sont en parpaing de béton, charpente métallique apparente et couverture de ciment amiante. Loubert 2 est avec toit à lanterneau. L'ancien logement patronal devenu bureau est en brique à un étage, toit à longs pans et croupes et couvert de tuile plate. La cité ouvrière à un étage, est en moellon, couvert de tuile mécanique.

Documentation :

● Archives :

Archives privées CMPR.
Archives départementales de Charente, 1 M 101 : grèves.

● Bibliographie :

" Le groupe CMPR-GTR ". Roumazières-Loubert, Bulletin Officiel, 1979, n° 2.
" Toits CMPR ". Publicité.
" La céramique du bâtiment ". L'Illustration économique et financière, n° spécial, Charente, 1922. P. 106-107
" Les tuiles et briques ". Images de Charente. Revue géographique et industrielle de France, n° 29. Paris, 1964. P. 117-119

● Annexe 1 :

Le groupe CMPR-GTR. Premier producteur de tuiles en France. In : Roumazières-Loubert, Bulletin Officiel n° 2, 1979, p. 7-9.


1) HISTORIQUE

Le bassin argileux de Roumazières-Loubert est connu depuis le siècle dernier. Il a permis la création d'industries céramiques spécialisées dans la production de tuiles et de briques.

Aucun lien économique n'existait ni n'avait été créé entre les différentes sociétés d'exploitation qui étaient, à la fin du siècle dernier ou au début du nôtre, d'essence familiale.

Dès 1963, Monsieur Philippe AUDOUIN, Président des Grandes Tuileries de Fontafie, d'une part, et Monsieur Guy ROHMER, Président des Grandes Tuileries et Briqueteries Louis ROHMER & Cie, d'autre part, allaient en créant une action commerciale associée au sein d'une société de diffusion de matériaux dénommée SODIMA modifier profondément le profil économique de la région.


2) 1963 -1968. De la CREATION de SODIMA à la FUSION

Devant le succès commercial de cette distribution et l'appel sans cesse croissant du marché, l'augmentation des potentiels de production s'imposait.

Les actifs séparés rendaient difficilement possible une répartition des productions. Seule une fusion allait permettre, grâce à la diversification du potentiel, une spécialisation des productions. C'est la création de C.M.P.R., Céramique du Midi Perrusson-Rohmer.


3) 1968-1971. LA C.M.P.R.

Autour de la Société Céramique du Midi comptant une usine installée à Fournès dans le Gard, les fusions successives de la Société Céramique du Midi avec les grandes Tuileries Perrusson de Fontafie, tout d'abord, et de la société Céramique du Midi avec la Société Louis Rohmer & Cie, ensuite, avaient constitué un potentiel de production comptant dès 1968 quatre unités distinctes de production de tuiles.

Les années 1970 et 1971 allaient coïncider avec la mise en chantier et la mise en production d'une nouvelle usine dénommée Loubert II. C'est ainsi que la C.M.P.R. faisait un bon en avant, créait des emplois et, en augmentant son potentiel de production, satisfaisait de mieux en mieux les demandes très vives du marché.


4) CREATION du GROUPE C.M.P.R./G.T.R.

La C.M.P.R., devant un marché toujours demandeur, en 1976 saisissait l'opportunité de rachat des Grandes Tuileries de Roumazières.

L'apport de cette unité complémenfaire a permis au groupe C.M.P.R./G.T.R. de prendre la première place parmi les producteurs de tuiles français.

Cet achat a permis également de consolider près de 200 emplois alors que cette affaire avait connu au fil des années quelques vicissitudes.

Ce groupe ainsi constitué, qu'est-il, que deviendra-t-il ?


5) LE GROUPE AUJOURD'HUI

[ ? ]

Notre marché reste très ouvert et bien que lié au secteur du bâtiment qui connait aujourd'hui un tassement, le marché de la maison individuelle demeure très dynamique.

Nos productions sont utilisées pour la couverture des pavillons qu'il s'agisse de lotissements (individuel groupé) ou de maisons particulières (individuel diffus).

Notre groupe, contrairement à beaucoup de confrères, offre une gamme de produits très étendue : huit modèles disponibles en plusieurs coloris.

C'est ainsi que nous pouvons, grâce à une implantation à la charnière architecturale Nord-Sud, diffuser nos produits tant au Sud, où les toitures sont traditionnellement plates et les tuiles de forme ronde qu'au Nord où nous nous adaptons aux toitures fortement pentues et aux tuiles plates.

De plus, notre Groupe a la quasi-exclusivité en France de la production de tuiles utilisées pour la réfection des toitures existantes.

C.M.P.R. fait le fonctionnel avec la tuile G.R.13, l'esthétique avec la tuile Stop, le service après-vente avec les tuiles Marseille et Losangée et enfin contribue à la satisfaction du beau adaptable aux recherches individuelles avec les Tuiles Bâtiments de France dont la finition main reproduit les qualités d'antan.

Nous sommes les seuls dans notre région à pouvoir offrir une telle gamme de produits. Nous le pouvons car nous maîtrisons parfaitement nos techniques de production dans nos cinq usines de conception différente, adaptée chaque fois avec un souci de productivité, de rentabilité et de qualité.

Nous le pouvons parce que nous développons sans cesse notre potentiel depuis 1968. Notre Groupe représente plus de 12% du marché national.

Depuis 1968, notre chiffre d'affaires a été multiplié par 6, nos investissements, pour la même période, ont dépassé 120 millions de francs et notre technologie évolutive assure un maintien permanent en pleine productivité de nos cinq usines de céramique et de notre usine de béton.

Depuis 1968, notre production de tuiles a augmenté de 105% et avec la réalisation d'une nouvelle unité de production par rapport à la même période, l'augmentation de production en 10 ans aura été de 197%.

Dans un environnement économique qui tend à restructurer les industries françaises, dans un contexte professionnel de regroupement de sociétés, nous offrons l'image d'un groupe financier capable de s'adapter au passage d'une économie de production à une économie de marché.

Nous offrons à la région de Roumarières-Loubert la certitude de la pérennité de l'entreprise, la stabilité de l'emploi, l'assurance du développement qui doit contribuer à la croissance de notre cité.

Nous nous efforcerons à l'avenir de satisfaire les demandes nombreuses de notre marché et l'adjonction d'une nouvelle unité de production entièrement automatisée nous permettra dans le respect de notre politique de qualité, de répondre aux demandes de notre clientèle.

Ce nouvel effort d'investissement apportera 61 emplois nouveaux, ce qui, ajouté aux 644 emplois actuels, portera notre effectif total à 705 personnes, faisant ainsi de C.M.P.R./G.T.R. le premier employeur de Charente limousine et l'un des plus importants de notre départements.

Depuis 1963, le lien permanent de l'entreprise avec l'extérieur a été canalisé par la Société SODIMA, distributrice exclusive de nos Sociétés de Fabrication. Nos clients connaissent les hommes du Commercial, mais l'entreprise, c'est aussi un carrefour d'hommes, différents et complémentaires, dont l'intérêt commun est la gestion de l'entreprise.

Malgré notre développement rapide, nous nous efforçons de maintenir un climat de franche collaboration. Pour cela, nous avons dès 1973 délibérément opté pour une expérience de direction collégiale. Le comité de Direction définit des politiques, c'est à dire les grands axes, les orientations à long terme de notre développement. Il analyse les résultats à court terme et anime les personnels d'Encadrement qui, dans l'exercice de leurs responsabilités, bénéficient d'une autonomie sans cesse croissante.

Chaque Directeur de Département, chaque Chef de Service, chaque Responsable d'Encadrement a des objectifs annuels dont il suit mensuellement les réalisations en les comparant aux prévisions qu'il a lui-même contribué à élaborer.

Ce souci de gestion budgétaire conduit à la décentralisation de l'autorité, valorise l'action de chacun, l'insère en toute connaissance dans le processus de productivité et permet de maintenir, malgré le changement de taille constant de l'entreprise, une dimension humaine si utile à l'équilibre de chacun.

Notre Groupe C.M.P.R./G.T.R. a donc depuis 1963 " joué la carte " de notre Charente Limousine et croit à notre région de Roumazières-Loubert. Il collabore largement à son développement économique et continuera :
- à développer son potentiel ; c'est sous trois ans 60 millions d'investissements et la création de cette unité entièrement automatisée.
- à développer l'emploi ; c'est pour 1979 la création de 60 emplois,
- à développer ses installations d'exploitation du gisement d'argile en s'assurant de la mise en place par les Pouvoirs Publics d'une politique d'aménagement de l'infrastructure routière nécessaire au maintien et au développement de son activité économique principale.

● Annexe 2 :

Présentation du groupe CMPR. In : Toits CMPR (Publicité) [vers 1980]


A. LE POTENTIEL

Le potentiel peut être modifié en fonction des demandes du marché et en raison de l'extrême flexibilité des outils de production de la C.M.P.R.

Maintenant, en effet, la production de 14 modèles, le groupe a, parfois au détriment de la rentabilité à court terme découlant de la spécialisation, toujours volontairement privilégié la " polyproduction ".

Cette précaution s'est avérée rentable dès l'apparition de la crise ; sous la pression de la demande, nous avons de cette manière pu adapter nos productions. C'est ainsi que Loubert II peut produire 5 modèles différents avec des ratios de rentabilité identiques et Loubert III, conçue en mono-produit, est maintenant adaptée, dans le respect des automatismes, à 3 modèles différents.

Il ne faudra, par conséquent, retenir les chiffres ci-dessus qu'à titre indicatif, le potentiel de production pouvant suivre la demande commerciale.


B. LE LABORATOIRE

A côté des installations de production, notre groupe a, depuis quelques années, orienté ses efforts vers :
- le contrôle qualité
- la recherche minière
- l'innovation

Nous avons, pour cela, dès 1976, construit un laboratoire moderne.

Sous la responsabilité d'un ingénieur et de spécialistes céramistes, l'équipe de ce laboratoire se consacre à ces travaux.

Le contrôle. Tous nos produits sont systématiquement testés par des sondages quotidiens, analysés au niveau de leur conformité aux normes professionnelles et éliminés dès qu'une anomalie apparaît.

Ceci nous permet, outre une politique de qualité unanimement reconnue, de réduire considérablement les risques inhérents à la législation sur la responsabilité sur produits livrés.

La recherche minière. Notre groupe est propriétaire de 800 hectares de terre agricole, répartis en très large proportion en Charente, avec néanmoins quelque 4 5 hectares en Charente-Maritime et 55 hectares à Fournès, dans le Gard.

Cette réserve foncière, exploitée en agriculture, constitue une assise financière importante et surtout peut garantir la pérennité des ressources en argile.

Le laboratoire a pour tâche de sonder systématiquement les sols nous appartenant de manière à dresser une carte complète du sous-sol argileux.

Les sondages effectués font l'objet d'essais pré-industriels permettant de classer les ressources en fonction de leurs caractéristiques tant en ce qui concerne la couleur du produit cuit qu'en ce qui touche les paramètres techniques (porosité, perméabilité, résistance au gel, retrait à la cuisson etc...).

L' innovation. La spécificité de notre groupe en matière de production doit être trouvée dans sa gamme de produits très ouverte. Tous les tuiliers ou presque ne possèdent qu'un ou deux modèles de tuiles et sont condamnés ainsi à ne desservir qu'une zone géographique limitée.

La C.M.P.R. a su garder cette position charnière entre les deux grandes tendances fondamentales qui partagent en deux la France et a su acquérir un rang de leader dans la production de tuiles destinées à l'entretien du patrimoine national de couverture.

Pour satisfaire des demandes diverses, la C.M.P.R., dans les dernières années, a mis au point :
- une tuile plate : la tuile " Bâtiments de France " qui fut primée par la FNASSEM lors du concours organisé au début de l'année 1977 à Paris,
- une tuile courbe " Bâtiments de France " qui, avec une finition main s'apparentant à celle de la tuile plate, convient très bien à la réfection des toitures des monuments historiques classés ou à la construction de toute demeure de caractère.
- la recherche détaillée des caractéristiques chimiques, physiques et céramiques des matières premières locales.

Cette recherche a été conduite depuis plus de trois ans sous la responsabilité d'un ingénieur à plein temps dont la tâche est, à partir de la définition des caractéristiques mentionnées ci-dessus, de préciser les possibilités d'utilisation dans l'émail.

Nous avons, pour cela, développé :
- des compositions de pâte et d'émaux avec les matières premières locales, et ajout éventuel de matières premières d'autres provenances,
- des essais semi-industriels sur la pâte et les émaux dans des conditions normales de production,
- le perfectionnement des résultats jusqu'à l'obtention de l'optimum,
- la formulation finale des compositions de pâte et d'émaux,
- le détail du procédé technologique.

Ceci nous permet, comme nous l'avons déjà signalé, d'envisager d'aller au-delà de la place qu'occupe le groupe au sein du marché du carrelage.

Nous avons acquis, au cours d'essais en laboratoire ou d'essais semi-industriels, dans nos unités ou à l'extérieur, dans des conditions normales de production, la technologie nécessaire à la conduite d'une production qualitativement fiable.
logo, lien /

Le patrimoine industriel de Poitou-Charentes, 2007-2012.
© Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes http://inventaire.poitou-charentes.fr