Vous êtes ici : Région Poitou-Charentes  >  Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes  >  Le patrimoine industriel de Poitou-Charentes
Vous êtes ici :

Dossier documentaire d'usine

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Laiterie et fromagerie industrielles de la Viette
Vouhé (Deux-Sèvres), Soutiers

photo de la notice
Vue prise du sud-est : chaufferie, bâtiment administratif, magasin d'expédition et le séquoïa centenaire. © Inventaire général / Phot. Inv. A. Dagorn
Date de l'enquête : 2002

Historique :

Cette laiterie est créée en 1896 par le marquis Gilbert de Maussabré, également fondateur, pour contrer les laiteries coopératives voisines, de celles de Marcilly à Verruyes, des Châtelliers à Fomperron, de Bagneux à La Chapelle-Bertrand, d'une à Secondigny et d'une sixième à Sanxay (Vienne). Connues sous le nom de Laiteries du bocage gâtinais, elles possèdent leur siège social à Parthenay (12, avenue Victor-Hugo). Comme dans certaines de ces autres laiteries, un arbre exotique, ici un séquoia, a été planté lors de la création de cette usine, qui se situe au bord de la rivière la Viette, à un kilomètre de la gare de Saint-Pardoux, sur la ligne Paris-Bordeaux. Le marquis de Maussabré se trouve bientôt confronté à des problèmes financiers et la laiterie de la Viette est vendu en 1927 à un groupement de cultivateurs qui le transforme en coopérative. Les locaux d'origine subissent de grandes transformations au fil du développement de l'affaire : en 1937, une chambre froide, une salle de maturation de la crème et un hangar sont bâtis, puis, en 1942, une fromagerie par l'entrepreneur Raymond Trouvé de Saint-Pardoux (79), et, en 1946, un nouveau quai et des logements pour le directeur et le chauffeur. Dans les années 1950, on y fabrique du beurre, de la caséine, des fromages de type emmenthal et bleu d'Auvergne, et de la poudre de lait selon le procédé Hatmacker. Une nouvelle chaufferie est édifiée en 1956 et, l'année suivante, des garages et un atelier de mécanique sont bâtis de l'autre côté de la route. Un bâtiment de stockage des emballages et une chambre de congélation sont édifiés dans les années 1980. En 1984, l'établissement se lance dans la fabrication de fromages frais avec la construction de nouveaux locaux, puis, à partir des années 1990, dans le secteur de la crémerie fine. En 1994, des travaux d'agrandissement concernent un bâtiment administratif et un magasin d'expédition.
Dans les années 1960, la laiterie compte une quarantaine d'employés.

Description :

Les logements sont en moellon enduit, à un étage carré et toit en ardoise à demi-croupes. Les anciens ateliers de fabrication en moellon enduit possèdent un étage de soubassement et un rez-de-chaussée surélevé, avec toit en ardoise. La chaufferie, en béton et à un étage de soubassement et en rez-de-chaussée est couverte d'un toit d'ardoise à pignons découverts surmonté d'un lanterneau. Les garages sont en pan de métal et béton, en rez-de-chaussée et toit en ciment amiante. La fromagerie de 1984 en pan de métal avec béton en solin et métal au-dessus, est couverte d'un toit en ciment amiante. Les bâtiments de 1994 sont en béton et verre avec toit en métal.

Documentation :

● Archives :

AD Deux-Sèvres, 12 M 10/1. Laiteries et beurreries coopératives, 1918.

● Bibliographie :

PERCHEY, Daniel. La merveilleuse histoire des laiteries des Deux-Sèvres. Document manuscrit. P. 192-195
logo, lien /

Le patrimoine industriel de Poitou-Charentes, 2007-2012.
© Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes http://inventaire.poitou-charentes.fr