Vous êtes ici : Région Poitou-Charentes > Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes   > L'agglomération de Poitiers > Dossiers et illustrations
L'inventaire du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes

L'agglomération de Poitiers :
les 3 262 éléments du patrimoine étudiés


Dossiers et illustrations : dossier documentaire

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Saint-Benoît / le Petit-Château / le Petit-Château
Manoir du Petit-Château

photographie du dossier documentaire, voir légende
Le domaine vu depuis le nord-est. © Région Poitou-Charentes - Communauté d’agglomération de Poitiers / R. Jean, 2005.
Dossier documentaire réalisé à partir de l’enquête d’inventaire de 2004.

Historique

Cet ancien fief est mentionné pour la première fois au 15e siècle. En 1696, la "maison du Petit-Château" est acquise par la congrégation de la mission du grand séminaire de Poitiers auprès de Philippe Thoreau, sieur des Girardières et du Tillon, et de son épouse Magdeleine Roatin. A cette époque, elle est dans la mouvance de l'aumônerie de l'abbaye de Saint-Benoît, lui versant des redevances. La date 1775 (ou 1745) est portée sur un manteau de cheminée à l'intérieur. Celle de 1782 apparaît sur une ancienne écurie dans le bâtiment en retour d'équerre à l'ouest. Au 19e siècle, la demeure servait de résidence de campagne au séminaire de Poitiers. Le plan cadastral de 1840 indique une aile de bâtiment sur le côté est de la cour, de part et d'autre du piegonnier. Cette aile a aujourd'hui disparu. Le cadastre indique aussi une construction nouvelle de maison achevée en 1887. En 1980, des ouvertures ont été percées sur la façade est, et l'intérieur du bâtiment en retour d'équerre a été réaménagé. L'entrée principale ne se trouvait pas à l'emplacement actuel mais en contrebas, plein ouest, permettant de traverser ainsi l'ancien parc. A l'est, un espace rectangulaire délimité par des arbres pourrait être un ancien cimetière de famille. Le pigeonnier s'insère dans un mur qui maintient le terrain creusé à partir de ce mur, générant une forte dénivellation : il s'agit peut-être d'une ancienne tour de fortification. Le pigeonnier est une ancienne chapelle. Un clocheton abritant toujours une cloche a été récemment clos.

Description

La propriété est entièrement close de murs, percés de 3 portails. L'accès aux bâtiments s'effectue par le nord-est, via un portail à piliers maçonnés surmontés de boules, avec porte piétonne sur le côté. L'est de la cour est notamment occupé par un pigeonnier. A l'ouest s'étendent les dépendances puis le logis. Ce dernier comprend deux parties : le logis lui-même, dans le prolongement des dépendances, ouvre à l'est par trois travées avec porte centrale. Il se poursuit au sud par un bâtiment en décrochement accessible côté nord par une porte charretière en plein cintre. A côté, un muret sépare la cour d'un jardin. Une porte piétonne en plein cintre, ménagée dans le muret, y donne accès juste à côté du décrochement du logis. Prolongeant le logis vers le nord, les dépendances forment sous un même toit un long bâtiment. Deux grandes portes rectangulaires notamment ouvrent sur ce qui devait être des écuries. D'autres dépendances, dont une ancienne écurie, forment une aile en retour d'équerre à l'ouest du logis. Le pigeonnier quant à lui, de forme circulaire, ouvre par des baies en plein cintre, et par une porte côté ouest. A l'intérieur, une voûte masque les boulins à pigeons.

Précisions sur le décor

La porte du pigeonnier est surmontée de volutes.

Documentation

● Archives

Archives départementales de la Vienne . 1H 6/13. 1695-1739 : registre du chapitre de l'abbaye de Saint-Benoît.
Archives départementales de la Vienne . 1H 6/14. 1776 : état des revenus de l'ancienne mense conventuelle de l'abbaye de Saint-Benoît.

● Annexe 1 :

Archives départementales de la Vienne. 1H 6/13. Extrait du registre du chapitre de l'abbaye de Saint-Benoît, 1695-1739 :
1696, 22 septembre : la congrégation de la mission du grand séminaire de Poitiers a récemment acquis de Philippe Thoreau, écuyer, sieur des Girardières et du Tillon, et de Magdeleine Roatin son épouse, la maison du Petit-Château, dans la mouvance de l'office d'aumônier de l'abbaye. L'acte indique qu'il sera fait une clôture qui comprendra le jardin de la maison derrière la grange, dans lesquelles terres sont les masures des bâtiments de la métairie de la Boizatelle, pour ne faire qu'un seul enclos qui sera fermé de hautes murailles pour la conservation des fruits d'une vigne qui y sera plantée.



logos CAP
consulter au centre régional de documentation du patrimoine de Poitou-Charentes