Vous ętes ici : Région Poitou-Charentes > Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes   > L'agglomération de Poitiers > Dossiers et illustrations
L'inventaire du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes

L'agglomération de Poitiers :
les 3 262 éléments du patrimoine étudiés


Dossiers et illustrations : dossier documentaire

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Migné-Auxances
Présentation de la commune

photographie du dossier documentaire, voir légende
Vue générale. © Région Poitou-Charentes - Communauté d’agglomération de Poitiers / G. Renaud, 2006.
Dossier documentaire réalisé à partir de l’enquête d’inventaire de 2005.

Historique

La vallée de l'Auxance est occupée depuis au moins le Néolithique, comme le montre la découverte d'un espace fortifié datant de cette époque. De même ont été retrouvés un enclos de l'âge du bronze ou du fer, une villa gallo-romaine, un atelier monétaire gaulois, une sépulture du Haut Moyen Age, etc. Sur la carte de Cassini figurent les lieux suivants : Migné, Les Coudres où est mentionnée une chapelle, Auzances où est mentionné le château, Verneuil, Moulinet, Limbre, Fougère, L'Erable, La Folie, La Belletière, Putet, Salvert, Girouard, Sigon, Moulin-Neuf, Nanteuil, Malaguet, La Rivardière, Chardonchamp, Lavaud, La Folie. Le cadastre de 1838-1839 indique les ruines d'une chapelle et d'une ancienne glacière (K11 19). La démographie de la commune se caractérise par une progression régulière jusqu'en 1881, avant d'entamer une régression jusqu'en 1936, puis de connaître une forte croissance à partir de 1945. Cette expansion s'accélère à partir des années 1960 puisque la population double entre 1962 et 1990.

Description

La commune de Migné-Auxances s'étend sur 2896 hectares. Elle est traversée d'est en ouest par la rivière d'Auxance, qui prend sa source à Saint-Martin-du-Fouilloux. Autour de ses méandres se sont implantés des moulins et la grande majorité du bâti. C'est là que se trouvent le bourg de Migné, très étendu, et plusieurs écarts dont les plus importants : Limbre, Chardonchamp, Nanteuil. De part et d'autre de cette vallée, le territoire est peu urbanisé. Au nord, l'existence des carrières souterraines de calcaire (Les Carrières, La Pierre-levée, Les Lourdines, Belle-Roche) a sans doute aussi limité les constructions. Le territoire est traversé par plusieurs axes de communication : la RN 147 à l'ouest, l'autoroute A10 vers Chardonchamp et au sud-est la RN 10 établie parallèlement à la voie ferrée. Ces axes ont parfois donné lieu au développement de hameaux, comme celui d'Auxance, et surtout à l'implantation de zones industrielles et commerciales, concentrées au sud. La commune compte deux communautés religieuses : le Carmel situé au château d'Auxances et la maison d'enfants de Salvert. Elle compte également deux musées privés, le premier "Chez Manuel" consacré à l'art populaire, sur la RN 10, le second à Chardonchamp, siège de l'association GRHAMA, exposant les vestiges archéologiques de la commune.

Documentation

● Archives

Archives départementales de la Vienne : 1H 2/62. 15e-18e siècles : titres et papiers relatifs aux dépendances de l'abbaye de Montierneuf à Migné.
Archives départementales de la Vienne : Série O, Biens communaux autres que les chemins.
Archives départementales de la Vienne : 4 P 1059-1069 (Plans parcellaires, 1838-1839) ; 4 P 2629 (Etats de sections des propriétés bâties et non bâties, 1839) ; 4 P 2630 (Tableau indicatif des propriétaires, des propriétés foncières et de leur contenance, 1839) ; 4 P 2631 et 4 P 2638 (Matrices des propriétés foncières, 1841-1914) ; 4 P 2639 (Matrices des propriétés bâties, 1882-1910).
Archives municipales de Migné-Auxances. Registres des délibérations du conseil municipal.
Ville de Poitiers, service du cadastre : fichier du bâti.

● Bibliographie

Annuaire de Poitiers et du département de la Vienne, administratif, militaire, religieux, judiciaire, industriel et commercial. Poitiers : Marc Texier imprimeur-éditeur, 1938, p. 867. Faire l'histoire. Un répertoire des sources départementales. Groupe "Faire l'histoire". Université Inter Ages de Poitiers, 1994, p. 193. INSEE. Recensements de Migné-Auxances, 1990, 1999. INSEE. Nomenclature des hameaux et lieux-dits, 1996, p. 203.
Association Migné-Auxances Mémoires. Bon souvenir de Migné-Auxances. Recueil de cartes postales anciennes. Octobre 2002. Site e-mail de l'association Migné-Auxances Mémoires. Association Migné-Auxances Mémoires. Migné-Auxances d'hier à aujourd'hui. - Migné-Auxances (Vienne) : Commune de Migné-Auxances, 1999.
Dictionnaire des communes et pays de la Vienne des origines à nos jours : histoire, patrimoine, économie / dir. Dominique Guillemet. La Crèche : Geste éditions (29-Pont-l'Abbé : Ecograf), 2003. P. 211-213
Galland, J. Les cahiers de Chardonchamp. Bulletin périodique du Groupe de Recherche Historique et Archéologique du Territoire de Chardon Champ et de la Basse Auxance / Groupe de Recherche Historique et Archéologique de Migné-Auxances.
Le patrimoine des communes de la Vienne. Paris : Flohic (35-Rennes : Oberthur Graphique), 2002. P. 768-779
Rédet Louis. Dictionnaire topographique du département de la Vienne. Paris : Imprimerie Nationale, 1881.
Salvini, Joseph. Communication à la séance du 21 novembre 1935. Bull. Soc. Antiquaires de l'Ouest, 3ème s., t. 10, 1934-1935, p. 665. Simmat, Gérard. Juchault, Pierre. Mémoire en Images. Le Pays de Poitiers. Joué-les-Tours : éd. Alan Sutton, 1999, p. 37, p. 64 à 69.
Http : //www.musee-chezmanuel.com.

● Annexe 1 :

Territoire et limites communales

Archives municipales de Migné-Auxances : 1D5, Registre des délibérations du Conseil municipal (1936-1952).
Séance du 10 juin 1951 : Le Conseil municipal approuve la proposition de l'INSEE de transformer le nom de la commune de Migné en Migné-Auxances.

Archives municipales de Migné-Auxances : 1D6, Registre des délibérations du Conseil municipal (1952-1963).
- Séance du 23 février 1958 : Le projet de remembrement de Chasseneuil propose que Chasseneuil recevrait une petite portion du territoire de Migné de 1, 68 ha. et recevrait une portion de 2, 43 ha. Le Conseil municipal estime qu'il n'en résultera pas de changement appréciable. Le 25 juin 1958, le Conseil municipal rejette la proposition qui diminuerait l'importance de la commune.
- Séance du 7 avril 1958 : Le Conseil municipal donne son adhésion au groupement d'urbanisme de Poitiers comprenant les communes de Poitiers, Buxerolles, Chasseneuil, Croutelle, Mignaloux-Beauvoir, Migné, Saint-Benoît, Ligugé et Biard.
- Séance du 30 juillet 1960 : Projet d'achat de terrains à la Folie en vue de l'industrialisation de cette portion de territoire.
- Séance du 11 novembre 1963 : Création d'une zone industrielle, acquisition du terrain au lieu-dit de L'érable, J 143, en bordure de la RN 147. Superficie : 4, 482 ha.

Archives municipales de Migné-Auxances : 1D7, Registre des délibérations du Conseil municipal (1963-1972).
- Séance du 1er mai 1964 : Litige avec la commune de Chasseneuil-du-Poitou au sujet de la Folie (demande de rattachement). Le Ministre de l'Intérieur, en date du 24 mars 1964, a jugé inopportun de donner suite à la demande qui lui était présentée. Affaire classée sans suite.
- Séance du 6 avril 1965 : Rectification des limites communales, suite à un procès (gagné par Migné) avec la commune de Cissé, aménagement des limites communales par compensation de terrain.
- Séance du 20 avril 1967 : Modification des limites communales : Délibération du Conseil municipal de Cissé, en date du 20 août 1966 reçue à la Préfecture de la Vienne le 7 février 1967 et en mairie de Migné-Auxances le 29 mars 1967, relative au rattachement à la commune de Cissé des hameaux : Le Lac, L'abbaye de Fougères et Fougères. Négociation en cours. Adhésion de la commune au District urbain de Poitiers, créé le 28 septembre 1965.
- Séance du 7 janvier 1968. Approbation du projet de modification de la limite intercommunale entre Migné et Cissé, suivant le dossier dressé par M. Ragot, géomètre expert : La commune de Cissé cède à la commune de Migné 35, 9215 ha., la commune de Migné cède à la commune de Cissé 39, 478 ha. Soit pour la commune de Migné une perte de superficie de 3, 5565 ha.

Archives municipales de Migné-Auxances. Bulletin municipal.
- 1980, p. 16-19. A propos de l'installation d'une centrale d'enrobés sur le territoire de la commune, avis favorable du Conseil municipal.
- 1983, p. 14-15 . Evolution de la commune de 1977 à 1982 : population, accroissement de l'ordre de 15, 09 %, ce qui donne 4328 habitants pour 1452 foyers. ; 197 constructions nouvelles ; 15 constructions artisanales et 5 extensions. L'implantation des zones économiques ont eu pour effet un apport important d'emplois : à ce jour au total 1500 emplois sur la commune. 15 lotissements ont été accordés depuis 1977 représentant 247 lots. 197 maisons individuelles ont été construites et 10 implantations d'entreprises.
- 1983. Création de trois ZAD (Zone d'Aménagement Différé) sur la commune : à la Garenne (protection absolue du paysage) ; au Porteau, destinée à une future urbanisation ; à Saint-Nicolas, réservée à l'accueil d'activités économiques. Société Immobilière de la Ville de Poitiers : logements locatifs des Vignes, 36 pavillons au 31 décembre 1983, et 34 au 31 mars 1984.
- 1987. Deux lotissements sont en cours d'étude : l'un de 23 lots réalisé par la Société Immobilière de la Ville de Poitiers sur le site des Rochereaux se dénommant Les Coteaux de Nanteuil ; l'autre de 10 lots réalisé par une société de promotion immobilière, Les Hauts de Lavaud.
- Juillet 1990. Déviation de Migné-Auxances R.N. 147, calendrier des travaux : giratoire sud fin juin 90, pont de l'Auxance fin novembre 91, ouverture de la déviation fin juin 91.
- Septembre 1991. La première tranche de la déviation a été ouverte. La 2e et la 3e sont en cours.
- Juin 1993. La 3e tranche de la déviation a été ouverte.
- Octobre 1995. Ouverture en septembre d'une déchetterie près de la RN149, route de Parthenay.
- Février 1996. 5 lotissements sont en construction : le village de la Castouarde, rue Zamanski, 16 lots ; la Galmanderie, 17 lots ; Sigon, 4 lots ; les Coudres, 140 lots ; les Chilloux 30 lots.
- Juin 1997. Construction de 42 logements locatifs aux Rochereaux, financée par le district. L'extension de la commune pose des problèmes de circulation. Un plan de déplacements est étudié.
- Septembre 2004. Construction d'un nouveau lotissement entre la rue de la Castouarde et la rue Zamanski, avec 20 pavillons.
La ZAC de Saint-Nicolas a été créée en 1994. La cuisine centrale a été le premier bâtiment construit, en 2000.
- Février 2005. Lors de la construction du nouveau lotissement, une ferme gallo-romaine avec enceinte a été mise au jour, avec des amphores, des pièces, des os, des creusets pour fondre le bronze, et des outils.

● Annexe 2 :

Population

Le déclin de la démographie, amorcé après 1881, s'explique par l'appartion du phylloxera qui entraîne la ruine du vignoble. Ce n'est qu'après la seconde guerre mondiale que la population connaît un nouvel essor.

Des documents d'archive donnent le détail de la population de la commune.
- Plan de répartition de la population, en 1893 :
Total : 2596 habitants.
Auxances : 882 habitants.
Migné : 446 habitants.
Limbre : 326 habitants.
Nanteuil : 286 habitants.
Salvert : 128 habitants.
Moulinet : 104 habitants.
- Détail de la population en 1962 :
Auxances : 767 habitants.
Les Boisses : 28 habitants.
Chardonchamp : 162 habitants.
Chaussac : 30 habitants.
Lavaud : 34 habitants.
Limbre : 255 habitants.
Lourdines : 30 habitants.
Moulin-Neuf : 61 habitants.
Moulinet : 75 habitants.
Nanteuil : 273 habitants.
Pontreau : 30 habitants.
Cité du Porteau : 151 habitants.
Rivardière (la) : 78 habitants.
Salvert : 141 habitants.
- Un recensement général a été réalisé en 1991. Le dernier datant de 1999 indique que la population totale est de 5805 habitants.

Activités

Migné-Auxances est une commune rurale dont les activités principales, la viticulture et l'exploitiation de la carrière, se diversifient à partir de la seconde moitié du 19e siècle, et surtout après l'apparition du phylloxera.
La consultation des matrices permet de dénombrer un certain nombre d'édifices à vocation commerciale ou industrielle, parmi eux : des ateliers (parcelles C20 38, D17 53, E10 127, E17 42, E10 136) ; une fabrique de cire (E 228) convertie en bâtiment rural en 1872 ; un bâtiment (E10 6) converti en bâtiment d'industrie en 1858 ; une forge (F19 34) construite en 1878 ; des boutiques (E11 226, 90), l'une détruite en 1863, l'autre mentionnée en 1867 ; des magasins (E 17 9, 236, 95, F18 98) mentionnés dans les années 1870 ; une fabrique de cartonnage (E11 14) mentionnée en 1876, incendiée en novembre 1887, reconstruite en 1888.
Notons, en parallèle des moulins recensés dans cette étude, la mention dans les archives de moulins, dont certains ont été modifiés ou détruits : un moulin à farine (E10 parcelle 19) et un moulin (E10 parcelle 21) à Giroir, un moulin (E 347) démoli en 1843, celui de Limbre (C4 50) détruit en 1847, un moulin (E4 30) détruit en 1860, un démoli en 1860 (K3 6), un démoli en 1867 (F18 10), un démoli en 1872 (E10 19). Démolition en 1885 du moulin à huile (E10 21) des soeurs de sainte-Philomène. Parmi eux, certains ont été reconstruits ultérieurement.

● Annexe 3 :

Chemin de fer

Archives municipales de Migné-Auxances : 1D1, Registre des délibérations du Conseil municipal (1829-1862).
- Séance du 27 octobre 1839 : Le Conseil municipal donne un avis favorable au projet de ligne de chemin de fer de Tours à Bordeaux, devant passer sur le territoire de la commune.

Archives municipales de Migné-Auxances : 1D2, Registre des délibérations du Conseil municipal (1863-1886).
- Séance du 30 mars 1869 : Vote d'une somme de 10 000 francs offerte à l'administration du chemin de fer pour que ce chemin de fer, de Poitiers à Saumur, suive le tracé primitif établi à proximité (200 m.) du chef-lieu.
- Séance du 18 février 1872 : Projet de construire une gare de transbordement au grand pont, point de jonction entre la ligne de Poitiers à Neuville à Saumur et celle de Paris à Bordeaux.
- Séance du 4 septembre 1873 : "Une grand nombre d'usines et de vignobles considérables lui (à la commune) créent des relations commerciales étendues". Pour améliorer le projet et l'adapter aux besoins de la population, le Conseil municipal demande : qu'il soit établi un quai et une halle couverte (exportation des produits de la commune) ; qu'il y ait un local suffisant pour accueillir les visiteurs ; que la désignation de cette station comprenne le nom de Migné. Le Conseil municipal fait le voeu qu'il soit établi une gare de transbordement à Grand-Pont, lieu de raccordement avec la ligne d'Orléans pour les voyageurs et les marchandises dirigées sur Paris.

Archives municipales de Migné-Auxances : 1D5, Registre des délibérations du Conseil municipal (1936-1952).
- Séance du 23 juin 1945 : Le Conseil municipal se dit favorable à l'installation d'une gare de triage à Grand-Pont.

● Annexe 4 :

Réseaux, voirie et alignement

Archives municipales de Migné-Auxances : 1D2, Registre des délibérations du Conseil municipal (1863-1886).
- Séance du 3 décembre 1871 : Lecture du rapport de M. L'Ingénieur ordinaire des ponts et chaussées pour l'arrondissement du centre sur l'enquête à ouvrir pour la révision du plan d'alignement de la route nationale n° 147 de Limoges à Saumur dans la traverse d'Auxances.
Le Conseil municipal "émet le voeu que les constructions élevées conformément au plan arrêté le 1er mars 1842, soient et demeurent exemptes de toute modification d'alignement puisque les propriétaires des dites maisons seront conformes au dit alignement (...).
Il fait observer en même temps que le passage de la route de Limoges à Saumur va être considérablement diminué par l'établissement de la ligne de chemin de fer d'intérêt local de Poitiers à Saumur et que par cette raison les rectifications proposées sont moins urgentes.
En conséquence le Conseil municipal n'approuve pas les modifications proposées à l'alignement de la route de Poitiers à Saumur".

Archives départementales de la Vienne. Matrices cadastrales : En 1895-1896, puis en 1913, aménagement (section K3) de la route nationale 148.

Archives municipales de Migné-Auxances : 1D4, Registre des délibérations du Conseil municipal (1906-1936).
- Séance du 28 septembre 1930 : Demande d'alignement (mur de clôture) M. Guyonneau Edmond, pour la propriété F18 n°91, en bordure du chemin rural qui va du chemin n° 30 à l'Auxance.

Archives municipales de Migné-Auxances : 1D5, Registre des délibérations du Conseil municipal (1936-1952).
- Séance du 6 décembre 1936 : Le Conseil municipal sollicite une déclaration d'utilité publique pour les travaux d'adduction d'eau.
- Séance du 28 novembre 1938 : Un budget est voté pour le projet d'adduction d'eau.
- Séance du 3 novembre 1940 : Adjudication des travaux d'adduction d'eau.
- Séance du 17 mai 1942 : Le ciment manque pour construire les châteaux d'eau du réseau d'adduction. Un ciment allemand sera employé. NB : La décision semble sans suite. Les travaux d'adduction ne sont pas terminés en 1944, et reprennent en 1945 et sont achevés en 1948.

Archives municipales de Migné-Auxances : 1D6, Registre des délibérations du Conseil municipal (1952-1963).
- Séance du 20 janvier 1952 : Le Conseil municipal décide de faire faire le goudronnage des principaux axes routiers de la commune.
- éance du 12 juillet 1953 : Projet d'éclairage des rues.
- Séance du 25 avril 1954 : Décision de mettre à exécution le projet d'éclairage public.

Archives municipales de Migné-Auxances : 1D7, Registre des délibérations du Conseil municipal (1963-1972).
- Séance du 27 septembre 1969 : Avant-projet d'aménagement du carrefour de la RN 147 et des V.O. 1 et 9.
- Séance du 8 octobre 1970 : Construction de la rue de la Croix, à Sigon : nécessité d'acquérir les terrains frappés d'emprises, notamment la parcelle M 439.

Archives municipales de Migné-Auxances : 1D8, Registre des délibérations du Conseil municipal (1973-1980).
- Séance du 3 septembre 1974 : Construction de l'autoroute A 10, cession par la commune d'emprises sur chemins ruraux.

● Annexe 5 :

Ecoles

Archives départementales de la Vienne : Série O.
- Plan schématique de situation des écoles, visé par la préfecture le 7 novembre 1947.
- Effectif des écoles : Migné (garçons) : 64 élèves ; Auxances (filles) : 62 élèves ; Limbre (mixte) : 47 élèves ; Nanteuil (mixte) : 78 élèves ; Ecole privée de filles de Migné : 25 élèves ; Ecole privée (filles et garçons) de Salvert : 70 élèves. Total : 346 élèves.

Archives municipales de Migné-Auxances. Bulletin municipal.
- Octobre 1995. Effectifs des écoles : Limbre maternelle 29 élèves en 1 classe, primaire 33 en 2 classes ; République maternelle 67 élèves en 3 classes ; Nanteuil maternelle 130 élèves en 5 classes, primaire 185 élèves en 8 classes ; Porteau primaire 113 élèves en 5 classes ; école privée maternelle 44 en 1 classe, primaire 41 en 3 classes.
- Décembre 1999. Les noms des écoles ont été revus. Les écoles de Limbre, de la République et Camille-Demarçay ont conservé leur nom. La dernière doit son nom à l'ancien maire de Migné de 1878 à 1884. En 1895, sa veuve prolonge le bail. En 1979, leur descendant, Philippe Demarçay, cède les terrains et les bâtiments à la commune. Le groupe scolaire de Nanteuil prend le nom de Robert Desnos. L'école du Porteau devient école Victor Schoelcher.
- Janvier 2003. Effectifs des écoles : Ecole Desnos primaire 182 élèves en 8 classes ; Ecole Desnos maternelle 115 élèves en 5 classes ; école République 77 élèves en 3 classes ; école de Limbe 80 élèves en 3 classes ; école Schoelcher 98 élèves en 5 classes.

● Annexe 6 :

Dictionnaire des communes et pays de la Vienne, dirigé par Dominique Guillemet. Paris : Geste éditions, p. 211-213.
" (...) Très tôt, cette vallée fut occupée comme en témoignent le menhir de la Pierre Levée des Lourdines ou encore une cinqantaine de haches de bronze découvertes au début du siècle. A l'époque gallo-romaine, la voie romaine reliant Poitiers à Nantes franchissait l'Auxance au gué de Monfolon près des Boisses où fut retrouvé un sou d'or de Constance II. La vallée était occupée par une population éparse dont témoignent de nombreuses sépultures : fosses à offrandes de Salvert, sarcophages de Chardonchamp, Moulin Neuf, Terrefaux.
Sur les bords de l'Auxance se dressait une villa qui, dès l'époque des invasions, a pu être transformée en ferme fortifiée. Au Moyen-Age, pour protéger le passage à gué de la rivière, s'élève le puissant donjon de pierre du château d'Auxances, caractéristique des ouvrages militaires des 11-12e siècles, et sans doute construit par un Lusignan, Foucault, sire de La Roche. (...) A cette époque et durant tout le Moyen-Age, villages et moulins s'échelonnent le long de l'Auxance à Chaussac, Nanteuil, Chardonchamp, Giroir, Auxances, Limbre et Moulinet. Ils relèvent des comtes du Poitou ou d'abbés de Poitiers, en particulier l'abbé de Montierneuf, principal seigneur de la paroisse. Une première abbaye de l'Ordre de Cluny s'installe au domaine de La Folie. La population de la paroisse a alors considérablement augmenté : elle a doublé ente 1451 et 1512. Plus tard, aux 16e et 17e siècles, des notables poitevins possèdent là des moulins (...), des métairies, des manoirs comme Salvert (...) ou Sigon, des châteaux comme Verneuil ou Malaguet (...).
Au 19e siècle, l'histoire de la commune est surtout marquée par un événement miraculeux survenu le 17 décembre 1826. Ce jour-là, lors de la plantation de la croix dans le cimetière (aujourd'hui place de l'église) pour commémorer l'année sainte, de nombreux fidèles, environ 2000, écoutant l'abbé Marsault évoquer l'apparition miraculeuse de la croix en l'an 312 lors de l'affrontement entre Constantin et Maxence virent, couchée dans le ciel, une « croix lumineuse » de 40 à 45 m de long. Dès 1827, l'apparition est déclarée miraculeuse par Léon XII ; l'église est alors restaurée et agrandie puis reçoit du Pape une relique de la vraie croix. Une nouvelle fête patronale est instituée. Deux croix rappellent l'événement aujourd'hui : une croix métallique suspendue en travers de l'église et une monumentale croix de chêne plantée sur la place du village en 1897.
Alfred de Curzon (1820-1895), né à Moulinet d'une famille noble ruinée à la Révolution, A. de Curzon devint un grand dessinateur et peintre académique très marqué par ses voyages en Italie et en Grèce, respectivement en 1850 et 1852. Reconnu pour la première fois à l'Exposition Universelle de 1855, il s'impose comme l'un des meilleurs peintres du Second Empire. (...) Des toiles importantes sont réunies au Musée Sainte-Croix de Poitiers.
Commune rurale suburbaine, la commune de Migné-Auxances a vécu longtemps de ses activités agricoles (prés et jardins du fond de vallée, vigne et céréales sur le plateau) avec une quinzaine de moulins au fil de l'Auxances pour moudre le grain, et parfois, au début du siècle, pour produire de l'électricité et faire fonctionner des cartonneries (la dernière a fermé en 1961) (...)".

● Annexe 7 :

Le patrimoine des communes de la Vienne. Paris : Flohic (35-Rennes : Oberthur Graphique), 2002, p. 776.
Musée de l'art et des traditions populaires, Chez Manuel, machine à vapeur. 19e siècle.
"Le musée regroupe sur plusieurs hectares des objets et des machines pour la plupart de la fin du 19e et de la première moitié du 20e siècles. Les principaux thèmes de la collection sont le jouet, la machinerie agricole et les moyens de locomotion. Comme la machine à vapeur, inventées par Watt en 1758, qui se développe vers 1880 et devient courante au début du 20e siècle. Sur un châssis de roues, un moteur à vapeur Breloux, de Nevers, à chaudière tubulaire horizontale, entraîne par sa force motrice deux grands essieux. Ces moteurs à vocation agricole étaient notamment destinés au battage. Dans le musée, un autre exemple de moteur Merlin de 1920, à tubulure verticale, permet de comparer les systèmes".

● Annexe 8 :

Galland, J. Les souterrains de Migné. Les cahiers de Chardonchamp. Bulletin périodique n° 3 du G. R. H. A. T. C. C. B. A.
Divers type de cavités souterraines de la région :
Grottes naturelles aménagées ou non par l'homme (simple grotte : Nanteuil ; rivière souterrain fossile : Sigon ; grotte aménagée : cimetière de Salvert ; carrières souterraines : Chardonchamp, Les Lourdines ; souterrains de fuite et d'ouvrage militaire : château de Sigon ; fosses à offrandes ou silos : Salvert ; souterrains aménagés : Migné, Lavaud, Nanteuil, Salvert, Chardonchamp).
Axes de communication entre les différents points fortifiés du territoire : Château de Sigon, restauré fin 15e siècle ; reste de maison forte à Salvert, 13-14e siècle ; reste à Nanteuil, 15-16e siècle ; ferme fortifiée de Malaguet, 13-16e siècle.
Description générale : "Leurs parcours ne sont pas réguliers mais présentent de brusques retours d'angles jusqu'à 340°. Certains passages ont été murés et maçonnés ; d'autres, très étroits, ont été taillés pour rendre difficile le passage d'un seul homme et être obstrués après son passage. Les accès sont grossièrement fortifiés, soit par de gros blocs de pierre, soit par des poutres de bois. Les ancrages qui subsistent dans les parois démontrent que des obstacles constitués de pièces de bois disposées en X ont existé çà et là pour servir de portes barrages. Des niches, banquettes, alvéoles orifices, anneaux de pierre, emplacements de feuillures ou d'ancrage de portes sont aménagés le long du parcours. Ces parcours vont de quelques mètres à quelques dizaines de mètres (32 mètres, dans le plus étendu à Chardonchamp)".
Description détaillée du souterrain situé au 14 rue du Temps-Perdu à Chardonchamp, découvert en 1923 : rampe d'accès avec marches grossièrement taillées, cavité rectangulaire anciennement voûtée (voûte détruite en 1953), salle nord avec puits d'extraction des matériaux, découvert en 1923, couloir, salle du pilier central avec gravures et sculpture (personnage de face humaine avec grandes oreilles en pointe, buste d'animal, oiseau), niche en forme de couchette équipée d'un entablement pour poser l'éclairage et d'un conduit pour l'écoulement des eaux usées, antichambre voûtée, couchette identique à la précédente, passage en goulot, salle en trois parties dont un réduit avec pierre de fermeture, un couloir conduisant à la salle, et un puits avec margelle en demi couronne et une large saignée dans le sol à l'aplomb du puits. Mobilier divers : cendre contenant os d'animaux, débris de vases en terre cuite, alliage de cuivre, lame de fer, et dans les salles, morceau de poterie, boule minérale, demi-paire de ciseaux en fer forgé, os, fragments de poterie du Moyen-âge.
Description détaillée du souterrain du cimetière de Salvert : aménagé dans une grotte naturelle ouverte, tout en haut de la pente, à 45°. Couloir vertical de 65 cm. de large, en pierre sèche, et alcôve rectangulaire avec entablement (autel ?). Mobilier : fragments de céramique, clous, pièce de métal.
Description détaillée du souterrain de Nanteuil : voûte effondrée, deux salles principales. Débris de poterie 19 ou 20e siècle.

Galland, J. et Jugier, Claudie. Le haut Moyen-âge à Migné. Dans : Les cahiers de Chardonchamp. Bulletin périodique n° 4 du G. R. H. A. T. C. C. B. A.
" (...) à part la vigne, le terrain est peu propice à la culture céréalière et surtout potagère qui ne pouvait être pratiquée que dans l'étroite vallée de l'Auxance. Donc le peuplement est nécessairement clairsemé sur le cours de l'Auxance. Voilà ce qui explique une curiosité de notre commune : les hameaux de Limbre, Moulinet, Auxance, Migné, Lavaud, Nanteuil, Moulin-Neuf sont disséminés sur son cours. Il reste Chardonchamp, situé sur les hauteurs. Il s'appelle déjà « Carduo Campus ». Pont de Pontreau vers Nanteuil, Moulin-Neuf, Preuilly (commune de Chasseneuil) : époque gallo-romaine ? Son bon état de conservation donne à penser qu'il a été entretenu et même remanié si l'on en juge par le mur pilier placé au centre de la voûte.

Galland, J. Le bas Moyen-âge à Migné. Dans : Les cahiers de Chardonchamp. Bulletin périodique n° 5 du G. R. H. A. M. A.
"1093 : l'église de Migné est donnée à Montierneuf. Or l'abbaye de Bourgueil qui la détenait jusque là, refusa de s'en séparer. Voir traduction d'un parchemin conservé aux archives de Poitiers. (...) moi Isembert, évêque de Poitiers, (...) j'ai donné (...) à Montierneuf qui est construit au faubourg de Poitiers (...) l'église de Migné. (...) A été fait à Poitiers le 6 des Ides de juins l'an 1083 de l'Incarnation du Seigneur. Philippe étant roi de France, Geoffroy étant duc d'Aquitaine ». L'abbaye de Bourgueuil s'oppose à cette dépossession. (...) On peut supposer que jusqu'en 1123, Montierneuf ne put pleinement entrer dans ses droits reconnus en 1083. Plusieurs bulles papales n'aboutissent pas. Voici la traduction de celle de Calixte qui tranche définitivement le conflit".
"1123, 31 mars Latran. (...) au sujet de l'église Saint Pierre de Migné sur l'Auxance (...) avons ordonné à Guillaume évêque de Poitiers de garder ferme et d'assurer la concession faite à Montierneuf concernant cette église et ces dépendances et d'en réinvestir l'abbé de Cluny et les moines de Montierneuf. (...) C'est pourquoi nous décidons que cette église et ses dépendances sont désormais attribuées à Montierneuf à perpétuité".
"Les maisons fortes se multiplient. Sur Migné, les parties basses et enterrées de deux d'entre elles subsistent encore (...). Ce sont celles de Nanteuil et de Salvert.
Celle de Nanteuil se compose d'une salle servant aujourd'hui de cave. Elle est entièrement voûtée en cubes de pierre bien équarris. Les murs mesurent 1,20 m. d'épaisseur. Ce qu'il en reste est entièrement enterré ; On y accède par un escalier de pierre représentant la seule ouverture directe à la lumière. Un autre escalier de pierre est taillé dans l'épaisseur du mur du fond et débouche à la surface après avoir effectué un virage à 360°. Cette ouverture est aujourd'hui dans un placard d'une habitation transformée en servitude.
Celle de Salvert est plus précisément située au lieu-dit Putet. Elle est appelée « Domus de Puteto » en 1289. La salle du bas est partiellement enterrée et taillée dans le roc jusqu'à mi-hauteur ; Les murs de 1,20 m. d'épaisseur sont terminés en gros moellons, la voûte est constituées de pierres plates grossièrement équarries. Deux ouvertures en archères obliques éclairent pauvrement la façade de droite en entrant. La façade gauche est équipée d'un escalier aménagé dans l'épaisseur du mur et débouche sur un palier communiquant à l'étage. Un autre aménagement partiellement ruiné occupe le fond de la pièce. L'étage a été restauré. Un autre escalier, style 15e siècle, part des constructions contiguës pour rejoindre également les étages percés de fenêtres de style entre 12e et 14e siècle. Cette maison est citée dans l'acte de 1277 concernant le champ de la Belletière, comme étant la maison de Ayraud de Migné (...).
D'autres vestiges d'habitation de Chardonchamp, dont deux cheminées possèdent des caractères de la même époque. Toutes ces demeures sont devenues aujourd'hui des servitudes".

● Annexe 9 :

Rédet, Louis. Dictionnaire topographique du département de la Vienne. Paris : Imprimerie Nationale, 1881.
- p. 13 : " Auzance, château et village, commune de Migné ; Ausencia, 1294 (Fonteneau, t. XIX, p. 438 ; Ausance, 1324 (arch. Poitiers, 12) ; Auzancia, 1384 (abbaye de Montierneuf, reg. 10) ; Auzance, 1384 (ibid. 61) ; Hostel d'Ouzance, 1474 (Bull. SAO, 1839, p. 34) ; Tour et forteresse des Ances, 1531 (fief d'Auzance) ; Le petit pont des Ances, 1672 (chapitre de St-Pierre-le-Puellier, 9) ; Les petites Ances, 1767 (carte du Poitou) ; Auxances, 1841 (nomenclature).
Ancien fief et haute justice relevant de la tour de Maubergeon, châtellenie en 1589 (cure de Migné), érigée en comté avant 1640. Le grand pont d'Auzance, qu'on appelait communément le grand pont des Anses, est dans la commune de Chasseneuil et n'est plus connu que sous le nom de Grand-Pont (voir ce mot). C'est là que se trouvait au 16e s. la papeterie d'Auzance ".
- p. 30 : " Belletière (la), ferme, dépendant de la communauté de Ste-Philomène, commune de Migné ; La Beletère, 1340, maison de la Bessotière ou de la Belletière, 1676 (abbaye de Montierneuf, 60) ".
- p. 34 : " Bertault, village et moulin sur l'Auxance, commune de Migné ; Molendinum de Bertaut, 1335 (abbaye de Montierneuf, 60) ; Bertaud, 1565 (fief de Bertault) ; ancien fief relevant de la tour de Maubergeon ".
- p. 38 : " Biguerie (la) : maison détruite, commune de Migné ; La Biguerie, 1404 (grand Gauthier, f° 23) ; La Bigrerie, 1463 ; les fondictz de la Biguerie, 1605 (chapitre cathédral, 47) ; La Bigrie, 1702 (abbaye de Montierneuf, 79) ; Les Bigueries, 1775 (rôle des tailles) ".
- p. 46 : " Les Boisses : moulin sur l'Auxance et hameau de la commune de Migné ; Le moulin d'Anboysse, 1368 ; - d'Amboisse, 1573 ; les Boisses, 1610 (abb. de Montierneuf) ".
- p. 94 : " Chardon-Champ : village, commune de Migné ; Carduus Campi, vers 1112 ; Carduncampus, vers 1116 (abbaye de Montierneuf) ; Chardonchamp, 1277 (abbaye de Ste-Croix, 1) ".
- p. 106 : " Chaussac : village et moulin sur l'Auxance, commune de Migné ; Molendina de Chausse sac, 1335 (abbaye de Montierneuf) ; Moulin de Chaussac, 1640 (ibid. 4) ".
- p. 168 : " Folie (La) : hameau, communes de Poitiers et Migné ; La Grange Sainct Gelays, 1486 (abbaye de Montierneuf, 48) ; Prairie de la Folye du Muntierneuf, 1542 (seigneurie de Puygarreau, 2) ; Mestairie de la Follye, 1565 (abbaye de Montierneuf, 49) ; Charles de St-Gelais, abbé de Montierneuf, fit bâtir en ce lieu une maison de campagne et une chapelle qu'il bénit en 1487 et dédia à St Eutrope et St Macou, suivant une inscription encore existante. Une partie du territoire de la Folie était comprise dans le Fief-le-Comte, appartenant au chapitre de St-Pierre-le-Puellier ".
- p. 193 : " Girouard, Giroir : village et moulin sur l'Auzance, adjacents au bourg de Migné ; Moulins de Girouart, 1381 (abbaye de Montierneuf, 61) ; Bourg de Girouard, 1554 (ibid. 49) ".
- p. 226 : " Lavaud : ? : Lavau : village, commune de Migné ; La Vau, 1340 (abbaye de Montierneuf, 60) ; Lavault (Cassini) ; ancien fief relevant de l'abbaye de Montierneuf ".
- p. 231 : " Limbre : village et moulin sur l'Auxance, commune de Migné ; Lembre, 1274 (abb. de Montierneuf) ; Molendinum de Lambre, 1312 ; Laymbre, 1324 (arch. de Poitiers) ; Limbre, 1662 (abb. de Saint-Cyprien) ".
- p. 238 : " Lourdines (les) : carrières, commune de Migné ; Lordines, 1384 (abbaye de Montierneuf, reg. 10) ; Grange des Lourdines, 1609 (ibid. 56) ".
- p. 247 : " Malaguet : château, commune de Migné ; Malagait, 1384 (abbaye de la Celle, 12) ; Malaguet, 1403 (abbaye de Montierneuf, 48) ; Malaguart, Maliguart, 1410. Ancien fief relevant de la tour de Maubergeon ".
- p. 263 : " Migné : commune nord de Poitiers ; In villa quae dicitur Magniaco, 989 (Besly, Hist. des comtes de Poitou, p. 274) ; Magnac, vers 1080 (Docum. hist. publ. par Champollion-Figeac, t. I, p. 495) ; Ecclesia de Magnecio, 1083 ; Magnec, 1086 ; Magnech, vers 1120 ; Manec, vers 1195 (abbaye de Montierneuf) ; Megnec, 1253 (abbaye de la Trinité, 1) ; Maigné, 1260 (Fonteneau, t. XIX, p. 418) ; Maygnec, 1274 (abbaye de Montierneuf, 48) ; Maignec, 1294 (Fonteneau, t. XIX, p. 438) ; Magné (pouillé de Gauthier, f° 147) ; Meigné, 1315 (chapitre de St-Pierre-le-Puellier, 33) ; Maignet, Maigny, 1324 (arch. Poitiers, 12) ; Meygné, 1333 (chapitre cathédral, 75) ; Meigny (grand Gauthier, f° 23) ; Meigné sur l'Auxance, 1445 (abbaye de la Celle, 11) ; Paroisse de Sainct Pierre de Migné, 1528 (abbaye de Montierneuf, 60). Avant 1790 Migné faisait partie de l'archiprêtré de Dissay, de la châtellenie, de la sénéchaussée et de l'élection de Poitiers. La cure était à la nomination de l'abbé de Montierneuf, principal seigneur de la paroisse ".
- p. 285 : " Moulinet : moulin sur l'Auzance et village, commune de Migné ; Moulendinulum in flumine Ausanti, v. 1090 (cart. de Saint-Cyprien) ; Molinet, 1276 (chap. de Saint-Hilaire) ; Molinetum, 1329 (abb. de Sainte-Croix) ; Moulinet, 1375 (abb. de Montierneuf) ".
- p. 286 : " Moulin-Neuf (le) : moulin sur l'Auxance et hameau, commune de Migné ; 1775 (rôle des tailles) ".
- p. 290 : " Nanteuil : village, commune de Migné ; Nantolium super flumen Ausantie, vers 1085 (cartulaire de St-Cyprien, p. 278) ; Nantueilh, 1404 (grand Gauthier) ; Nantueil, 1410 (ibid.) ; Nanteil, 1565 ; Nanteuil, 1665 (fief de Nanteuil). Ancien fief relevant de la tour de Maubergeon ".
- p. 328 : " Le Porteau : hameau, commune de Migné ; Le Portau, 1340 (abbaye de Montierneuf, 61) ; Portallum, 1384 (ibid. reg. 10) ; Le Portal, 1410 (grand Gauthier) ; Le Portau sur Meigné, 1470 (chapitre cathédral, 75) ".
- p. 337 : " Putet, lieu où a été établie la communauté de Ste-Philomène, commune de Migné ; Domus de Puteto, 1286 (abbaye de Montierneuf, 48) ; Putet, 1382 (ibid. 60) ".
- p. 342 : " Quéreux (le) : village adjacent à celui d'Auxance, commune de Migné ; Le Quaireux, 1775 (rôle des tailles) ".
- p. 354 : " Rivardière (la), hameau, commune de Migné ; La Ravardère, 1266 (chapitre de St-Hilaire, 83) ; Ravarderia, herbergamentum Aymerici Ravardi, 1322 (abbaye de la Celle) ; La Ravardière, 1460 (abbaye de Montierneuf, 48).
- p. 392 : " Salvert, colonie agricole, commune de Migné ; Sallevert, 1277 (abbaye de Montierneuf, 65) ; Salevert, 1324 (arch. Poitiers, 12) ; Salvert, 1404 (grand Gauthier). Ancien fief relevant de l'abbaye de Montierneuf ".
- p. 399-400 : " Sigon : village et moulin sur l'Auxance, commune de Migné. Cygon super fluvium Ausancia, 989 (Besly, Hist. des comtes de Poitou) ; Cigon, 1288 (abbaye de Fontaine-le-Comte) ; Sigon, 1322 (abbaye de la Celle). Ancien fief relevant de la baronnie de Grisse ".
- p. 434 : " Verneuil : hameau et moulin sur l'Auxance, commune de Migné ; Molendinum de Vernolio, 1280 (abbaye de Montierneuf) ; Vernuyl, 1324 ; Verneul, 1337 (arch. Poitiers) ; Vernuylh, Vernoilh, Verneilh, Vernueil, Vernoil, 1404 (grand-Gauthier). Ancien fief relevant d'Auxance ".

● Annexe 10 :

Salvini, Joseph. Communication à la séance du 21 novembre 1935. Bull. soc. Antiquaires de l'Ouest, 3ème s., t. 10, 1934-1935, p. 665.
"M. le maire de Migné a signalé qu'un sarcophage de pierre a été trouvé dans le sol d'un champ à 300 mètres au nord de Sigon, lieu-dit Terrefaux ; il contenait des ossements humains. M. Eygun, qui est allé reconnaître cette trouvaille, en donne les caractéristiques. Forme générale des sarcophages mérovingiens. Longueur 1,63 m., largeur 0,56 et 0,30 m., hauteur de la cuve 0,35 m., profondeur 0,29 m. Epaisseur du couvercle 0,24 m. et 0,16 m. Le couvercle ne porte pas les croix à trois branches habituelles aux cercueils mérovingiens, mais seulement un toit en bâtière. Son épaisseur est prise à l'arête de cette double pente. On est, semble-t-il, en présence d'une sépulture isolée. Un plan des lieux a été remis à M. le maire de Migné".



logos CAP
consulter au centre régional de documentation du patrimoine de Poitou-Charentes