Vous êtes ici : Région Poitou-Charentes > Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes   > L'agglomération de Poitiers > Dossiers et illustrations
L'inventaire du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes

L'agglomération de Poitiers :
les 3 262 éléments du patrimoine étudiés


Dossiers et illustrations : dossier documentaire

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Migné-Auxances / la Picoterie / 1 rue de la République
École de filles, école maternelle, puis école élémentaire mixte de la République

photographie du dossier documentaire, voir légende
Vue générale. © Région Poitou-Charentes - Communauté d’agglomération de Poitiers / C. Bunoz, 2006.
Dossier documentaire réalisé à partir de l’enquête d’inventaire de 2006.

Historique

D'après les documents d'archives, le projet de construction de cette école date de 1881. Le bâtiment doit accueillir l'école de filles et maison d'asile. L'ancienne école de filles, située à côté de l'église, est aménagée en école de garçons. L'architecte Boyer réalise deux projets différents (voir la façade), l'un en avril, l'autre en octobre 1881. La réalisation de ce bâtiment date de 1883. Des bâtiments annexes prolongeant le bâtiment principal, en L, ont été construits ultérieurement. En effet, en 1946 une première cantine y est aménagée, puis vers 1965 un agrandissement et des aménagements (classe supplémentaire, cantine, école maternelle et préau) sont effectués par l'architecte Serreau. En séance du 18 septembre 1971, le Conseil municipal lance la deuxième tranche comprenant l'aménagement de l'école maternelle et travaux complémentaires, ainsi que l'aménagement des abords de l'école. La porte du bâtiment principal, établie sur la rue, a été bouchée récemment.

Description

Cette école est établie en alignement sur la rue, elle dispose d'une cour latérale. L'accès est matérialisé par un portail, constitué de piliers en pierre, de section carrée, moulurés et couronnés. Le bâtiment principal se compose d'un corps principal et de trois ailes. Deux ailes latérales sont implantées symétriquement au corps principal la troisième aile forme un retour sur la façade postérieure. Le soubassement est constitué d'un solin en appareillage mixte, de facture récente. La façade principale est, à l'origine, ordonnancée à trois travées et porte centrale. Les encadrements sont rectangulaires sur ce bâtiment, tandis que, sur les ailes, les baies sont surmontées de plates-bandes en arc segmentaire. Les portes, donnant accès aux ailes, sont ornées de coussinets de linteau, moulurés.

Documentation

● Archives

Archives municipales de Migné-Auxances : 1D1 à 1D8, Registres des délibérations du Conseil municipal (1839-1977).
Archives départementales de la Vienne : 4 P 1059-1069 (Plans parcellaires, 1838-1839) ; 4 P 2629 (Etats de sections des propriétés bâties et non bâties, 1839) ; 4 P 2630 (Tableau indicatif des propriétaires, des propriétés foncières et de leur contenance, 1839) ; 4 P 2631 et 4 P 2638 (Matrices des propriétés foncières, 1841-1914) ; 4 P 2639 (Matrices des propriétés bâties, 1882-1910).
Archives départementales de la Vienne : Série O, Biens communaux autres que les chemins.

● Annexe 1 :

Archives municipales de Migné-Auxances : 1D2, registre des délibérations du Conseil municipal (1863-1886).
- Séance du 8 mars 1881 : Le Conseil municipal discute pour savoir si l'on achètera le terrain nécessaire pour l'école de garçon derrière la mairie ou au lieu dit la Picoterie ; on fait observer que le terrain situé derrière la mairie donnera difficilement la contenance de 2200 mètres exigée par M. l'Inspecteur d'Académie d'autant plus que le Conseil municipal est unanime pour conserver la Mairie où elle est c'est-à-dire au point le plus central de la commune ; de plus le coût du terrain, d'à peine 1760 mètres, s´élève au minimum, sans compter les frais de vente, à 11000 francs, tandis que le terrain situé au lieu-dit la Picoterie aura une superficie de 2280 mètres et le prix s'élèvera à 5000 francs, la situation est supérieure comme salubrité à celle du terrain situé derrière la mairie, la contenance est plus grande, et ce terrain est à une égale distance de Migné et d'Auxances. Le Conseil municipal décide que la commune achètera les 2280 mètres au lieu-dit la Picoterie, elle y établira l'école des filles et la salle d'asile et fera construire l'école de garçons sur le terrain où est actuellement l'école de filles, terrain qui a 2500 mètres de superficie. Cela permettra d'établir un beau jardin pour l'instituteur qui pourra, en même temps, servir à donner des leçons d'horticulture.
- Séance du 23 avril 1881 : Le Conseil municipal décide que les adjudications des écoles seront faites en même temps, mais qu'elle seront construites successivement ; l'école des filles sera construite d'abord de manière à permettre d'utiliser les matériaux de l'écoles des filles pour construire l'école de garçons. Il priera en conséquence M. Boyer d'établir des devis sur ces bases nouvelles, le Conseil municipal pense que les dépenses probables s'élèveront en (?) le mobilier scolaire et les frais de démolition à 21638 francs pour l'école de garçons et à 39177 francs pour l'école de filles plus 5500 francs pour l'achat du terrain soit un total de 66315 francs. Il est décidé que pour couvrir ces frais de construction il sera fait un emprunt de 20000 francs à la Caisse des Ecoles et qu'une demande de secours de 4631 francs sera faite au Gouvernement.
- Séance du 7 décembre 1881 : En attendant la construction de la nouvelle école le Conseil municipal s'engage à céder la salle de la mairie pour y installer une classe et assurer à l'adjoint un logement convenable. Présentation de plans et de devis augmentés par suite des changements qu'exige l'augmentation des surfaces pour les enfants à 48104 francs.
- Séance du 10 avril 1882 : Le Maire soumet au Conseil municipal le cahier des charges pour la construction de l'école de filles et d'une salle d'asile qui lui a été envoyé par M. Boyer architecte. Approbation du Conseil municipal.
- Séance du 24 septembre 1882 : Le Conseil municipal opte pour l'enseignement laïc dans les écoles primaires communales spéciales aux filles.
- Séance du 11 octobre 1882 : M. le Maire lit au Conseil municipal une lettre de M. l'Inspecteur d'académie par laquelle celui-ci fait remarquer que la salle d'asile de la commune de Migné n'a jamais été autorisée. Le Conseil municipal prie donc M. le Préfet de faire accorder l'autorisation le plus rapidement possible.
- Séance du 25 février 1883 : Le Conseil vote l'installation d'une cuisine au premier étage dans la maison d'école de filles. Exécution pour le 1er avril.
- Séance du 22 mars 1883 : Le projet de l'école de filles et maternelle n'avait prévu qu'un seule cuisine, une seule salle à manger pour l'institutrice et la directrice de la salle d'asile. Obligation de doubler tout cela pour que chacune des institutions ait sa cuisine et sa salle à manger. Un puits et sa pompe avaient été établis ainsi qu'un porte charretière. Cela occasionne une dépense d'au moins 1800 francs. (7 classes).
- Séance du 24 août 1884 : Approbation du devis de la porte à établir à la nouvelle école de filles (849 francs).

Archives départementales de la Vienne : Série O, Biens communaux autres que les chemins.
- Lettre du Maire au Préfet, datée du 2 avril 1881 : "Etant indispensable que la construction des écoles ait lieu simultanément et le plus tôt possible, pour les garçons devant être là où sont actuellement les filles. Aussi M. Boyer, notre architecte, s'est engagé à nous livrer les plans assez tôt pour que vous puissiez les soumettre au Conseil général à la session d'avril. Les avant-projets sont faits depuis plusieurs jours. Une deuxième délibération nous ferait perdre six mois".
- Ampliation, par arrêté préfectoral, datée du 8 avril 1881, autorisant l'acquisition d'un terrain de 22 ares et 80 centiares, situé à la Picoterie, pour y construire une salle d'asile et une maison d'école de filles.
- Enquête sur le projet d'acquisition d'un terrain de 22 ares et 80 centiares, situé à la Picoterie, le 23 avril 1881 : Procès-verbal d'autorisation, signé par le Commissaire enquêteur, M. Audoynaud, Maire de Saint-Benoît.
- Devis descriptif et estimatif, signé Eugène Boyer et daté du 15 avril 1881 : "Bâtiment principal comprenant les écoles, l'ouvroir, l'asile et le logement des institutrices. (...) Couverture en ardoises d'Angers (...)".
- Mémoire explicatif, Construction d'une école de garçons et d'une école de filles, signé Eugène Boyer, le 15 avril 1881 :
"L'école de filles placée dans un terrain libre sur la partie élevée de la commune présente les meilleures conditions hygiéniques en rapport avec le tempérament généralement lymphatique des jeunes filles. Aussi toutes les dispositions sont-elles établies au rez-de-chaussée et de manière à ce que chacune d'elles puisse dans l'avenir recevoir un agrandissement sans détruire le principe du projet présenté. Ce projet comprend : Au centre, sur le chemin de la route nationale à Migné, un grand préau servant de vestibule et de vestiaire et desservant : à droite, la salle d'asile, à gauche, l'ouvroir, en face la salle à manger, l'escalier et la cuisine de l'instituteur, au fond deux classes, pouvant recevoir chacune 50 élèves. Comme nous l'avons déjà dit on peut facilement donner plus d'extension à ce projet, soit à la salle d'asile, à l'ouvroir et aux classes, sans en détruire l'harmonie. Au dessus du préau et formant 1er étage se trouve le logement de l'instituteur et des maîtresses adjointes avec grenier au-dessus. De cours pour les enfants de l'asile, pour les élèves des classes ; des lieux pour chacun des cours, un jardin pour l'institutrice, des murs de clôture et une entrée pour les élèves du côté de Migné".
- Projet, signé Eugène Boyer, le 15 avril 1881 : Plans.
- Lettre, du 23 avril 1881, du Maire au Préfet, joignant une pétition des habitants de la commune :
"Les habitants qui ont signé sont presque tous de Migné. Les autres signatures obtenues sont de Nanteuil et Chardonchamp. Or Nanteuil a une école de filles tenue par les soeurs et sous la direction de celles qui dirigent l'école de Migné. Nanteuil et Chardonchamp se joignant, je ne vois pas bien l'intérêt de ces signataires, à ce que l'école soit maintenue à Migné au lieu d'être placée 220 mètres plus loin. Du reste, ceux qui ont fait signer cette pétition ont déposé dans l'enquête fermée aujourd'hui le 23 avril 1881".
Pétitions : "Privés déjà de plusieurs services publics faits en dehors du chef-lieu, les soussignés estiment que l'établissement de la maison d'école au dehors du chef-lieu augmenterait encore la perte la partie surtout commerçante de vos administrés éprouvent de ce fait. Les soussignés estiment que l'établissement de la maison d'école au dehors du chef-lieu du bourg de Migné éloignerait les enfants d'une trop grande distance".
- Extrait du registre de délibération du Conseil municipal, séance du 23 avril 1881 (ajout sur feuille sans en-tête) :
"délibérant sur les dires de l'enquête ouverte au sujet de l'acquisition d'un terrain pour y construire une salle d'asile et une maison d'école de filles fait observer que toutes les protestations proviennent de certains habitants de Migné qui sont naturellement froissés de voir l'école de filles transportée à 220 mètres de la place, mais le Conseil observe que si Migné perd 220 mètres, Auxances qui contient un nombre d'habitants double y gagne la même distance ; de plus l'emplacement nouveau est tellement plus avantageux, sain et modéré comme prix qu'il croit devoir passer outre à ces observations. En conséquence, il persiste dans sa résolution de placer l'école à la Picoterie".
- Autorisation, par arrêté préfectoral du 30 mai 1881, pour l'acquisition du terrain situé à la Picoterie :
"Vu la délibération en date du 23 avril 1881 par laquelle le Conseil municipal de Migné discute les observations présentées au cours de ladite enquête croit devoir passer outre et persiste dans la résolution de placer l'école à la Picoterie (...) . Estimons qu'il y a lieu d'approuver le projet de construction d'une école de garçons, d'une école de filles et d'une salle d'asile (...)".
- Rapport du Ministère de l'Instruction publique et des Beaux-arts, daté du 6 août 1881 et adressé au Préfet : Ce projet a donné lieu de la part du comité aux observations suivantes :
Ecole de filles : "Salle d'asile et ouvroir. Le projet a été approuvé, sous la réserve des modifications suivantes indiquées en bleu sur le plan d'ensemble : Etablir deux entrées distinctes, l'une pour l'école, l'autre pour l'asile ; disposer les cours et les préaux bien distinctement de chaque côté du bâtiment, qui occupera le centre ; donner aux classes de l'école 7m30 sur 8m (...) ; augmenter la largeur du préau ; desservir la salle des exercices et l'ouvroir de l'asile par un couloir où seront installés les lavabos et vestiaires ; placer le préau à la suite avec les privés à proximité ; desservir par un seul escalier le logement de l'Institutrice et celui de la Directrice de l'asile (...). L'auteur de ce projet devra de nouveau soumettre ce projet au Comité, lors de la présentation de la nouvelles étude pour l'école de garçons".
- Devis descriptif et estimatif pour la construction d'une école de filles », signé Eugène Boyer, daté du 29 octobre 1881 : "Bâtiment principal comprenant les écoles, l'asile et le logement des Institutrices. Couverture en ardoises d'Angers. (...)".
- Devis descriptif et estimatif supplémentaire des travaux à exécuter et comprenant l'établissement d'une cave avec bûcher, d'une fosse d'aisances pour les Water closets qui seront placés au 1er étage, dressé le 3 décembre 1881, signé Eugène Boyer, architecte. Modifications notées en bleu sur le plan, dressé par l'architecte Eugène Boyer, le 29 octobre 1881, à Poitiers.
- Extrait du registre des délibérations du Conseil municipal, séance du 27 novembre 1881 : "Le Conseil discute le question de savoir si la construction des deux écoles de filles et de garçons sera adjugée en même temps, ainsi qu'il avait été décidé aux délibérations précédentes du 23 avril 1881. Un membre fait observer qu'il y aura au moins un an d'intervalle entre la construction de ces deux écoles ; celles des garçons devant être construite sur le terrain de l'école actuelle des filles, terrain qui ne pourra être libre que quand la nouvelles école des filles sera terminée et qu'on ne peut estimer à moins d'un an le temps indispensable. Les plans de l'école de garçons ne sont pas encore approuvés par le Conseil ayant dû être refaits à nouveau sur le pied de 1, 30 mètre par élève, au lieu d'un mètre à l'échelle primitive".
- Extrait du registre des délibérations du Conseil municipal, séance du 7 décembre 1881 : "M. le président dépose les plans nouveaux des écoles de filles et maternelles ; le devis monte, par suite des changements qu'exige l'augmentation de surface pour les enfants, à 48104 francs (...)".
- Lettre du Ministère de l'Instruction publique et des Beaux-arts, datée du 30 janvier 1882 : "Subvention (28000 francs) allouée à la commune de Migné en vue du payement des frais de construction d'une maison d'école double et mixte".
- Extrait du registre des délibérations du Conseil municipal, séance du 9 mars 1882 : "Comme il est indispensable que l'emprunt soit réalisé le plus tôt possible pour permettre d'adjuger et de terminer les travaux cette année, (...) le Conseil accepte l'offre de M. le Maire (Camille Demarçay) d'avancer personnellement les annuités nécessaires au remboursement de l'emprunt (...)".
- Lettre du Préfet, datée du 11 mars 1882 : "Vu l'ampliation de notre arrêté du 11 mars 1882 autorisant la commune de Migné à acquérir du Sieur Abonneau, propriétaire, moyennant le prix de 5000 un terrain situé au lieu-dit de la Picoterie, d'une contenance de 22 ares 80 centiares pour servir d'emplacement à la construction d'une maison d'école double de fille et d'une salle d'asile.
Considérant que l'école actuelle de filles est mal installée et dans un local malsain et insuffisant ; Que la commune est dans l'obligation de la faire reconstruire (...)".

- Arrêté préfectoral, daté du 11 mars 1882, pour l'acquisition d'un terrain pour construire une double maison d'école et un asile.
- Etude pour la vente par M. et Mme. Abonneau à la Commune de Migné : acquisition d'un terrain au lieu-dit le Clos Mauger, entre le village d'Auxances et le bourg de Migné, ce terrain fait partie du domaine de la Picoterie. Poitiers, 8 avril 1882. Maître Bert, notaire.
- Extrait du procès-verbal d'adjudication des travaux à exécuter pour la construction d'une école de filles avec salle d'asile à Migné, daté du 30 avril 1882. Charles Doussin est l'entrepreneur adjudicataire.
- Lettre de l'Inspecteur primaire à l'Inspecteur d'académie, datée du 20 août 1882 : "M. le Ministre de l'Instruction publique a approuvé les plans de l'école de filles et de la salle d'asile qui sont en ce moment en voie d'exécution (...)".
- Construction d'une école de filles, commune de Migné : Mémoire d'honoraires, daté du 22 août 1882. Boyer, Eugène, Architecte.
- Construction d'une école de filles, commune de Migné : Deuxième état de situation des travaux exécutés par Doussin jusqu'au 7 octobre 1882, daté du 12 octobre 1882. Cave, couverture d'ardoise.
- Construction d'une école de filles, commune de Migné : Troisième état de situation des travaux exécutés à ce jour par l'entrepreneur Doussin, daté du 8 décembre 1882. Dallage en ciment, bûcher.
- Lettre du Maire au Préfet, datée du 11 janvier 1883. M. Boyer a présenté au Conseil des plans de l'école de filles et de la salle d'asile réunies, le Conseil les a approuvés en croyant qu'il existait une subordination entre l'institutrice et la directrice de la salle d'asile et qu'une seule cuisine et une seule salle à manger étaient nécessaires. Cette erreur suppose de demander à Boyer de nouveaux plans et devis. Cependant, alors que les travaux sont terminés et qu'il n'y a que ce changement concernant les logements des maîtresses à effectuer, il apparaît impossible d'utiliser l'école à cause de graves problèmes d'humidité.
- Construction d'une maison d'école de filles avec salle d'asile. Procès-verbal de réception provisoire en conformité de l'article 38 du cahier des charges, daté du 9 février 1883. Reste à exécuter : dans la cuisine le dallage en ciment, la pose de la cheminée, du potager, de l'évier. Dans la salle à manger : nettoyage à la mine de plomb du tablier de la cheminée. Réviser la toiture et remplacer les ardoises qui manquent. Clauses générales de l'adjudication des travaux à exécuter dans la commune de Migné pour la construction d'une école de filles avec salle d'asile : cahier des charges, daté du 5 avril 1882 et signé par Boyer, Eugène (architecte). Construction sur terrain nu.
- Décompte général pour la construction de l'école de filles avec salle d'asile, signé à Poitiers, le 9 avril 1883. Terrassement, maçonnerie, moulurations, cordons au-dessus des portes, corbelets, cheminée, potager, évier, charpente, couverture d'ardoise du grand bâtiment, parquets en sapin et en chêne, cloisons de brique. 5 cheminées, cave avec bûcher.
- Extrait du registre des délibérations du Conseil municipal de Migné, séance du 3 juin 1883 : la directrice de la salle d'asile avait en octobre dernier 13 enfants, sept mois après elle en a 75 et on en prévoit 100 pour la rentrée.
- Lettre du Ministère de l'Instruction publique et des beaux-arts, le 10 juillet 1883 : "Afin que je puisse prendre une décision sur la demande de secours supplémentaire, (...) en vue de la construction de la nouvelle école de garçons, il est indispensable que j'aie à ma disposition les plans et devis de l'école de garçons qui ont été approuvés en 1881, projet abandonné depuis par l'administration municipale à cause des modifications demandées par le comité des bâtiments scolaires".
- Extrait du registre des délibérations du Conseil municipal », séance du 9 juillet 1891 : la commune investit beaucoup en matière d'aménagements scolaires par la construction de trois écoles de Migné et de deux autres, actuellement en projet, au village de Limbre.

Archives municipales de Migné-Auxances : 1D3, Registre des délibérations du Conseil municipal (1886-1906).
- Séance du 12 novembre 1891 : Le Conseil municipal demande la transformation de l'école maternelle en école enfantine, de manière à ce qu'elle soit rattachée à l'école des filles.
- Séance du 10 septembre 1893 : le Conseil municipal demande au préfet de pouvoir payer Eugène Blanchard, entrepreneur, sans procéder par voie d'adjudication, pour les réparations à faire au mur de clôture de l'école de filles et aux murs du presbytère.
- Extrait du registre des délibérations du Conseil municipal, séance du 5 mai 1905 : réparations des écoles publiques. Dossier de demande de secours pour la réparation des écoles communales.

Archives municipales de Migné-Auxances : 1D4, Registre des délibérations du Conseil municipal (1906-1936).
- Séance du 19 avril 1931 : Réparation des murs écoulés des écoles d'Auzances et de Migné. Devis demandé à Blanchard.

Archives municipales de Migné-Auxances : 1D5, Registre des délibérations du Conseil municipal (1936-1952).
- Séance du 15 octobre 1939 : Des chevaux de l'armée ayant séjourné dans la cour de l'école de filles d'Auxances, ont détérioré le treillage de bois qui sépare la cour du jardin.
- Séance du 15 septembre 1946 : La commune recevra un secours de l'Etat pour les réparations suite aux dégradations commises par les troupes d'occupation aux écoles, au mur du cimetière du Porteau et au monument aux morts.
- Séance du 15 décembre 1946 : Une cantine est créée à l'école de filles d'Auxances.
- Séance du 15 juin 1952 : Motion pour la création d'une troisième classe à l'école de filles d'Auxances, qui comprend 90 élèves.
- Séance du 3 août 1952. Travaux à effectuer aux écoles : école d'Auxances aménagement du local destiné à la troisième classe qui va ouvrir, construction d'un nouvel appentis, réfection du mur de clôture de l'école en bordure de la route.

Archives municipales de Migné-Auxances : 1D6, Registre des délibérations du Conseil municipal (1952-1963).
- Séance du 22 mai 1955 : Décision de réparer le mur de clôture de l'école de filles d'Auxances.
- Séance du 31 mai 1960 : Le groupe scolaire de l'école de filles d'Auxances doit recevoir une classe supplémentaire et il faudrait agrandir le préau.

Archives municipales de Migné-Auxances : 1D7, Registre des délibérations du Conseil municipal (1963-1972).
- Séance du 21 juin 1964 : Aménagement d'une école maternelle à Auxances : Approbation de l'avant-projet établi par André Serreau, architecte DPLG comprenant la transformation de l'école de filles actuelle.
- Séance du 8 février 1966 : Construction d'une cantine dans le groupe scolaire d'Auxances. La situation financière de la commune ne permet pas une construction en dur, obligation d'insérer la construction dans le plan masse du programme scolaire approuvé le 4 juillet 1963 : approbation de l'avant-projet établi par André Serreau, architecte DPLG. Marché de gré à gré passé avec l'entreprise Février Père et fils, au Rochereau.

Archives départementales de la Vienne : Série O, Biens communaux autres que les chemins.
Notice descriptive estimative de travaux, visée par le Préfet le 31 mars 1965 :
Première tranche : Deux classes et salle de jeux à aménager dans l'actuelle école de filles
Deuxième tranche : Construction d'une cantine préfabriquée.
Descriptif : "Bâtiments existants : Pour aménagement de la salle de jeux, démolition du mur de refend existant et exécution d'une poutre en béton armé pour supporter le solivage (...). Ouverture de deux portes dans le mur pignon de la salle de jeux pour accès à la salle de propreté (...). Bâtiments neufs La construction projetée sera exécutée avec des matériaux de même nature que les écoles de filles et garçons, sauf la couverture qui sera exécutée en ardoises de même modèle que le bâtiment existant".

Archives municipales de Migné-Auxances : 1D7, Registre des délibérations du Conseil municipal (1963-1972).
- Par délibération du 21 juin 1964, approbation du programme de constructions scolaires.
- Projet de constructions scolaires (école de garçons et école de filles), établi par A. Serreau, architecte DPLG, Poitiers, septembre, visé par le Préfet le 31 mars 1965.
- Séance du 17 janvier 1967 : Approbation du projet de constructions scolaires du Porteau et école maternelle à Auxances (une classe neuve, 2 classes à aménager). Approbation du dossier technique et financier dressé par M. Serreau, Architecte DPLG. Montant s'élevant à 633, 909 francs.
- Séance du 7 novembre 1967 : Aménagement de la cour du groupe scolaire d'Auxances : décision de solliciter le concours de l'Administration des Ponts et Chaussées pour l'étude et la direction des travaux. Montant des travaux s'élevant à 5000 francs.
- Séance du 2 décembre 1969 : Aménagement des abords de l'école publique d'Auxances nécessitant l'acquisition du terrain jouxtant le groupe scolaire et appartenant à M. Bezagu (parcelle M 752 et 927) pour une superficie total de 925 m2 et ayant une façade sur la rue de la République de 23 mètres. Montant de la vente s'élevant à 20 000 francs.
- Séance du 18 septembre 1971 : 2e tranche.
Aménagement de l'école maternelle (à Auxances ?) et travaux complémentaires pour une somme de 372 334, 85 francs. Aménagement des abords de l'école, soit 15 000 francs. Soit une dépense totale de 387 334, 85 francs. Le Conseil décide la réalisation de la 2e tranche, approuve le dossier technique et financier dressé par Serreau architecte DPLG, pour un montant de 35 7052, 79 francs.

Archives municipales de Migné-Auxances : Bulletin communal. Octobre 1997.
En 1996, une classe de la maternelle de la République a été refaite.



logos CAP
consulter au centre régional de documentation du patrimoine de Poitou-Charentes