Vous ętes ici : Région Poitou-Charentes > Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes   > L'agglomération de Poitiers > Dossiers et illustrations
L'inventaire du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes

L'agglomération de Poitiers :
les 3 262 éléments du patrimoine étudiés


Dossiers et illustrations : dossier documentaire

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Migné-Auxances / le bourg
Bourg

photographie du dossier documentaire, voir légende
Vue d'ensemble. © Région Poitou-Charentes - Communauté d’agglomération de Poitiers / C. Bunoz, 2007.
Dossier documentaire réalisé à partir de l’enquête d’inventaire de 2007.

Historique

La morphologie actuelle du bourg correspond à celle figurée sur le plan cadastral de 1839. Les quartiers les plus anciens du centre-bourg, réunissant un bâti dense organisé autour d'un espace collectif, sont dispersés à l'est et au nord de l'église. Un "querreux" (cour commune), qui ne présente plus d'édifices anciens, est implanté rue du Centre, à proximité de l'église et de l'école. Deux autres "querreux", établis de part et d'autre de la rue du Pilet (vers les numéros 3 et 4), laissent supposer que leur implantation date de l'Ancien Régime puisque, si le bâti a été remanié au 19e siècle, ils présentent encore quelques vestiges antérieurs (cave voûtée, porte cintrée). Un autre édifice, isolé, semble également antérieur à la Révolution : à l'angle de la rue du Pilet et de la rue de la Creuzette se trouve une maison datant vraisemblablement de 1779. La présence d'une croix hosannière est stipulée sur le cadastre de 1839, en face de ce bâtiment, sur la parcelle E10 154. La plupart des édifices, situés rue du Pilet, rue de la Creuzette et rue du Centre ont été remaniés durant la seconde moitié du 19e siècle. Sur le cadastre de 1839, le cimetière est attenant à l'église. Son transfert au lieu-dit des Remuets, à la même époque, permet l'aménagement d'une place publique et l'implantation d'édifices au nord de celle-ci. L'installation de la mairie, actuellement école de musique, date de 1842. La construction de l'école attenante à l'église remonte à 1859. Les archives cadastrales précisent qu'en 1874 une parcelle (E11 36) est cédée à la commune pour l'agrandissement de la place. Au milieu du 19e siècle et jusqu'aux années 1920, la place accueillait une halle publique.
L'implantation d'habitations au lieu-dit le Giroir semble antérieure à celle du bourg. Un édifice très remanié, situé rue du Centre, présente des ouvertures ouvragées (chanfreins, fenêtre à cavet), témoignant de son ancienneté (16e siècle ?). De même, plusieurs bâtiments établis le long de la rue de Giroir correspondent à cette période de construction. Les archives cadastrales mentionnent l'existence d'un four à chaux au lieu-dit des Remuets (parcelle E6 22) détruit en 1865.
Le bourg se prolonge désormais sur le plateau, situé au nord-est, récemment urbanisé. L'ensemble accueillant l'actuelle mairie et la bibliothèque, construite en 1973, à l'écart de l'autre côté de la rivière, offre une situation intermédiaire entre le bourg de Migné et celui d'Auxances, garantissant ainsi la proximité de leurs services. En 1991, la municipalité a acheté une ancienne peupleraie et prairie humide des Carmélites, derrière la mairie, pour l'aménager en espace de promenade, de jeux et de repos. En 1993, elle a acheté l'île pour compléter le dispositif. Dans le bulletin municipal de mai 2003, il est précisé que l'ancien lavoir près de la place du 11 Novembre a été transformé en espace d'agrément.

Description

Le bourg de Migné est implanté dans une boucle de l'Auxance. Il réunit plusieurs quartiers, éclatés, desservis par un réseau de voies : une voie principale (rue du 8 mai 1945, prolongée par la rue du Centre et la rue de Giroir) et des voies adjacentes (rue du Pilet, rue de la Creuzette, rue de la Comberie) reliant le vieux bourg, situé en creux de vallon, au plateau. Ces dernières présentent un dénivelé. Le centre-bourg est constitué de constructions lâches laissant de grands espaces libres au coeur des îlots. Un chemin relie la rue du Pilet et la rue de la Creuzette. De même, le cimetière des Remuets était accessible par un chemin, en partie visible, qui reliait la rue de la Creuzette à la rue de la Comberie. Le coeur du bourg s'organise autour d'une place publique, arborée, jouxtant l'église, l'école de musique, la Poste et un commerce. A proximité de l'Auxance se trouve un ancien moulin. Les abords de la rivière, préservés, offre un espace naturel privilégié au coeur du bourg. Les lotissements récents occupent le plateau au nord-est du bourg de Migné.

Documentation

● Archives

Archives départementales de la Vienne : Série O, Biens communaux autres que les chemins.
Archives municipales de Migné-Auxances. Registres des délibérations du conseil municipal.
Ville de Poitiers, service du cadastre : fichier du bâti.

● Bibliographie

Rédet Louis. Dictionnaire topographique du département de la Vienne. Paris : Imprimerie Nationale, 1881. P. 193, 263

● Annexe 1 :

Extraits d'archives concernant la place publique du bourg de Migné :

Archives municipales de Migné-Auxances : 1D1, Registre des délibérations du Conseil municipal (1829-1862).
- Séance du 17 février 1850 : Le Conseil municipal autorise le sieur François Surrault, cordonnier, à établir une boutique ambulante en bois sur la place de l'église, tout près de la sacristie.

Archives municipales de Migné-Auxances : 1D2, Registre des délibérations du Conseil municipal (1863-1886).
- Séance du 20 mai 1872 : Proposition par Delphin Rousseau, domicilié à Migné, de vendre à la commune pour agrandir la place publique du bourg la parcelle de terrain à prendre dans une pièce de terre désignée au plan cadastral sous le n° 36 bis Section E, n°11 de cette section, de la contenance d'un hectare cinquante. Proposition d'achat pour la somme de 304 francs. Malgré son refus, le Conseil municipal persiste à vouloir acheter ce terrain et s'engage dans une démarche pour obtenir ce terrain par voie d'expropriation pour cause d'utilité publique.
- Séance du 2 juin 1872 : Rousseau cède à la commune le terrain qui est situé devant sa maison de la contenance d'1, 52 centiares pour y être incorporé à la place publique. L'alignement adopté par Rousseau dont la construction est commencée sera maintenu.
- Séance du 19 octobre 1873 : Le Conseil municipal évoque l'urgence à agrandir la place publique. Achat d'un terrain à cet effet. Projet d'achat d'un terrain attenant (propriétaires : Surrault et Garnier), compris entre la place au midi et à l'est, la rivière l'Auxance à l'ouest et la prolongation de l'alignement de la façade du bâtiment de Rousseau au nord.

Archives départementales de la Vienne : Série O, Biens communaux autres que les chemins.
- Extrait du registre de délibérations du Conseil municipal, séance du 2 juin 1872 : "Rousseau cède à la commune le terrain qui est situé devant sa maison, de la contenance de un are 52 centiares environ pour être incorporé à la place publique. L'alignement adopté par Rousseau dont la construction est commencée sera maintenu.
Il existe entre la maison commune et le bâtiment en construction de Rousseau un passage appartenant à la commune et séparé de la propriété de celui-ci par un mur de clôture appartenant en totalité à la commune. Celle-ci cède à Rousseau la mitoyenneté de ce mur sur une longueur de 6 mètres à la charge par lui de reconstruire le mur à ses frais en en modifiant l'alignement comme il sait. L'extrémité de ce mur du côté de la place sera rapprochée de la mairie de 50 centimètres et ira se confondre avec l'alignement primitif à la distance de 6 mètres fixée plus haut. Rousseau devra en faisant reconstruire le mur observer les conditions suivantes : il devra le faire maçonner à chaux et sable jusqu'à la sortie des fondations et le reste en bons moellons et en terre de bonne qualité. De plus, il devra en montant le pilastre qu'il doit élever à l'extrémité de ce mur le faire disposer de telle sorte que la commune puisse y adapter une porte lorsqu'elle le jugera utile (en y faisant faire une feuillure)".
- Extrait de registre des délibérations du Conseil municipal de Migné, en date du 19 octobre 1873 pour l'acquisition d'un terrain d'une contenance totale de trois ares cinquante centiares pour servir à l'agrandissement de la place publique. Acquisitions de terrains, le 23 juin 1874, pour l'agrandissement de la place publique : Une parcelle de terrain, située au bourg de la commune de Migné, d'une contenance d'are cinquante centiares, faisant partie d'un terrain plus grand et limité au nord par le surplus de ce terrain, au levant par Surrault, au couchant par le chemin de Migné au haut de Sigon et au Midi par la place publique de Migné que ladite parcelle est destinée à agrandir,
Et une autre parcelle de terre sise au même lieu d'une contenance de vingt cinq centiares, comprise entre le dit chemin et la rivière de l'Auxances, faisant partie d'une parcelle plus grande et limitée au nord par le surplus du terrain appartenant aux vendeurs) et au midi par la place publique de Migné.
Annexe rédigée par le Préfet de la Vienne : Vu en date du 19 octobre 1873, la délibération par laquelle le Conseil municipal de Migné demande que la commune soit autorisée à acquérir (...) un terrain compris entre la place au midi et à l'est la rivière, l'Auxance, à l'ouest, et la prolongation de l'alignement de la façade du bâtiment au sieur Rousseau, au nord, d'une contenance totale de trois ares cinquante centiares pour servir à l'agrandissement de la place publique. Autorisation d'acquisitions des parcelles par arrêté préfectoral, le 30 mai 1874.
- Afin d'agrandir la place publique, acquisition de parcelles à la commune de Migné, en date du 20 juin 1874.
- Séance du 29 février 1880 : Demande d'autorisation par M. Chenier, cordonnier, de construire une boutique en bois dans le genre de celle qui y est actuellement. Demande acceptée.
- Séance du 28 juin 1885 : Rejet du projet d'acquisition du terrain Rousseau pour établir une place publique.

Archives départementales de la Vienne : Série O, Biens communaux autres que les chemins.
Les travaux de réparations de la place et du chemin ont donc été commencés, l'empierrement fait dans toute sa traversée de la place et les trottoirs dessinés en terre suivant les alignements déterminés au plan approuvé par la Commission départementale le 17 avril 1886.

Archives municipales de Migné-Auxances : 1D3, Registre des délibérations du Conseil municipal (1886-1906).
Séance du 20 février 1887 : Le Conseil municipal décide de mettre en adjudication des travaux de réparation sur la place publique, sur les plans et devis de Gentilhomme, agent voyer.

● Annexe 2 :

Extraits d'archives concernant les halles autrefois situées dans le bourg :

Archives départementales de la Vienne : Série O, Biens communaux autres que les chemins.
- Devis, établi par G. Dorfeuille (ancien agent voyer), des ouvrages à exécuter pour la construction d'une halle, sur la place publique du marché de Migné. Migné, 12 août 1856. Bâtiment de 10 mètres sur 7, 70, haut de 2,33 m. Pierre de taille provenant des carrières de Chardonchamp, moellons des carrières des Sous-Remuets, terre des carrières de la Terrière de Nanteuil. Couverture de tuile.
- Procès-verbal d'adjudication concernant la construction d'une halle à Migné, daté du 14 septembre 1856. Halle au marché sur la place publique. Attribution de la réalisation des travaux à sieur Pierre Pelage Bolin, tailleur de pierre. Le sable des crépis proviendra de La Folie.

Archives municipales de Migné-Auxances : 1D1, Registre des délibérations du Conseil municipal (1829-1862).
- Séance du 21 décembre 1856 : La halle est en activité, construite sur la place publique. Le Conseil municipal vote le prix des emplacements.

Archives départementales de la Vienne : Série O, Biens communaux autres que les chemins.
- Délibération du Conseil municipal, datée du 23 décembre 1900, reportant les réparations à la mairie et employant le budget additionnel (150 francs) pour les réparations urgentes à faire aux halles.

Archives municipales de Migné-Auxances : 1D4, Registre des délibérations du Conseil municipal (1906-1936).
- Séance du 12 février 1922 : La halle communale et la remise pour le corbillard attenant sont dans un état complet de délabrement et de vétusté et menacent ruine. Les bâtiments actuels sont édifiés en bordure de l'Auxance, rive gauche, et l'humidité nuit à la solidité. Le Conseil municipal décide qu'il est indispensable de reconstruire les halles sur un autre emplacement.
- Séance du 23 juillet 1922 : Le Conseil municipal décide la reconstruction de la halle sur l'emplacement proposé par le maire.

Archives départementales de la Vienne : Série O, Biens communaux autres que les chemins.
- Extrait des délibérations du Conseil municipal, séance du 15 août 1922, séance du 15 août 1922 : Etat de délabrement et de vétusté de la halle actuelle qu'il est impossible de remettre en état compte tenu de son emplacement en bordure de l'Auxance. Problèmes d'humidité et inondations chaque année. Nécessité de la reconstruire plus loin, à l'abri des inondations. Le Conseil municipal, proposant de l'implanter sur un terrain appartenant à la commune et bordant l'ancien presbytère, décide de la désaffectation de la halle actuelle pour pouvoir commencer la démolition. Réemploi des matériaux dans la nouvelle construction.
- Projet de travaux de reconstruction de la halle, approuvé le 8 septembre 1922 par la Préfecture. Adjudication.
- Procès-verbal d'adjudication des travaux de démolition et de reconstruction d'un hall situé sur la place publique de Migné, daté du 1er octobre 1922. Travaux par Alphonse Bérujeau (architecte) et Camille Girard (adjudicataire).
- Extrait du cahier des charges relatif à la démolition et à la reconstruction d'un hall, situé sur la place publique de Migné, daté du 20 janvier 1923.

Archives municipales de Migné-Auxances : 1D4, Registre des délibérations du Conseil municipal (1906-1936).
- Séance du 9 septembre 1923 : Reste à payer à l'entrepreneur (M. Girard) sur le montant des travaux de reconstruction de la halle de Migné la somme de 2 824, 10 francs.
- Séance du 30 septembre 1923 : Solde total des travaux de la halle (travaux supplémentaire et frais architecte) s'élevant à 3 264 francs.

● Annexe 3 :

Extraits d'archives concernant l'ancien cimetière situé dans le bourg :

Archives départementales de la Vienne : Série O, Biens communaux autres que les chemins.
- Devis du Conseil de fabrique : Réparation du cimetière. Devis, daté du 8 avril 1818, établi par l'architecte Vetault :
"Ce cimetière est aujourd'hui sans clôture et sert de passage au public, aux bestiaux, etc. Son pourtour est de cent trente deux mètres : les murs seront établis sur les anciens fondements, ils auront deux mètres d'hauteur, y compris le chaperon, soixante centimètres d'épaisseur réduites, seront construits en moellons avec mortier de terre qu'on prend sur le chemin de Nanteuil, les joints seront faits en mortier de chaux et de sable (...) 917 francs.
Les deux barrières à claire voies auront chacune deux mètres et demi de large autant de hauteur, seront à deux vantaux auront leur châssis, traverses en bonne et forte membrure de chêne (...) 200 francs.
Il sera élevé une croix en pierre au milieu du cimetière, posée sur une plate-forme de cinquante centimètres au-dessus de terre. Cette plate forme aura deux mètres au carré pavée de dalles de pierres de taille, au pourtour deux rangs de marches de trente trois centimètres de giron, dix sept centimètres d'hauteur ; la croix au-dessus de la dite plate forme aura quatre mètres d'hauteur. Sa tige et bras auront vingt cinq centimètres au carré, le tout coûtera y compris le massif en maçonnerie exactement 183 francs".
- Extrait du registre de délibérations du Conseil municipal, séance du 7 juin 1818 : "considérant que les réparations proposées tant à la sacristie qu'au presbytère, les frais de clôture du cimetière et les réparations au pont de Chardonchamp sont urgent et que les fonds nécessaires pour toutes les dites réparations ne peuvent être pris que sur une imposition extraordinaire (...)".

Archives municipales de Migné-Auxances.
- Le 27 novembre 1831, arrêté du maire réglementant le stationnement des charrettes et les dépôts sur le plan du Moulin qui touche au gué du moulin et au cimetière ; devant la nouvelle porte de l'église, et plus généralement dans les rues.

Archives départementales de la Vienne : Série O, Biens communaux autres que les chemins.
Extrait du registre des délibérations du Conseil municipal, séance du 16 août 1835 : Les habitants à proximité du cimetière se plaignent des odeurs l'été et s'inquiètent du risque d'épidémie. "Le cimetière a été rétréci par la construction de la nouvelle église de la sacristie et du jardin à côté".

Archives municipales de Migné-Auxances : 1D1, Registre des délibérations du Conseil municipal (1829-1862).
- Séance du 24 mai 1846 : Le Conseil municipal accepte le don de Mme Cuzano née Desaux fait pour dire des messes, entretenir son tombeau dans le cimetière et distribuer de l'argent aux pauvres.
- Séance du 19 août 1855 : Le Conseil municipal décide de vendre les onze noyers actuellement plantés sur la place publique, mal poussés et dont ceux les plus proches de l'église sont une cause d'humidité, sans compter que les enfants lancent les noix sur les tuiles et les vitraux. De même seront vendus onze peupliers plantés le long du mur du cimetière. L'argent de la vente servira à acheter des arbres d'agrément à planter sur la place. La décision est confirmée le 23 septembre suivant, en plus de celle de déplacer vers la mairie l'échoppe de Surrault, cordonnier, installée sur la place.
- Séance du 6 juillet 1856 : Le maire propose de faire construire une halle (...). La construction est envisagée près du canal du Moulin du cimetière.

● Annexe 4 :

Extraits d'archives concernant le pont de Migné :

Archives municipales de Migné-Auxances : 1D1, Registre des délibérations du Conseil municipal (1829-1862).
- Séance du 25 octobre 1848 : Le Conseil municipal examine les comptes de travaux faits au pont Contreau, au pont du Poirier.
- Séance du 6 août 1862 : Réception des travaux au pont du Poirier, avec Jean et Silvain Parot, entrepreneurs.

Archives municipales de Migné-Auxances : 1D2, Registre des délibérations du Conseil municipal (1863-1886).
- Séance du 12 juillet 1863 : Le Conseil municipal évoque l'importance de continuer la restauration des ponts communaux. Pour l'élargissement du pont de Migné dit du Poirier, non terminé, et les réparations à faire à l'arche du moulin à la somme de trois cents seize francs. Pour les parapets de chaque tête (?) du même pont qui n'ont pas été faits au moment où il a été élargi en 1862, une somme de 988 francs. "Mais comme la commune est déjà imposée (...) pour son asile et sa maison d'école des filles, il conviendrait que les travaux se finissent dans deux années, par exemple (...) en 1864, la partie à faire un pont à Chardonchamp et achever l'élargissement du pont de Migné et (...) en 1865 faire le parapet de ce même pont".
- Séance du 28 août 1864 : Dépenses imprévues concernant les ponts communaux. Chômage de 5 moulins pendant la construction des arches des ponts de Migné et de Chardonchamp. Le Sieur Roux, carrier à Migné, fournit deux pièces de pierre (...) pour mettre dans les fondements des dits ponts.
- Séance du 17 novembre 1864 : Examen des métrés des travaux effectués sur les ponts de Migné (364, 08 francs) et de Chardonchamp (628, 58 francs) par Silvaire Sarut (?) maçon entrepreneur.
- Séance du 9 août 1868 : Don de 100 francs par un particulier pour achever le parapet du pont du Poirier et permettre de clore sa propriété.
- Séance du 9 juillet 1871 : Réparation consistant en la continuation du parapet du pont de Migné, dans la traversée du bourg de Migné à Auxances.
- Séance du 25 mai 1873 : Nécessité de réparer le pont de Migné dit Pont Contreau dont la solidité laisse à désirer. Il est trop étroit et dépourvu de parapet sur 30 m de long environ. Réparation pour la somme estimative de 1332, 46 francs. Vote d'une imposition extraordinaire.
- Séance du 10 août 1873 : Le Conseil municipal évoque l'urgence qu'il y a de s'occuper de la restauration des ponts de Migné et de Chardonchamp.
- Séance du 30 mai 1875 : Rapport de la commission d'examen des abreuvoirs et du lac de Chardonchamp. Devis des travaux de réparations s'élevant à 708, 52 francs : abreuvoir d'Auxances, de Migné dit du Pont Contreau, du pont de Chardonchamp, de Moulinet.
- Séance du 15 août 1880 : Devis estimatif des travaux projetés nécessaires à la construction de 103, 33 m. courants de banquettes construites en maçonnerie moellons le long de la rampe du Porteau (chemin vicinal n°1). Ancienne rampe écroulée.

Archives municipales de Migné-Auxances : 1D3, Registre des délibérations du Conseil municipal (1886-1906).
- Séance du 9 novembre 1890 : Le Conseil municipal approuve les plans et devis de travaux à faire au pont de Migné, à exécuter au cours de l'été 1891.

Archives départementales de la Vienne : Série O, Biens communaux autres que les chemins.
Budget de la commune de Migné pour l'exercice 1891, Migné, le 2 juin 31 mai 1891 : grosses réparations au pont de Migné et réparations de la mairie.

Archives municipales de Migné-Auxances : 1D3, Registre des délibérations du Conseil municipal (1886-1906).
- Séance du 13 août 1893 : Approbation des plans et devis de restauration d'une arche du pont de Migné ; de l'arche de secours du pont de Chardonchamp et la reconstruction du parapet et des murs de soutènement.

Archives municipales de Migné-Auxances : 1D4, Registre des délibérations du Conseil municipal (1906-1936).
- Séance du 30 juillet 1928 : Réfection du pont de Migné : chemin vicinal effondré à l'emplacement d'une arcade. Traité de gré à gré avec M. Brault, maçon à Migné, conformément au devis (1200 francs).
- Séance du 20 août 1933 : Réparation du mur de soutènement, menaçant de s'écrouler, du pont Contreau.

Archives municipales de Migné-Auxances : 1D7, Registre des délibérations du Conseil municipal (1963-1972).
- Séance du 28 août 1963 : Vu les délibérations antérieures, celle du 6 février 1963, approuvée le 19 mars 1963, décidant la reconstruction des murs de tête des ponts de Migné, décide l'acquisition amiable des portions de parcelles comprises dans les emprises de la voie communale : E 703, E 697, E 696, E695, L 101, L100.

Archives municipales de Migné-Auxances. Bulletin municipal.
- Octobre 1995. Le 24 janvier 1995, une partie du pont Contreau s'est effondrée. Une passerelle permet le passage des piétons et des deux roues. Une reconstruction est envisagée.
- Juin 1997. Le pont Contreau est ainsi appelé parce qu'il a été construit alors que M. Contreau était maire. Il a été emporté par une crue, après la sécheresse de 1992 à 1994 qui avait fragilisé ses bases en mettant à nu ses fondations en bois. Afin d'améliorer l'écoulement des eaux et de modifier la section hydraulique, multipliée par quatre, il ne sera pas reconstruit à l'identique.
- Octobre 1997. Le 15 juillet, les restes de l'ancien pont Contreau ont été dégagés. La reconstruction est prévue pour fin 1997. Le futur ouvrage aura une chaussée de 5, 50 m de large et deux trottoirs de 1, 50 m chacun.
- Janvier 2003. Le Pont Contreau a rouvert en février 1998.



logos CAP
consulter au centre régional de documentation du patrimoine de Poitou-Charentes