Vous ętes ici : Région Poitou-Charentes > Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes   > L'agglomération de Poitiers > Dossiers et illustrations
L'inventaire du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes

L'agglomération de Poitiers :
les 3 262 éléments du patrimoine étudiés


Dossiers et illustrations : dossier documentaire

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Migné-Auxances / le bourg / 1 rue du 8 mai 1945
Prieuré puis école de filles, puis de garçons, actuellement école mixte et crèche

photographie du dossier documentaire, voir légende
Vue générale. © Région Poitou-Charentes - Communauté d’agglomération de Poitiers / G. Renaud, 2006.
Dossier documentaire réalisé à partir de l’enquête d’inventaire de 2007.

Historique

Cette école occupe l'emplacement de l'ancien prieuré de Migné qui, depuis la donation de l'église à l'abbaye de Montierneuf de Poitiers en 1083, matérialisait la présence de cette abbaye dans la paroisse. Le prieuré figure sur le cadastre de 1839. Il s'agissait d'un ensemble de bâtiments disposés en U autour d'une cour. Il était alors divisé en trois parties : la plus à l'est (actuellement 20 et 22 rue du Centre) appartenait à Jacques Meunier, boulanger ; la partie centrale (parcelle 203) à Jacques Marot époux Berger ; la partie ouest (parcelle 204) à Alexandre Berger de Migné. Une description complète des lieux, relevant anciennement du prieuré et ayant vocation de fermes, figure dans les actes notariés.
Ces parcelles sont achetées par la commune pour la construction en 1859 d'une maison d'école pour filles et d'une maison d'asile. L'ensemble possédait un puits. Vers 1880, pour répondre au besoin de mise en conformité, sont envisagés le transfert de l'école de filles dans une nouvelle construction à la Picoterie et la construction, à cet emplacement, de l'école de garçons. Celle-ci est édifiée sur les plans d'Eugène Boyer, architecte. En 1882, les soeurs de la Puye qui y enseignaient sont remplacées par des institutrices laïques. Une école privée est alors ouverte au coin de la place de l'église. Des annexes en préfabriqué ont été bâties à la fin du 20e siècle.

Description

Cet édifice, implanté en retrait par rapport à la voie, est desservi par une cour. L'accès est matérialisé par un portail, constitué de piliers de section carrées, en pierre, couronnés. L'ensemble, formant un plan en L, comprend un corps de bâtiment principal, deux petites ailes latérales symétriques, un bâtiment annexe établi en retour et des bâtiments plus récents dispersés autour de la cour postérieure. La façade du bâtiment principal, en gouttereau, est ordonnancée à trois travées et porte centrale. Les niveaux sont marqués par un bandeau, les encadrements de baies sont saillants. Le toit est porté par une corniche moulurée. La travée centrale est surmontée d'un fronton. Sur les ailes latérales, moins élevées, se trouve une lucarne également surmontée d'un fronton.

Documentation

● Archives

Archives municipales de Migné-Auxances. Registres des délibérations du conseil municipal.
Archives départementales de la Vienne : Série O, Biens communaux autres que les chemins.

● Annexe 1 :

Archives municipales de Migné-Auxances : 1D1, Registre des délibérations du Conseil municipal (1829-1862).
- Séances du 11 novembre 1855 et du 18 mai 1856 : le Conseil municipal est informé de la volonté de l'évêque de vendre la maison appartenant au séminaire située au village de Giroir, et où logent les soeurs de la congrégation des filles de la Croix de Saint André, institutrices des jeunes filles de la commune depuis 28 ans, et qui tiennent aussi un asile pour les petits enfants, et visitent les malades. Par reconnaissance envers les soeurs, le Conseil municipal décide alors dans un premier temps de les reloger dans une maison vendue par Mme veuve Meunier, près de l'église, et finalement d'acheter un terrain près de l'église pour construire une nouvelle maison avec des classes et un préau. Le terrain en question, situé à 200 mètres de l'église, appartient au sieur François Peltier, qui veut le vendre.
- Séance du 31 août 1856 : Après examen comparatif par une commission spéciale, il est finalement décidé d'acheter la maison vendue par le sieur Berger pour y faire la nouvelle école des filles, plutôt que d'en construire une, plus coûteuse. Mais le projet est refusé par le préfet, et le 12 octobre 1856, le Conseil municipal examine à nouveau les différentes possibilités d'achat de maisons à transformer en école. Après une nouvelle étude, le 30 novembre 1856, le Conseil municipal décide d'acheter, pour 11000 francs, les deux maisons d'Alexandre Berger et Madame Abonneau, également proches de l'église. Le projet est toutefois suspendu au règlement des problèmes de financement.
- Séance du 25 mars 1857 : La commune entre en possession de la maison Berger-Abonneau achetée pour y faire l'école de filles et la salle d'asile.
- Séance du 7 mars 1858 : La congrégation des filles de la Croix de Saint André, siégeant à Lapuy, arrondissement de Châtellerault, est autorisée à fonder son établissement d'enseignement dans la commune, dans la nouvelle école de filles.
- Séance du 24 mai 1858 : L'achat de l'école de filles est rendu possible par un emprunt et par un don de Christophe Fontaine, charcutier à Poitiers, propriétaire et conseiller municipal à Migné, et par un autre de Monsieur Meunier Berger, également conseiller municipal, et de Monsieur Manet, boulanger à Migné.
- Séance du 16 janvier 1859 : On paie son dû à M. Mitrécé, ferblantier demeurant rue de la Chaîne, à Poitiers, qui a fourni et placé des chenaux à l'école des filles, et des plaques de tôle pour raccommoder la grande porte d'entrée et celle de la classe.
- Séance du 4 décembre 1859 : Le Conseil municipal arrête les comptes des travaux faits à l'école de filles par Jean Thiallet, entrepreneur, sous la houlette de M. Rivaud, architecte cantonal à Mirebeau.
- Séance du 30 septembre 1860 : Le Conseil municipal vote des sommes supplémentaires pour des travaux imprévus : couverture des servitudes du presbytère, réparations des couvertures de l'école de garçons et de la mairie, peinture des portes et fenêtres de la mairie et de l'école de garçons, établissement d'une pompe au puits de l'école de filles, réparation des lieux d'aisance de la même école.

Archives départementales de la Vienne : Série O, Biens communaux autres que les chemins.
- Lettre, datée du 9 septembre 1856, signée du maire et adressée au Préfet au sujet de l'acquisition d'une maison qui doit servir de salle d'asile pour l'enfance : "des trois projets présentés, c'est celui qui a été adopté qui convient le moins : car lorsqu'il est question de bâtir des classes dans une grange en la divisant en deux portions, c'est-à-dire qu'il y avait classe au rez-de-chaussée presque enterré d'un côté jusqu'au premier, et qu'au-dessus il y aurait d'autres classes (...) en raison du bruit inévitable du piétinement des enfants".
- Réponse du Préfet, datée du 11 septembre 1856 : il préconise l'achat de la maison Meunier et rappelle que le projet doit préalablement obtenir l'assentiment du conseil académique pour faire l'objet une subvention.
- Extrait du registre des délibérations du Conseil municipal », séance du 30 novembre 1856 :
"le sujet de la réunion de ce jour était relatif à la délibération prise par la même assemblée le 12 octobre dernier au sujet de l'acquisition des maisons et dépendances de M. Berger et ensemble celle de la dame Abonneau ; ainsi que celle de Madame veuve Meunier, lesquelles sont situées les unes et les autres au chef-lieu de la commune de Migné et proche l'église, et qui ont été mise en demeure de vente par la délibération précédée pour la majeure partie y faire une salle d'asile pour les petits enfants des deux sexes, et des classes pour l'éducation des jeunes filles. Vote. D'après le résultat M. le Président a déclaré la maison de M. Berger et celle de Madame Abonneau acquise pour la commune de Migné moyennant la somme de 11 000 francs".
- Lettre du Maire au Préfet, datée du 31 décembre 1856 : "Par délibération du Conseil municipal et des plus imposés, la commune vient d'acheter une maison et des dépendances proche l'église pour y faire une salle d'asile et des classe pour les filles (plan, devis et promesse de vente de Berger fournis)".
- Extrait du registre des arrêtés du Préfet de la Vienne, daté du 14 janvier 1857 : demande d'enquête de commodo et incommodo. M. Michau, greffier est nommé Commissaire de l'enquête. Enquête de commodo et incommodo, le 2 février 1857, au sujet de l'acquisition de deux maisons appartenant à Berger et Abonneau : avis favorable. Lettre, datée du 9 février 1857, de M. le Maire au Préfet : enquête sans effet.
- Estimation des propriétés, datée du 4 février 1857 :
"description de la maison Berger consistant en une maison d'habitation proche de l'église consistant en un corridor au rez-de-chaussée, en entrant à gauche une cuisine, à droite une chambre à coucher, au premier deux autres chambres non encore terminées, à côté un très vaste chai, une cour en avant proche l'église, un jardin (...) un autre jardin, confrontant le tout au levant à la maison, bâtiments, cour et jardin de (...) au couchant aux bâtiments de (...). Description de la maison Abonneau consistant en une cuisine et à côté deux chambres à coucher sont vastes, au tout se communiquent un bûcher à côté, un vaste chai, y joignant un cellier sur le derrière des latrines, la cour en avant et un jardin derrière joignant la rivière (...)".
- Cahier des charges et devis estimatif (350, 63 francs), daté du 6 septembre 1857, relatifs aux travaux à faire en maçonnerie pour renfermer un jardin à l'instituteur communal depuis le coin de la sacristie, jusqu'à celui de la maison du Sieur Bayer : "Mur sur 2, 66 mètres de hauteur (...) il sera en autre crépi des deux côtés à joints très serrés avec du mortier de chaux et sable de la Folie (...). La porte qui doit servir pour l'entrée du dit jardin sera celle à côté de la maison commune qui débouche dans le jardin actuel de l'instituteur (...).
Ce hangar sera construit au nord du dit jardin actuel de l'instituteur le long du bâtiment du Sieur Bégeau (?). (...) crépissage à joints serrés avec du mortier de chaux et sable de la Folie (...). Il sera construit deux piles pour le soutènement de la charpente, l'une sur le devant, l'autre sera adossée au mur du sieur Bégeau, leur forme sera carré".
- Adjudication des travaux communaux, datée du 13 septembre 1857, "relatif à la construction d'un mur en maçonnerie pour renfermer un jardin à l'instituteur communal et à la construction d'un hangar dans le jardin actuel de l'instituteur pour mettre les enfants de l'école à couvert pendant la récréation". Adjudication des travaux à M. Guibert et M. Massé, maçons. Procès-verbal de réception des travaux, daté du 19 décembre 1857.
- Lettre, datée du 24 octobre 1857, du Ministère de l'Instruction publique et des cultes pour l'obtention du secours permettant "la construction d'une école de fille et d'un salle d'asile". Fonds payés en 1859 : 2000 francs pour l'école, 1000 francs pour l'asile.
- Extrait du registre des délibérations du Conseil municipal, daté du 10 mai 1857 :
"un extrait des délibérations du Conseil Départemental de l'Instruction publique à la date du 30 mars dernier (...) dans lesquels il est exposé que le projet de reconstruction de la maison d'école et de la salle d'asile dont il s'agit sont défectueux sur plusieurs points et qu'il y a nécessité de faire subir (...) les modifications demandées.
En conséquence M. le maire a remis tout le dossier qui concerne cette reconstruction, ainsi que la délibération du Conseil de l'instruction publique dont il a été question à M. Rivault, architecte à qui la commune a confié le soin de ses travaux pour y faire subir les modifications demandées. Le nouveau travail étant terminé a produit une augmentation de 1500 francs 56 centimes de plus. (...) Attendu que des dépenses imprévues sont survenues depuis le projet de construction et d'acquisition de notre maison d'asile et vont par conséquent suscité de nouvelles dépenses (...)".
- Ampliation de Napoléon III, datée du 6 mars 1858, permettant la commune d'acquérir les "deux maisons et dépendances" de Monsieur Berger (3e proposition). Cette autorisation, signée de L'Empire français, enregistrée le 6 mars 1858, comporte une description complète des lieux : "M. Berger : une maison située au chef-lieu de la commune de Migné faisant parie de l'ancien prieuré consistant au rez-de-chaussée en un corridor, une cuisine, et un salon, au premier étage en deux chambres, grenier au-dessus, un vaste chai, un jardin attenant à l'église (...), un autre jardin sur le derrière joignant à la rivière, (...), moitié de la cour devant, indivisé avec les autres comparants (...).
Mme Abonneau et M. Marot : une autre maison au même lieu faisant aussi partie de l'ancien prieuré de Migné, constituant en une cuisine, grand cabinet à côté, un vaste salon, une grande chambre à coucher ayant l'un et l'autre vue sur le jardin, grenier au-dessus, petit cellier à côté, fenil au-dessus, un vaste chai à côté de ce cellier, fenil au-dessus, un cellier sur le derrière, un caveau, des latrines, un jardin sur le derrière joignant à la rivière (...) et l'autre moitié de la cour indivisée ». Achat par la commune pour la somme de onze mille francs".
- Devis estimatif (5790 francs) et cahier des charges relatifs aux ouvrages à faire pour la construction d'une salle d'asile, du logement des directrices, les réparations de deux classes des prieurs et la construction des privés au chef lieu de la commune de Migné, signé Rivaud, le 1er mai 1858. Maçonnerie en pierre de taille de Migné, tuiles.
- Extrait des minutes du greffe du tribunal de l'arrondissement de Poitiers, signées par Maître Durand et datées du 8 juillet 1858, pour l'enregistrement d'un acte de vente entre la commune de Migné et M. Berger, Mme Abonneau et M. Marot.

● Annexe 2 :

Archives municipales de Migné-Auxances : 1D2, Registre des délibérations du Conseil municipal (1863-1886).
- Séance du 11 août 1872 : le Conseil municipal décide la réparations de bâtiments communaux : renouvellement des volets des croisées de l'école communale, réparation de la couverture de l'école des soeurs.
- Séance du 13 août 1876 : Le Conseil municipal décide qu'il y a lieu de construire une nouvelle maison d'école conforme aux règlements.
- Séance du 16 août 1876 : Rejet du projet de construction de l'école. Le Conseil municipal juge utile d'acquérir le terrain appartenant à Rousseau, situé derrière la cour d'école pour agrandir plus tard.
- Séance du 22 juin 1879 : Considérant que dans la maison d'école des filles des réparations sont nécessaires pour la solidité et la propreté de l'école, le Conseil municipal est d'avis de faire exécuter ces réparations le plus promptement possible.
- Séance du 20 février 1881 : Le Conseil municipal décide, après délibération, que la meilleure place sera le terrain qui s'étend derrière la mairie. En conséquence, il nomme une commission qui sera chargée de s'entendre avec les propriétaires pour obtenir la quantité de terrain nécessaire à la construction de la maison d'école.
- Séance du 8 mars 1881 : Le Conseil municipal discute pour savoir si l'on achètera le terrain nécessaire pour l'école de garçon derrière la mairie ou au lieu dit la Picoterie ; on fait observer que le terrain situé derrière la mairie donnera difficilement la contenance de 2200 mètres exigé par M. l'Inspecteur d'Académie d'autant plus que le Conseil municipal est unanime pour conserver la Mairie où elle est c'est-à-dire au point le plus central de la commune (...). Le Conseil municipal décide que la commune achètera les 2280 mètres au lieu-dit la Picoterie, elle y établira l'école des filles et la salle d'asile et fera construire l'école de garçons sur le terrain où est actuellement l'école de filles, terrain qui a 2500 mètres de superficie. Cela permettra d'établir un beau jardin pour l'instituteur qui pourra, en même temps, servir à donner des leçons d'horticulture.

Archives départementales de la Vienne : Série O, Biens communaux autres que les chemins.
- Mémoire explicatif pour la construction d'une école de garçons et d'une école de filles, signé Eugène Boyer, daté du 15 avril 1881 :
"Les deux projets présentés ont pour objet la construction de deux écoles communales pour la commune de Migné.
L'école de garçons est à édifier sur l'emplacement de l'école actuelle des filles, sise sur la place de l'église et contenant un terrain assez vaste pour ménager un terrain assez vaste destiné à donner aux élèves des leçons d'horticulture, ce jardin est limité par le cours de l'Auxance.
L'école de filles est à édifier sur un terrain acquis par la commune touchant le bourg de Migné et situé au lieu-dit : la Picoterie.
Les projets de ces deux écoles devant contenir chacune 100 élèves ont été étudiés en prévision de l'avenir, c'est-à-dire avec la possibilité de pouvoir élever le nombre des élèves à 150, ainsi que le représentent les plans par la diversité des teintes.
De plus l'école de garçon devant être construite tout en conservant l'école actuelle de filles a mis l'auteur du projet dans l'obligation de placer les bâtiments parallèlement à l'église ainsi qu'ils sont représentés sur le plan d'ensemble.
Ce projet comprend : le logement de l'instituteur et des maîtres adjoints avec façade sur la place et ayant la surveillance directe sur la cour d'entrée et sur la cour des élèves. Ce logement est composé : du rez-de-chaussée, d'un cabinet, une cuisine, une salle à manger, un cellier. Bûcher et un escalier conduisant aux étages supérieurs. Au premier étage, deux chambres et un cabinet pour l'instituteur. Au deuxième étage, deux chambres et un cabinet pour les maîtres adjoints avec grenier au-dessus. Une grande porte d'entrées servant au passager en voiture n nécessaires à l'exploitation du jardin. L'école proprement dite en raison de la situation basse et humide que présente le terrain par suite du voisinage de la rivière et de la nécessité absolue de conserver l'école de filles pendant la construction nous a fait établir le préau au rez-de-chaussée avec les classe au 1er étage ; de là plus d'aération pour les élèves, plus de soleil pour les cours, en un mot plus de salubrité. L'école comprend au rez-de-chaussée un grand préau ouvert sur la cour, un escalier desservant les classes situées au 1er étage, avec closet au rez-de-chaussée pour l'instituteur. La galerie du 1er étage qui donne accès aux classes, forme au rez-de-chaussée un promenoir couvert pour l'entrée du préau. Enfin la cour et les lieux des élèves en face de l'école. Dans le fond est situé le jardin. (...)".

Archives municipales de Migné-Auxances : 1D2, Registre des délibérations du Conseil municipal (1863-1886).
- Séance du 23 avril 1881 : "Le Conseil municipal décide que les adjudications des écoles seront faites en même temps, mais qu'elle seront construites successivement ; l'école des filles sera construite d'abord de manière à permettre d'utiliser les matériaux de l'écoles des filles pour construire l'école de garçons. Il priera en conséquence M. Boyer d'établir des devis sur ces bases nouvelles, le Conseil municipal pense que les dépenses probables s'élèveront en (soustrayant ?) le mobilier scolaire et les frais de démolition à 21638 francs pour l'école de garçons et à 39177 francs pour l'école de filles plus 5500 francs pour chat du terrain soit un total de 66315 francs. Il est décidé que pour couvrir ces frais de construction il sera fait un emprunt de 20000 francs à la Caisse des Ecoles et qu'une demande de secours de 4631 francs sera faite au Gouvernement.
Présentation du rapport du Ministère de l'Instruction publique et des Beaux-arts, daté du 6 août 1881, adressé au Préfet :
Ce projet a donné lieu de la part du comité aux observations suivantes :
Ecole de garçons. Il est difficile de construire l'école de garçons sur l'emplacement de l'école de filles sans interrompre le service de cette dernière. Le projet pourrait cependant être distribué de façon à permettre l'installation des classes au rez-de-chaussée ; (...) les classes n'ont pas les dimensions nécessaires pour les élèves. En conséquence, il y a lieu de demander à l'administration municipale une nouvelle étude se rapprochant du croquis bleu joint au plan.
Dans ce nouveau projet, le pavillon d'habitation serait en avant. Les deux classe seraient contiguës et desservies par un couloir qui servirait de vestiaire et permettrait d'accéder à couvert au préau. Une partie seulement de ce préau serait construite avant la démolition de l'école actuelle de filles. Les classes seraient éclairées unilatéralement (...)".
- Séance du 7 décembre 1881 : En attendant la construction de la nouvelle école, le Conseil municipal s'engage à céder la salle de la mairie pour y installer une classe et assurer à l'adjoint un logement convenable.
- Séance du 11 juin 1882 : M. le Président expose que des réclamations se sont élevées sur le projet de construction de la maison d'école de garçons. Le Conseil municipal, après en avoir délibéré, prie M. le Maire de s'entendre avec l'architecte pour un projet nouveau plaçant le logement de l'instituteur et, face de l'entrée et près le transept de l'église en laissant toutefois l'espace nécessaire à l'éclairage de l'église.

Archives départementales de la Vienne : Série O, Biens communaux autres que les chemins.
- Mémoire explicatif pour la construction d'une école de garçons », signé Eugène Boyer, daté du 10 août 1882 :
"Le projet présenté a pour objet la construction d'une école communale de garçons pour la commune de Migné.
L'école est à édifier sur l'emplacement de l'école actuelle des filles, sise sur la place de l'église et ayant un terrain assez vaste pour y établir un terrain assez vaste destiné à donner aux élèves des leçons d'horticulture, ce jardin est limité par le cours de l'Auxance. Le projet présenté comprend deux classes de chacune cinquante élèves avec possibilité d'en établir une troisième, sans détruire l'harmonie du projet.
Ce projet comprend : Une cour d'entrée avec grille sur la place publique. Au fond et en face la grille, le logement de l'instituteur ayant au rez-de-chaussée un vestibule d'entrée, à gauche un cabinet de travail, à droite la salle à manger avec cuisine à la suite, en face l'escalier desservant le premier, le deuxième étage et les combles. Chacun des étages comprend deux chambres à feu et deux cabinets. A gauche dans la cour d'entrée l'école proprement dite comprenant au rez-de-chaussée un grand préau fermé sur la cour d'entrée ; ouvert sur la cour des élèves avec un escalier conduisant aux classes établies au premier étage. Chacune de ces classes peut contenir cinquante élèves ; et est desservie par un large balcon extérieur ; indépendamment de la communication extérieure qui existe entre chacune de ces classes. A la suite du préau : la cour des élèves, les lieux des dits et une vaste servitude pour les besoins de l'instituteur. Puis le jardin. (...) Mais en raison de l'orientation du terrain, les classes ont été maintenues dans la même direction, tout en les reportant plus au fond du terrain de manière à placer le logement de l'instituteur en face la place et dégager ainsi l'entrée de l'école".
- Lettre de l'Inspecteur primaire à l'Inspecteur d'académie, datée du 20 août 1882 :
"M. le Ministre de l'Instruction publique a approuvé les plans de l'école de filles et de la salle d'asile qui sont en ce moment en voie d'exécution, et a demandé de nombreuses modifications aux plans de l'école des garçons. Pour se conformer aux nouveaux règlements sur les constructions des bâtiments scolaires et donner plus d'air et de lumière aux salles de classe, le Conseil municipal de Migné vient de faire établir de nouveaux plans pour cette école. Il y a donc lieu de les examiner. (...) La commune de Migné est importante : elle compte plus de 2800 habitants ; mais elle renferme deux écoles libres de garçons, l'une au chef-lieu et une autre, qui va être communalisée, au hameau de Limbre. De plus, une école mixte va être incessamment créée à Nanteuil, village assez éloigné du bourg. (...)". Approbation du projet sous réserve d'y faire des modifications, secours accordé.
- Extrait du registre des procès-verbaux des délibérations de la Commission des bâtiments scolaires, daté du 13 octobre 1882 : Examen et approbation du projet de construction d'une école de garçons, sous réserve de modification (ajout d'un vestiaire).

Archives municipales de Migné-Auxances : 1D2, Registre des délibérations du Conseil municipal (1863-1886).
- Séance du 13 août 1882 : Approbation des plans et devis (31886, 51 francs) pour l'école de garçons, Boyer architecte.
- Séance du 24 août 1884 : Monsieur le Maire expose au Conseil municipal qu'il a examiné le dossier relatif à la construction d'une nouvelle école communale de garçons pour laquelle la précédente administration a voté une somme de 6000 francs et le gouvernement accordé une somme de 18000 francs, laquelle doit être bâtie d'après les plans déjà dressés dans le terrain joignant l'église où était autrefois l'école de filles. Il fait remarquer que le devis présenté porte les dépenses à 31886 francs et qu'il y aura à pourvoir à une insuffisance de 7886 francs, et entre autre aux réparations indispensables à la mairie actuelle. Il fait connaître au Conseil municipal qu'il lui semble préférable de construire dans un seul local l'école et la mairie, soit dans l'emplacement de la mairie actuelle en s'entendant avec les propriétaires la joignant pour achat de terrain, soit sur le terrain de l'école de filles près de l'église, qu'il a eu l'occasion de s'enquérir au Ministère que ce nouveau projet pouvait être réalisé et qu'il recevrait l'agrément de Monsieur le Ministre, et qu'il a reçu une réponse affirmative à ses vues. Mise à l'étude de la proposition par le Conseil municipal.
- Séance du 2 novembre 1884 : Rapport de la commission pour la création d'une école de garçons au bourg : la commission aidée de l'Inspecteur et de l'architecte, M. Boyer, a reconnu l'impossibilité d'édifier la nouvelle école, dans l'emplacement actuel de l'école existante, même en joignant le terrain du sieur Rousseau, et qu'il y avait lieu d'aviser à l'exécution d'un projet qui mettrait cette école dans l'ancien terrain de l'école de filles et permettrait de construire dans le même local la mairie et l'école.
Un plan a été fourni, dressé par l'architecte Boyer, lequel envisagerait l'acquisition de l'immeuble des époux Audebert dont une partie (?) seulement serait prise par la nouvelle construction et qui permettrait d'établir une place de dix à douze ares sur la gauche de l'église (...).
- Séance du 25 janvier 1885 : Rapport de la commission, école de garçon du bourg : visite des lieux. Le projet d'aménager l'actuelle école de garçon par l'acquisition du terrain Rousseau est abandonné. Il a été à l'unanimité reconnu que les terrains (ancienne école de filles) se prêtaient complètement à l'exécution du projet de création de nouvelle école de garçons, que de plus on pourrait en établissant les bâtiments de cette école parallèlement à l'église et en acquérant la cour de la maison des époux Audebert et la petite maison qui est occupé par les époux Augry (5000 francs) non seulement construire la dite école mais encore créer une nouvelle place à gauche de l'église dans une étendue de 996 mètres carrés, ce qui permettrait dans l'avenir de créer, comme la population le réclame depuis longtemps, un marché. Plans de Boyer. Devis 25169, 54 francs. Approbation du projet.
Ampliation, par arrêté préfectoral du 26 mars 1885, autorisant l'acquisition du terrain et de la maison Audebert.

A.D. Vienne : Série O, Biens communaux autres que les chemins.
- Promesse de vente, datée du 27 janvier 1885, (description de l'édifice) :
"Une maison située au bourg de Migné, sur la place devant l'église, actuellement occupée par les époux Augry, consistant en deux chambres au rez-de-chaussée, chambres au premier étage, grenier dessus, un cellier et cour y attenant, le tout d'une superficie d'environ 240 m2, confrontant de deux côtés à un immeuble appartenant à la commune de Migné, par devant à la place et d'autre côté à Garotin et au surplus des dépendances de la dite maison que les vendeurs se réservent.
Les vendeurs se réservent également pour le surplus de l'immeuble qui leur reste, le droit de passage avec chevaux et charrettes sur la cour vendues, et sur une largeur de quatre mètres pour y arriver".
Plan des immeubles devant être achetés par la commune de Migné pour la construction d'une école de garçons.
- Lettre de l'Inspection académique de la Vienne, datée du 19 février 1885, adressée à M. le Préfet : Plan et devis approuvés.
"M. l'Inspecteur, dans son rapport en date du 18 février courant constate que dans le projet approuvé les salles de classe sont au 1er étage, ce qui est un inconvénient, qu'il n'y a que quatre pièces en tout pour loger le directeur et un adjoint plus une toute petite cuisine. Il serait difficile de loger un troisième maître si le nombre des élèves venait à provoquer la création d'un second emploi d'instituteur adjoint. De plus, le voisinage de l'église répandrait sans doute sur les appartements une certaine humidité en les privant de lumière sur deux côtés. (...) Dans le nouveau projet, les classes sont au rez-de-chaussée, ce qui est préférable, et l'on a réservé l'espace nécessaire pour en faire construire une troisième à la suite de celles qui figurent au plan. Elles sont parfaitement éclairées et aérées. On y arrive par un vestiaire qui communique en outre avec le préau couvert. Leur étendu est la même que dans le projet approuvé. Quant au appartements, ils renferment six pièces et deux cabinets ce qui est suffisant pour faire face à toutes les éventualités.
En outre, grâce à l'acquisition de l'immeuble Audebert que la commune a le projet de faire, on peut éloigner la construction de l'église et établir devant, une jolie place qui tout en embellissant l'édifice scolaire en augmentera la salubrité. Les cabinets d'aisance sont bien placés pour la surveillance, et la cour et le préau couvert ont une étendue suffisante (cour 446 mètres carrés, préau couvert 90 mètres carrés) avec facilité de prolonger celui-ci, en cas de construction d'une 3e salle de classe (...)".
- Extrait du registre des procès-verbaux des délibérations du Conseil départemental de l'Académie de Poitiers, daté du 21 février 1885 : Approbation du projet de construction de l'école de garçons.
- 12 avril 1885, ouverture d'une enquête de commodo et incommodo, conformément à un arrêté préfectoral du 26 mars 1885, sur le projet d'acquisition d'une maison (...) et d'une cour pour y établir une école de garçons. Procès-verbal de clôture (personne ne s'est présenté).
- Lettre de l'Inspecteur d'Académie au Préfet, datée du 30 juillet 1885 : demande d'autorisation de construire l'école communale de garçons davantage à côté de l'église et plus éloignée de la rivière à cause des problèmes d'humidité et de la nécessité d'avoir des fondations très profondes ce qui augmenterait le coût de la construction.
- Lettre, datée du 3 août 1885, du Préfet au Maire de Migné l'autorisant à changer d'emplacement pour l'école communale de garçons et à procéder à l'adjudication des travaux.
- Adjudication des travaux à exécuter dans la commune de Migné pour la construction d'une école communale de garçons avec logement des instituteurs : cahier des charges, daté du 8 août 1885 et signé Boyer, Eugène. Ecole et logement à édifier à l'emplacement de l'ancienne école des Soeurs. Démolition des bâtiments à l'exception de celui réservé au logement de l'instituteur adjoint. Réemploi de matériaux.

Archives municipales de Migné-Auxances : 1D2, Registre des délibérations du Conseil municipal (1863-1886).
- Séance du 28 juin 1885 : Délibération sur le projet d'école, adoption du dernier plan approuvé par le Ministre mais l'emplacement sera changé, celui indiqué sur le plan se trouvant trop bas trop près de l'eau, dans de détestables conditions pour la santé des enfants ; de plus les fondations sont très mauvaises et nécessitent de fortes augmentations de dépenses. Le Conseil municipal décide en conséquence que l'école sera rapportée vers le terrain le plus élevé, en accord avec l'architecte, et qu'il ne sera fait au plan que les changements rendus indispensables par le changement de position. Le Conseil municipal décide que le projet rectificatif de M. Boyer architecte du 27 juin 1885 et s'élevant à 26106 francs sera adopté en principe.
- Séance du 11 avril 1886 : Le Conseil autorise M. Meunier, adjoint délégué et la commission scolaire à s'entendre avec M. Boyer architecte pour établir un préau dans l'école de garçons.

Archives municipales de Migné-Auxances : 1D3, Registre des délibérations du Conseil municipal (1886-1906).
- Séance du 5 juillet 1891 : Des travaux d'assainissement sont envisagés à la chambre de l'instituteur adjoint de l'école de garçons de Migné. Cette pièce est en effet très humide depuis que le remblayage de la cour de l'école, l'a placée en contrebas de cette cour.
- Séance du 20 août 1891 : Adoption de travaux d'assainissement du logement de l'instituteur adjoint et du repiquage d'un puits de l'école communale de garçons.
- Séance du 21 juin 1903 : Le Conseil municipal déclare nécessaire de maintenir le poste d'instituteur adjoint dans l'école de Migné étant donné l'accroissement des effectifs dû à la reconstitution des vignobles et à la marche ascendante de l'exploitation des carrières, et en raison de la fermeture de l'école des Frères depuis le 31 mai.
- Séance du 5 mai 1905 : Réparations des écoles publiques, dossier de demande de secours.
- Séance du 19 avril 1931 : Pour la réparation des murs écoulés des écoles d'Auzances et de Migné, un devis est demandé à Blanchard.
- Séance du 3 août 1952 : Travaux à effectuer aux écoles, notamment à l'école de Migné, réparation de la toiture et du logement de l'instituteur adjoint.
- Séance du 2 avril 1956 : Ecole de garçons de Migné, projet de 3e classe, le Conseil considère que l'effectif de l'école de garçons de Migné dépassera vraisemblablement 90 élèves au 1 octobre 1956. Or, il n'y a que deux classes. Un local, destiné à loger un adjoint, inutilisé jusqu'ici, pourrait être réparé et constituer une classe provisoire de 8 m sur 5 m en attendant la construction d'une autre salle de classe.

Archives départementales de la Vienne : Série O, Biens communaux autres que les chemins.
- Commune de Migné, école publique de garçons de Migné : Transformation de servitudes en classe provisoire, dossier établi à Neuville, le 19 avril 1956 par l'ingénieur des T.P.E : Démolitions de maçonneries, cloisons, planchers, plafonds, construction d'un mur en parpaings, plafond de brique, révision de la cheminée.
- Séance du 22 septembre 1956 : Par délibération du Conseil municipal, établissement d'un marché avec le menuisier André Jarasson pour l'aménagement de la nouvelle salle de classe de garçons de Migné.
- Réception définitive des travaux d'aménagement de servitudes en salle de classe provisoire, datée du 15 décembre 1956.
- Par délibération du Conseil municipal, en date du 17 janvier 1967 : Réfection du logement de Direction de l'école publique de Migné.

Archives municipales de Migné-Auxances : Revue de presse, Centre Presse, le 29 mai 1989.
Inauguration de la Ribambelle, local d'accueil parental pour la petite enfance (halte-garderie, crèche, centre de loisir maternel), rue du Centre à Migné.



logos CAP
consulter au centre régional de documentation du patrimoine de Poitou-Charentes