Vous ętes ici : Région Poitou-Charentes > Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes   > L'agglomération de Poitiers > Dossiers et illustrations
L'inventaire du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes

L'agglomération de Poitiers :
les 3 262 éléments du patrimoine étudiés


Dossiers et illustrations : dossier documentaire

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Migné-Auxances / les Sous-Remuets
Tombeau d'Augustin-Aimé Chandor et de sa famille

photographie du dossier documentaire, voir légende
Vue générale. © Région Poitou-Charentes - Communauté d’agglomération de Poitiers / G. Renaud, 2006.
Dossier documentaire réalisé à partir de l’enquête d’inventaire de 2007.

Historique

Tombeau d'Augustin Chandor, né le 28 février 1811 et décédé le 17 juillet 1835. L'inscription sur la stèle précise qu'il était étudiant en médecine et qu'il "a succombé à des études trop assidues et un dévouement sans borne dans l'asile du malheur". Une plaque a été rajoutée ultérieurement : "Son père le 17 juillet 1853 et de sa mère mariée en seconde noce à M. Victoriano de Cenzano a été enlevée le 22 avril 1845 à son époux reconnaissant pour la vie, ce dernier le 25 décembre 1888 à l'âge de 88 ans." sur le socle se trouve une plaque portant l'inscription suivante : "La fabrique doit donner au fossoyeur 5 francs par an pour l'entretien du tombeau. Le fossoyeur fera part à la fabrique de toutes les dégradations qu'il pourrait y avoir pour qu'on les répare, même les ifs s'ils venaient à dépérir". Ce pilier devait probablement supporter un élément sculpté qui a aujourd'hui disparu.

Description

Ce tombeau, formant un pilier, est circonscrit par un muret en calcaire. Le socle est mouluré, le sommet représente un fronton triangulaire, orné d'une couronne mortuaire et d'un ruban.

Précisions sur le décor

Les frontons sont décorés de couronnes mortuaires et de rubans.

Documentation

● Bibliographie

Le patrimoine des communes de la Vienne. Paris : Flohic (35-Rennes : Oberthur Graphique), 2002. P. 777

● Annexe 1 :

Le patrimoine des communes de la Vienne. Paris : Flohic (35-Rennes : Oberthur Graphique), 2002, p. 777-778.
Tombe de Chandor. Seconde moitié du 19e et 20e siècles. Cimetière ancien, rue des Sous-Remuets
"Lors de l'apparition de la croix à Migné en 1826, la municipalité transfère le cimetière paroissial rue des Sous-Remuets afin d'agrandir l'église. Cette nécropole, relativement homogène, reflète bien les tendances de l'art funéraire de la seconde moitié du 19e et du 20e siècles. L'épitaphe de cet étudiant en médecine est répartie sur quatre faces : Cit gît Augustin Aimé Chandor étudiant en médecine, né le 28 février 1811 décédé le 17 juillet 1835 / Il a succombé à des études trop assidues, et à un dévouement sans bornes dans l'asile du malheur, pleurez sur la tombe du fils unique qui faisait tout le bonheur de ses infortunés parents / Il était bon fils il avait en partage l'amitié de ses amis / Repose en paix tendre ami, en attendant le jour 0. Les cendres de ton père et de ta pauvre mère viendront s'unir aux tiennes / De Profundis. Le socle de la stèle comprend effectivement les épitaphes du père et de la mère ainsi que les conditions de la concession mortuaire".
Inscription relevée in extenso : " La fabrique doit donner au fossoyeur 5 francs par an pour l'entretien du tombeau. Le fossoyeur fera part à la fabrique de toutes les dégradations qui pourraient y avoir pour qu'on les répare mêmes les ifs s'ils venaient à dépérir ".



logos CAP
consulter au centre régional de documentation du patrimoine de Poitou-Charentes