Vous ętes ici : Région Poitou-Charentes > Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes   > L'agglomération de Poitiers > Dossiers et illustrations
L'inventaire du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes

L'agglomération de Poitiers :
les 3 262 éléments du patrimoine étudiés


Dossiers et illustrations : dossier documentaire

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Migné-Auxances / Nanteuil / 4, 11, 13 rue de l' Abreuvoir
Moulin de la Papeterie

photographie du dossier documentaire, voir légende
Vue d'ensemble de la ferme. © Région Poitou-Charentes - Communauté d’agglomération de Poitiers / Y. Suire, 2007.
Dossier documentaire réalisé à partir de l’enquête d’inventaire de 2007.

Historique

Ce moulin est appelé moulin Jousselin en 1481 et 1563, puis moulin de la Papeterie. Aux 16e et 17e siècles en effet, il produisait du papier. En 1653, il était la propriété de Mathieu Fleuriau qui devait une rente de quatre rames de papier fin à l'abbaye de Montierneuf de Poitiers. Il semble pourtant ne plus produire que de la farine au moment de la Révolution, lorsqu'il est vendu comme bien national. La ferme qui lui est adjointe, remaniée au cours du 19e siècle, présente des éléments qui indique que sa construction remonte à l'Ancien Régime (baies chanfreinées, vestige d'appui mouluré). L'édifice, propriété de Vincent Surrault, mentionné en tant que moulin et maison (parcelle F18 87) et maison, bâtiment et cour (parcelle F18 88), figure sur le cadastre de 1839. Le plan n'a depuis pas beaucoup évolué. Seule l'habitation principale a fait l'objet d'une division de parcelles (parcelles 105 et 106) et accueille désormais deux logements distincts. Le linteau d'une porte charretière porte la date de 1817 ; il s'agit peut-être d'un remploi car, d'après les archives cadastrales, la parcelle du moulin a fait l'objet d'une démolition et d'une nouvelle construction vers 1843. A cette époque, le moulin compte 7 ouvertures, la ferme en compte 14, tandis que l'habitation jouxtant le moulin en présente 6. Le moulin est modifié par la suite car il présente 14 ouvertures à partir de 1864. L'aménagement de l'atelier de papeterie date vraisemblablement de cette époque. L'ensemble, notamment le moulin, a été restauré au cours du 20e siècle.

Description

Cet ensemble, implanté de part et d'autre de la voie, réunit une ferme comprenant un logement, une grange, un hangar et des toits et un moulin, transformé en atelier, auquel est accolé un logement. La ferme présente un plan en L organisé autour d'une cour postérieure. La façade du logement principal, en gouttereau, est à quatre travées et porte latérale. A l'arrière du logement se trouve une tourelle d'escalier qui est sans doute récente car elle ne figure pas sur la cadastre ancien. La grange, moins élevée que le logement mitoyen, présente, sur la rue, des percements anciens avec chanfreins et appui de fenêtre, ainsi que le pigeonnier. Le hangar est à poteau de bois. Le moulin forme un plan en L. Les murs sont recouverts d'un badigeon, le toit est couvert en tuile creuse. Le logement, moins haut que l'atelier, s'élève sur un étage, la façade était, à l'origine, à quatre travées, la porte charretière a été murée. L'atelier présentait une façade en pignon ordonnancée, à deux travées et porte centrale. A l'angle se trouvent des pierres d'attente qui indiquent que le bâtiment devait probablement être agrandi.

Documentation

● Archives

Archives départementales de la Vienne : 4 P 1059-1069 (Plans parcellaires, 1838-1839) ; 4 P 2629 (Etats de sections des propriétés bâties et non bâties, 1839) ; 4 P 2630 (Tableau indicatif des propriétaires, des propriétés foncières et de leur contenance, 1839) ; 4 P 2631 et 4 P 2638 (Matrices des propriétés foncières, 1841-1914) ; 4 P 2639 (Matrices des propriétés bâties, 1882-1910).
Archives départementales de la Vienne : Série S, Travaux publics et transports. Routes, rivières, canaux, chemins de fer, moulins et usines, énergie, électrification. Archives départementales de la Vienne : 7 S 5 ; 7 S 6 ; 7 S 7 : 7 S 90.

● Bibliographie

Association Migné-Auxances Mémoires. Bon souvenir de Migné-Auxances. Recueil de cartes postales anciennes. Octobre 2002. Site e-mail de l'association Migné-Auxances Mémoires. Association Migné-Auxances Mémoires. Migné-Auxances d'hier à aujourd'hui. - Migné-Auxances (Vienne) : Commune de Migné-Auxances, 1999.
Rédet Louis. Dictionnaire topographique du département de la Vienne. Paris : Imprimerie Nationale, 1881.

● Annexe 1 :

Archives départementales de la Vienne : S.
- Procès-verbal de visite : "Le 17 février 1844, nous soussigné ingénieur de l'arrondissement de l'est nous sommes transporté au moulin que le sieur Surrault-Diot possède à Nanteuil, commune de Migné (...). Nous avons lu la pétition que le dit Surrault adressa le 2 mai 1842 à M. le Préfet de la Vienne (...). L'eau de la rivière Auxance arrive au moulin du Sieur Surrault par un canal de dérivation de 250 mètres de longueur. La largeur moyenne est de 8,40 mètres et la pente de 1,50 millimètre par mètre. A 12 mètres de la zone motrice se trouve un premier canal de décharge large de 1,60 mètre à l'origine et de 4,40 mètres un peu plus loin. Il est barré par 2 vannes égales de 66 centimètres de largeur, 95 centimètres de hauteur et dont le seuil se trouve à 2,18 mètres au dessous du repère. A 60 mètres de l'extrémité de ce canal de décharge se trouve un second large de 1,60 mètre et fermé par une seule vanne de 85 centimètres de largeur, sur 1,40 mètre de hauteur et dont le seuil est à 2,47 mètres au dessous du repère. A 176 mètres de l'extrémité de ce second canal de décharge est le déversoir large de 2 mètres, dont le couronnement est à 20 centimètres en contrebas de l'arête supérieure ou du terrain voisin, et à 1,41 mètre au dessous du repère. En aval et touchant celui-ci se trouve un déversoir naturel, c'est-à-dire fait par l'action corrosive de l'eau de 6 mètres de largeur que l'eau affleure actuellement. Le niveau de l'eau sur le déversoir est aujourd'hui à 11 centimètres en dessus du couronnement. La roue du moulin est une roue poncelet formée de 24 aubes et large de 2,30 mètres ; elle reçoit l'eau par une vanne inclinée de 45 degrés, large de 2,33 mètres et haute de 1,40 mètre. Le canal de fait a 2,67 mètres de largeur. La hauteur de chute est de 1 mètre. Le seuil de la vanne motrice est à 1,94 mètre au dessous du repère (...)".
- 14 janvier 1843 : Courrier du Préfet de la Vienne suite à la demande de travaux du Sieur Surrault-Diot propriétaire du moulin de la Papeterie : "Art. 1 : le Sieur Surrault-Diot, propriétaire du moulin de la papeterie, commune de Migné, est autorisé à remplacer les vannes motrices actuelles de ce moulin par une vanne unique de 2, 66 mètres de largeur (...)".

A.C. Migné : 1D1,1829-1862 : registre des délibérations du Conseil municipal.
- Séance du 29 juillet 1849 : Le Conseil municipal examine la plainte des habitants de Chardonchamp et de Nanteuil contre le propriétaire du moulin de la papeterie qui, en faisant reconstruire son usine vers 1844, a modifié le régime des eaux, de sorte qu'ils ne peuvent plus laver leur linge et puiser de l'eau dans l'Auxance en aval du pont de Chardonchamp. La commune décide alors de construire un lavoir à cet endroit.
- Rapport de l'ingénieur ordinaire sur la demande de Melle Dauvilliers, Poitiers, le 24 octobre 1861 :
"Par une pétition en date du 28 juin 1861, Melle Dauvilliers propriétaire du domaine de Salvert dans la commune de Migné expose qu'elle possède une prairie de 3 hectares, dépendant de ce domaine, située sur la rive gauche de l'Auxance, en amont de l'usine de la papeterie appartenant au Sieur Surrault, que ce pré qui produisait de bonnes récoltes se trouve submergé en toutes saisons et ne produit plus depuis 5 à 6 années, que de très mauvais fourrages. Elle demande en conséquence que des mesures soient prises par l'administration pour faire cesser un état de choses si préjudiciable à ses intérêts.
Le moulin de la papeterie est situé sur une dérivation de l'Auxances à 231 mètres environ du pré dont il s'agit ; il se trouve à 631 mètres en aval du moulin Vieux et à 600 mètres en amont du moulin de Bertault (...)".
- Rapport de l'ingénieur en chef, Poitiers le 8 février 1862 :
"Quatre usines successives, le moulin de la Papeterie appartenant au sieur Surrault-Diot, le moulin Bertault et le moulin neuf au Sieur Proust, enfin le moulin de Chaussac, sont situés sur une dérivation de l'Auxance dont l'origine est à 230 mètres en amont du moulin de la papeterie et qui ne rentre en rivière qu'à 165 mètres en aval du moulin de Chaussac (...)".
- Courrier du Préfet de la Vienne du 10 novembre 1909 adressé aux maires de Migné et de Chasseneuil et à l'ingénieur en chef :
"Vu la pétition en date du 4 septembre 1909, par laquelle MM Proust Norbert et Proust Théodore signalent le mauvais état du vannage, sur le canal de décharge du moulin de la papeterie, dont l'établissement a été prescrit par l'ordonnance royale du 5 novembre 1845, réglementant le dit moulin (...). Arrêtons : Mademoiselle Jeanne Fontaine, demeurant à Grand-Pont, commune de Chasseneuil, propriétaire du moulin de la Papeterie, sis sur la rivière l'Auxance, commune de Migné, est mise en demeure de se conformer, dans un délai de 2 mois à dater de la notification du présent arrêté, aux prescriptions ci-dessous reproduites de l'article 3 de l'ordonnance du 5 novembre 1845 réglementant le moulin de la papeterie : Art. 3 de l'ordonnance du 5 novembre 1845 : à la bifurcation du canal de décharge B et normalement à son axe, c'est-à-dire dans la direction MM' et aux points MM4 il sera établie une vanne de décharge que le sieur Surreau-Diot ne devra lever que dans les grandes crues. Art. 2 Les ayants droit MM Demarçay, de Montmartin et consorts sont autorisés, conformément à l'arrêté du 15 avril 1861 et à l'arrêt du Conseil d'Etat du 7 mai 1863, à faire pratiquer à leur frais, une prise d'eau dans la vanne en question. Cette prise d'eau consistera en une ouverture de 0,30 de largeur sur 0,08 de hauteur dont le seul sera à 3,25 mètres au-dessous de l'arête supérieure de la première assise établie au-dessus de la voûte de la prise d'eau du moulin de la papeterie (...)".
- Rapport du subdivisionnaire Foucher, Poitiers le 24 février 1931 :
"Par une pétition en date du 29 décembre 1930, M. Dechaume demeurant à Nanteuil, commune de Migné, fait connaître son intention de remettre en activité après transformation son moulin de la Papeterie. Des renseignements recueillis auprès du pétitionnaire il résulte que celui-ci projette de remplacer : sa vanne de décharge hors de service ; ses installations intérieures d'utilisation de la force motrice hydraulique de son moulin. Une autorisation administrative n'est pas nécessaire pour exécuter les travaux qu'il projette, mais il devra toutefois se conformer aux dispositions de son règlement d'eau".

Association Migné-Auxances Mémoires et Commune de Migné-Auxances. Migné-Auxances d'hier à aujourd'hui. 1999, p.61, 78-79.
"L'existence des moulins de la Papeterie et du Bertault, bien que beaucoup plus ancienne, n'apparaît dans les dénombrements qu'à la fin du 17e siècle. Ces deux fiefs sont possédés, du 15e siècle jusqu'à la fin du 18e siècle, par les mêmes familles. Ce sont d'abord les Gilliers puis du 16e au 17e siècle, la famille Rat".



logos CAP
consulter au centre régional de documentation du patrimoine de Poitou-Charentes