Vous ętes ici : Région Poitou-Charentes > Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes   > L'agglomération de Poitiers > Dossiers et illustrations
L'inventaire du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes

L'agglomération de Poitiers :
les 3 262 éléments du patrimoine étudiés


Dossiers et illustrations : dossier documentaire

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Migné-Auxances / Malaguet
Manoir dit château de Malaguet

photographie du dossier documentaire, voir légende
Logis, façade principale à l'ouest. © Région Poitou-Charentes - Communauté d’agglomération de Poitiers / C. Bunoz, 2007.
Dossier documentaire réalisé à partir de l’enquête d’inventaire de 2007.

Historique

Malaguet est mentionné dès 1328. Il s'agit d'un ancien fief relevant de la Tour de Maubergeon, qui a appartenu à la famille Sauvestre, puis à celle des Pidoux dont les armes (fig. 17) sont sculptées, accompagnées de la date 1608, au-dessus d'un portail (B). Celui-ci est placé entre deux tours dont l'une présente des canonnières (fig. 16) alors que l'autre, à droite, est pratiquement détruite. Une partie (E) du long bâtiment établi à l'ouest de ce portail présente des baies à encadrement chanfreiné et un appui de fenêtre mouluré pouvant dater du 15e siècle (fig. 20 à 22). Un autre corps de bâtiment à l'ouest (F), conserve une porte à linteau en accolade et une fenêtre à encadrement à cavet de la même période (fig. 27). Dans son prolongement se trouve une ancienne chapelle (G) pouvant dater du 17e siècle. Le domaine est vendu comme bien national. Sur le plan cadastral de 1839 (fig. 2), des constructions figurent à l'emplacement de la plupart des bâtiments actuels, mais la cour était alors séparée en deux parties par un corps de bâtiment aujourd'hui détruit et le logis actuel, à l'écart au nord, n'existait pas. En revanche sont mentionnés la chapelle, une fuie dont il ne reste que les fondations (A) et, à l'ouest, deux ponts qui enjambent la pièce d'eau constituant une dérivation de l'Auxance. En 1839 le domaine appartenait au général Demarçay, baron d'Empire et député de la Vienne, puis il passe à son fils Camille Demarçay, né en 1815, qui fut également député puis maire de Migné-Auxances en 1878 et en 1885. C'est lui qui fait construire le logis et réaménager la propriété. D'après les sources cadastrales, une nouvelle construction est déclarée en 1856, il s'agit vraisemblablement du logis, au nord, dont une lucarne porte une date qui pourrait être 1851 (fig. 12). Une autre construction est déclarée en 1873. Dans la seconde moitié du 19e siècle, une partie des bâtiments (C, D, H, I à L) a été remaniée ou reconstruite, un séchoir à tabac (K) et un réservoir d'eau (M) sont bâtis. En 1882, la partie sud était déclarée avoir 19 ouvertures et une porte cochère et le logis au nord 34 ouvertures. Au 20e siècle, cette demeure a accueilli un foyer de jeunes filles. Aujourd'hui, elle appartient à la commune de Poitiers et abrite une association d'entretien des milieux naturels.

Description

Malaguet est un vaste domaine planté de nombreuses variétés d'arbres, traversé par l'Auxance et circonscrit par un long mur de clôture (fig. 4) pourvu de cinq entrées constituées d'un portail à piliers en maçonnerie avec grille (fig. 5). Les bâtiments sont dans la partie ouest du domaine, au-dessus de l'Auxance. La plupart d'entre eux, qui constituent la partie ancienne transformée où se trouvait le logis d'origine, sont disposés autour d'une vaste cour quadrangulaire (fig. 1). L'accès à la cour se faisait autrefois, dans l'angle nord-est, par un portail (fig . 14 à 17) encadré à l'origine de deux tours et constitué de deux portes en arc plein cintre à clé saillante s'ouvrant dans un mur couronné par une corniche et surmonté de merlons. Au nord la cour est bordée par un bâtiment à quatre corps (fig. 18 à 25), dont une partie en logement (fig. 24), un four (fig. 25) et, au centre, un pavillon (fig. 23) à deux étages couvert d'ardoise et à une travée en façade. A l'ouest de la cour se trouve un corps de bâtiment ancien (fig. 26 à 28), réaménagé au 19e et au 20e siècle, puis la chapelle (fig. 29, 30), éclairée par de grandes fenêtres en plein cintre et dont le mur ouest est percé d'une porte à encadrement mouluré et larmier. Au sud de celle-ci se trouve un hangar (fig. 31) à piliers de maçonnerie, puis, isolé au sud de la cour, un haut réservoir d'eau (fig. 32) couvert d'un toit en pavillon en ardoise. A l'est de la cour sont des dépendances, dont un séchoir à tabac et un logement (fig. 33) à façade à trois travées plus une baie au rez-de-chaussée. Plusieurs ouvertures, dont celles du séchoir, sont en brique. En contrebas à l'ouest de ces bâtiments sont deux ouvrages en sous-sol, couverts d'une coupole, qui semblent être des glacières (fig. 35 à 41).
Isolée au nord, le logis principal (fig. 7 à 12) est constitué de trois corps de bâtiment à niveau de soubassement en partie enterré et rez-de-chaussée surélevé. Le corps central, à un étage, est couvert d'un toit à longs pans à croupes avec des lucarnes (fig. 12). Les ailes latérales, plus basses, symétriques et couvertes en terrasse, forment un léger avant-corps à l'est (fig. 9) et un avant-corps plus saillant à l'ouest (fig. 8). Les façades est et ouest de la partie centrale sont ordonnancées, à trois travées et la porte centrale est accessible par un escalier qui, à l'ouest, est à double volée et perron à balustrade en pierre. Les niveaux sont marqués par un bandeau saillant et une corniche moulurée couronne le mur. Les baies disposent d'appuis saillants moulurés et sont abritées par des larmiers en anse de panier.

Précisions sur le décor

Linteaux à ornementation géométrique. Lucarnes à volutes et à fronton en arc plein cintre orné d'un motif géométrique. Armoiries de la famille Pidoux.

Documentation

● Archives

Archives départementales de la Vienne : B 59. 1758 : permission donnée par la maîtrise des Eaux et forêts à Jean-Isaïe Duchesne de Saint-léger d'abattre des boies futaies pour faire des réparations à sa maison de Malaguet.
Archives départementales de la Vienne : C 333 et 562 : 1499-1767 : aveux rendus au roi par les propriétaires successifs du fief de Malaguet.
Archives départementales de la Vienne : 4 P 1059-1069 (Plans parcellaires, 1838-1839) ; 4 P 2629 (Etats de sections des propriétés bâties et non bâties, 1839) ; 4 P 2630 (Tableau indicatif des propriétaires, des propriétés foncières et de leur contenance, 1839) ; 4 P 2631 et 4 P 2638 (Matrices des propriétés foncières, 1841-1914) ; 4 P 2639 (Matrices des propriétés bâties, 1882-1910).

● Bibliographie

Migné-Auxances d'hier et d'aujourd'hui. Association Migné-Auxances Mémoires et commune de Migné-Auxances, Poitiers, 1999. P. 65-67
Le patrimoine des communes de la Vienne. Paris : Flohic (35-Rennes : Oberthur Graphique), 2002. P. 774
Rédet Louis. Dictionnaire topographique du département de la Vienne. Paris : Imprimerie Nationale, 1881. P. 247
Thouvenot, André. Note sur la biographie du Général Demarçay, baron d'Empire. Bull. soc. Antiquaires de l'Ouest, 5ème s., t. 2, 1988. P. 213-234

● Annexe 1 :

Liste des aveux rendus au roi par les propriétaires successifs du fief de Malaguet, Archives départementales de la Vienne, C 333 et C 562 :
1499, 26 juin : aveu rendu au roi par René Sauvestre, écuyer, pour son fief de Malaguet.
1503, 18 avril : idem par Louis Sauvestre, fils du précédent.
1528, 6 février : idem par René Berthelot, licencié en droit, qui a acquis le 8 mai 1526 l'hôtel noble de Malaguet de Louis Sauvestre et de son frère René.
1533, 25 juillet : idem par Louis Sauvestre, écuyer, seigneur de Clisson, époux de Jehanne Audayer.
1561, 26 juillet : idem par Pierre Pidoux, marchand et bourgeois à Poitiers.
1600, 29 juillet : idem par Jehanne Guivreau, veuve de Pierre Pidoux, écuyer, échevin et trésorier de France à Poitiers.
1613, 24 juin : idem par Pierre Pidoux, écuyer, échevin de Poitiers.
1636, 28 avril : idem par Jehan Pidoux, sieur de Malaguet, héritier de Pierre Pidoux, pour l'hôtel et hébergement de Malaguet avec ses renclos, closures de murailles, fuie, garenne, droit de chasse à lièvre et perdrix avec chiens et oiseaux en la garenne de Biard ou Auzances.
1674, 5 octobre : idem par Joseph Pidoux, président lieutenant général du siège de Châtellerault.
1700, 6 avril, et 1716, 2 juillet : idem par Joseph Pidoux, écuyer, héritier du précédent.
1734, 3 mai : idem par Jean-Isaye Duchesne, seigneur de Saint-Léger.
1767, 13 juin : idem par Jean-Charles Duchesne, chevalier, seigneur de Saint-Léger.

● Annexe 2 :

Le patrimoine des communes de la Vienne. Paris : Flohic (35-Rennes : Oberthur Graphique), 2002, p. 774.
Château de Malaguet. Fin du 19e siècle.
"Connu depuis au moins 1384, le fief de Malaguet, réparti sur les communes actuelles de Migné et Chasseneuil, relevait de la Tour de Maubergeon. Après le premier seigneur connu, Guillaume de l'Erberye, échevin puis maire de Poitiers en 1409, la propriété connaît plusieurs familles. En 1558, elle entre dans le patrimoine de la famille de Pidoux, originaire de Saint-Loup-sur-Thouet. Leurs armes, accompagnées de la date de 1606, ornent encore l'ancien portail d'accès. Au début du 19e siècle, le domaine de Malaguet devient la propriété de Jean-Marc Demarçay, général des armées napoléoniennes et baron d'Empire. Député de la Vienne entre 1831 et 1839, son fils, Camille, est maire de Migné-Auxances en 1878 et 1885. La demeure de Malaguet apparaît vraisemblablement à cette époque. Elle s'organise autour d'un corps de logis à quatre niveaux, dont les caves et les combles. Deux pavillons octogonaux le flanquent, réunis par un perron qui ouvre sur le parc où repose le dernier héritier Demarçay. Les communs, organisés autour d'une cour rectangulaire, semblent pour la plupart contemporains de la demeure. D'un côté, un ancien logis jouxte une chapelle très transformée, de l'autre, des granges pour le séchage du tabac précèdent le porche. L'entrée actuelle du domaine, qui comprend encore une orangerie, est signalée par le château d'eau. Pompée dans la rivière toute proche et montée dans la réserve haute, l'eau alimentait tout le domaine".

● Annexe 3 :

Thouvenot, André. Note sur la biographie du Général Demarçay, baron d'Empire. Bull. soc. Antiquaires de l'Ouest, 5ème s., t. 2, 1988.
Marc-Jean Demarçay, baptisé le 11 août 1772, se trouve à Paris en 1792 pour ses études et où il s'engage. Après avoir beaucoup servi dans l'armée et participé à de nombreuses campagnes, il est nommé baron d'Empire en 1808. Le 21 mars 1811, il acquiert le domaine du Breuil, situé commune de Blaslay, comprenant château, dépendances et terres. "Au fil des ans, il arrondira son patrimoine : Malaguet, maison, logement du fermier, bâtiments d'exploitation, cour, jardin, bois, taillis, terres, prés, vignes, soit 50 ha, commune de Migné" et plusieurs autres propriétés. En 1819 il est élu député de la Vienne, puis en 1828 député dans la Seine. En 1830, Louis-Philippe le nomme au conseil général de la Vienne dont il sera président jusqu'à sa mort en 1839.



logos CAP
consulter au centre régional de documentation du patrimoine de Poitou-Charentes