Vous ętes ici : Région Poitou-Charentes > Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes   > L'agglomération de Poitiers > Dossiers et illustrations
L'inventaire du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes

L'agglomération de Poitiers :
les 3 262 éléments du patrimoine étudiés


Dossiers et illustrations : dossier documentaire

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Chasseneuil-du-Poitou / le bourg / 14 rue de l' Eglise
Maison dite la Vicane

photographie du dossier documentaire, voir légende
Vue générale depuis la rue. © Région Poitou-Charentes - Communauté d’agglomération de Poitiers / G. Renaud, 2007.
Dossier documentaire réalisé à partir de l’enquête d’inventaire de 2007.

Historique

Cette demeure seigneuriale dépendait sous l'Ancien Régime de l'évêque de Poitiers. Quelques éléments encore visibles en façade, remontent à cette période : encadrements de baie chanfreinés, linteau de porte en accolade. La présence de coquilles Saint-Jacques et de pommes de pin sur le linteau de la porte indique qu'il s'agissait aussi d'un lieu d'accueil et de soin pour les pélerins de Saint-Jacques de Compostelle.
Le 20 mars 1494, Guillemette Bourguignon, veuve de Maurice Rollandeau, représentant ses enfants François, Marguerite et André, rend hommage à l'évêque pour sa maison de la Vicane. Celle-ci passe peu de temps après à la famille Desmoulins ou Dumoulin puisque le 22 juin 1501, hommage est rendu par Jean Durault dit Dumont à cause de sa femme Marguerite Desmoulins. Le 15 septembre 1520, c'est Jacques Bonnevin, époux de Sibille Paulmier, nièce de Marguerite Desmoulins, qui est propriétaire de la Vicane et en rend hommage. Le 20 juillet 1598, Catherine Ouvrard, veuve de Jacques Bonnevin, cède à Joseph Godard, avocat et bourgeois de Poitiers, la moitié de la maison noble et seigneurie de la Vicanne, hérité de ses beaux-parents Jacques Bonnevin et Sibille Paulmier. L'autre moitié appartient à dame Claude Grangereau, elle aussi héritière des Bonnevin. En 1628, c'est Jean Merceron, procureur au présidial de Poitiers, qui est propriétaire du domaine. En 1659, le sieur Aubert est dit seigneur de la Vicane. Le domaine passe un temps au seigneur de Guinefolle, puis est acquis le 25 août 1693 par Martin des Roustière, marchand cabaretier à Poitiers.
Le 7 août 1744, la maison et métairie de la Vicane est saisie au détriment de son propriétaire d'alors, Gabriel de Vivennes. Elle consiste en deux logements tant pour le maître que pour les fermiers, un colombier, un enclos et un jardin. La métairie est exploitée par Louis Colas. Mise aux enchères, la Vicane est adjugée à Jacques Briquet, conseiller du roi en l'élection de Poitiers, demeurant paroisse Saint-Porchaire à Poitiers. Jacques Briquet, époux Marzellé, est inhumé dans l'église de Chasseneuil le 29 janvier 1772. C'est à la veuve Briquet, de Chasseneuil, et à M. Briquet-Fontaine, de Montmorillon, que la Vicane appartient sur le cadastre de 1810 : il s'agit probablement d'une part d'Elisabeth-Julie Violas, décédée à Chasseneuil en 1814, veuve de Louis-Olivier Briquet, fils de Jacques, décédé en 1806 ; d'autre part de Louis-Philippe Briquet, autre fils de Jacques, époux Delaforest, officier municipal à Chasseneuil, décédé à Montmorillon en 1817. Le plan du domaine tel qu'il figure sur le plan cadastral de 1810, a depuis très peu évolué. Seul un bâtiment a été bâti en fond de parcelle. Comme en témoigne une carte postale vers 1900, le logis a depuis été abaissé.

Description

Cet édifice, implanté en alignement sur la voie, dispose d'une cour postérieure, enclose. L'accès est matérialisé par un portail couvert et une porte piétonne. Celle-ci possède un linteau en accolade. L'ensemble comprend une habitation et plusieurs dépendances, dont certaines sont établies dans le prolongement du logis et une en vis-à-vis. La porte est sur le mur gouttereau. La façade sur rue est à deux travées.

Précisions sur le décor

Le linteau de la porte piétonne, surmonté d'un blason, est orné de pommes de pin et de coquilles Saint-Jacques.

Inscriptions

Le nom "la Vicane" et la date 1462 sont inscrits sur le blason au-dessus de la porte piétonne.

Documentation

● Archives

Archives départementales de la Vienne E supplément 192 : registres paroissiaux de Chasseneuil (mention du sieur Aubert en 1659).
Archives départementales de la Vienne G 76. 1286-1763 : aveux et hommages rendus pour le fief de la Vicane à l'évêque de Poitiers.
Archives départementales de la Vienne 4P 2067 à 2073, 3793 à 3798. [19e siècle, après 1810] : plans cadastraux et matrices des propriétés bâties et non bâties de la commnue de Chasseneuil-du-Poitou.

● Bibliographie

Laville, Gilles et Prêt, Christiane. Chasseneuil-du-Poitou, découverte de son passé. Association "Les Amis de Chasseneuil Autrefois", 1999. P. 46-47
Le patrimoine des communes de la Vienne. Paris : Flohic (35-Rennes : Oberthur Graphique), 2002. P. 752
Rédet, Louis. Dictionnaire topographique du département de la Vienne. Paris : Imprimerie Nationale, 1881. P. 436

● Annexe 1 :

Le patrimoine des communes de la Vienne. Paris : Flohic (35-Rennes : Oberthur Graphique), 2002, p. 752 :
Demeure de la Vicane ; Pierre. 14, rue de l'Eglise.
"Le fief de La Vicane relevait de l'évêque de Poitiers. Dès 1494, André Bastard en rend hommage. Ce lieu demeure célèbre pour avoir hébergé, en juillet 1659, une partie de la maison de Mazarin qui se rendait au mariage de Louis XIV et de l'infante Marie-Thérèse d'Espagne. (...) Ce blason, sans doute pour partie ancien, a peut-être été repris au 19e siècle ou plus récemment, pour devenir support de deux inscription gravées, La Vicane et 1462, qui rappelle la date de construction du premier logis".



logos CAP
consulter au centre régional de documentation du patrimoine de Poitou-Charentes