Vous ętes ici : Région Poitou-Charentes > Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes   > L'agglomération de Poitiers > Dossiers et illustrations
L'inventaire du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes

L'agglomération de Poitiers :
les 3 262 éléments du patrimoine étudiés


Dossiers et illustrations : dossier documentaire

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Chasseneuil-du-Poitou / le bourg / 8 rue de Guignefolle
Manoir dit logis de Guignefolle

photographie du dossier documentaire, voir légende
Elévation postérieure du logis actuel. © Région Poitou-Charentes - Communauté d’agglomération de Poitiers / G. Renaud, 2007.
Dossier documentaire réalisé à partir de l’enquête d’inventaire de 2007.

Historique

Mentionné dès 1437, cet ancien fief relevait de la tour de Maubergeon de Poitiers. La maison noble de Guignefolle et de la tour d'Anguitard comprenait un hôtel ou hébergement et une tour ronde probablement de la fin du Moyen Age, dont la partie basse était encore visible il y a quelques décennies. L'un des seigneurs, Pierre Bellère, fit construire la chapelle sud de l'église paroissiale de Chasseneuil dans la seconde moitié du 15e siècle. Le domaine a été la propriété de plusieurs notables de Poitiers. René Berthelot, lieutenant général criminel de la sénéchaussée de Poitiers, et constructeur de l'hôtel qui porte son nom rue de la Chaîne à Poitiers, achète Guignefolle à Gaspard Bellère en 1532, puis la seigneurie d'Anguitard en 1533, réunissant ainsi les deux fiefs. Il embellit le logis et recontruit la tour. Le domaine passe ensuite à la famille Aubry en 1594 : Jacques Aubry est enterré en 1607 dans la chapelle seigneuriale de l'église. Sa fille Anne transmet Guignefolle à son mari, François Cailler. En 1635, Etienne Boynet, sieur de Fressinet, juge au présidial de Poitiers, en rend aveu au roi au nom de Jeanne Cailler sa femme, fille et héritière de François Cailler. Guignefolle devient la propriété de la famille Marconnay : en 1669, aveu en est rendu par François de Marconnay pour lui et ses frères, enfants de Pierre de Marconnay. En 1708, Alexis Morineau, avocat à Poitiers, achète le domaine à Jean de Marconnay. Il le transmet ensuite à son fils Alexis-Sébastien Morineau, prêtre curé de Notre-Dame-l'Ancienne de Poitiers. En 1783, Guignefolle est acheté par André-Georges Brumaud de Beauregard et son frère. En 1810, lors de l'établissement du cadastre, le domaine appartient encore à la famille de Beauregard. Des bâtiments actuels seule la tour figure sur le plan cadastral de 1810 où elle est mentionnée en tant que fuie. A la maison de maître s'ajoutent une métairie et une borderie. La tour a été restaurée depuis et le logis actuel a été construit, semble-t-il, en utilisant des remplois plus anciens (par exemple les meneaux et traverses, peut-être du 15e siècle, et les linteaux en arc segmentaire, d'époque 18e siècle). Peut-être s'agit-il de la construction mentionnée dans les matrices cadastrales en 1873. Le mur de clôture présente également des remplois d'éléments anciens (accolade, baie chanfreinée).

Description

L'édifice est implanté en retrait par rapport à la voie, dans un jardin en partie clos de murs. L'accès est matérialisé par un portail à piliers en pierre avec amortissement. Le logis est composé de deux corps de bâtiment en T, et une tour. La façade principale, en gouttereau, présente deux travées sur chaque corps de bâtiment. Les portes sont latérales. Les pleins-de-travée sont en pierre de taille. Sur le corps de bâtiment nord, qui forme comme un pavillon latéral, les baies, à croisée ou à traverse, sont chanfreinées et munies d'appuis moulurés. Sur le corps de bâtiment central, les linteaux sont en arc segmentaire. La tour ronde qui flanque le bâtiment est entièrement bâtie en pierre de taille. Elle est percé d'une baie à traverse et le linteau de la porte est orné d'un blason qui peut être un remploi.

Documentation

● Archives

Archives départementales de la Vienne C 330. 1561-1756 : hommages, aveux et dénombrements rendus au roi pour le fief de Guignefolle.
Archives départementales de la Vienne 1E 24. 1684-1791 : papiers relatifs à la seigneurie de Guignefolle.
Archives départementales de la Vienne En 802. 1537, 20 décembre : aveu et dénombrement rendu au roi par René Berthelot pour le fief de Guignefolle.
Archives départementales de la Vienne 16J 73. 1388-1749 : titres concernant des maisons et autres biens relevant des fiefs de Guignefolle et d'Anguitard.

● Bibliographie

Laville, Gilles et Prêt, Christiane. Chasseneuil-du-Poitou, découverte de son passé. Association "Les Amis de Chasseneuil Autrefois", 1999. P. 34-41
Rédet, Louis. Dictionnaire topographique du département de la Vienne. Paris : Imprimerie Nationale, 1881. P. 206

● Annexe 1 :

Titres de Guignefolle et de la Tour d'Anguitard
- 1483, Jouachim, écuyer, seigneur de la tour d'Anguitart.
- 1514, Robert de Grouches, chevalier, seigneur de la moitié par indivis du fief, seigneurie d'Anguittard en Poictou, gentilhomme ordinaire de la Chambre du roy.
- 1530, 1531, Claude des Ages ou des Aiges, veuve de feu noble Pierre Bellere en son vivant seigneur de Guignefolle, et mère de Gaspar Bellere, écuyer, seigneur de Vayres.
- 1533, Jehan Girard, panetier du roy, seigneur de Bazauges et de la tour d'Anguitard.
- 1533, 1540, 1548, 1555, René Berthelot ou Bertelot, écuyer, conseiller du roy en sa cour de parlement, échevin de Poitiers, lieutenant général criminel en Poitou, seigneur d'Anguytard et de Guynefolle.
- 1591, déclaration du fief et seigneurie de Guignefolle et de la tour d'Anguitard faite au roi par Jehanne d'Auseurre, dame des Roches, fille de Guy d'Ausseurre et, dès 1561, veuve de feu noble chevalier René Berthelot.
- 1594, 1598, Jacques Aubry, bourgeois de la maison commune à Poitiers, procureur et seigneur de l'hostel et maison noble de Guinefolle et tour d'Anguitard.
- 1612, 1630, François Caillet, docteur régent en droit à l'université de Poitiers, seigneur de Guinefolle.
17 juillet 1635, Estienne Boinet, écuyer, sieur de Fressinet de Guinefolle et du fief d'Anguitard, juge au présidial de Poitiers.
- 28 janvier 1669, aveu de François Marconnay, pour lui et ses frères.
- 1669, Henri de Marconnay, seigneur de Guinefolle.
- 18 décembre 1670, Jean de Marconnay, seigneur de Guinefolle, rend aveu au roi pour son "hostel et herbergement de Guignefolle".
- 8 décembre 1692, Jean de Marconnay, seigneur haut-justicier de Guinefolle et de la tour d'Anguitard fait le dénombrement "au fief d'Anguitard de la tour d'Anguitard en Chasseneuil".
- 28 mai 1708, Jean de Marconnay, vend son fief à Alexis Morineau qui en fait l'aveu le 17 juillet 1716.
- 1715, 1716, 1720, 1748, Alexis Morineau, avocat au présidial de Poitiers, seigneur haut-justicier de Guinefolle et de la tour d'Anguitard, payait au grand prieur d'Aquitaine 2,192 livres de décime.
- 3 août 1756, aveu par Sébastien Morineau, prêtre, curé de Notre-Dame-l'Ancienne de Poitiers.

● Annexe 2 :

Extrait de Barbier de Montault, Mgr Xavier. La commune de Chasseneuil (Vienne). Bull. soc. Antiquaires de l'Ouest, 1ère s., t. 14, 1874-1876 :
"La tour d'Anguitard n'est distante de l'hébergement de Guinefolle que de quelques mètres. Il n'en reste plus que le rez-de-chaussée transformé en poulailler. Les meurtières et le style des portes et fenêtres me font attribuer sa construction à la fin du XVIe siècle".



logos CAP
consulter au centre régional de documentation du patrimoine de Poitou-Charentes