Vous ętes ici : Région Poitou-Charentes > Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes   > L'agglomération de Poitiers > Dossiers et illustrations
L'inventaire du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes

L'agglomération de Poitiers :
les 3 262 éléments du patrimoine étudiés


Dossiers et illustrations : dossier documentaire

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Chasseneuil-du-Poitou / le Futuroscope
Secteur urbain concerté du Futuroscope

photographie du dossier documentaire, voir légende
Vue générale depuis la RN 10. © Région Poitou-Charentes - Communauté d’agglomération de Poitiers / G. Renaud, 2007.
Dossier documentaire réalisé à partir de l’enquête d’inventaire de 2007.

Historique

La conception puis la construction du Futuroscope à partir de 1984 ne se limitent pas à la création d'un parc d'attractions. Initiateur d'un projet novateur de développement économique et d'aménagement du territoire, René Monory, alors président du Conseil général de la Vienne, entend réunir en un même espace un parc de loisirs, tourné vers les technologies de l'image et de la communication, une aire de recherche et de formation et une zone d'activité économique. Il s'agit aussi par ce biais innovant, de redynamiser un département rural en perte de vitesse comme la Vienne. Le site, dont la grande majorité des bâtiments est conçue par l'architecte Denis Laming, commence à sortir de terre, en pleins champs, à 7 kilomètres au nord de Poitiers, avec les premiers pavillons du Futuroscope, ouverts au public le 31 mai 1987. La même année, le Lycée Pilote Innovant effectue sa première rentrée, tandis qu'ouvre tout à côté l'Institut International de la Prospective (2IP), géré par une fondation pour la prospective et l'innovation. La construction du parc de loisirs s'accompagne très rapidement de la création d'une zone d'activité orientée vers le secteur tertiaire : la Technopole. En 1988 est construit le Téléport, infrastructure située entre l'aire d'activité et le parc, permettant aux entreprises qui souhaitent s'installer de bénéficier des services de télécommunications. Des surfaces de bureaux ne cessent d'être construites afin d'accueillir rapidement les entreprises candidates. Du côté de la recherche et de la formation, un campus se développe. En 1989 apparaissent le premier Palais des congrès, à l'intérieur du parc, ainsi que le Centre de vie pour étudiants, suivis en 1990 par le Centre national d'enseignement à distance (CNED), et en 1993 par l'Ecole Nationale Supérieure de Mécanique et d'Aérotechnique (ENSMA), venue de Poitiers. En 1995, tandis que le parc de loisirs continue de s'accroître, les premiers laboratoires des Sciences Physiques pour l'Ingénieur ouvrent ainsi qu'un nouveau Palais des congrès, cette fois à l'extérieur du parc. L'Ecole Supérieure des Personnels d'Encadrement de l'Education Nationale s'installe sur le site en 1996. Parallèlement, devenu un site privilégié du tourisme d'affaire, le Futuroscope voit le déploiement d'un important maillage hôtellier, devant répondre à la volonté d'ouvrir désormais le parc de loisirs toute l'année. A partir de juin 2000, le site est desservi par une gare TGV sur la ligne Paris-Poitiers. En 2005, la Technopole obtient le label Pôle de compétitivité en matière de mobilité et transport avancés. En 2008, le site, qui continue à s'étendre, offre 50.000 mètres carrés de bureaux, 15.000 mètres carrés d'espaces de réunions, accueille 160 entreprises, une douzaine d'organismes de recherche et de formation, 2100 étudiants, 700 chercheurs, et comprend un parc hôtelier de 1450 chambres, le tout réparti sur 200 hectares. En alliant de façon originale loisirs, éducation et travail, ce succès tant touristique qu'économique fait référence en matière de politique d'aménagement du territoire.

Description

Implantée sur d'anciens terrains agricoles, cette zone occupe plus de 200 hectares entre l'autoroute A10, la RD 18, la RN 10 et Jaunay-Clan. Elle comprend deux unités distinctes : le parc de loisirs, implanté sur 70 ha à la fois sur les communes de Chasseneuil-du-Poitou et de Jaunay-Clan, et la zone d'activités qui, avec 160 entreprises et environ 6000 emplois constitue un moteur de développement économique local. La Technopole elle--même s'étend sur 100 hectares au sud du parc de loisirs, et s'organise en quatre zones appelées "Téléports". Principalement orienté vers le secteur tertiaire, le site regroupe des hôtels, des restaurants, des salles de réunions, des entreprises spécialisées dans la technologie, l'informatique ou la télécommunication. Aux portes de la Technopole se trouvent des locaux, appelés Arobase, propriété du Conseil Général, ainsi que le Palais des Congrès. Un pôle éducatif et un pôle de recherche rassemblent plusieurs structures : le Lycée Pilote Innovant (LPI), l'Université des Sciences de Poitiers et le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), l'Institut de Communication et des Nouvelles Technologies (ICOMTEC), le Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM), le Centre National de Documentation Pédagogique (CNDP) l'Ecole Supérieure de l'Education Nationale (ESEN), le Centre National d'Enseignement à Distance (CNED), l'Association Française pour la Formation Professionnelle des Adultes (AFPA). S'ajoutent plusieurs laboratoires de recherche, s'orientant vers la biomécanique, le transport, les technologies de l'information et de la communication, et notamment l'Ecole Nationale Supérieure de Mécanique et d'Aérotechnique (ENSMA). Tous ces bâtiments, construits en béton, métal et verre, présentent des lignes futuristes, voire audacieuses comme pour l'Institut International de la Prospective (2IP) : ce bâtiment placé près du LPI, représente en effet une fleur de lotus ; il abrite des salles de réunions.

Documentation

● Bibliographie

Site internet : www.futuroscope.com.
Shirley V. et Berthelot C. 20 ans Futuroscope 1987-2007. Dossier de presse, Futuroscope, 2007.
Le patrimoine des communes de la Vienne. Paris : Flohic (35-Rennes : Oberthur Graphique), 2002. P. 755

● Annexe 1 :

Eléments sur Denis Laming, architecte du secteur urbain et du parc du Futuroscope (informations fournies par l'Agence de Denis Laming, 40 rue Dauphine, 75006 Paris) :

"Denis Laming est né en 1949, à Paris, d'un père ingénieur et écrivain en aéronautique et d'une mère artiste. Cette double ascendance l'a conduit naturellement à l'architecture, métier qui fut une vocation dès son plus jeune âge. Il a fait ses études à l'École Nationale Supérieure des Beaux Arts de Paris, section Architecture, puis fut boursier à l'École d'Art Américaine de Fontainebleau. Ses études furent complétées par l'Institut d'Administration des Entreprises de Paris (IAE), puis par le prestigieux Institut Auguste Comte (IAC). Diplômes obtenus : Architecte DPLG (Diplômé par le Gouvernement), Beaux Arts de Paris (1976) ; diplômé de l'Institut d'Administration des Entreprises de Paris (IAE) (1977) ; diplômé de l'Institut Auguste Comte de Paris (niveau doctorat) (1978).

Diplômé Architecte en 1976, il monta sa propre Agence dès 1977, car il fut aussitôt lauréat du Concours de l'Opéra de Poitiers en France qui était à l'époque le plus grand projet Européen utilisant l'énergie solaire. Ce côté visionnaire l'a conduit dès l'origine à participer au renouveau de l'Architecture en France et à concevoir des projets futuristes, notamment le Futuroscope Park en France. Dans le courant "post-moderniste", il fut un des initiateurs du " Futurisme" (Cf "Les Hauts Lieux de l'Architecture en France", Éditions Bordas). Il fait partie de la liste des "Architectes célèbres du XXI° Siècle" dans l'encyclopédie en ligne Wikipedia.

Il fut conseiller sur le Développement Urbain et l'Architecture auprès du Ministre des Finances et du Ministre de la Culture dans les années 80, et conseiller particulier du Président du Sénat (1994/2000). Depuis 2005, il est conseiller auprès du Gouvernement d'Abu Dhabi sur le Développement Urbain et les Enegies Nouvelles. Et depuis 2007, conseiller du Ministère de la Construction de Pékin, en Chine.
Son Agence est située à Paris, et il a créé (en 2007) une Joint Venture avec une Agence d'Architecture de Tianjin, en Chine (A&T International, à Binhaï). Et en 2008, à HongKong, Il travaille à l'International, notamment en Europe, aux USA, dans les Émirats, en Afrique et a participé à de nombreux concours en Chine.

Ses recherches le conduisent vers la conception de " Green City" et de "Green Buildings". Sa tendance architecturale, toujours "futuriste", s'est enrichie depuis quelques années d'une spécialisation vers le développement de villes "Développement Durable", Environnementales et Énergies Renouvelables. Il travaille sur la conciliation et l'harmonie entre concentration urbaine, qualité de vie et respect de l'environnement.

Sa principale réalisation (1987 à 2008) est "Futuroscope City", village technologique sur 200ha qui regroupe un "Theme Park" sur les nouvelles technologies de l'image (30 millions de visiteurs depuis l'ouverture) ; un Business Park high tech dans le domaine des télécommunications ; un campus universitaire et un centre de recherches (accueillant le CNED, avec plus de 300.000 étudiants connectés) ; une gare TGV, un Palais des Congrès et des hôtels. Par ailleurs, il est l'auteur de musées scientifiques, technologiques et archéologiques en France, Europe, Etats-Unis et Asie (Musée scientifique et archéologique de Thessaloniki en Grèce), ou encore des tribunes du Puy du Fou en Vendée".



logos CAP
consulter au centre régional de documentation du patrimoine de Poitou-Charentes