Vous ętes ici : Région Poitou-Charentes > Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes   > L'agglomération de Poitiers > Dossiers et illustrations
L'inventaire du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes

L'agglomération de Poitiers :
les 3 262 éléments du patrimoine étudiés


Dossiers et illustrations : dossier documentaire

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Chasseneuil-du-Poitou / Bonnillet
Manoir de Bonnillet

photographie du dossier documentaire, voir légende
Vue générale depuis le nord-est. © Région Poitou-Charentes - Communauté d’agglomération de Poitiers / Y. Suire, 2008.
Dossier documentaire réalisé à partir de l’enquête d’inventaire de 2007.

Historique

Le fief de Bonnillet relevait de la tour de Maubergeon. Le premier propriétaire connu est Jordenet de Montonguion, seigneur de la Vau, cité dans un aveu du 7 avril 1419. En 1458, Guillemette Homalline en rend à son tour aveu au roi. L'acte mentionne non seulement "l'houstel de Bonnillet", mais aussi sa métairie, un autre hôtel et métairie situés au bord de la rivière du Clain et du chemin allant de Bonnillet à Chasseneuil, et enfin "le moulin de Sablé assis à Bonnillet sur la rivière du Clain, avec les eaux, bouchauds, chaussées, vergiers, terres, saulaies, fondis et autres appartenances et dépendances". Le domaine comprend aussi un vivier situé dans le pré de l'hôtel de Bonnillet, vivier que Guillemette Homalline arrente en 1461 à Jehanne Ripaude veuve Bonneau. A partir de 1545, Bonnillet est la propriété de la famille Gilbert. Le dernier, Philippe Gilbert, cité en 1646, transmet le domaine à son gendre, François des Francs, chevalier, seigneur de la Brethonnière. Le logis existant aujourd'hui semble dater du 17e siècle. Au début du siècle suivant, Bonnillet comprend déjà une chapelle : un mariage y est célébré le 28 octobre 1710. Augustin des Francs se défait du domaine le 5 mars 1733 au profit de son probable beau-frère Etienne de Montenay, procureur du roi au bureau des finances de Poitiers. Le 30 avril 1767, le fils de ce dernier, Augustin de Montenay revend Bonnillet à Pierre-Isaac Imbert, "avec ses dépendances de droit de pêche et pêcheries, rivage, port, bac et passage sur la rivière du Clain". A noter qu'il n'est alors plus question de moulin. La bénédiction d'une nouvelle chapelle, dédiée à saint Pierre, a lieu le 5 juin 1776. Sur le plan cadastral de 1810, les bâtiments actuels sont visibles et, au sud, s'étend une très vaste cour rectangulaire entourée de constructions, vraisemblablement des communs et dépendances. Les matrices cadastrales indiquent que la chapelle a été reconstruite en 1860 et qu'un nouveau logement a été édifié en 1866, la veuve de Théodore Arlin étant alors propriétaire. Selon les mêmes sources, la chapelle actuelle a été édifiée en 1875, pour Théodore Arthur. La partie sud des bâtiments a disparu pour laisser place à la laiterie, édifiée vers 1950 par Jean Raffarin, demeurant au Rochereau, qui achète alors la demeure et des terrains autour.

Description

Propriété située entre la route D. 4 et la rivière le Clain. En bordure de la voie, une mur de clôture, interrompu par un portail, ouvre sur une cour qui est bordée au sud par des communs. A l'ouest le logis, entre cour et jardin, est de plan rectangulaire, à rez-de-chaussée légèrement surélevé et un étage, couvert par un toit à longs pans brisés. Sa façade bien ordonnancée présente sept travées de baies rectangulaires à chambranle saillant, trois d'entre elles étant surmontées d'une lucarne couverte en plein-cintre. Un bandeau sépare les deux niveaux et une corniche moulurée couronne la façade qui est limitée latéralement par des chaînages d'angle saillants à bossages.

Documentation

● Archives

Archives départementales de la Vienne C 322. 1419-1773 : hommages et aveux rendus au roi à cause de la Tour Maubergeon pour le fief de Bonnillet.
Archives départementales de la Vienne En 720. 1629, 14 avril : accord entre Philippe Gilibert, sieur de Bonnillet, et son gendre Olivier Roland, sieur de la Carolière, concernant les biens dont il est donataire.
Archives départementales de la Vienne E supplément 195 : registres paroissiaux de Chasseneuil (bénédiction de la chapelle de Bonnillet le 5 juin 1776).
Archives départementales de la Vienne 4 P 2073 : matrices des propriétés foncières, augmentations et diminutions.
Archives Evêché Poitiers L 6. 1804 : état des églises du diocèse ("Dans la paroisse de Chasseneuil il n'y a de chapelle que celle de Bonillet anciennement autorisée, bien de M. Imbert. Quoiqu'elle soit très décente, la messe n'y est pas dite depuis plusieurs années").
Archives Evêché Poitiers F4. 1856 : questionnaires sur les églises du diocèse ("Il y a une chapelle au château de Bonnillet, on n'y dit pas la messe").
Archives Evêché Poitiers. Dossier sur la paroisse de Chasseneuil. 1864, 28 septembre : lettre du curé de Saint-Georges à l'évêque ("Je me suis transporté à la propriété de M. Arlin, à Bonnilet, paroisse de Chasseneuil où j'ai été prié de visiter la chapelle. J'ai trouvé cette chapelle dans un état fort décent et tenue avec le plus grand soin").

● Bibliographie

Laville, Gilles et Prêt, Christiane. Chasseneuil-du-Poitou, découverte de son passé. Association "Les Amis de Chasseneuil Autrefois", 1999. P. 42-44
Rédet, Louis. Dictionnaire topographique du département de la Vienne. Paris : Imprimerie Nationale, 1881. P. 49-50

● Annexe 1 :

Titres du fief de Bonnillet
1419 et 1444, aveux de Jordenet de Monrauguion, valet, seigneur de la Vau, pour son fief de Bonilhet.
1452, Jehan Deperier, écuyer, avoue pour son fief de Bonnillet.
1458, aveu de Guillemette Homalline, veuve de Jean Barbe, conseiller, avocat du roi. 1461, arrentement par la même du vivier de Bonnilet.
Le 1er juin 1461, le fief appartient par indivis au prieur de Saint-Martin de Ligugé et à l'abbaye de la Trinité de Poitiers qui ont droit de justice sur Lessard où commence ledit fief. 1485, aveu et dénombrement rendu au roi par Jean Faure bourgeois de Poitiers, du moulin et de l'hôtel de Bonnillet avec leurs dépendances, mouvant du château de Poitiers.
1545, aveu de Geoffroy Gillebert et, en 1564, de Marie du Val, sa femme.
1581, Mathurin Rogue, seigneur de Boisverd, conseiller au parlement de Paris, vend les moulins de Bonnillet.
1646, Philippe Gilbert est seigneur de Bonnillet.
1674, aveu de Marie Gillebert, femme de François des Francs, chevalier.1725, aveu d'Augustin des Francs, chevalier, seigneur du Plessis et de Bonnillet.
1741, aveu d'Elisabeth Olliveau, veuve d'Etienne-François de Montenay qui avait acheté Bonnillet de la maison des Francs.
1763, Augustin de Montenay, avocat au parlement.
1773, Pierre Isaac Imbert, écuyer, conseiller du roi.

"La maison seigneuriale de Bonillet date du siècle dernier [17e siècle]. Ses toits sont en mansarde avec fenêtres cintrées. Près de la porte d'entrée est une petite chapelle isolée, carrée en plan et voûtée ; elle a été restaurée par les soins de la famille Arlin, qui en est propriétaire, et reconnue comme oratoire domestique par un bref de Sa sainteté Pie IX" (Barbier de Montault).

"Je soussigné, prestre, curé de l'église paroissiale de Saint-Clément de Chasseneuil, diocèse de Poitiers, ay fait la bénédiction de la chapelle domestique de la maison de Bonnillet, appartenante à M. Imbert, procureur du roi du Bureau des finances de Poitiers, sous l'invocation de Saint-Pierre, ainsy que j'en ai été commis, comme il le paroist par l'ordonnance en datte du vingt neuf décembre mil sept cent soixente quinze, signée M. l'évesque de Poitiers. 5 juin 1776, Picoron de la Viollère, curé de Chasseneuil" (Archives départementales de la Vienne : E supplément, commune de Chasseneuil).



logos CAP
consulter au centre régional de documentation du patrimoine de Poitou-Charentes