Vous ętes ici : Région Poitou-Charentes > Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes   > L'agglomération de Poitiers > Dossiers et illustrations
L'inventaire du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes

L'agglomération de Poitiers :
les 3 262 éléments du patrimoine étudiés


Dossiers et illustrations : dossier documentaire

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Chasseneuil-du-Poitou / Bonnillet
Hameau de Bonnillet

photographie du dossier documentaire, voir légende
Vue vers l'est prise depuis le pont. © Région Poitou-Charentes - Communauté d’agglomération de Poitiers / Y. Suire, 2008.
Dossier documentaire réalisé à partir de l’enquête d’inventaire de 2007.

Historique

Le village de "Bonollet" est mentionné en 1240, puis sous le nom de "Bonoyllet" en 1267 et "Bonnillet" en 1294. Il était sous le contrôle de trois autorités différentes qui se partageaient son territoire : un fief siégeait au manoir de Bonnillet et relevait de la tour de Maubergeon à Poitiers ; une dîmerie dépendait de l'évêque de Poitiers et allait jusqu'au village de Fontaine ; enfin un autre fief appartenait par indivis à l'abbaye de la Trinité de Poitiers et au prieur de Ligugé, lequel a ensuite transmis ses droits au collège des Jésuites de Poitiers, dit collège de Sainte-Marthe.
Le hameau s'étendait encore au 16e siècle jusqu'aux actuelles carrières situées au nord-est, comme l'atteste un plan de 1570. Les métairies qui figurent alors à cet endroit appartenaient pour la plupart à la famille Girard. Elles étaient disposés le long d'un chemin formant une boucle, aujourd'hui disparu. Ces métairies elles-mêmes n'apparaissaient déjà plus sur le cadastre de 1810, remplacées par les carrières. Une des autres borderies et métairies du hameau de Bonnillet fait l'objet d'un procès-verbal de visite le 1er septembre 1667. Elle appartient à Jacques Sabourin, adjudicataire des biens de Pierre Sabourin, chanoine de l'église de Saint-Hilaire-le-Grand de Poitiers.
Un moulin, mentionné en 1487, mais qui ne figure plus au 18e siècle sur la carte de Cassini, était également en activité à Bonnillet. Le pont, qui permet de franchir le Clain pour rejoindre la route nationale 10, a été construit en 1900. Auparavant un bac reliait les deux rives. Ce passage est mentionné en 1692 lorsque François des Francs, chevalier, seigneur de la Brethonnière, propriétaire du manoir, afferme au sieur Etienne Vauzelle, marchand, et Marie Hilairet son épouse, une borderie située près le port de Bonnillet sur la rivière du Clain. La transaction concerne aussi "le port et passage de Bonnillet sur la dite rivière avec les droits y liés". Quant aux carrières, exploitées vraisemblablement dès la période gallo-romaine, elles ont été utilisées pour la construction de nombreux édifices de Poitiers comme, au 19e siècle, les halles, le théâtre, la préfecture, etc. Elles sont mentionnées sur le plan cadastral de 1810 comme appartenant à messieurs Arlin et Chataigner de Poitiers. En 1835, le juge Duchâtaigner fait installer un four à chaux au sud de la rue de Fourmigères (parcelle 271 du plan cadastral de 1810). En 1876, le bac de Bonnillet est repris par la commune. La route de Montamisé étant de plus en plus fréquentée, le conseil municipal décide en 1880 de modifier son tracé, très pentu, en créant le virage actuel. En 1923, la municipalité fait construire un lavoir. En 1957, l'usine de l'Union laitière du Haut-Poitou est créée, augmentée d'une tour de séchage en 1985. C'est aujourd'hui l'usine Bonilait Protéines - UNIVOR, spécialisée dans la fabrication de produits laitiers pour l'industrie alimentaire et l'allaitement animal.

Description

Lieu-dit établi à peu de distance à l'est du Clain, de part et d'autre de la route départementale 4 de Poitiers à Saint-Georges-les-Baillargeaux. Les constructions sont disséminées le long de cette route, avec deux ensembles principaux, l'un autour du logis et de la laiterie au sud, l'autre au carrefour avec la route départementale 87 au nord. Dans le coteau qui s'élève à l'est sont exploitées des carrières de pierre tendre qui fournissent 3000 m3 de pierre par an.

Documentation

● Archives

Archives municipales de Chasseneuil-du-Poitou. Registres des délibérations du Conseil municipal (3 janvier 1864, utilité de ce passage pour des habitants de la commune et des communes voisines, le Conseil souhaite que le bac de Bonnillet soit maintenu. 5 décembre 1875 : le bac de Bonnillet, interrompu depuis plusieurs années, a été confié à la commune et rétabli. Il est adjugé pour neuf ans le 2 septembre 1876, au sieur Charlet. 15 mai 1880 : depuis le rétablissement du bac de Bonnillet, la route menant à Montamisé est très fréquentée mais elle est aussi très raide. Il est décidé d'atténuer la pente en prolongeant la route, d'où le virage actuel. 18 novembre 1894, le bac du passage de Bonnillet n'aura bientôt plus d'adjudicataire ; aucun candidat ne s'est présenté et la commune renonce à se porter adjudicataire comme elle l'avait fait entre 1876 et 1885, le bac sera donc supprimé le 31 décembre. 24 mars 1895, à la suite de cette suppression, seul le pont de Chasseneuil permet de franchir le Clain, on envisage de construire un pont métallique à l'emplacement de l'ancien bac mais le manque de moyens freine le projet. 1er juillet 1900, des conseillers municipaux sont allés prendre connaissance du cahier des charges du projet de construction du pont de Bonnillet. Ils ont constaté à leur grande surprise que la pierre doit être prise à Mallarmé, près Migné ; l'assemblée fait le voeu que cette pierre soit prise aux carrières de Bonnillet, plus proche et de qualité supérieure. 23 décembre 1900, vote d'une imposition extraordinaire pour la construction du pont de Bonnillet).
Archives départementales de la Vienne C 322. 1419-1773 : hommages et aveux rendus au roi à cause de la Tour Maubergeon pour le fief de Bonnillet.
Archives départementales de la Vienne D 59. 1265-1627 : papier censier du fief de Bonnillet appartenant par indivis au prieuré de Ligué et à l'abbaye de la Trinité de Poitiers.
Archives départementales de la Vienne D 59. 1570, 29 juin : Figure de partie du lieu de Bonnillet, plan dressé dans le cadre d'un contentieux entre Jacques Godard demandeur et René Delaleu défendeur, au sujet du chemin prétendu commun des Girard qui est inaccessible par charrettes.
Archives départementales de la Vienne D 60. 1631-1732 : déclarations rendues au collège des Jésuites de Poitiers par les censitaires de leur fief de Bonnillet.
Archives départementales de la Vienne 4E 23/62. 1667, 1er septembre : procès-verbal de visite de la métairie de Bonnillet, devant Royer le jeune, notaire à Poitiers.
Archives départementales de la Vienne G76. 1634, 4 novembre : dénombrement rendu à l'évêque par Isaac Arnoux, prêtre aumônier de l'aumônerie de Saint-Jacques de Colombier près Lusignan, pour la dîmerie de Bonnillet.
Archives départementales de la Vienne Série O Chasseneuil. Biens communaux autres que les chemins.
Archives départementales de la Vienne 4 P 2068. 1827-1853 : matrices des propriétés foncières, augmentations et diminutions.
Archives départementales de la Vienne 3 S 30. 1807-1896 : Bonnillet, commune de Chasseneuil.
Archives départementales de la Vienne 3 S 67 et 68 : bacs et passages d'eau, passage de Bonnillet sur le Clain, commune de Chasseneuil.

● Bibliographie

Schreiber, Théodore. Cours de construction. Première partie : matériaux de construction et leur emploi. Paris : Lainé, 1860-1870. P. 366

● Annexe 1 :

Le moulin
- 1487, aveu et dénombrement rendu au roi par Jean Faure, licencié en lois, du moulin et de l'hôtel de Bonnillet avec leurs dépendances, mouvant du château de Poitiers (Rédet, Louis. Inventaire des archives de la ville de Poitiers. Mém. SAO, 1882, p. 121).
- 1581, Mathurin Rogue, seigneur de Boisverd, conseiller au parlement de Paris, vend les moulins de Bonnillet (Barbier de Montault, La commune de Chasseneuil, p. 149).

● Annexe 2 :

Les carrières
- "Poitiers bâtit ses maisons et monuments avec les pierres de la porte de Paris, du Pont-Joubert, de Chardonchamp, de Bonillet, de Lourdines et du Breuil-l'Abesse. Mention de ces carrières dans les actes du XIIIe au XVIe siècle" (Boissonnade, Prosper. Essai sur l'organisation du travail en Poitou depuis le XIe siècle jusqu'à la Révolution. Mém. SAO, 1898, p. 324).
- "Le dernier pavement [de la cathédrale de Poitiers], opéré en 1834, se compose de pierres taillées en parallélogrammes inégaux tirés des carrières de Bonnillet" (Auber, abbé. Histoire de la cathédrale de Poitiers. Mém. SAO, 1848, p. 295).
-"La masse exploitée appartient au terrain jurassique, étage oxfordien supérieur ; elle se compose d'un banc unique de 3 à 4 mètres de puissance d'où l'on tire des pierres de toutes dimensions, jusqu'à 2m00 cubes pour éviter les difficultés d'accès aux carrières, mais pouvant fournir des morceaux de très grandes dimensions. C'est un calcaire demi-dur, blanchâtre, à grain fin, homogène de bonne qualité, propre aux ouvrages en élévation ; il doit être employé au-dessus du sol. Emploi à Poitiers : aux façades entières du théâtre, des halles, des bâtiments annexés au palais de justice, à la reconstruction de l'église Saint-Hilaire, à un grand nombre de maisons particulières, aux bâtiments du quartier de cavalerie, à la préfecture et les nouveaux bâtiments du lycée, au pont Guillon sur la Boivre ; au pont de Chasseneuil sur le Clain, etc. Dans les constructions non exposées à l'humidité, cette pierre se conserve très bien ; mais dans les ponts, les assises au niveau de l'eau sont souvent attaquées par le gel" (Schreiber, Théodore. Cours de construction : Première partie : matériaux de construction et leur emploi. 1860-1870. p. 366).

● Annexe 3 :

Les équipements publics
1/ le bac
- 12 avril 1808 : devis de ouvrages de charpente, maçonnerie à faire pour la construction de deux pontons pour le service du port de Bonnillet.
- Plan et coupes d'un bâteau batard et d'un ponton d'abordage. Mars 1817.
- 10 juin 1822, lettre du préfet indiquant que "le passage au port de Bonnillet sur le Clain est interrompu par le mauvais état de son bac. Les habitants sont privés d'une communication utile pour l'exploitation de leur propriété et pour le transport des bois de la forêt de Moulière et des pierres qui sortent des carrières".
- 28 décembre 1822, Ponts et Chaussées. Détail estimatif des ouvrages à faire pour la construction du bac avec deux tabliers d'abordage au port de Bonillet. Par l'ingénieur ordinaire Leblanc.
- Ponts et Chaussées. Plan et coupes d'un bac à construire pour le service du port de Bonillet. Par l'ingénieur ordinaire Leblanc, 28 décembre 1822.
- 6 juillet 1840, état du matériel : un bac moyen (L 11m85, l3m50, H des bords 0m65) et un batelet (L 4m70, l 1m30, H des bords 0m35) .
- Janvier 1859, le matériel est en mauvais état.
- 9 septembre 1868, suppression du bac par décision ministérielle.
(Série 3 S 30 et 3 S 67 et 68 : bacs et passages d'eau, passage de Bonnillet sur le Clain, commune de Chasseneuil).

2/ le lavoir
- 30 septembre 1923, marché de gré à gré avec H. Lebraud maçon pour construire un lavoir couvert sur la rive droite du Clain à Bonnillet. Surface de 4,50m sur 5,15m, clos de trois murs en moellons de Bonnillet, couverture en ardoise (Archives départementales de la Vienne : Série O).



logos CAP
consulter au centre régional de documentation du patrimoine de Poitou-Charentes