Vous ętes ici : Région Poitou-Charentes > Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes   > L'agglomération de Poitiers > Dossiers et illustrations
L'inventaire du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes

L'agglomération de Poitiers :
les 3 262 éléments du patrimoine étudiés


Dossiers et illustrations : dossier documentaire

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Biard / le bourg / rue des Ecoles
Église paroissiale Saint-Marc

photographie du dossier documentaire, voir légende
Vue générale sud-ouest. © Région Poitou-Charentes - Communauté d’agglomération de Poitiers / G. Renaud, 2005.
Dossier documentaire réalisé à partir de l’enquête d’inventaire de 2005.

Historique

Une église devait exister au début du Moyen Age. En 1364, un acte de Saint-Pierre-le-Puellier, à Poitiers, cite l'église Saint-Marc. Dans le choeur, sans doute très remanié au 17e siècle, la base des murs et les culots supportant la retombée de la voûte actuelle peuvent dater de la fin du Moyen Age. Au 14e siècle, Biard était une des onze paroisses autonomes des environs de Poitiers, puis elle fut rattachée à l'archiprêtré de Sanxay jusqu'à la Révolution, avant de dépendre du chapitre cathédral de Poitiers, puis d'être rattachée à Vouneuil-sous-Biard. En 1850, après la séparation de la commune d'avec celle de Vouneuil-sous-Biard, l'église est en très mauvais état et le maire projette de construire une nouvelle église sur un autre emplacement, mais le projet sera abandonné. Sous l'impulsion du curé Penot et avec l'aide de divers habitants dont Turquand, propriétaire de la filature, l'église connait d'importants travaux de reconstruction, dirigés par l'architecte Dulin, et elle est remeublée. En 1857 est construit le clocher, en 1859 et 1860 la nef est agrandie. Sur la base du contrefort, à droite de la façade est gravée l'inscription : 11 7bre 1859. En 1860, projet d'installation d'une sacristie dans le clocher par Giraud, maçon et Sicot, entrepreneur, puis construction de la sacristie actuelle au nord. Mrg Pie consacre l'église le 28 septembre 1863.
En 1948, démolition de la voûte en pierre du choeur et construction d'une voûte en brique avec nervures en plâtre ; renforcement et reprise des maçonneries des murs. Ces travaux sont réalisés par les entrepreneurs Eugène Pasquier et Edmond Garnier, sous la conduite de l'architecte J.-M. Boudoin. Nouveaux travaux en 1983 et 1984 par l'architecte Claude Servais : traitement des voûtes, des murs et des sols.

Description

Eglise de plan rectangulaire avec clocher carré demi hors-oeuvre au sud et sacristie perpendiculaire au nord. Les murs latéraux de la nef, ceux du clocher et de la sacristie sont en moellons. Ceux de la façade et du choeur sont en pierres taillées assez irrégulières. Le choeur, dont les murs latéraux ont été surélevés, est couvert d'une voûte d'ogives. Sur la nef est une fausse voûte en berceau.

Précisions sur le décor

Le portail a des chapiteaux à décor végétal et une voussure ornée de motifs géométriques et de rinceaux. Le pignon est orné d'une suite de petits modillons en forme de têtes humaines ou animales.

Documentation

● Archives

Archives départementales de la Vienne : 15 mars 1821, lettre des habitants au préfet au sujet du mobilier. 2 avril 1821, réponse du maire.
Archives départementales de la Vienne : 23 novembre 1860, état des travaux faits et en cours d'exécution.
Archives départementales de la Vienne : 26 mai 1947, cahier des charges et devis descriprtif des travaux. 15 avril 1948, marché avec Eugène Pasquier, entrepreneur. 3 août 1948, marché de gré à gré avec l'entreprise Garnier. 24 août 1948, décompte général des travaux.
Archives Evêché : Visite paroissiale du 7 novembre 1856.
Archives Evêché : 24 juin 1844, l'église est érigée en succursale, section de la commune de Biard.
Archives Evêché : 24 novembre 1850, lettre du maire à l'évêque proposant la reconstruction de l'église sur un autre terrain.
Archives Evêché : 1858, devis des travaux de couverture en ardoise pour le sanctuaire et pour de la menuiserie dans le clocher afin d'en faire une sacristie. Signé Giraud, maçon et Sicot, entrepreneur.
Archives municipales de Biard : 14 mars 1857 (Devis pour la construction du clocher) ; 10 octobre 1859 (Cahier des charges pour les travaux d'agrandissement) ; 1983 et 1984 (Travaux).

● Bibliographie

Une fenêtre sur Biard. Bulletin municipal, décembre 1985. P. 4

● Annexe 1 :

Archives Diocésaines : visite paroissiale 7 novembre 1856, Penot curé de Biard.
J'ai entendu souvent raconter l'origine attribuée à l'église de Biard. Un prêtre chanoine de Saint-Hilaire, frappé de lèpre aurait été chassé de la ville et serait venu dire la messe, construire dans un lieu écarté le fond de l'église actuelle. On montre encore, à l'extérieur sur l'ancien cimetière, côté nord, une vieille tombe qu'on dit être la sienne. On y voit un calice et un missel grossièrement sculptés.

● Annexe 2 :

Etat des travaux à partir des documents conservés à la mairie de Biard

14 mars 1857, Devis estimatif des travaux à exécuter pour la construction du clocher.
"Le clocher sera placé dans l'angle du contrefort extérieur de l'arc de l'abside. L'étage du rez-de-chaussée formera le passage pour aller à une sacristie projetée, à cet effet on pratiquera dans le mur latéral de l'abside une baie de porte. La maçonnerie des murs aura une hauteur hors de terre de 10m30 et la flèche en charpente aura une hauteur de 8m90, ce qui formera une hauteur de 19m20 pour la totalité du clocher jusqu'à la statue qui doit être placée au sommet".

Projet de l'architecte Dulin : maçonnerie en moellons pour la construction des murs latéraux et le surhaussement des murs actuels. Exhaussement des murs actuels de l'église pour les deux murs du clocher. Pierre de taille de Chardonchamps pour les arêtiers du clocher et les baies. Corniche, charpente en bois de chêne, couverture en ardoise.

17 avril 1857 : Lettre du préfet qui approuve l'installation d'une cloche et diverses réparations à faire à l'édifice.

31 décembre 1857, Lettre de Dulin, architecte du département au maire :
"J'ai l'honneur de vous adresser le certificat de dernier acompte du clocher de Biard. Je retire par perte dans cette somme à payer au sieur Girard, les vingt francs que vous lui devez pour la démolition du petit clocher ainsi que la démolition du mur de l'église jusqu'à la voûte. Vous aurez aussi à payer au sieur Girard la maçonnerie qui a été faite pour boucher la porte du clocher".

10 octobre 1859, Cahier des charges des travaux d'agrandissement de l'église : reconstruction totale de la nef, l'abside voûtée en pierre sera conservée ainsi que le clocher qui vient d'être construit à neuf... La nef aura 8 m 50 de largeur et 16 m de longueur... Du côté opposé au clocher on construira une sacristie. La voûte de la nef sera un lambris, la couverture faisant suite à celle de l'abside sera en ardoise d'Angers. Signé Dulin.

29 mai 1860, Etat de situation des travaux exécutés pour l'agrandissement et la reconstruction de l'église.
Maçonnerie en moellon, pierre de taille de Bonnillet et des Lourdines. Charpente de la nef composée de 23 fermes. Couverture en ardoise pour la nef. Menuiserie de la porte. Signé Dulin.

Travaux en 1984.
Décembre 1983, Acte d'engagement des travaux à réaliser sous la direction de l'architecte Claude Servais : enduits extérieurs et intérieurs, réfection du dallage, traitement des voûtes, réfection des couvertures, peintures.

● Annexe 3 :

9 juin 1944, historique de l'église à l'occasion de la visite de l'évêque
"Elle [la paroisse] prit naissance peu après 1020, grâce à la générosité de Guillaume V d'Aquitaine, IIIe comte du Poitou... Il donnait à l'éminent évêque de Poitiers, Isembert, 150 arpents de terre. Le prélat en pouvait jouir sa vie durant et devait les donner, à sa mort, au chapitre de la cathédrale. On verra donc la seigneurie de la Chaise de Biard, comme on l'appelait, dépendre de la Châtellenie et de la Sénéchaussée de Poitiers. Mais le seigneur en sera le vénérable chapitre de l'église cathédrale qui lui-même nommera à la cure.
De ces temps lointains qui virent l'établissement et les premiers développements de la paroisse, il nous reste aujourd'hui encore un témoin principal, le choeur de l'église. Au dire des connaisseurs il date de la fin du XIIe siècle, avec son chevet rectiligne et sa voûte bombée, avec sa clef de voûte portant un personnage sculpté, le Christ bénissant...
En 1750, la paroisse comptait seulement 39 feux, quelque 200 habitants. Mais le chiffre de la population a déjà monté à 690 en 1870 et il est maintenant de 997.
Le tourment révolutionnaire porta un coup fatal à la petite paroisse du XVIIIe siècle. C'est à ce moment là qu'elle disparut, en attendant d'être rattachée, probablement à l'époque du Concordat, à la paroisse de Vouneuil. Elle sera de nouveau érigée en paroisse distincte en 1844, par ordonnance royale de juin et juillet.
Le curé qui lui fut alors donné, l'abbé Penot fit reconstruire la nef et la façade ainsi que le clocher, fit élever la sacristie et obtint de la commune la construction du presbytère. C'est à lui, de même, que l'église doit la majeure partie de son aménagement : ses autels, ses statues, ses cloches. Et digne couronnement de toute son oeuvre, le 28 septembre 1863, il avait la joie de voir Mrg Pie consacrer son église...
Biard demeura longtemps un centre de pèlerinage à saint Marc. Chaque année on y venait le prier de 17 ou 18 paroisses...".

A. Evêché, manuscrit.

● Annexe 4 :

15 mars 1821. Lettre des habitants au préfet : la commune de Biard a été réunie à celle de Vouneuil en janvier 1821. Le maire a fait arracher une cloche qui a été descendue en passant par le cimetière au milieu duquel est placée l'église. Le maire a également fait enlever tous les objets (4 ornements complets, tabernacle, marbre d'autel, devant d'autel, statues, tableaux, bannières, commodes, armoires, boiseries de toute espèce, confessionnal, chaire à prêcher...) pour les emmener à Vouneuil. Les habitants demandent que les clefs de leur église leur soit rendues, ainsi que la cloche et les objets. Il demandent aussi la réparation des dommages causés à la toiture et à l'intérieur.

2 avril 1821. Réponse du maire aux habitants : les habitants ont mal entretenu les objets nécessaires au culte. Le tableau de saint Marc était en très mauvais état et la cloche était nécessaire à Vouneuil. Le culte doit suivre ses habitants, le préfet en a décidé.

23 novembre 1860. Etat des travaux faits et en cours d'exécution à l'église de Biard en 1860 : 25 cintres pour recevoir les lattis du plafond, 50 m. de pierre de Bonnillet pour les ouvertures, la baie de la sacristie, les clochetons, 4 m. de chevrons pour la couverture de la sacristie, 20 m2 de plancher et de plafond, 60 m2 de couverture en ardoise, 60 m2 de maçonnerie pour la sacristie ; 60 m2 de pavé neuf.

26 mai 1947. Cahier des charges et devis descriptif de travaux par J.M. Boudoin, architecte 12 rue de l'Ancienne-Comédie à Poitiers : remise en état des maçonneries, pose d'un chaînage double ceinturant le bâtiment, confortement de la voûte en maçonnerie ; ravalement et remise en état de l'intérieur.

15 avril 1948. Marché avec Eugène Pasquier, entrepreneur, route de Ligugé à Saint-Benoît : exécution d'une voûte légère en brique avec nervures en plâtre durci, hourdées en briques et moulurées ; enduit appareillé sur les murs du choeur.

3 août 1948. Marché de gré à gré avec l'entreprise Garnier pour des travaux de réparation : démolition de la voûte en pierre de taille ; confection d'épingles en béton armé au droit des parties fissurées ; reprise des maçonneries en moellon au-dessus de ces épingles ; consolidation de l'arc en pierre de taille du choeur, de la baie coté place ; extérieur, pignon du choeur, confection d'épingles en béton armé, reprise des maçonneries ; côté jardin, épingles et reprises ; côté place, démolition et reprise de maçonneries.

24 août 1948. Décompte général des travaux réalisés par Eugène Pasquier (voûte en brique avec enduit en plâtre) et par l'entreprise Edmond Garnier.

Archives départementales de la Vienne : 2O.



logos CAP
consulter au centre régional de documentation du patrimoine de Poitou-Charentes