Vous ętes ici : Région Poitou-Charentes > Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes   > L'agglomération de Poitiers > Dossiers et illustrations
L'inventaire du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes

L'agglomération de Poitiers :
les 3 262 éléments du patrimoine étudiés


Dossiers et illustrations : dossier documentaire

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Biard / le bourg / 25 rue des Ecoles
Ancienne école primaire, actuellement centre de loisirs

photographie du dossier documentaire, voir légende
Vue générale. © Région Poitou-Charentes - Communauté d’agglomération de Poitiers / C. Bunoz, 2005.
Dossier documentaire réalisé à partir de l’enquête d’inventaire de 2005.

Historique

Le corps de bâtiment sud a été bâti en 1877 pour servir d'école, sur un terrain acheté par la commune le 16 mars. Il a également servi de mairie. En 1949 il est prolongé au nord par un préau, lequel est surmonté d'un étage en 1954, l'ensemble de ces travaux réalisés par André Serreau, architecte à Poitiers.

Description

Bâtiments situés dans l'alignement sur la rue, avec jardin postérieur. Au sud est un corps de bâtiment à un étage, à façade ordonnancée à cinq travées avec porte centrale. Accolé au nord de celui-ci se trouve un corps de bâtiment à un étage également, avec des fenêtres oblongues au premier niveau et une rangée de grandes fenêtres au second. Toutes les baies de l'étage ont des appuis saillants.

Documentation

● Archives

Archives départementales de la Vienne : O Biard (10 septembre 1948, Devis estimatif pour l'aménagement de 2 classes, la construction de cabinets d'aisance et d'un préau, ainsi que du mur de clôture côté nord. 1949, Cahier des charges par Archives EvêchéSerreau. 20 août 1949, Procès-verbal d'adjudication des travaux. 10 septembre 1952, Procès-verbal d'adjudication de travaux. 1954, Procès-verbal de réception définitive des travaux de construction d'une classe et d'un logement sur préau, par Archives EvêchéSerreau, architecte).
Archives municipales de Biard : 16 mars 1877 (Acte de vente par M. Le Blanc-Turquand d'une parcelle sur le chemin qui va du bourg à la route de Vasles, destiné à la construction d'une école de filles) ; 25 mars 1877 (Cahier des charges de la construction) ; 26 mars 1877 (Procès-verbal d'adjudication des travaux à Théophile Métayer).

● Annexe 1 :

Brisson, Michèle. La vie des écoles. Dans Bulletin municipal, décembre 1983, p. 17-21.

Mai 1850 - Plusieurs habitants de Biard font une pétition pour obtenir la création d'une école primaire.

Août 1850 - Le sieur Dubreuil est le premier instituteur nommé à Biard. L'école et le maître sont logés dans la maison du marchand de bois Raye, ce qui correspond actuellement au n° 11 rue des Vieux-Logis.

1863 - Après sa visite, le préfet juge "la maison d'école insalubre et impropre à sa destination". Le Conseil municipal décide de chercher un autre local.

1864 - Le maire Berton propose de faire bâtir à ses frais une maison destinée à servir d'école et de mairie. Moyennant un loyer annuel de 250 Fr pour l'école et de 30 Fr pour la mairie, un bail pour 15 ans est signé.

1867 - Une loi est votée le 10 avril : "toute commune de plus de 500 habitants est tenue d'entretenir une école de filles. Biard est touché par cette loi. Le Conseil municipal se réunit en août et pense qu'effectivement le fait de séparer garçons et filles est très bon. Cependant il n'envisage pas d'ouvrir une deuxième école : la proximité de Poitiers permet aux habitants de Biard d'envoyer leurs filles, dès l'âge de 8 ans, à l'école des Soeurs de Pont-Achard. Donc, à la rentrée, Biard n'a qu'une seule école mixte mais une maîtresse des travaux d'aiguilles est nommée. Il s'agit de la femme de l'instituteur.

1871 - Le Conseil municipal envisage d'acheter la maison d'école. Une promesse de vente sera faite l'année suivante.

1873 - Le Conseil, qui a demandé une subvention pour l'achat de l'école, se voit rappeler par l'administration que Biard est soumis à la loi du 10 avril 1867. Si toutefois le Conseil départemental dispense la commune d'avoir une école de filles, l'école actuelle devra subir des transformations : deux entrées distinctes pour les filles et les garçons, une cloison séparatrice de 1, 60 m dans la classe, une séparation dans la cour de récréations.
A cette époque : 53 enfants fréquentent l'école (10 proviennent des communes voisines, 8 vont à Vouneuil ou à Poitiers). Le Conseil, devant ce faible effectif refuse de changer ses plans et décide que si on ne lui accorde pas la subvention, la commune restera dans le statu quo et l'Etat continuera à payer la location de l'école.

Août 1874 - Le préfet accorde la subvention demandée.

Septembre 1874 - La commune achète à monsieur Berton l'école pour un montant de 5500 F, ce qui correspond actuellement à l'école primaire. Avec cet achat, la gratuité scolaire souhaitée par le Conseil est retardée.

Octobre 1875 - Le Conseil reçoit une lettre de madame Barbier de Paris qui propose d'établir à Biard deux religieuses dont l'une ferait la classe aux filles et l'autre soignerait les malades. Madame Barbier propose une somme de 6000 F pour participer à l'achat d'une maison et aux frais d'installation des religieuses. Le Conseil municipal pense qu'il est nécessaire maintenant de supprimer l'école mixte et d'avoir une école de filles. L'école existante sera l'école de garçons. Le Conseil décide donc d'accepter la proposition de madame Barbier et, avec son aide financière et une subvention de l'Etat, il décide de faire construire une école. Ceci sera fait en 1877 pour une dépense de 10069 F 79, sur un terrain acheté à monsieur Chasseloup de Chatillon, médecin à Niort, ce qui correspond actuellement au logement de fonction de la maternelle et du directeur de l'école élémentaire.

1879 - Le Conseil fait clore le hangar de l'école de filles où les enfants se réfugient en cas de mauvais temps.

1880 - Soeur Saint-Clément, institutrice, meurt. Le préfet soumet au Conseil la question de savoir si la direction de l'école de filles reste congréganiste ou si elle devient laïque. Le Conseil décide de ne rien changer et demande à l'administration de nommer une soeur de Saint-Philomène de Salvert.

1881 - La gratuité de l'école est établie.

1902 - Le préfet fait savoir, qu'en vertu de la loi de finances de mars 1902, la laïcisation de l'école de filles de Biard doit être prononcée. Afin de disposer librement des locaux de l'école de filles, la commune se voit contrainte de rembourser madame Barbier qui n'avait donné 6000 F qu'à la condition que l'école soit dirigée par des congréganistes. Le Conseil décide de rembourser la somme due à partir de janvier.

1903 - La première institutrice laïque est nommée en 1903.

1921 - Des réparations à l'école de filles sont envisagées, cela fait douze ans qu'il n'y en a pas eues.

1924 - Une entrée directe est faite à l'école de filles.

1930 - Il y a 43 élèves à l'école de filles et 44 à l'école de garçons. Il serait souhaitable de créer une classe enfantine mais cela entraînerait trop de frais. Le Conseil demande à l'Inspection académique la permission de regrouper les filles et les garçons de 5 à 9 ans à l'école de filles et les filles et les garçons de 9 à 13 ans à l'école de garçons. L'accord est donné pour la rentrée d'octobre.

1931 - En avril, le Conseil demande la création d'une deuxième classe à l'école de filles. Cette classe serait mixte et accueillerait les enfants à partir de 4 ans. Elle serait construite dans le jardin appartenant à la commune et attenant à l'école. En attendant, elle fonctionnera dans la salle de la mairie située au-dessus de l'école de garçons et pour cela la commune fait construire, pendant les vacances, un plafond entre ce deux salles (actuellement classe CE2-CM1).


Brisson, Michèle. Histoire de notre école (suite). Dans Bulletin municipal, décembre 1984, p. 14-16.

1932 - Les habitants se plaignent que la mairie soit toujours occupée par l'école. Face à cette situation gênante, le Conseil demande au préfet d'accélérer l'approbation de la nouvelle construction.

1939 - Devant le nombre croissant de réfugiés venus de la région parisienne et du Nord, il n'y a plus assez de 3 classes. Le Conseil demande la création d'une 4ème classe qui serait aménagée dans les immeubles Roulet-Parizot devenus propriétés communales en 1937. Actuellement : bâtiments démolis et remplacés par la mairie.

1944 - La ville de Poitiers décide, en février, de ne plus subvenir aux frais occasionnés par cette 4ème classe de réfugiés. Le Conseil décide de demander au préfet l'annulation de la délibération de décembre 39 et de supprimer cette 4ème classe.
En novembre : le nombre d'élèves s'accroît encore. Le Conseil est obligé, non seulement de garder cette 4ème classe, mais de demander l'ouverture d'une 5ème classe qui se tiendra dans l'une des trois pièces du logement de l'institutrice. Actuellement : classe où se tient la bibliothèque.

1952 - Un préau, une classe et un logement de fonction sont construits à l'école (qui est devenue école de filles).

1962 - Un projet de construction de cantine, dans le terrain situé derrière la mairie, est émis.

1966 - Le réfectoire sera dans un local qui servait jusqu'alors de classe. Actuellement : classe où est la bibliothèque.

1967 - Il y a fermeture d'une classe et ouverture, en octobre, d'une cantine. Actuellement : classe de C.P.

1969 - Une classe enfantine est installée dans la classe et le préau de l'ancienne école de filles (qui était à ce moment là école de garçons). L'école primaire devient une école mixte. Actuellement : logement de fonction de la maternelle et dépendance du logement de M. Sirault.

1976 - Une 5ème classe est ouverte, c'est une classe maternelle qui loge dans le foyer Guillaume d'Aquitaine.

1978 - L'école maternelle est ouverte.

1980 - L'ancien local de la cantine est à nouveau transformé en classe. Actuellement : classe de C.P.



logos CAP
consulter au centre régional de documentation du patrimoine de Poitou-Charentes