Vous ętes ici : Région Poitou-Charentes > Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes   > L'agglomération de Poitiers > Dossiers et illustrations
L'inventaire du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes

L'agglomération de Poitiers :
les 3 262 éléments du patrimoine étudiés


Dossiers et illustrations : dossier documentaire

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Vouneuil-sous-Biard
Maisons, fermes

photographie du dossier documentaire, voir légende
Ferme de plan allongé avec clôture à Pouzioux. © Région Poitou-Charentes - Communauté d’agglomération de Poitiers / G. Renaud, 2005.
Dossier documentaire réalisé à partir de l’enquête d’inventaire de 2005.

Historique

La commune comptait 125 feux en 1759, 192 logements en 1949, 1237 en 1990 et 1534 en 1999. Les traces d'habitat les plus anciennes, visibles dans une seule ferme, remontent au 15e ou au 16e siècle. 10 autres maisons ou fermes datent pour partie du 17e siècle, 20 pour partie du 18e siècle et 91 sont du 19e siècle (3 autres du 20e siècle ont également été recensées). Très peu de chronogrammes ont été relevés sur ces bâtiments : 1626, 1670, 1745, 1812, 1836, 1882, 1911. D'autres dates sont connues par les sources, en particulier les matrices cadastrales : 1836, 1848, 1850, 1858, 1865, 1868, 1870 (3 fois), 1872, 1874, 1875, 1878, 1880 (3 fois), 1881 (2 fois), 1882 (5 fois), 1883 (2 fois), 1884 (2 fois), 1885 (6 fois), 1886, 1887 (3 fois), 1889 (2 fois), 1890 (2 fois), 1892 (4 fois), 1893 (2 fois), 1902, 1913, 1928, 1935, 1956, 1972, 1977, 1993. Les fermes ont fréquemment connu des modifications au fur et à mesure des besoins des exploitations et les logements eux-mêmes ont souvent été remaniés au 20e siècle (agrandissement, modification des ouverures, etc.).

Description

Sur les 125 maisons et fermes recensées de la commune, la moitié (63) sont des fermes ou d'anciennes fermes, édifices à vocation agricole avec logement et dépendances agricoles, et l'autre moitié (62) sont des maisons parfois accompagnées de petits bâtiments annexes ou de communs. En plus de ces catégories d'habitat, la commune compte cinq châteaux et six manoirs ou anciens logis nobles, qui ne sont pas inclus dans cette synthèse. Parmi les nombreux logements récents, seuls ceux qui ont été bâtis en série ont été traités lors de l'enquête dans les cinq lotissements concertés repérés et ne sont pas pris en compte ici.
Ces édifices sont construits en moellons de calcaire le plus souvent recouverts d'un enduit, chaînes d'angle et encadrements des ouvertures étant en pierre de taille. Les couvertures des bâtiments sont pour la majorité en tuile creuse. Seuls 10 de ces 125 édifices ont au moins un corps de bâtiment couvert en ardoise et 10 autres en tuile mécanique. Les toits sont à deux pentes et pour 15 d'entre eux seulement pourvus de croupes aux extrêmités.
Les fermes, ou anciennes fermes, sont pour la plupart regroupées dans le bourg (8) ou des écarts comme Pouzioux (11), les Bournalières (7), la Jarrie (6). Les exploitations agricoles isolées sont au nombre d'une dizaine, la plupart situées dans la partie sud de la commune. Certaines d'entre elles ont été depuis peu environnées de constructions récentes. Tous ces bâtiments sont accompagnés d'une cour, pour près de la moitié d'entre elles fermée par un muret ou un mur de clôture en bordure de la route [Fig. 10, 11 et 13]. Dans ces clôtures est fréquemment aménagés un portail simple constitué de deux piliers de maçonnerie [Fig. 6 et 17]. En plus du logement principal, 10 d'entre elles possèdent un second logement qui peut-être plus ancien [Fig. 7] ou contemporain du premier [Fig. 8]. Les dépendances agricoles sont constituées très généralement d'une grange et d'étables auxquels s'ajoute souvent un hangar. Dans la cour se trouve un puits ou une citerne et parfois encore une mare, bien que beaucoup d'entre elles aient été supprimées. Certaines fermes sont pourvues d'un four à pain ou, parfois, d'un pigeonnier (3 ont été repérés). Les logements sont en rez-de-chaussée (1) souvent avec comble à surcroît (27) [Fig. 7 à 9], ou à un étage (23) [Fig. 10] parfois avec un comble à surcroît (8), un seul a deux étages (1).
Typologie [Fig. 2] : la moitié des fermes (31) présente des bâtiments séparés les uns des autres selon une organisation plus ou moins régulière [Fig. 9 et 10], l'autre moitié est constituée de bâtiments accolés les uns aux autres : 18 formant un plan allongé avec des toitures différentes [Fig. 11 et 12], 9 de plan en U, en L ou irrégulier et 4 formant un bloc allongé avec une même toiture sur logement et dépendances [Fig. 13]. Certaines formes ont évolué dans le temps, les adjonctions successives en ayant transformé le type d'origine. Les granges [Fig. 4] sont les principales dépendances - quelques fermes en ont deux - reconnaissables à leur grande porte cochère. Ce sont des bâtiments indépendants ou non, dont la façade est placée sur un mur gouttereau (42) [Fig. 14] ou, moins fréquemment, sur un large mur pignon (13) ce modèle étant souvent le plus ancien [Fig. 15 et 16] . Les hangars sont des bâtiments de stockage partiellement ouverts dont le toit repose sur des poteaux de bois (13) [Fig. 19], ou plus rarement sur des piliers en maçonnerie de section carrée, ou même parfois sur des piliers en moellons de section circulaire [Fig. 20] .
Les maisons sont toutes situées dans le village ou dans des lieux-dits. La plupart ont une cour ou un jardin dont près de la moitié sont fermés par un muret ou un mur de clôture, avec parfois un portail (13) sans couvrement. Beaucoup d'entre elles (40) sont accompagnées de petites dépendances à caractère agricole ou de communs pour les maisons les plus importantes. Quelques maisons du bourg, principalement en bordure de la rue Camille-Hablizig, abritaient jadis un commerce ou un atelier d'artisan (forge). La majorité ont un étage carré (44) dont 19 avec un comble à surcroît, une seule a deux étages. 14 sont en rez-de-chaussée avec comble à surcroît. Quelques unes, construites sur un terrain en pente, ont un niveau de soubassement pour rattraper la dénivellation. Ces maisons peuvent être réparties en quatre catégories principales [Fig. 1] : 12 maisons de bourg, situées dans l'alignement des autres maisons en bordure de la voie [Fig. 25] ; 15 maisons de faubourg, placées dans un parcellaire plus lâche, souvent perpendiculaires à la voie et accompagnée d'une cour ou d'un espace libre ; 31 maisons de type rural [Fig. 21], accompagnées d'une cour et de petites dépendances (écurie, toit à cochon ou à volailles) ; 3 maisons de campagne, grosses maisons avec jardin ou parc et communs, qui étaient souvent à l'origine des propriétés de notables poitevins ; une seule maison ayant plutôt les caractéristiques d'une villa de type balnéaire [Fig. 30].
Les habitations (maisons ou logements de ferme) sont pour la moitié d'entre elles en retrait par rapport à la route, 32 % sont placées perpendiculairement à la voie et 18,4% en bordure de celle-ci. La majorité [Fig. 3] d'entre elles, 63,7%, ont un rez-de-chaussée et un étage [Fig. 28], parmi lesquelles la moitié a, en plus, un comble à surcroît [Fig. 27]. 34,5% sont constituées d'un rez-de-chaussée et d'un comble à surcroît [Fig. 23] et 2 seulement possèdent deux étages. Leur façade est sur un mur gouttereau dans 96% des cas et on ne décompte que 5 façades en pignon [Fig. 29]. Ces façades sont de largeur et de disposition variable : quelques unes présentent des ouvertures disposées sans aucun ordre (10,4%) ; d'autres présentent une travée plus une autre baie (24%), la porte étant latérale [Fig. 23] ; d'autres deux travées (28,8%) avec une porte latérale [Fig. 22] ; d'autres trois travées (27,2%), la porte étant au centre le plus souvent [Fig. 10 et 27] ; seules 6,4% d'entre elles sont constituées de quatre travées ou plus. Les ouvertures sont très généralement rectangulaires, on ne note que 9 logements, parmi les plus anciens, présentant des baies à encadrement chanfreiné, 2 présentant une baie couverte en accolade et 2 en arc segmentaire et une seule fenêtre à meneau. Une dizaine de façades présentent au moins un oculus placé au niveau du surcroît [Fig. 27] ou latéralement. Les décors sont rares : 5 façades ont une corniche et/ou un bandeau et quelques unes (15) ont des fenêtres, généralement à l'étage, à appui mouluré [Fig. 25 et 26] ou à clef saillante (9). Parfois, à côté de la porte, fait saillie la pierre d'évacuation de l'évier (14). On trouve encore les vestiges de quelques croix peintes au-dessus ou près de la porte d'entrée [Fig. 24].

Documentation

● Archives

Archives départementales de la Vienne : 1 H 112 (au 18e siècle, dans les Reconnaissance de terrage et de dixmes, nombreuses mentions de maisons avec cellier dans le bourg et de pièces de vigne).



logos CAP
consulter au centre régional de documentation du patrimoine de Poitou-Charentes