Vous ętes ici : Région Poitou-Charentes > Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes   > L'agglomération de Poitiers > Dossiers et illustrations
L'inventaire du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes

L'agglomération de Poitiers :
les 3 262 éléments du patrimoine étudiés


Dossiers et illustrations : dossier documentaire

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Vouneuil-sous-Biard / la Roche
Manoir

photographie du dossier documentaire, voir légende
Logis façade sud-est. © Région Poitou-Charentes - Communauté d’agglomération de Poitiers / G. Renaud, 2005.
Dossier documentaire réalisé à partir de l’enquête d’inventaire de 2005.

Historique

Mentionnée en 1324, puis en 1414 en tant que seigneurie, la Roche relève en 1531 du chapitre cathédral de Poitiers. Le logis semble avoir été édifié au 17e siècle. Le 27 mai 1697, Charles-Emmanuel de Brilhac, chevalier, seigneur de la Garnerie et de la Roche, époux d'Esther Carlouet, est inhumé dans l'église à gauche de l'autel. Les 13 octobre 1736 et 5 janvier 1749, au baptême de deux de ses enfants, à Vouneuil, Philippe-François Légier de Puyraveau, écuyer, seigneur de la Mothe-de-Maillerais et la Laurencière, époux de Catherine de Gennes, également propriétaire du domaine de Bernagout, est dit seigneur de la Roche. Il est inhumé le 23 septembre 1770 en l'église de Vouneuil, vis-à-vis la chapelle Saint-Blaise. Sa fille, Marie-Anne-Angélique, demoiselle de la Roche, épouse en 1772 Jean-Louis Aubineau, seigneur d'Insay, trésorier de France à Poitiers, qui devient alors seigneur de la Roche. Elle décède à la Roche le 7 mai 1802. Dans l'aile en retour du logis, une plaque de cheminée, dont la provenance est inconnue, porte la date de 1761 et, de part et d'autre, deux cercles dans lesquels sont inscrites les lettres IHS surmontées d'une croix. Le corps de logis principal comporte des éléments décoratifs extérieurs du 17e siècle : fronton de la porte principale, lucarnes.
En 1862, le sieur Demarçay, propriétaire, fait installer un barrage sur la Boivre pour faire monter l'eau afin d'arroser les terres du domaine. En 1901, la Roche passe de Maurice Demarçay à Gustave de Vernous, marquis de Bonneuil. Celui-ci la vend en 1919 à Louis-Marie-Joseph Nicolas de la Rinière. La Roche appartient en 1943 à la veuve de ce dernier, née Jacquelot de Moncets.
Perpendiculaire au logis, l'aile en retour, côté sud-est, est figurée sur le plan cadastral de 1831, avec un bâtiment en croix à son extrémité sud-est. Cette aile est reconstruite en grande partie dans la première moitié du 20e siècle pour servir de logement. Une terrasse est ensuite ajoutée sur sa façade sud. Parmi les dépendances, une laiterie et une porcherie ont été construites dans la première moitié du 20e siècle. La porcherie était prolongée au sud par un chenil, ensuite transformé en logement. Mentionné sur le plan cadastral de 1831, au nord de la propriété, un pigeonnier a disparu.

Description

Le domaine est isolé du bourg, dans une boucle de la Boivre. Les restes d'un mur de clôture sont visibles à l'entrée de la propriété. Le bâtiment principal est constitué d'un logis et de dépendances. Sur chacune de ses façades principales, le logis possède cinq travées avec une porte centrale. Un bandeau sépare les deux niveaux et une corniche moulurée couronne les élévations. Les lucarnes latérales sont circulaires. Une aile est construite en retour, perpendiculairement au logis, côté sud-est. Un parc s'étend autour du logis et un jardin en terrasse à l'arrière, côté nord-ouest. Les dépendances, couvertes en tuiles, s'étendent au nord-est du logis. Elles comprennent des bâtiments de ferme, une laiterie, une porcherie, prolongée par un ancien chenil. Un des bâtiments de la laiterie alterne brique et pierre pour les chaînes d'angles et les encadrements de certaines ouvertures. En contrebas, en bordure de la Boivre, un petit bâtiment abrite une turbine hydraulique.

Précisions sur le décor

La porte principale du logis et ses lucarnes à ailerons en volutes sont couronnées par un fronton triangulaire. Des visages et des motifs végétaux sont sculptés aux angles supérieurs des lucarnes centrales des façades sud-est et nord-ouest du logis.

Documentation

● Archives

Archives départementales de la Vienne : E suppl. 470-GG, 4 ; E suppl. 471-GG. 5.
Archives départementales de la Vienne : 4 P (matrices cadastrales).
Archives départementales de la Vienne : 7 S 93 (18 juin 1862, Règlement d'eau, procès verbal de recolement : le sieur Demarçay est autorisé à établir sur la Boivre, dans la commune de Vouneuil-sous-Biard, un barrage destiné à faire monter l'eau pour arroser les terres de la Roche).

● Bibliographie

Beauchet-Filleau, H. et P. Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou. T. 2, p. 154 et 780, et t. 5, p. 754
Rédet, Louis. Dictionnaire topographique du département de la Vienne. Paris : Imprimerie nationale, 1881. P. 358



logos CAP
consulter au centre régional de documentation du patrimoine de Poitou-Charentes