Vous ętes ici : Région Poitou-Charentes > Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes   > L'agglomération de Poitiers > Dossiers et illustrations
L'inventaire du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes

L'agglomération de Poitiers :
les 3 262 éléments du patrimoine étudiés


Dossiers et illustrations : dossier documentaire

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Béruges / l' Epine
Commanderie de templiers, puis de chevaliers de Malte

photographie du dossier documentaire, voir légende
Vue générale depuis le sud. © Région Poitou-Charentes - Communauté d’agglomération de Poitiers / G. Renaud, 2006.
Dossier documentaire réalisé à partir de l’enquête d’inventaire de 2006.

Historique

La première mention du lieu, " Willelmus de Spina", remonte à 1188 comme dépendance de l'abbaye de Fontaine-le-Comte. En 1259 le domaine appartient à la commanderie de Saint-Georges-de-Baillargeaux et la commanderie du Temple est citée en 1269. De cette époque ne subsiste que la façade de la chapelle. En 1312, l'ordre du Temple est supprimé et ses biens sont remis à l'ordre des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem qui devient ensuite l'ordre de Malte.
Après les guerres de religion, la commanderie connait un renouveau au 17e siècle époque à laquelle la chapelle est rebâtie en conservant l'ancienne façade. Plusieurs baptêmes y sont cités entre 1643 et 1646 et la cloche, Marguerite, est bénie le 14 septembre 1650. A la fin du 17e siècle, le logis actuel est construit vraisemblablement à l'instigation du Grand Prieur d'Aquitaine Dauvet des Marets. Au 18e siècle les travaux continuent avec l'édification de dépendances. Après 1737 la forêt de l'Epine, qui appartenait à la commanderie et s'étendait sur 500 hectares, a été délimitées par des bornes en pierre (fig. 4). Une verrerie fonctionnait en bordure de cette forêt. Le prieur Armand Foucault de Saint-Germain Baupré la fit détruire avec les loges qui en dépendaient à cause du danger qu'elles représentaient.
En 1769, le grand prieur vient visiter les lieux et fait établir un procès-verbal de visite traduisant un assez mauvais état des bâtiments qui se composent alors de : pigeonnier, galerie, étables, grange, boulangerie, chapelle, logement de bordier et maison de la commanderie, le tout entouré de murs sur trois côtés (annexe 2).
En 1792, le domaine est vendu comme bien national à M. Laurenceau. Au début du 19e siècle, le portail de la chapelle est muré, son élévation sud est percée et elle va servir de grange. Sur le plan cadastral de 1830 figurent des dépendances à l'écart à l'ouest, aujourd'hui disparues. En revanche d'autres dépendances ont été bâties depuis, sans doute dans la seconde moitié du 19e siècle. Au sud du chemin des Essarts, un peu avant la partie goudronnée, existait une borne armoriée qui aurait disparu dans les années 90. Elle servait de limite entre la propriété des Templiers et celle de l'évêque et portait leurs armes de part et d'autre.

Description

La plupart des bâtiments s'organisent autour d'une vaste cour (des. 1). L'entrée, au sud-est, était autrefois constituée d'un portail, aujourd'hui disparu, placé entre le logis qui borde la cour au sud et un pigeonnier à l'angle sud-est. En retour, au nord du pigeonnier, sont diverses dépendances. A l'ouest du logis, dans son prolongement, sont d'autres dépendances formant retour sur le côté ouest de la cour.
La chapelle est placée un peu à l'écart au nord de cet ensemble. Elle est orientée, de plan rectangulaire et à un vaisseau. Sa façade, soutenue par des contreforts, s'ouvre par un portail en plein cintre dont l'archivolte à trois rouleaux repose sur des colonnes à chapiteaux sculptés. Au-dessus du portail se trouve une fenêtre en plein cintre.ire le choeur.

Précisions sur le décor

Chapiteaux du portail de la chapelle ornés de feuillage, d'animaux fantastiques et de figures grimaçantes ; tailloir à décor de dents de scie.

Documentation

● Archives

Archives départementales de la Vienne : E supplément 391 GG. 1 (Inventaire sommaire des archives antérieures à 1790, T. III, Poitiers : 14 septembre 1650, bénédiction de la cloche de la chapelle de l'Epine, nommée Marguerite). P. 210
Archives départementales de la Vienne : 3 H 1 539, Titres de la Commanderie de l'Epine.
Archives départementales de la Vienne : 3 H 1 541, Titres de la Commanderie de l'Epine (Visite du 10 mai 1719. Déclaration des terres des dépendances de la Commanderie en 1735 : La Brosse, Les Merles, La Verrerie, le moulin du Temple, Bourversé, Belleroute, moulin du Gué-des-Roches, terre à Vouneuil-sous-Biard. Visite de la Commanderie de l'Epine par le grand prieur d'Aquitaine, 12 juillet 1769).
Archives départementales de la Vienne : Q 2 10 n° 20 (Procès-verbal de visite du 30 prairial an IV [1797]).

● Bibliographie

Bizard, Etienne. Histoire d'un village du Poitou, Béruges. 1968. P. 42, 53-54
Mantrant, Barillo. Nomenclature des localités du département de la Vienne, Nom des principaux habitants. Poitiers. 1883, 1884. p.38.
Redet, Louis. Dictionnaire topographique du département de la Vienne. Paris : J.-M. Williamson, 1989 (1e éd. : 1881). P. 158
Roy, Gérard. Béruges (86) - 2005, Itinéraire d'un promeneur. Association Les Amis de Béruges, cahier n°30. 2005, édition Association des publications chauvinoises. P. 41, 45, 216

● Annexe 1 :

10 mai 1719 : Visite faite de la Commanderie, soussigné Taillefer[...] Jean Escouault grand fermier de la commanderie ainsi qu'il suit.

"Avons vus et visité la petite porte d'entrée laquelle a besoing d'estre raccommodée ayant pour toute ferrure un verrouil. Avons vus et visité les battants de la grande porte à bourdonneau l'un desquels est tout à fait ruiné[...] La porte de la fuye fermante en clef[...] L'un des murs de l'aire est fondu[...] Les deux battants de la porte à bourdonneau, sont en mauvais état. La porte du fourniou est fort usée[...] La porte de la cave fermante en clef est en assez bon état.
La porte d'entrée du logis[...] La porte de la chambre est assez bonne ayant une ferrure[...] Le planpieds n'est garni d'aucun carreaux[...] manquent quatre carreaux dans les panneaux du haut, il n'y a point du tout de vitres dans les panneaux du bas[...] De la sommes allés en une chambre à main gauche en entrant. Le bourdonneau de la porte est cassé laquelle est ruinée est seulement garnie d'une ferrure et la clef et d'un verrouil[...] Les deux fenêtres sont fort usées[...] Le planpied est de terre mal unie. Le foyer est sans carreau. Le contrefeu est cassé par le bas de deux pieds et demy ou environ et de toute la largeur. Le planché est mal jointé en plusieurs endroits[...].
Sommes montés par un escalier en bois dans les chambres hautes. Les escaliers en mauvais état[...] La porte d'une des chambres hautes à main droite en entrant est assez bonne fermant en clef et ayant deux verrouils. Les contrevents sont en très mauvais état, fort vieux[...] Les chassis des fenestres en assez bon état garnis de leurs ferrures[...] Les contrevents des autres fenestres de la chambre[...] Le carrelage de la cheminée fort usé. Deux des soliveaux de la chambre sont cassés, liés de deux bandes de fer[...] En sortant avons remarqué que le planpied de laditte porte est tout à fait écarté et entrouvert. De là avons vu le planpied desdits degrés lequel est en bon état. Les fenestres dudit endroit ne sont point garnies d'aucunes vitres, les chassis sont en assé bon état et sont de service. Les contrevents sont vieux[...] De là sommes entrés dans une autre chambre à costé, la porte de laquelle est en assé bon estat garnie de sa serrure et sa clef de deux verrouils et d'un loquet poussoir, manquent quelques carreaux à la cheminée. Les contrevents des fenestres sont en mauvais estat, manque un[...] un panneau des dittes fenestres est en très mauvais estat les vitres estant toutes cassées et aux autres panneaux manquent huit carreaux.
De ce lieu sommes montés au grenier par un escalier de bois lequel est vieux. La porte fermante en clef est en assé bon estat, le planpied entrouvert. La fenestre qui regarde sur la cour est de service. Avons vu une entrée d'un des greniers sans porte ny apparence d'y en avoir eu. Dans ledit grenier y a une petite fenestre sans fermeture. Avons vu la porte d'entrée d'un autre grenier, laquelle est vieille et caduque, sans serrure, y a apparence d'y en avoir eu[...].
De cet endroit somme entrés dans la bordrie par une porte à bourdonneau assé bonne garnie seulement de son pivot et de deux verrouils ayant sa ferrure et sa clef vieille et caduque et partie cassée. Derrière la ditte porte y a un petit pan d'ais [cloison de planches] vieux et ruiné aussi bien que la porte qui y est qui ne peut ouvrir ny fermer. La fenestre est telle quelle sans aucune vitre ayant pour tout grillons deux petits vergeons. Plus la fenestre qui regarde du costé de la forest est garnie de deux bandes et un petit verrouil y a deux petits grillons de fer. Le planpied de la chambre est de terre mal uny. Au foyer manquent plusieurs carreaux de contrefeu. Au manteau de la cheminée manquent quelques massonage. Le pan d'ais de l'antichambre dudit lieu est composé de mauvais ais sans aucune jointure et va tomber. La porte dudit pan d'ais en très mauvais état garnie seullement d'un loquet. Dans ledit antichambre y a une petite fenestre sans vitre en mauvais estat estant grillée de bois. Avons vu une autre porte dans ledit antichambre à bourdonneaux laquelle est de ferrure mais ne peut fermer.
De la somme allés dans l'escurie ou avons vu une grande échelle de bois en très mauvais état laquelle a besoing d'estre racommodée estant hors service. La porte de laditte escurie à bourdonneaux est à terre est ne peut fermer néammoins assé bonne. Les fenestres sont sans fermetures. Les crèches ont besoin d'estre reparées en plusieurs endroits. L'escurie garnie de ses soliveaux qui ne portent point sur le mur de la [...] De la somme montés au grenier ou avons vu une vielle porte fort usée fermante en clef avec une serrure à bosse. Le dit grenier séparé par un pan d'ais sans estre joint. Au dit grenier y a deux fenestres sans fermetures. Le plancher a besoing d'estre rejoint et grossoyé. La charpente a besoing d'estre refaite appuyée dans un endroit par une membrure.
Cefait avons vu la porte de l'escurie aux boeufs laquelle estant à bourdonneaux est assé bonne garnie seullement d'un verrouil. Les soliveaux sont bons garnis d'ais non cloués. En sortant avons remarqué une entrée pour décharger du foin sans fermeture et le bas démassoné. Avons vu la porte d'un toit à brebis[...] La crèche dudit toit est ruinée. Les deux portes d'un autre toit à brebis fermées aussi d'une riorte dont la quarré est démaçonnée[...] La crèche est ruinée.
Les fermetures du jardin touchant au puy en très mauvais estat n'estant garnis que de quelques petits ais pourris ont besoing d'estre tout a fait remis en estat aussi bien que la fermeture d'un autre petit jardin touchant à la chapelle. Avons vus la fermeture d'un autre jardin derrière laditte chapelle laquelle ditte fermeture est tellequelle. Il y a dans icelui deux voliers qui sont tout ruinés et ont besoing d'estre remis à neuf. Partye d'un des murs et fondu de la longueur de sept à huit pieds.
Plus nous avons vu une porte pour sortir et aller à la métairie laquelle porte est ruinée et ne peut fermer sans serrure ni ferrure que le pivot du bourdonneau. Les hayes du pré de laditte bordrie tellesquelles. Le fossé a besoing d'estre relevé de la longueur de dix brasses.
Avons vu la porte de la chambre de laditte métairie laquelle porte à bourdonneaux est de service fermant en clef la ferrure platte contre une espece de membrure attachée par deux cloux. Le pan d'ai est seullement composé de quatre vieux ais attachés seullement par le haut. Le planpied de terre très mal plan est en mauvais estat. Le foyer est sans carreaux.
Au bout de laditte chambre est une autre chambre sans porte. Le planpied est de terre mal uny. Avons vu une autre porte à bourdonneaux ayant pour toute ferrure un verrouil. Les fenestres des chambres et antychambres sont vielles et sans grillons. La cheminée de laditte antychambre est sans carreaux et en mauvais estat. Le planché est disjoint en plusieurs endroits a besoing d'estre refait pour pouvoir servir. Le bourdonneau de la petite porte qui entre dans la grange est cassé et sans aucune ferrure. La grande porte ouvrant à deux fort usée et a besoing d'estre raccommodée[...] Avons vu une autre petite porte dans laditte grange laquelle est en très mauvais estat et ruinée. Avons vu deux portes qui sont dans l'escurie aux boeufs qui sont l'une de service pendant quelques temps et l'autre en mauvais état. Les creches sont en assé bon etat ont besoing seullement d'estre grossoyées en quelques endroits. La porte de la chambre du fourniou est à bourdonneaux en assez bon état ayant une clef de bois. La fenestre a seullement une mauvaise grille de bois. La porte d'une etable fermante avec un lien en assez bon estat. La creche a besoing d'estre grossoyés et est tellequelle. La porte d'un des toit est assé bonne fermante par une reorte. Les fermetures du jardin de laditte métairie en assé bon estat ont besoing d'estre fermées en quelques endroits. Le vollier en mauvais estat. Les pallises du pré de laditte métairie ont besoing d'estre mises en estat incessament. Avons vu un autre vollier derrière la grange en mauvais estat. Un des murs d'éclairé est fondu[...].
Avons fait la visite des bois dépendants de la métairie. Premièrement nous sommes transportés dans la coupe appellée Lagace et dans celle de Fontaine Lauvent[...] Nous les avons trouvé presque touttes remplies de brandes garnies de très peu de plan de chesne et le peu qui y est est de très peu de valeur ayant esté gasté par les bestiaux dès sa naissance ne pouvant y avoir dans lesdittes couppes que des fagots pour le four[...] De la somme allés à une autre couppe appelée le Petit Lac[...] une autre couppe appelé le Cheval Mort[...] la couppe des Grandes Coussières[...] la couppe des Petites Coussières[...] la couppe du Chesne Talent[...] une petite pièce de bois appelé la Vende[...] la couppe appelée Leminerois[...] la coupe de la Douce[...] la couppe des Grandes Gaces[...] les taillis à Gaveau[...] la couppe de la Vieille F[...]".
A.D. Vienne : 3 H 1 541 (Titres de la Commanderie de l'Epine).

● Annexe 2 :

12 juillet 1769. Visite de la Commanderie de l'Epine par le grand prieur d'Aquitaine.

"Transportés dans la commanderie où nous avons vu la grande porte d'entrée ainsi que la petite qui est à côté. De là sommes entrés dans un colombier à main droite, sommes montés dans ledit colombier par une échelle à rolons, les murs sont en plusieurs endroits lézardés, la couverture est en très mauvais état, le dôme et la majeure partie découvertes [...].
De là sommes passés à une galerie attenante en bon état.
De là sommes allés dans une étable à boeufs à côté de la dite galerie dont la charpente et la couverture sont en bon état.
De là sommes allés dans une grange à foin dont la couverture a besoin d'être remaniée. Les murs de la cour qui est devant la grange ne consiste qu'en deux faces et ont besoin d'être grossoyés.
De là sommes allés dans une boulangerie derrière la dite grange, le four est de service, puis nous sommes passés dans un cellier dont le faux grenier est sans couverture.
De là sommes passés dans la chapelle dont le sol est partie carrelé et de terre, les perrons ont besoin d'être grossoyés, la couverture d'être remaniée dans tout son entier. Nous avons remarqué qu'il y avait autrefois des aqueducs pour recevoir l'eau. Le puits est en bon état ainsi que la tour qui est sans corde ni chaîne.
De là sommes allés dans un toit à brebis ayant deux entrées, la grande porte est à deux battants, la petite est sans verrou, dans lequel toit il y a une crèche en mauvais état. De là sommes allés dans un autre toit à brebis.
De là sommes passés dans une écurie à chevaux dont la crèche a besoin d'être recrépie [...]. De là sommes montés dans le fenil au-dessus de la dite écurie et régnant sur tout le toit à brebis. De là sommes montés dans un grenier à côté du fenil qui règne sur la principale chambre du bordier.
De là sommes passés dans la principale chambre de la borderie ayant un ballet et entrée est en bon état. De là sommes allés dans une autre chambre séparée de l'autre par un pan d'ais (panneau de planches), la porte qui communique dans l'écurie aux chevaux est usée.
De là sommes allés dans la maison de la dite commanderie, la porte d'entrée est à deux battants, les murs du vestibule dans lequel est placé l'escalier en bois ont besoin d'être gossoyés et reblanchis.
De là sommes entrés dans une chambre à côté du vestibule, les contrevents sont en bon état, le potager qui est dans un angle de la chambre a besoin d'être racommodé, le planpied de la chambre est de terre mal unie.
De là sommes passés dans une autre chambre à côté du vestibule dont la porte a deux fenêtres garnies de leurs verres, le planpied de cette chambre est de terre.
De là sommes montés dans une chambre haute par un escalier en bois, la plupart des marches sont disjointes et très mal assujetties. Dans les murs de la porte et de la cheminée il y a deux lézardes qu'il convient de reprendre, le seuil de la porte a besoin d'être reposé ainsi que le planpied qui a un carreau déplacé.
De là sommes passés dans une autre chambre où il convient de remplacer les carreaux qui sont cassés, la chambre a besoin d'être blanchie.
De là sommes passés dans un petit gernier à côté de la dite chambre et à côté sont des latrines. De là sommes montés dans un grenier par un escalier de bois régnant sur les deux chambres à main gauche.
Les murs de clôture de la commanderie du côté du levant, septrion et midi sont écroulés en différents endroits et ont besoin d'être relevés".
A.D.Vienne : 3 H 1 541 (Titres de la Commanderie de l'Epine).

● Annexe 3 :

30 prairial an IV (1796) : Procès-verbal de visite.

"[...] la principale habitation consiste dans une cour renfermée tant par les bâtiments que par des murs fondus, au milieu de laquelle cour est un puits dont l'eau est infecte, qu'on entre dans laditte cour par une porte cochère [...] côté de laquelle est une porte bâtarde ; sur la gauche d'icelle en entrant est la maison principale composée de deux chambres basses, deux hautes, grenier par dessus. Au milieu desdittes chambres et greniers est un vestibule dans lequel est pratiqué un escalier en bois ; [...] côté de laditte maison et y attenant une chambre [...] l'usage du garde, une écurie, toit [...] brebis, grenier par dessus ; en faisant le tour de laditte cour une écurie sans grenier, une porte qui communique dans un pré dont il sera question ci-après, une chapelle, un fournil, une entrée par laquelle on va dans le petit jardin qui est attenant [...] la cour et fait dépendance du susdit corps de bâtiment, une petite grange, une étable sans grenier, un petit engard et une tourette qui a esté razée ; et après avoir examiné le mauvais état des bâtiments, les matières de leur construction, la longueur, largeur et hauteur d'iceux, leur emplacement et leur distribution, leurs clôtures et leurs accès, et mesuré les terrains qui en dépendent, sommes d'avis que laditte maison et servitude valoit en mil sept cent quatre vingt-dix de revenu annuel la somme de cent-vingt livres [...].
Que l'habitation de la métairie consiste en deux chambres basses sur lesquelles reigne un mauvais grenier, une grange dans l'apentis de laquelle est une étable [...] boeufs, deux toits, un fournil, une écurie et un toit [...] brebis, auxquels bâtiments est joint un jardin ou chènevière lequel touche également aux clôtures de la maison principale [...]".
Archives départementales de la Vienne : Q2 10, n° 20.



logos CAP
consulter au centre régional de documentation du patrimoine de Poitou-Charentes