Vous êtes ici : Région Poitou-Charentes > Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes   > L'agglomération de Poitiers > Dossiers et illustrations
L'inventaire du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes

L'agglomération de Poitiers :
les 3 262 éléments du patrimoine étudiés


Dossiers et illustrations : dossier documentaire

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Buxerolles / le Planty / 2 à 8 rue des Ecoles ; 2 impasse des Iris
Groupe scolaire du Planty

photographie du dossier documentaire, voir légende
Le bâtiment à étage au sud-est de l'ensemble, vu depuis le nord. © Région Poitou-Charentes - Communauté d’agglomération de Poitiers / Y. Suire, 2007.
Dossier documentaire réalisé à partir de l’enquête d’inventaire de 2007.

Historique

La construction de l'école du Planty s'effectue en plusieurs tranches chronolgiquement successives et géographiquement parallèles, toutes conçues par l'architecte André Serreau. Les bâtiments les plus anciens, édifiés en 1954 et 1955, sont les deux alignements situés au centre de l'ensemble : le premier construit est celui le plus au sud des deux. Dans le même temps sont construits trois logements individuels d'enseignants, de part et d'autre des bâtiments scolaires. La troisième tranche concene en 1956 l'école maternelle, au nord-ouest. Un troisième groupe, comprenant une cantine et une salle de gymnastique au rez-de-chaussée et des classes à l'étage, est édifié en 1959. En même temps s'élève au sud-ouest un petit immeuble de six logements d'instituteurs. L'école maternelle est agrandie vers le nord-ouest une première fois en 1959, avec l'adjonction d'une classe en retour d'équerre, puis en 1999, avec la construction d'une cantine.

Description

Le groupe scolaire comprend cinq bâtiments parallèles entre eux et perpendiculaires à la rue des Ecoles. Dans les espaces intermédiaires s'insèrent les cours de récréation et, le long de la rue des Ecoles, des logements individuels d'instituteurs. Le tout est fermé par un muret avec grillage. L'école maternelle, au nord-ouest de l'ensemble, comprend un bâtiment en rez-de-chaussée en forme de T qui ouvre au sud-est sur une cour de récréation. Au nord-ouest se trouve l'extension la plus récente qui comprend notamment une cantine. En allant vers le sud-est viennent ensuite deux bâtiments en rez-de-chaussée, parallèles et similaires : chacun comprend au nord-est un préau que prolongent vers le sud-ouest les salles de classe ; celles-ci sont desservies par un couloir qui les longe côté nord-ouest et qui débouche dans le préau ; les salles de classe ouvrent sur des cours au sud-est par de larges fenêtres. Après la grande cour, qui comprend notamment un terrain de basket et des terrains de football, le cinquième et dernier bâtiment, le plus au sud-est, présente un étage. Là se trouvent les classes, au-dessus de la cantine et des cuisines. Elles sont accessibles par deux cages d'escalier situées aux extrémités de l'édifice. L'ensemble de ces bâtiments, mis à part l'extension récente de l'école maternelle, sont traités en parement de faux moellons apparents. Les deux bâtiments parallèles au centre de l'ensemble, les plus anciens, présentent un toit à un pan et des pignons découverts. Les autres bâtiments ont un toit à longs pans, avec croupe pour le bâtiment à étage et pour l'extention récente de l'école maternelle. Cette dernière présente un plan en V alors que les autres bâtiments sont rectilignes. L'ancien immeuble de logements d'enseignants, au sud-est de l'école, possède un soubassement et trois niveaux sur lesquels se répartissent les six logements. Tous identiques, ceux-ci sont disposés symétriquement de part et d'autre de l'axe de la cage d'escalier, qui occupe le centre de la façade principale, à l'ouest. Chaque logement dispose de deux baies à l'ouest, dont une porte-fenêtre avec balcon, et de trois baies, dont une petite, à l'est.

Documentation

● Archives

Archives départementales de la Vienne 601 W 6 à 8. 1952-1967 : groupe scolaire du Planty, construction.
Archives municipales de Buxerolles 4 M 1 à 3. 1998-2000 : école maternelle du Planty, agrandissement.
Archives municipales de Buxerolles 4 T 34. 1944-1986 : plans du groupe scolaire du Planty et du centre de loisirs de Val-Vert.
Archives municipales de Buxerolles. Registres des délibérations du conseil municipal. Séances des 2 mars, 27 juin, 10 septembre et 21 décembre 1952, 19 septembre 1953, 2 janvier, 30 janvier, 3 avril et 5 juin 1954, 26 mars, 30 avril et 26 mai 1955, 24 janvier et 22 décembre 1956, 7 février et 1er décembre 1957, 2 mars et 11 septembre 1958

● Bibliographie

Thimonier, Joseph. Buxerolles : le pays des buis. Poitiers, les Editions du Pont-Neuf, 1998, 126 p. P. 83-84

● Annexe 0 :

La construction au début des années 1950 de la cité des Castors, puis celle de plusieurs cités et immeubles dans le quartier du Planty, poussent la municipalité de Buxerolles à envisager la construction d'une nouvelle école. Celle-ci doit en effet pouvoir répondre à l'afflux d'élèves, l'école du vieux bourg (actuelle école maternelle du bourg) étant à la fois trop petite et trop éloignée. Le 2 mars 1952, le conseil municipal entend le président du comité des Castors indiquer que 62 filles et 68 garçons sont susceptibles de rejoindre l'école à la rentrée suivante. Le conseil décide donc de construire la nouvelle école sur l'emplacement déjà réservé au plan d'urbanisme, et charge de l'opération l'architecte André Serreau, déjà engagé pour la cité des Castors. Le 27 juin, le conseil autorise le maire à signer les marchés de gré à gré avec les entreprises. Parmi elles, il est fait appel aux établissements Jean-Prouvé à Paris pour la fourniture d'éléments préfabriqués. Le 11 août, devant Agier notaire à Poitiers, la commune achète le terrain nécessaire à M. Charles Richard et son épouse. Le 10 septembre, le conseil municipal approuve le projet élaboré par Serreau. L'opération prend ensuite un peu de retard. Les plans de Serreau doivent être modifiés avant d'être approuvés par le préfet le 23 septembre 1953. Les travaux ne commencent qu'en décembre suivant. Le premier bâtiment construit, tout en longueur, comprend un préau et cinq salles de classe desservies à l'arrière par un couloir. La construction, partiellement en préfabriqué, est réalisée selon le procédé de coque en aluminium mis au point par la Société de constructions aéronavales de Port-Neuf à La Rochelle : couverture à un pan en aluminium, structure des murs en poutres longitudinales, plafonds en placoplâtre. En attendant l'achèvement de ce bâtiment, les premiers élèves sont accueillis dans deux maisons particulières prêtées par les Castors. La nouvelle école, d'abord appelée "école des Castors", ouvre au début du mois de janvier 1954.
Aussitôt l'achèvement de cette première tranche, une seconde est projetée car le nombre d'élèves réels ou potentiels ne cesse de croître avec la construction progressive des cités alentours. Ce ne sont pas moins de 410 enfants qui, selon les estimations, vont potentiellement venir accroître les effectifs scolaires de la commune dans les mois suivants ! Les 3 avril et 5 juin 1954, le projet, à nouveau conçu par Serreau, est présenté au conseil municipal : le nouveau bâtiment sera identique au premier, derrière et au nord-ouest duquel il viendra prendre place ; il comprendra cinq classes supplémentaires dont deux affectées provisoirement à l'école maternelle, et un préau ; seront aussi construits trois logements individuels d'enseignants de 80 m2 chacun avec cuisine, salle d'eau, cabinets, un cellier-garage et cinq pièces principales. Il est précisé que les bâtiments devront être construits "en matériaux régionaux traditionnels à l'exclusion de tout procédé préfabriqué", par souci d'économie. Les travaux qui commencent dans les mois suivants prennent vite du retard, d'où une polémique avec l'architecte Serreau. En attendant, une sixième classe est installée dans des préfabriqués. La seconde tranche ne s'achève qu'à l'été 1955.
Les 26 mars et 30 avril 1955, le conseil municipal décide de lancer une troisième tranche de travaux consistant en la construction d'une école maternelle au nord-ouest des deux premiers bâtiments. Toujours conçue par Serreau, selon les mêmes principes architecturaux, elle comprendra un bâtiment avec retour d'équerre vers le sud, soit quatre classes, une salle de repos, une salle de jeux et des sanitaires. A cela s'ajoutera un logement de directrice. En attendant la construction, 150 enfants étant susceptibles de fréquenter de suite cette école, il est décidé d'installer provisoirement deux classes maternelles dans les salles encore disponibles de la seconde tranche. Les travaux de construction de l'école maternelle sont mis en adjudication à partir du 30 janvier 1956.
Dès l'année suivante, le lancement d'une quatrième tranche de travaux s'avère nécessaire, notamment après la construction des cités de la Saboterie et Abel-Tassin. Le 7 février 1957, le conseil municipal décide donc de construire un nouveau bâtiment au sud-est des précédents, comprenant une cantine et une salle de gymnastique au rez-de-chaussée, et cinq classes à l'étage. Un terrain de sports sera aussi aménagé, et un petit immeuble de six logements d'enseignant sera construit au sud-est du groupe scolaire. Le projet met du temps à être réalisé. Les plans et devis de l'architecte Serreau ne sont approuvés que le 1er décembre 1957, et les travaux sont mis en adjudication le 30 mai 1959, alors que l'école compte déjà quinze classes. En 1959 aussi, l'école maternelle est agrandie par la construction d'une cinquième classe en retour d'équerre au nord-ouest.
Devenue mixte en 1971, l'école connaît un nouvel agrandissement en 1998-1999 au profit de l'école maternelle qui s'étend vers le nord-ouest. Dans les années 1990, l'ancien immeuble de logements d'enseignants situé au sud-est de l'école, est cédé à l'Office des HLM. En 1998, l'école maternelle comptait 6 classes et 159 élèves. A la rentrée 2006, l'école primaire dénombre 259 élèves répartis sur 10 classes.



logos CAP
consulter au centre régional de documentation du patrimoine de Poitou-Charentes