Vous êtes ici : Région Poitou-Charentes > Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes   > L'agglomération de Poitiers > Dossiers et illustrations
L'inventaire du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes

L'agglomération de Poitiers :
les 3 262 éléments du patrimoine étudiés


Dossiers et illustrations : dossier documentaire

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Buxerolles / le Bourg / rue Omer-Bernier ; rue Hippolyte-Véron
Place de l'église du bourg

photographie du dossier documentaire, voir légende
La place de l'église du bourg de Buxerolles vue depuis le sud-ouest. © Région Poitou-Charentes - Communauté d’agglomération de Poitiers / Y. Suire, 2007.
Dossier documentaire réalisé à partir de l’enquête d’inventaire de 2007.

Historique

La place aujourd'hui située devant l'église du bourg, à l'ouest, occupe l'emplacement de l'ancien cimetière qui se situait là jusqu'en 1873. Dans ce cimetière se trouvait une croix en pierre à laquelle était attachée une croix hosannière faite du buis béni le jour des Rameaux. Cette croix avait donné son nom à un champ situé de l'autre côté de l'église, à l'est, le "champ de l'Hosanne". La croix de pierre quant à elle est mentionnée en 1866 lorsque le conseil de fabrique la fait réparer. La présence du cimetière près de l'église et des quelques habitations qui l'entouraient, n'allaient pas sans poser quelques soucis. En 1811, M. Duvaux, propriétaire de l'ancien presbytère voisin, se plaint du "spectacle qu'il a continuellement sous les yeux" et des "exalaisons méphitiques qui s'élèvent sans cesse de ce foyer de corruption". Le 24 mai 1846, le conseil municipal explique que "les sentiments douloureux" que suscite la traversée du cimetière, ne facilitent par l'accès à l'église par sa seule porte d'entrée, à l'ouest. De plus les jeux d'enfants dans le cimetière perturbent l'office. En 1868, la reconstruction de l'église remet le problème en avant. A cette même occasion, des sarcophages de type carolingien sont exhumés sur la place. Finalement, le 17 août 1873, le conseil municipal décide le transfert du cimetière en dehors du bourg. Plusieurs années après, la place est toujours encombrée de pierres tombales.
Outre le cimetière, l'espace autour de l'église et du presbytère était occupé par le champ de foire, au sud, et par une vigne au nord de l'église. Le champ de foire a été plusieurs fois agrandi au détriment du jardin du presbytère : le 25 février 1883, le conseil municipal vote ainsi une emprise de dix ares sur le jardin. Quant à la vigne au nord de l'église, elle est acquise en 1859 par la municipalité qui projette d'y construire une mairie-école. Elle est ensuite rétrocédée à la paroisse en 1873, avant de revenir à la commune en 1882. La vigne est arrachée en 1938 pour agrandir la place. C'est à l'ouest de cette vigne, dans l'angle nord-ouest de la place, que se trouvait "l'orme de Sully", un arbre dont la plantation est attribuée par la légende au ministre de Henri IV, et qui a été abattu et vendu à l'automne 1931. Auparavant, l'angle nord-ouest de la place a accueilli en 1870 la croix de mission, restaurée en 1933, et le monument aux morts en 1921. Par ailleurs, outre l'orme de Sully, la place était comme aujourd'hui couverte d'arbres. Le 13 février 1870, le conseil municipal vote l'arrachage de deux d'entre eux, des noyers. Le 18 novembre 1917, l'école voisine manquant de bois de chauffage en ce temps de guerre, il est décidé de vendre quatre acacias dont la tête est déjà morte et qui nuisent à la croissance des tilleuls et marronniers déjà nombreux sur la place.

Description

La place occupe l'angle formé par les rues Omer-Bernier à l'ouest et Hippolyte-Véron au nord. Elle est délimitée à l'est par l'église et l'ancien presbytère. Vis-à-vis de l'église elle est couverte d'arbres tandis qu'au nord se trouvent la croix de mission et le monument aux morts, et au sud un parking. Un autre parking s'étend au nord de l'église. Près de la porte de l'église, à l'ouest, se trouve l'ancienne table d'autel.

Inscriptions

Vers 1870, M. Babrier de Montault a relevé les épitaphes inscrites sur deux pierres tombales. L’une était ainsi libellée : "DENIS GUIONNET MDCCII MDCCLXI 1775". Sur une des pentes d’une autre tombe, taillée en forme de toit, on lisait du côté sud : "CY GIST LE CORPS DE FEU ANDRE SAVIN CURE DE CETTE PAROISSE AGE DE 62 ANS QUI DECEDA LE XXVI FEVERIER 1757. QUI SE RECOMENDE A VOS PRIERES F : P. L SOIN DE .I. ET . L ETE SAVIN SES FRERES".

Documentation

● Archives

Archives départementales de la Vienne 2 O 51/6. 1851-1938 : construction du clocher de Buxerolles, reconstruction de l'église et réparations.
Archives départementales de la Vienne 2 O 51/6. 1871-1925 : transfert, réparations et agrandissement du cimetière de Buxerolles.
Archives municipales de Buxerolles. Registres des délibérations du conseil municipal. Séances des 24 mai 1846, 22 mai 1853, 13 février 1870, 17 août 1873, 21 août 1880, 25 février 1883, 18 janvier 1917 et 22 novembre 1931

● Bibliographie

Barbier de Montault, Xavier. "La commune de Buxerolles". Bull. Mon., t. 38, 1872. P. 474-475
Gaillard, H. Les cantons de Saint-Georges-lès-Baillargeaux et de Saint-Julien-l'Ars, Poitiers, 1919, p. 9-12.
Thimonier, Joseph. Buxerolles : le pays des buis. Poitiers, les Editions du Pont-Neuf, 1998, 126 p. P. 91



logos CAP
consulter au centre régional de documentation du patrimoine de Poitou-Charentes