Vous ętes ici : Région Poitou-Charentes > Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes   > L'agglomération de Poitiers > Dossiers et illustrations
L'inventaire du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes

L'agglomération de Poitiers :
les 3 262 éléments du patrimoine étudiés


Dossiers et illustrations : dossier documentaire

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Mignaloux-Beauvoir / le Breuil-l'Abbesse / 49 route des Colombiers
Maison dite "la Moulinerie"

photographie du dossier documentaire, voir légende
Le portail, ouvrant sur la route des Colombiers. © Région Poitou-Charentes - Communauté d’agglomération de Poitiers / Y. Suire, 2007.
Dossier documentaire réalisé à partir de l’enquête d’inventaire de 2007.

Historique

L'actuelle maison a remplacé une ancienne métairie appelée la Moulinerie et dépendant du château des Touches. Dans la seconde moitié du 16e siècle, son propriétaire aurait été Jean des Moulins, mais sans certitude. "L'hébergement de la Moulinerie" apparaît plus explicitement le 19 décembre 1643 en tant que possession de Charles de Lauzon, propriétaire du château des Deffends. Il en rend aveu à Jean Chevalier, sieur de Thessec, juge au présidial de Poitiers et seigneur des Touches. Le domaine consiste alors en une maison avec deux chambres à grenier, un fournil à côté, une grange et une étable, le tout renfermé de murailles. La Moulinerie suit le sort des Deffends et ses propriétaires successifs. En 1747, elle est citée parmi les biens de Pierre-Alexandre Bérault, nouveau propriétaire des Deffends. Il doit pour elle des droits à M. Servien pour son fief des Touches. Sur le cadastre de 1819, le domaine appartient à la veuve Duméreau, résidant à Poitiers. Il s'agit d'une exploitation assez importante, composée de trois bâtiments autour d'une cour, deux jardins, un pré, trois parcelles de labours, une parcelle de vignes et un terrain en friche. En 1874, un certain Rossignol, horloger, désormais propriétaire, démolit la maison. Deux ans plus tard, il reconvertit un logement en bâtiment et construit une nouvelle maison. Il s'agit certainement de celle que l'on voit aujourd'hui, dont la couverture en ardoise, la forme et l'encadrement des baies, ainsi que les piliers du portail sont caractéristiques de cette époque.

Description

Le logis est isolé au milieu d'une vaste parcelle, ceinte d'une clôture végétale. Un autre bâtiment, probablement des communs, est perpendiculaire à la route de Chauvigny, à l'est du logis. L'accès au logis se fait par l'est après avoir passé un portail ouvrant sur la route des Colombiers. Le logis est de plan carré. Une corniche moulurée entoure l'édifice à la base du toit. Couvertes en arc segmentaire, toutes les baies du logis sont dotées d'encadrements saillants et d'appuis moulurés, ainsi que de garde-corps en ferronnerie. L'élévation de la façade est comporte deux travées, avec une porte latérale à gauche. Sur le mur sud, un balcon prolonge la baie centrale au premier étage, et une lucarne centrale couverte d'un arc segmentaire éclaire l'étage de comble.

Documentation

● Archives

Archives départementales de la Vienne 2 H 1/24. 1747, 1er septembre : estimation des biens de Pierre-Alexandre Bérault, écuyer, sieur de la Bellerie, propriétaire des Défends, dont la Moulinerie qui dépend des Touches.
Archives départementales de la Vienne 2 H 2/39. 1643, 19 décembre : aveu rendu par Charles de Lauzon à Jean Chevalier, sieur de Thessec, pour l'hebergement de la Moulinerie.

● Bibliographie

Petit, Robert, Mignaloux-Beauvoir découvre son histoire. Mignaloux-Beauvoir : Mairie : Loisirs Animation Mignaloux-Beauvoir, 1994. P. 84



logos CAP
consulter au centre régional de documentation du patrimoine de Poitou-Charentes