Vous êtes ici : Région Poitou-Charentes > Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes   > L'agglomération de Poitiers > Dossiers et illustrations
L'inventaire du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes

L'agglomération de Poitiers :
les 3 262 éléments du patrimoine étudiés


Dossiers et illustrations : dossier documentaire

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Mignaloux-Beauvoir / la Vallée / route des Oriollères
Ferme dite "la Vallée", actuellement maison

photographie du dossier documentaire, voir légende
Le logis de l'ancienne ferme, vu depuis le sud-ouest. © Région Poitou-Charentes - Communauté d’agglomération de Poitiers / Y. Suire, 2007.
Dossier documentaire réalisé à partir de l’enquête d’inventaire de 2007.

Historique

La ferme de la Vallée est une petite métairie mentionnée pour la première fois en 1768. Elle est ensuite visible sur le cadastre de 1819, dans une disposition proche de l'actuelle. A cette date elle appartient à l'abbé Pierre-Jean-Fidèle Lemit, curé de Nouaillé-Maupertuis, qui possède également les fermes du Mail et de la Toumitière. Elle comprend alors des bâtiments autour d'une cour (C1 69), un jardin (C1 70) et une parcelle de labour (C1 68). Le 18 juillet 1857, les héritiers de l'abbé Lemit, décédé à Nouaillé-Maupertuis le 9 octobre 1854, et de Anne-Marguerite Lemit sa soeur, décédée au même lieu le 23 mars 1857, vendent à Jean Bonnet, de Chabournay, les métairies de la Vallée et de la Toumitière, consistant en des bâtiments d'habitation pour les fermiers, des bâtiments d'exploitation, des cours, des jardins, des prés, des bois, des terres labourables et non labourables, et contenant 58 hectares. La vente est faite pour 64.000 francs. Le 4 janvier 1858, les héritiers vendent également à Louis-Arsène Orillard, médecin et maire de Poitiers, les trois quarts d'une terre dépendant de la métairie de la Vallée. Orillard possédait déjà l'autre quart en tant que neveu par alliance des frère et soeur Lemit. En 1862, les bâtiments de la ferme sont vendus au comte de Maillé puis plus tard à Alfred de Saint-Laon, qui possèdent aussi les Touches. Ensuite ils passent en 1886 à André Bernard, épicier à Poitiers, puis en 1889 à Jean-Baptiste Blanchard demeurant à Saint-Ouen (Haute-Vienne), puis en 1893 à François Garnier, restaurateur à Poitiers. Parallèlement, les deux bâtiments qui composaient déjà la ferme en 1819 subissent des modifications : la dépendance paraît avoir été agrandie, et des avant-corps ou petites constructions accolées au bâtiment comprenant le logis ont été supprimés, de manière à ce que son plan s'inscrive dans un rectangle. Ces travaux ont dû intervenir notamment en 1907, date de reconstruction de maison indiquée par le cadastre. Devant le logis se trouve aujourd'hui une mare, qui ne figurait pas sur le cadastre de 1819.

Description

Cette ferme se compose de deux bâtiments : une dépendance perpendiculaire au chemin, et un autre bâtiment en retrait par rapport à la voie, au fond de la cour. Ce second bâtiment regroupe le logis dans sa partie est et une grange couverte en appentis dans sa partie ouest. La façade du logis présente deux travées, avec trois baies au rez-de-chaussée. La porte est latérale. Un banc de pierre est accolé à la façade sur toute sa longueur. A l'extrême gauche de la façade du logis, on remarque une pierre d'évier. A l'intérieur se trouve aussi un four à pain. Le second bâtiment était dévoué à l'exploitation de la ferme. Il regroupait une étable, une écurie et une porcherie. Il contenait également un grenier à l'étage. Un four est enfin présent dans cette propriété.

Documentation

● Archives

Archives départementales de la Vienne J 83. 1857, 18 juillet : vente des métairies de La Vallée et de la Toumitière par les héritiers Lemit à Jean Bonnet, de Chabournay.
Archives départementales de la Vienne J 83. 1858, 4 janvier : vente des trois quarts d'une terre dépendant de la métairie de la Vallée par les héritiers Lemit à Louis-Arsène Orillard.

● Bibliographie

Petit, Robert, Mignaloux-Beauvoir découvre son histoire. Mignaloux-Beauvoir : Mairie : Loisirs Animation Mignaloux-Beauvoir, 1994. P. 86



logos CAP
consulter au centre régional de documentation du patrimoine de Poitou-Charentes