Vous ętes ici : Région Poitou-Charentes > Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes   > L'agglomération de Poitiers > Dossiers et illustrations
L'inventaire du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes

L'agglomération de Poitiers :
les 3 262 éléments du patrimoine étudiés


Dossiers et illustrations : dossier documentaire

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Mignaloux-Beauvoir / le Mars / 1026 et 1088 route de la Gare
Fermes dites "le Grand Mars" et "le Petit Mars"

photographie du dossier documentaire, voir légende
Le logis du Grand Mars, vu depuis le sud. © Région Poitou-Charentes - Communauté d’agglomération de Poitiers / Y. Suire, 2007.
Dossier documentaire réalisé à partir de l’enquête d’inventaire de 2007.

Historique

Les fermes du Grand et Petit Mars sont deux anciennes métairies mentionnées dans les archives dès la fin du 15e siècle. On conserve un bail à cens du 2 avril 1494 consenti par l'abbaye de la Trinité au profit de Jean Guittoneau, laboureur à Beauvoir, sur une terre située au Petit Mars. Le bail précise que Jean Guittoneau devra y construire une maison et une grange dans les deux années suivantes. En 1497, le Grand Mars est à son tour mentionné, dans un procès-verbal de visite, à la requête de l'abbaye de la Trinité, des biens appartenant à maître Louis Provost. Ces biens comprennent notamment une terre appelée le Grand Mars, longeant le chemin de Mignaloux à Beauvoir, mais aussi la ferme de la Chaboterie au Breuil l'Abbesse. Au milieu du 16e siècle, il semble que le Grand Mars soit toujours aux mains de la même famille, puisqu'a lieu le 8 avril 1550 une transaction entre Nicolas Guitonneau, demeurant au Mars à Beauvoir, et Hercules Cathineau et sa femme Collette Peraude. Quand à la ferme du Petit Mars, elle est mentionnée dans une déclaration du 14 novembre 1628 rendue par les laboureurs Nicolas Groussault, Mathieu Audouard et François Bouché, ainsi que le marchand Pierre Picollet, pour "un tènement de terre situé au village du Petit Mars tant en bâtiments, entrées, issues, charryères, ruages, jardins, clausures et terres".
Les deux fermes apparaissent ensuite sur le cadastre de 1819. Elles appartiennent alors à la veuve Goupy, demeurant à Poitiers. Sa propriété comprend deux ensembles de bâtiments autour de deux cours (parcelles F 372 et F 374), une mare (F 375), trois jardins (F 376, 377, 386), une parcelle de luzerne (F 378), sept terres labourables (F 378 bis, 381 à 384, 388 et 390), quatre prés (F 379, 380, 387, 389), un verger (F 385). Seule une languette de terre labourable (parcelle F 383) appartenant à M. de Savatte interrompt la continuité de ce grand domaine. Les bâtiments tels qu'ils sont représentés à l'époque sur le cadastre, sont situés à des emplacements similaires aux actuels grange-étable et hangar du Grand Mars et aux grange-étable et logis du Petit Mars, mais ils semblent de taille plus petite qu'aujourd'hui. L'essentiel des bâtiments actuels a donc probablement été construit au cours du 19e siècle.
En 1828, les deux fermes passent à M. Doré, maire adjoint, propriétaire de la Rouartinière, et qui possédait déjà auparavant un pré au sud de la propriété de la veuve Goupy (parcelle F 380). En 1831, le Grand et le Petit Mars deviennent la propriété d'Hippolyte Doré, le fils du précédent. Il y fait des travaux en 1857 : il démolit un bâtiment au Grand Mars et en construit un nouveau au Petit Mars. C'est peut-être à cette date qu'est édifié le logis du Grand Mars, à la place d'un petit édicule représenté face à la grange sur le cadastre de 1819. Ce logis conserve d'ailleurs une cheminée à piédroits obliques, caractéristique de la construction rurale du 19e siècle. En 1889, le cadastre indique que le Petit Mars passe à Antony de Pertat, domicilé à Poitiers. On peut supposer qu'il achète également le Grand Mars. Ce dernier connaît par ailleurs à la même date une nouvelle destruction de bâtiments, toujours d'après le cadastre. Une dépendance en appentis est ajoutée au début du 20e siècle à l'arrière du logis : elle sera plus tard transformée en espace habitable. Au Petit Mars, les bâtiments d'exploitation (grange-étable, hangar et toits à animaux) qui font face au logis, sont également agrandis aux 19e et 20e siècle. Si le logis du Grand Mars a été récemment rénové sans perdre ses volumes et percements d'origine, celui du Petit Mars a été très remanié. Aujourd'hui, le Petit et le Grand Mars sont deux propriétés distinctes. La ferme du Petit Mars est toujours en exploitation, tandis que celle du Grand Mars a récemment cessé son activité agricole.

Description

Les deux ferrmes se succèdent sur le côté ouest de la route de la Gare. Les bâtiments du Grand Mars se trouvent autour d'une cour, fermée sur la rue par un mur de clôture, avec des traces d'un ancien portail. Le logis est perpendiculaire à la voie, au nord de la cour. Il présente une façade à trois travées avec porte centrale surmontée d'une imposte vitrée. A l'intérieur, dans la pièce située à gauche du vestibule, la cheminée présente des piédroits obliques. L'étage en surcroît était occupé par un grenier. A l'arrière du logis, une ancienne dépendance en appentis abritait une cave et un grenier. Une autre dépendance est accolée à l'ouest du logis. Face à la maison, au sud de la cour, se dresse une grange à façade en pignon, entre deux étables. L'étable ouest ouvre sur le pignon, mais l'étable possède une ouverture indépendante, dans un corps de bâtiment construit en retour d'équerre par rapport à la grange et aligné sur la route. Dans la continuité de cette étable, vers le nord, s'ajoutent d'autres toits à animaux. A l'ouest de la cour, un hangar à poteaux de bois et une écurie sont construits dans le prolongement l'un de l'autre. A l'arrière de ce bâtiment se trouve une porcherie. Un toit à poules se trouve au milieu de la cour. On y observe aussi un fût de colonne de provenance inconnue. Tous les bâtiments sont couverts en tuile creuse, sauf le logis couvert en tuile mécanique. A l'ouest de la grange, de l'autre côté d'un chemin communal séparant le Grand du Petit Mars, un puits est commun aux deux fermes.
La ferme du Petit Mars comprend deux ensembles de constructions qui se font face de part et d'autre d'une cour. Le logis est en retrait par rapport à la voie. Face à lui, tous les bâtiments d'exploitation sont accolés. Le principal d'entre eux est la grange-étable à façade en pignon. Elle ouvre à l'est, vers la rue, par une porte charretière encadrée par deux portes piétonnes. Au sud est accolé un hangar à charpente et poteaux de bois, revêtus intégralement de tôle. Des toits jouxtent l'arrière de la grange, vers l'ouest.

Documentation

● Archives

Archives départementales de la Vienne 2 H 2/43. 1494, 2 avril : bail à cens par l'abbaye de la Trinité au profit de Jean Guittoneau sur une terre située au Petit Mas.
Archives départementales de la Vienne 2 H 2/43. 1497 : procès-verbal de montrée à la requête de l'abbaye de la Trinité, des biens appartenant à maître Louis Provost, dont une terre appelée le Grand Mas.
Archives départementales de la Vienne 2 H 2/44. 1550, 8 avril : transaction entre Nicolas Guittonneau et Hercules Cathineau et Collette Peraude son épouse.
Archives départementales de la Vienne 2 H 2/44. 1628, 14 novembre : déclaration rendue par Nicolas Groussault, Mathieu Audouard et François Bouché et Pierre Picollet pour un tènement de terre situé au village du Petit Mas.

● Bibliographie

Petit, Robert, Mignaloux-Beauvoir découvre son histoire. Mignaloux-Beauvoir : Mairie : Loisirs Animation Mignaloux-Beauvoir, 1994. P. 82



logos CAP
consulter au centre régional de documentation du patrimoine de Poitou-Charentes