Vous ętes ici : Région Poitou-Charentes > Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes   > L'agglomération de Poitiers > Dossiers et illustrations
L'inventaire du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes

L'agglomération de Poitiers :
les 3 262 éléments du patrimoine étudiés


Dossiers et illustrations : dossier documentaire

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Mignaloux-Beauvoir / la Lussauderie / 1300 route de la Gare
Ferme dite "la Lussauderie"

photographie du dossier documentaire, voir légende
La grange et le hangar vus depuis le nord-est. © Région Poitou-Charentes - Communauté d’agglomération de Poitiers / Y. Suire, 2007.
Dossier documentaire réalisé à partir de l’enquête d’inventaire de 2007.

Historique

La plus ancienne mention retrouvée concernant la Lussauderie remonte au 9 décembre 1530, date d'un acte de vente par Lucas Lussault, notaire à Poitiers, et sa femme Thérèse Bertrande, au commandeur de Beauvoir, d'une maison située au bourg de Beauvoir. L'acte énumère les propriétaires précédents : Antoine Regnier puis Simone Girard, Pierre Boisson, procureur à Poitiers, Pierre Dechine et enfin la famille Gabin. La vente est consentie en guise de dédommagement pour des droits réclamés par le commandeur sur des terres exploitées par les Lussault à proximité. Dès lors, la maison s'appelle la Lussaudrie et dépend de la commanderie de Beauvoir.
Au début du 17e siècle, elle appartient à Nicolas Pelisson, procureur des Eaux et forêts à Poitiers, puis passe à son fils, Pierre Pelisson, juge magistrat et garde des sceaux au présidial de Poitiers, et époux de Claude Faulcon. Le 12 mars 1654, Pierre Pelisson en rend une déclaration au commandeur de Beauvoir. La propriété consiste alors en "maison, grange et cour, coursoire, étable". Le 30 mai 1654, Pelisson la vend à Jehan de Clerville, avocat au présidial de Poitiers. Puis le 28 avril 1680, c'est Gabriel Daniau, avocat au présidial de Poitiers, et gendre de Clerville, qui rend une déclaration au commandeur en tant que propriétaire de la Lussaudrie. Il possède également le domaine voisin de Bois-Boutet.
La Lussaudrie doit d'ailleurs suivre ensuite le sort de ce domaine puisqu'en 1819, elle appartient encore à son propriétaire, en l'occurrence François Roy. Outre des bâtiments et cour (parcelle F 362), elle comprend une cour batresse (F 366), deux jardins (F 360 et F 365), une mare (F 363), une parcelle de vigne (F 355), quatre champs (F 356, 359, 361, 371), cinq prés (F 358, 364, 367, 368, 370) et une pâture (F 369). Légèrement enclavé dans le domaine, un champ situé sur la parcelle F 357 appartient à la veuve Goupy, propriétaire de la ferme voisine du Mars. A la mort de François Roy, le 12 janvier 1825, son gendre, Pierre Boudet, qui déclare le décès, demeure à la Lussaudrie. Le cadastre permet ensuite de connaître les propriétaires successifs de la ferme au 19e siècle : en 1839, elle passe à Pierre Roy, puis en 1852 à Pierre-André Rougnon, percepteur à Nouaillé. Jacques Mousseau, maire de Mignaloux-Beauvoir et propriétaire de Bois-Boutet, acquiert le domaine probablement au début des années 1870. En 1876, il reconstruit les bâtiments situés sur la parcelle F 362. En 1877, il construit une maison à l'emplacement d'un des jardins (parcelle F 365). En 1892, la propriété est divisée : les bâtiments cadastrés F 362 passent à Louis Mousseau, fils de Jacques. Les nouveaux bâtiments construits sur la parcelle F 365 sont vendus à Jean Masteau demeurant à Poitiers, puis à Pierre Coste à Charroux. En 1903, Louis Mousseau rachète ces bâtiments et reconstitue ainsi la propriété construite par son père. Il revend l'ensemble en 1909 à Sylvain Bouet-Guillot, marchand de cochons à Beauvoir. A cette époque, le nom de la ferme passe de "Lussauderie" à "Russauderie" puis "Renaudrie", avant de reprendre son nom d'origine. Actuellement, la ferme est toujours en activité. Seuls les bâtiments d'exploitation au sud de la cour ont conservé leur aspect du 19e siècle. Le logis, face à eux au nord, a été récemment remanié. La mare qui se situait en bordure de rue a été comblée.

Description

La ferme de la Lussauderie est composée de deux blocs de bâtiments se faisant face de part et d'autre d'une cour. Ils sont perpendiculaires à la rue. Au nord, le logis de la ferme a été très remanié. Des toits y sont accolés, à l'arrière et à l'est. Au sud de la cour, les bâtiments d'exploitation forment un second bloc. Une grange-étable à façade en pignon occupe la partie est, et un hangar métallique la partie ouest.

Documentation

● Archives

Archives départementales de la Vienne 2 H 2/44. 165 (?), 5 mai : déclaration rendue par Jean Clerville pour une maison et métairie appelée la Luzaudry.
Archives départementales de la Vienne 3 H 1/931. 1530, 9 décembre : vente par Lucas Lussault et Thérèse Bertrande au commandeur de Beauvoir d'une maison.
Archives départementales de la Vienne 3 H 1/932. 1654, 30 mai : vente de la Lussauderie par Pierre Pelisson et Claude Faulcon son épouse à Jehan Clerville.
Archives départementales de la Vienne 3 H 1/933. 1654, 12 mars : déclaration par Pierre Pelisson pour la maison et métairie appelée la Lussaudrie.
Archives départementales de la Vienne 3 H 1/933. 1680, 28 avril : déclaration par Gabriel Daniau pour la maison et métairie appelée la Lussaudrie.

● Bibliographie

Petit, Robert, Mignaloux-Beauvoir découvre son histoire. Mignaloux-Beauvoir : Mairie : Loisirs Animation Mignaloux-Beauvoir, 1994. P. 80
Rédet, M. L., Dictionnaire topographique du département de la Vienne, Paris : Imprimerie nationale, 1881. P. 241



logos CAP
consulter au centre régional de documentation du patrimoine de Poitou-Charentes