Vous êtes ici : Région Poitou-Charentes > Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes   > L'agglomération de Poitiers > Dossiers et illustrations
L'inventaire du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes

L'agglomération de Poitiers :
les 3 262 éléments du patrimoine étudiés


Dossiers et illustrations : dossier documentaire

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Mignaloux-Beauvoir / Gros Puits / 289, 293 et 305 route de la Rouartinière
Ferme dite "la Prévôté", actuellement maisons

photographie du dossier documentaire, voir légende
L'ancien logis et ses dépendances vus depuis le sud. © Région Poitou-Charentes - Communauté d’agglomération de Poitiers / Y. Suire, 2007.
Dossier documentaire réalisé à partir de l’enquête d’inventaire de 2007.

Historique

Cette ancienne ferme est située à l'emplacement de la métairie de la Prévôté, citée sous l'Ancien Régime et indiquée à cet endroit par une mention sur le cadastre de 1819. La métairie est mentionnée pour la première fois le 21 décembre 1668. A cette date, Suzanne Julliot l'aînée, Suzanne, Louise et Etienne Julliot, sans doute parents, vendent à François Barré, chanoine de l'église de Poitiers, et déjà propriétaire de la Rouartinière, une rente sur la maison et métairie de la Prévôté, située à Beauvoir. La Prévôté ne reste pas longtemps dans le giron de la Rouartinière. Elle change en effet encore de mains et le 30 avril 1680, elle appartient à Marie Lyet. Elle confronte alors "au chemin allant de la Bertelerie au Mars", soit le chemin rural qui passe encore aujourd'hui au nord de la propriété. La Prévôté semble ensuite liée au hameau voisin de la Bertellerie : le 20 juin 1768, la vente pour dettes des biens de Jean-Aymé Morineau comprend non seulement les bâtiments qu'il possède à la Bertellerie, mais aussi "la métairie de la Brequellerie vulgairement appelée la Prévôté". Couverts de tuiles creuses, les bâtiments consistent alors "en deux chambres et un grenier par dessus l'une et l'autre couverte de mauvais chevrons, plus à droite et y joignant une étable à boufs, une grange à côté et y touchant, puis un toit à brebis, un toit à cochons, une petite cour fermée de murs avec un four, et enfin un jardin derrière les bâtiments".
Peu avant la Révolution, la Prévôté revient dans le giron du domaine voisin de la Rouartinière, alors propriété de Jean Deguillon. Lorsque les biens de celui-ci, émigré, sont saisis comme biens nationaux puis vendus le 10 novembre 1794, ils comprennent quatre métairies, dont la Prévôté et en plus de la Rouartinière elle-même. L'acquéreur est Paul-Thimotée Doré, gendre de Jean Deguillon, et officier d'état civil de la mairie de Beauvoir. Doré est toujours propriétaire de la Prévôté sur le cadastre de 1819. A cette date, l'ancienne métairie comprend des bâtiments en L autour d'une cour (parcelle 265), une cour "batresse" ou à battre les blés (266), trois jardins (261, 263 et 267) et une vigne à l'ouest (262).
La ferme reste dans les mains des propriétaires de la Rouartinière jusqu'en 1883. A cette date, selon le cadastre, elle appartient à Jean Guillot, domestique à Beauvoir. Entre temps, les bâtiments de l'ancienne métairie ont été détruits au cours du 19e siècle. Ils ont fait place à un nouveau logis, soit le corps de ferme le plus ancien aujourd'hui observé. Une porcherie et ses dépendances y ont été accolées en 1902, d'après la date inscrite sur le bâtiment. Enfin, la maison située à l'ouest de l'ensemble a été édifiée au début du 20e siècle, supplantant dans sa fonction l'ancien logis de ferme. L'ensemble se compose aujourd'hui de trois habitations : la maison du début du 20e siècle, l'ancien logis de ferme et la porcherie transformée en partie habitable.

Description

Cette ancienne ferme comprend trois bâtiments disposés autour d'une cour, fermée sur la rue par une clôture et un portail. Le premier bâtiment, au nord, regroupe le logis le plus ancien. Il présente une façade à trois travées, avec porte centrale. A l'est du logis est accolé un volume plus bas. Il comprenait une grange ouvrant par une grande porte charretière, et probablement une étable dont la porte, la plus à l'est, a été murée. Des dépendances en appentis étaient aussi adossées au logis vers le nord. Dans leur partie haute se trouvait un grenier. Au nord de ce logis existe toujours un poulailler, et un ancien puits subsiste à l'est de la grange. L'ensemble est construit en moellons enduits et couvert d'un toit à longs pans en tuile creuse.
Le logis construit au début du 20e siècle à l'ouest de l'ancien, présente une façade à trois travées. La travée droite est saillante. Le logis dispose d'un sous-sol, d'un rez-de-chaussée surélevé et d'un étage carré, la travée droite étant même surmontée d'un comble ouvrant par une petite baie carrée. Au-dessus d'un solin en pierre de taille, la maison est construite en moellons enduits. Une alternance de briques et de pierre de taille marque les chaînages d'angle et les encadrements des baies, ainsi qu'un bandeau d'étage en briques. Le toit à longs pans est cette fois en ardoise. Au sud de la maison se trouve un jardin. Au nord-ouest subsiste un cabinet d'aisance en briques.
Le troisième bâtiment de cet ensemble est une ancienne porcherie de plan en L et de construction soignée : les baies qui l'éclairent sont couvertes par des linteaux en arcs délardés.

Précisions sur le décor

La girouette observée au-dessus de la porcherie représente un cochon.

Inscriptions

La date de construction de la porcherie, 1902, est portée sur le linteau de la porte perçant le mur pignon sud du bâtiment, visible depuis la route de la Rouartinière.

Documentation

● Archives

Archives départementales de la Vienne 3 E/3. 1768, 20 juin : mise en adjudication des biens de Jean-Aymé Morineau.
Archives départementales de la Vienne 2 H 2/44. 1668, 21 décembre : vente par Suzanne Julliot l'aînée, Suzanne, Louise et Etienne Julliot à François Barré, chanoine de l'église de Poitiers, d'une rente sur la maison et métairie de la Prévôté située à Beauvoir.
Archives départementales de la Vienne 3 H 1/933. 1680, 30 avril : déclaration rendue par Marie Lyet pour la métairie de la Prévôté.

● Bibliographie

Petit, Robert, Mignaloux-Beauvoir découvre son histoire. Mignaloux-Beauvoir : Mairie : Loisirs Animation Mignaloux-Beauvoir, 1994. P. 39, 94



logos CAP
consulter au centre régional de documentation du patrimoine de Poitou-Charentes