Vous êtes ici : Région Poitou-Charentes > Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes   > L'agglomération de Poitiers > Dossiers et illustrations
L'inventaire du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes

L'agglomération de Poitiers :
les 3 262 éléments du patrimoine étudiés


Dossiers et illustrations : dossier documentaire

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Mignaloux-Beauvoir / 2500 route de la Gare
Gare de Mignaloux-Nouaillé

photographie du dossier documentaire, voir légende
La gare vue depuis le sud. © Région Poitou-Charentes - Communauté d’agglomération de Poitiers / Y. Suire, 2007.
Dossier documentaire réalisé à partir de l’enquête d’inventaire de 2007.

Historique

Créée pour desservir les communes de Mignaloux-Beauvoir et Nouaillé, la gare de Mignaloux-Nouaillé porte leurs deux noms. Si elles ont toutes les deux contribué à part égale à son financement, la gare est située sur la commune de Mignaloux-Beauvoir, en bordure de Nouaillé. Le projet d'une gare à cet endroit remonte aux années 1860, alors que le projet de ligne Poitiers-Limoges est étudié par la Compagnie de chemin de fer d'Orléans. Une station à Nouaillé fut tout d'abord envisagée, puis abandonnée, ce contre quoi s'éleva le conseil municipal de Mignaloux dans une délibération du 2 juillet 1865. Mais la ligne Poitiers-Limoges fut mise en service en 1867, sans arrêt ni à Mignaloux ni Nouaillé. Le conseil municipal réitéra sa demande en 1875. Trois ans plus tard, le projet de gare fut repris dans le cadre de la construction de la ligne Poitiers-Le Blanc. La station de Mignaloux-Nouaillé fut alors prévue à la jonction des lignes Poitiers-Limoges et Poitiers-Le Blanc, ce qui entraîna des terrassements spéciaux et le détournement de deux chemins vicinaux. Le caractère argileux et humide du terrain rendit difficile les travaux de terrassement, adjugés le 9 août 1881 à Maurice Dupuy, entrepreneur à Huismes (Indre-et-Loire).
Vint ensuite la construction des bâtiments, dont le projet d'exécution date du 2 décembre 1881. Il s'élevait à 51000 francs et prévoyait : un « bâtiment pour les voyageurs », un « petit hangar d'attente », un « petit lieu isolé » (cabinet d'aisance), des trottoirs pour les voyageurs, des aménagements aux abords, une cour et sa clôture. Une maison de garde fut aussi prévue à l'est de la gare. Ces constructions furent prévues conformément aux types employés par la Compagnie d'Orléans. Ainsi, le bâtiment des voyageurs de Mignaloux-Nouaillé était de quatrième classe, celle des gares les plus petites. Cette normalisation concernait aussi les matériaux de construction, ici : le béton pour les fondations et le socle, la pierre de taille (notamment pierre de Chauvigny) pour certaines parties, la brique pour les cloisons, du mortier avec addition de ciment pour les enduits, l'ardoise d'Angers pour les toitures. Ces mêmes matériaux furent employés aux stations de Jardres et Saint-Julien-l'Ars, situées sur la ligne Poitiers-Le Blanc et également de quatrième classe. Les travaux des bâtiments de la station furent adjugés le 14 février 1882 à Léon Durand, entrepreneur à Tours. Un second hangar d'abri fut ajouté en 1883 : sa construction fut adjugée à Albert Giessen, constructeur mécanicien à Poitiers. Il s'agissait d'un abri à structure métallique, dallage en béton et bancs en chêne. On peut penser que l'ensemble des travaux de construction des divers bâtiments de la station furent menés à bien rapidement, puisque la section de chemin de fer de Nouaillé à Chauvigny ouvrit le 18 juin 1883.
Toutefois, ces travaux concernaient seulement une gare de voyageurs. Il fallut attendre le début du 20e siècle pour la mise en place d'un service pour les marchandises, réclamé dès 1880 et surtout à partir de 1892 par la commune. Le 27 janvier 1901, après plusieurs refus, la Compagnie de chemin de fer d'Orléans donna son accord à condition que la dépense de 12 000 francs soit supportée intégralement par les deux communes. Celles-ci y parvinrent grâce à un emprunt et à une souscription publique. Le 11 octobre 1902, la nouvelle gare de marchandise ouvrit au trafic. En 1930, un dépôt de d'hydrocarbures fut installé à proximité de la gare, au nord-est.
Le bâtiment des voyageurs tel qu'il subsiste aujourd'hui, a peu changé à l'extérieur. Seules deux des portes du rez-de-chaussée donnant sur la cour ont été transformées en fenêtres. Le lambrequin ornant la base de la toiture, visible sur les plans du projet d'exécution, aurait disparu, s'il a jamais été réalisé. L'intérieur n'a pas pu être observé. La cour qui précédait le bâtiment sert aujourd'hui de parking, et la station est toujours en activité.

Description

Le bâtiment des voyageurs de la gare de Mignaloux-Nouaillé se dresse en retrait par rapport à la route qui y mène, dégageant un espace autrefois occupé par une cour clôturée. Le bâtiment est construit en briques enduites, mais la pierre de taille apparaît sur les chambranles saillants, les angles de l'édifice, et les corniches moulurées séparant les niveaux. A la rencontre des chaînages d'angle, la corniche séparant le rez-de-chausée de l'étage forme des chapiteaux. Au-dessus d'un solin, qui continue sur les quatre côtés, la façade sur cour s'organise en deux niveaux et quatre travées. Les baies sont couvertes de linteaux en arc délardé. Les deux murs pignons présentent trois niveaux, le dernier étant percé d'un oculus éclaiant le comble. Seul le pignon est possède une fenêtre éclairant l'étage. L'élévation du bâtiment sur la voie ferrée, au nord, est identique à celle donnant sur la cour.

Inscriptions

Le nom de la station, Mignaloux-Nouaillé figure en plusieurs endroits sur la construction : sur les murs pignons au-dessus de la corniche séparant l'étage du comble, et sur l'élévation nord en-dessous de la corniche séparant le rez-de-chaussée de l'étage.

Documentation

● Archives

Archives départementales de la Vienne 5 S 129. 1881-1884 : ligne de chemin de fer Poitiers-Le Blanc, notamment lot spécial des terrassements de la station de Mignaloux avec plans.
Archives départementales de la Vienne 5 S 132. 1881-1885 : ligne de chemin de fer de Poitiers au Blanc, notamment construction de la station de Mignaloux, avec plans.
Archives départementales de la Vienne 5 S 134. 1882-1931 : ligne de chemin de fer de Poitiers au Blanc, notamment station de Mignaloux avec plans.
Archives municipales de Mignaloux-Beauvoir, registres des délibérations du conseil municipal. Séances en 1865, 1875, 1878, 1879, 1880, 1892 à 1895, 1901, 1902 et 1930

● Bibliographie

Petit, Robert, Mignaloux-Beauvoir découvre son histoire. Mignaloux-Beauvoir : Mairie : Loisirs Animation Mignaloux-Beauvoir, 1994. P. 121-122, 129



logos CAP
consulter au centre régional de documentation du patrimoine de Poitou-Charentes