Vous êtes ici : Région Poitou-Charentes > Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes   > L'agglomération de Poitiers > Dossiers et illustrations
L'inventaire du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes

L'agglomération de Poitiers :
les 3 262 éléments du patrimoine étudiés


Dossiers et illustrations : dossier documentaire

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Mignaloux-Beauvoir / route du Château
Château de la Cigogne

photographie du dossier documentaire, voir légende
Le château de la Cigogne vu depuis l'ouest. © Région Poitou-Charentes - Communauté d’agglomération de Poitiers / Y. Suire, 2007.
Dossier documentaire réalisé à partir de l’enquête d’inventaire de 2007.

Historique

Par son style architectural et par l'organisation de ses bâtiments anciens et actuels, le château de la Cigogne semble dater du 17e siècle. Il a toutefois pu être construit sur des éléments plus anciens, comme le laissent penser les restes d'escalier à vis dans le logis, et trois meurtrières à la base de la tour-pigeonnier. Au 17e sècle, le château devait se présenter sous la forme d'un logis encadré par deux ailes de communs, le tout délimitant une cour fermée. en 1622, Pierre Roatin, seigneur des lieux, acquiert par échange avec le prieur de Mignaloux "une terre située devant la grande porte de la maison de la Cigogne", ce qui laisse penser que la cour était déjà fermée par un portail. Ceci est d'ailleurs confirmé par une visite de la Cigogne réalisée en 1682. A cette date, le corps principal est encadré par deux pavillons puis par les deux ailes de communs qui se terminent par des pigeonniers. Des travaux ont dû être effectués en 1739, date inscrite sur la façade est du logis. C'est peut-être de cette époque que dataient les lambris et le trumeau peint observés à l'intérieur du château.
La disposition des bâtiments en U apparaît encore sur le plan cadastral de 1819, mais aussi sur un procès-verbal de visite de la Cigogne réalisé peu avant, en 1818. Ces deux documents mentionnent plusieurs bâtiments qui ont aujourd'hui disparu. On entrait dans le domaine à l'ouest par un portail donnant sur le chemin de Mignaloux à la vallée des Touches. De part et d'autre de l'entrée se trouvaient deux jardins. Puis, à gauche en entrant dans une première cour, s'élevait une grange-étable. A droite commençaient les dépendances de la métairie du château. en avançant vers l'est, on arrivait à un second portail percé dans un mur de séparation. Là commençait la cour principale, délimitée à l'est par le logis, au nord et au sud par deux ailes en retour d'équerre. Ces ailes étaient prolongées par des tours dont la partie haute était occupée par des pigeonniers. elles comprenaient toutes deux diverses dépendances. L'aile nord touchait au logis et abritait une grange et une cuisine. L'aile sud, indépendante, abritait les dépendances de la métairie du château qui se trouvait au sud, autour d'une "basse cour". On accédait à celle-ci par la porte charretière en plein cintre encore visible aujourd'hui. A l'est du logis s'étendait un grand jardin puis un très vaste enclos appelé "la Garenne". Le logis a fait l'objet de quelques reprises au milieu du 19e siècle, surtout au niveau de la toiture et de la lucarne côté est, qui porte la date 1853. L'ancien chemin qui reliait le bourg de Mignaloux et la vallée des Touches, et a été déplacé vers l'ouest, sur la route actuelle, en 1869, afin de libérer l'espace devant le domaine. Le portail d'entrée a alors disparu. C'est sans doute aussi à la suite de ce déplacement qu'un plan d'eau a été aménagé à l'ouest du château, et que, toujours pour dégager la vue, ont été détruites la grange-étable et les dépendances situées près de l'entrée du domaine. Présent sur des vues du début du 20e siècle, le plan d'eau n'existe plus aujourd'hui. L'aile nord des communs a disparu semble-t-il dès le 19e siècle. Il reste des ouvertures murées qui permettaient de passer de cette aile nord vers le logis. La tour-pigeonnier qui terminait l'aile nord s'est effondrée en 1936 et n'a pas été reconstruite. Le 16 janvier 1994, un incendie a détruit la toiture et une partie de l'intérieur du château. L'ensemble a depuis été reconstruit à l'identique.

Description

NB : Cette description s'appuie sur des photographies anciennes et sur les descriptions effectuées en 1978 et 1983 et reprises en 1994 par Robert Petit dans "Mignaloux-Beauvoir découvre son histoire".
Le domaine de la Cigogne se situe à l'est de la route reliant le bourg de Mignaloux à la Vallée des Touches. Il se compose d'un logis à l'est, d'une aile de communs au sud et, derrière celle-ci, encore plus au sud, d'une ancienne métairie. Le logis comprend un corps central flanqué de deux pavillons latéraux dans le même alignement. Surmontés de hauts toits à croupe et de chacun deux girouettes représentant des dauphins, il sont couverts en ardoise. Le pavillon nord ouvre vers l'ouest, sur la cour, par une travée qui se prolonge par une lucarne à deux fenêtres. Le même type de lucarne se retrouve sur l'autre pavillon, sur la travée de droite, puisque ce pavillon comprend cette fois deux travées. L'autre travée comporte un oeil-de-boeuf au rez-de-chaussée. Ainsi encadré, le corps principal du logis est couvert d'un toit à croupe qui allie la tuile plate au centre et l'ardoise sur les pourtours. La façade ouest, sur la cour, est ordonnancée. Elle ouvre par cinq travées. La travée centrale est surmontée par une lucarne identique à celles des pavillons. Cette travée comprend la porte d'entrée, accessible par un perron dont les balustres sont faites d'un empilement de briques plates roses. L'encadrement de la porte est mouluré, de même que le linteau qui repose sur des. La façade est, côté parc, est plus sobre, bien que rythmée de la même façon. Les pavillons sont éclairés chacun par deux travées, sans lucarne. Le corps de logis ouvre sur le parc par là encore cinq travées, avec une lucarne au-dessus de la travée centrale. Celle-ci comprend une porte. A l'intérieur du logis, différentes pièces étaient ornées de lambris. Une cheminée estimée de la fin du 17e siècle, se trouvait dans le salon du pavillon nord.
La cour qui s'étend à l'ouest du logis était encadrée par deux ailes, toutes deux se terminant par des pigeonniers ronds et à toit conique. L'aile sud, la seule encore en place, est percée d'une porte charretière en plein cintre qui donne accès à la seconde cour située au sud, celle de l'ancienne métairie. Les bâtiments de celle-ci s'étendent au sud de cette seconde cour. Entre le pigeonnier et la porte charretière de l'aile sud, on observe un puits ménagé dans l'épaisseur du mur.

Précisions sur le décor

Toutes les lucarnes sont surmontées d’un fronton triangulaire. La lucarne centrale de la façade est, côté parc, est surmontée d’une plaque de marbre encadrée par des ailerons à volutes et elle-même surmontée d’un fronton triangulaire. Sur les deux façades du logis, les baies des quatre travées latérales à l’étage sont ornées d’un arc en chapeau de gendarme. Dans une des pièces du château, on observait en 1978 un trumeau de glace pris dans des boiseries et portant une toile peinte du 18e siècle. Elle représentait une scène de danse. Dans le château se trouvait aussi une pierre sculptée dont la partie basse manquait, et représentant des armoiries : un blason portant deux fleurettes, soutenu par deux lions et surmonté par un heaume. Il s'agissait peut-être des armoiries de Xavier Baron de Vernon, propriétaire de la Cigogne de 1769 à 1779.

Inscriptions

La date 1739 est inscrite sur le linteau de la baie centrale à l’étage de la façade est du logis. La date 1853 est inscrite sur celui de la lucarne centrale de la même façade. Les initiales entrelacées MD, celle de Marchand-Duchaume, propriétaire au début du 19e siècle, apparaissent sur les garde-corps des baies d’étage des pavillons latéraux, côté ouest. La date 1853 est inscrite sur la lucarne centrale de la façade est. Cette lucarne porte aussi une plaque de marbre sur laquelle on peut lire : PERIGRINI SUMUS SICUT PATRES NOSTRI, soit "Nous sommes de pèlerins comme nos pères".

Documentation

● Archives

Archives départementales de la Vienne 2 H 1/24. 1617, 19 décembre et 1627, 8 décembre : aveux rendus par Pierre Roatin, seigneur de la Cigogne, à François de La Rochefoucault, abbé commendataire de l'abbaye de la Réau.
Archives départementales de la Vienne 3 H 1/931. 1459, 25 avril : vente d'une terre par Huguet Sabourin, charpentier au lieu de la Sigougne, à Maître Jehan Cadu, de Poitiers.
Archives départementales de la Vienne 3 H 1/933. 1662, 2 janvier : aveu rendu par Jacques Halus, sieur de la Cigogne, au commandeur de Beauvoir.
Archives départementales de la Vienne Q 257/1050. 1800, 3 mars : procès-verbal d'estimation du domaine de la Cigogne.
Région Poitou-Charentes, service régional de l'inventaire. 1968 : dossier "la Cigogne", notes de dépouillements d'archives.
Direction Régionale des Affaires Culturelles, Conservation des Monuments historiques, dossier "la Cigogne".

● Bibliographie

Petit, Robert, Mignaloux-Beauvoir découvre son histoire. Mignaloux-Beauvoir : Mairie : Loisirs Animation Mignaloux-Beauvoir, 1994. P. 34-38, 72, 78 et 108

● Annexe 0 :

Le domaine de la Cigogne ou "Sigogne" apparaît pour la première fois dans les archives vers l'an 1100. Un certain Rainaldus de Cigunnia est alors mentionné. La Cigogne semble ensuite désigner un hameau. En 1459, Jehan Cadu, juriste demeurant à Poitiers, achète à Huguet Sabourin, charpentier à la Sigogne, une terre relevant du commandeur de Beauvoir et située près du bourg de Mignaloux. C'est là qu'aurait été construit le château de la Cigogne, au 16e siècle. Celui-ci est alors le siège d'un fief initialement appelé "la Réau" ou "la Guichardière", comme le précisent deux aveux rendus par le seigneur de la Cigogne en 1617 et 1627.
Le domaine appartient au 16e siècle à Antoine Regnault, écuyer, seigneur de Traversay, conseiller au parlement de Bretagne, puis à son probable gendre, Jacques Porcheron, écuyer, seigneur de la Cigogne, époux de Julie Regnault. Le 18 mars 1598, Jacques Porcheron vend la Cigogne à Maurice Roatin, juge au présidial de Poitiers, maire de Poitiers de 1594 à 1595. Roatin achète par ailleurs les métairies de Sainte-Jeanne et de la Péraudrie. La Cigogne comprend donc désormais non seulement le futur château et la métairie principale ou "grande métairie" qui le jouxte, mais aussi ces deux métairies voisines. A Maurice Roatin succède son fils, Pierre Roatin, seigneur de la Cigogne, conseiller et juge au présidial de Poitiers. Comme son père, il est maire de Poitiers en 1625. C'est lui qui en 1617 et 1627 rend aveu pour son fief de la Cigogne auprès de l'abbé commendataire de l'abbaye de la Réau. Et c'est probablement lui qui fait construire le château tel qu'on peut encore l'observer aujourd'hui en grande partie.
En 1662, c'est Jacques Halus, conseiller et secrétaire du roi à Poitiers, qui possède la Cigogne. Selon l'aveu qu'il rend alors, elle consiste en « un grand corps de logis, salle basse, chambre haute et basse, cour, écuries », sans compter les trois métairies qui en dépendent. Le tout est la propriété en 1676 de Jean Pain, seigneur de la Fenestre. Le 24 septembre 1682, la Cigogne est saisie pour dettes au détriment des héritiers Pain. C'est alors probablement Jacques II Chauvelin, seigneur de Beauregard, militaire, qui rachète le domaine. En 1694, il est dit seigneur de la Cigogne. Son petit-fils, François-Sylvain Chauvelin, inspecteur des haras, meurt à la Cigogne le 20 août 1766, à 73 ans, tout comme son épouse, Marie-Catherine de Nuchèze, le 7 février 1748. Le 3 mai 1769, la Cigogne est vendue à Xavier Baron, seigneur de Vernon, qui, accablé de dettes, la revend le 2 janvier 1779 à Sara Creagh, veuve du baron irlandais Valentin Keating.
La veuve Keating s'installe au château de la Cigogne, mais c'est à Poitiers qu'elle meurt le 13 mai 1793. Deux de ses enfants et héritiers ayant émigré, la Cigogne est partiellement saisie comme bien national et vendue. Les autres héritiers, qui n'ont pas émigré, rachètent ensuite la part saisie. La Cigogne reste donc, en indivision, dans les mains de la famille Keating, notamment de Gualfrid ou Geoffroy Keating (1749-1842), premier maire de la nouvelle commune de Mignaloux-Beauvoir de 1800 à 1802, et de son frère Thomas, militaire, qui habite la Cigogne. L'indivision cesse en 1803 lorsque les héritiers Keating vendent le domaine à M. Marchand-Duchaume, ancien procureur à Poitiers.
En février 1818, la Cigogne est saisie pour dettes et vendue à la famille Chartier puis, dès le 16 octobre suivant, à Anne-Marie-Geneviève de Tudert. Il faut noter que celle-ci est par ailleurs propriétaire de l'ancienne église et de l'ancien cimetière de Mignaloux, qu'elle donne à la paroisse en 1822. A la même époque, elle achète la métairie de l'ancien prieuré de Mignaloux. A sa mort en 1830, la Cigogne et les métairies qui en dépendent sont léguées à son neveu, Emmanuel Hunault de la Chevallerie. Le 12 février 1846, il la revend à Hippolyte Bain de la Coquerie (1812-1876). C'est lui qui procède à des travaux au logis en 1853. En 1869, il obtient le déplacement du chemin de Mignaloux à la vallée des Touches, qui passait au pied du château, déplacé vers l'ouest, là où se trouve aujourd'hui la route. Hippolyte Bain de la Coquerie transmet la Cigogne à sa fille Gabrielle et à son gendre, Hilaire Parent de Curzon. Leurs descendants sont aujourd'hui toujours propriétaires de la Cigogne.

● Annexe 1 :

Extrait de l'aveu et dénombrement rendu par Pierre Roatin, seigneur de la Cigogne, à l'abbé de la Réau, le 8 décembre 1627, Archives départementales de la Vienne 2 H 1/24 :
Le "fief de la Sigougne entiennement appelé la Réau et la Guichardière consistant en ma maison noble et hôtel principal de la Sigougne aveq ses appartenances de jardins, bois tant en haute futaye que taillis, garennes, vignes, prés entiens et terres labourables qui sont autour de la ditte maison avec les bastiments, granges et cours de la grande mestayrie de la Sigougne, le tout entiennement appelé la Cousturie, le Cloux et Champs à Lamy et le Loup Resnier, joignant ensemble et renfermé de fossés » ; plus « toutes les appartenances et dépendances de ma ditte grande mestayrie ensemble ma mestayrie de la Peraudrye size audit village de la Sigougne aveq toutes ses appartenances qui sont ès environs de la paroisse de Mignaloux".

● Annexe 2 :

Extrait de l'aveu et dénombrement rendu par Jacques Halus, sieur de la Cigogne, au commandeur de Beauvoir, le 2 janvier 1662, Archives départementales de la Vienne, 3 H 1/933 :
"la maison noble de la Cigogne consistant en un grand corps de logis, salle basse, chambres hautes et basses, cours, coursoires, écuries et autres appartenances, jardins, prés, bois de futaie, taillis, terres, vignes, maison et métairie de la Cigogne avec ses appartenances de maisons, granges, étables, cours, coursoires et jardins". Parmi les confrontations, on note le chemin qui mène aux deux autres métairies et borderies de la Cigogne appelées la Perauderie et Saint-James.

● Annexe 3 :

Extrait du procès-verbal de visite de la Cigogne, le 24 septembre 1682, DRAC Poitou-Charentes, dossier "la Cigogne" :
"La maison consiste en un grand corps de logis couvert d'ardoises et de tuiles plates, composé de deux pavillons à chaque bout dans lequel il y a plusieurs chambres basses, chambres haultes, greniers pour le dessus, grande salle, cuisine, galerie, grande et petite écuries, cour, cellier, étables, granges, four, fourniou, deux colombiers fait en tourettes, puy, dans la ditte cour grand portail pour entrer dans la cour et corps dudit logis, et une porte ronde à côté (...), plus un petit jardin renfermé de murailles touchant au dit corps de logis, plus un autre grand jardin ou l'on entre, sortant du petit aussi renfermé de murailles".

● Annexe 4 :

Extrait du procès-verbal d'estimation de La Cigogne, le 12 ventôse an 8 (3 mars 1800), Archives départementales de la Vienne, Q 257/1050 :
"Le principal manoir consiste au rez-de-chaussée en cinq chambres à feu, un vestibule, un cabinet, deux offices et une cuisine ouvrant sur la cour. Au second, deux chambres à feu, un cabinet et des galetas régnant sur le tout, servant tant aux maîtres qu'aux domestiques, et réunissant plusieurs servitudes à l'usage de la ditte maison. Les dits bâtiments et cour contiennent environ trois boisselées en superficie (...). Les bâtiments de la grande métairie de la Cigogne attenant à la ditte maison, consistant en logement de colons, cour, grange, étables et autres servitudes en partie en mauvais état, contenant en superficie environ une boisselée".

● Annexe 5 :

Extrait du procès-verbal de saisie de la Cigogne, le 9 février 1818, DRAC Poitou-Charentes, dossier "la Cigogne" :
"Une barrière ouvrant à deux battants soutenue par deux montants en pierre de taille. Cette ouverture donne sur le chemin qui va de Mignaloux à Anxaumont à droite. Ensuite vient une cour de métayer pour l'exploitation de la métairie de la cour. A droite en entrant dans cette cour se trouvent trois petits toits avec chacun leur fermeture et un four. Ensuite le logement du métayer avec une porte, une fenêtre et fermetures. Grenier par-dessus avec fenêtres et fermetures. Dans lequel logement de métayer habite le nommé Chauvigneau chargé d'exploiter la métairie de la cour. Vient après et toujours à droite un grand toit à brebis, un petit cuvier avec chacun leur porte de fermeture, plus une porte avec fermeture pour entrer dans un jardin (...). A gauche entrant dans la cour dont il s'agit est une étable à boufs avec deux portes dont la seconde ouvre à deux battants. Sur cette étable est un fenil dont l'entrée se trouve dans la grange.
Ensuite de la cour ci-dessus désignée est un mur de séparation au milieu duquel se trouve une barrière à deux battants soutenue par deux montants en pierre de taille, par laquelle barrière on entre dans une cour appelée la cour du maître. A droite en entrant dans cette cour est une tourette couverte en ardoises dont le haut est destiné à faire un colombier et le bas une buanderie dans laquelle on entre par une porte qui a sa fermeture. Ensuite se trouve un petit enfoncement dans le mur ou est un puit. Plus loin et toujours à droite est une arcade qui conduit dans une basse cour dans laquelle à droite en entrant sont deux petits toits avec chacun leur porte et fermeture. Vis-à-vis l'arcade qui sert d'entrée à cette cour, est une grande barrière qui donne dans la renfermée de la garenne. A droite de cette barrière en entrant par la garenne est un grand hangar. Ensuite a un cuvier avec porte et fenêtre et leurs fermetures. A gauche en entrant dans la dite basse cour est un toit à brebis avec porte et fermeture. Plus loin entre le toit et le cuvier est une porte avec fermeture qui conduit dans le jardin de la maison de maître (...).
Dans la cour de maître (...) et après l'arcade (...) est une grange ayant une petite porte ouvrant à deux battants et deux fenêtres dont une de chaque côté de la porte, le tout avec fermeture. Viens après et toujours à droite un logement de métayer auquel est une porte et fermeture. Ledit logement habité par le nommé Bertaud (...).
A gauche en entrant dans la susdite cour de maître est une tourette pareille à celle de droite, dans le haut de laquelle est un colombier et dans la base sont des bâtiments où on entre par une porte garnie de fermeture. Une grange dont l'ouverture est vis-à-vis l'arcade qui conduit à la basse cour dont il a été ci devant parlé, la fermeture de cette grange n'est pas en bon état. Ensuite sont deux cuviers avec chacun leur porte et fermeture, et fenil par dessus aussi avec fenêtre et fermeture. Vient ensuite toujours à gauche un bâtiment attenant à la maison de maître avec une porte et sa fenêtre aussi avec fermeture et deux autres croisées hautes, le bout dudit bâtiment servant de cuisine.
A l'extrémité de la susdite cour de maître et vis-à-vis avec l'entrée est un escalier en pierre qui conduit sur un plafond, le long duquel est un mur d'appui du côté de la cour. Et de l'autre est la maison de maître qui consiste en un corps de logis couvert en tuiles plates avec un pavillon de chaque côté couvert en ardoise. A chaque pavillon sont trois fenêtres dont deux hautes et une basse, plus au pavillon de droite en entrant une petite fenêtre et un oeil-de-boeuf. Au corps de logis est une porte ouvrant à deux battants et cinq croisées dont une haute et quatre basses.
Les susdits bâtiments, maison de maître, de colon, servitudes et cour ci-dessus contiennent à peu près un hectare trente sept et sont couverts de tuiles courbes à l'exception de ceux désignés ci-dessus.
Derrière la susdite maison de maître est un jardin (...) divisé en jardins haut et bas par un mur de séparation au milieu duquel est une ouverture avec deux escaliers. Ledit jardin contenant en totalité environ cinquante-trois ares. Au bout de ce jardin et vis-à-vis de la maison de maître est une barrière ouvrant par deux montants en pierre de taille qui conduit du jardin dans un grand enclos appelé le renfermé de la garenne, entouré de toutes parties par un fossé, buisson, arbres, têtards et de haute futaies (...).
A droite en entrant par la première barrière située sur le chemin de Mignaloux à Anxaumont à droite et qui sert de principale entrée au domaine de la Cigogne et notamment à la cour de la métairie, est un jardin dans lequel on entre par la petite porte dont est ci devant parlé et qui se trouve immédiatement après celle du petit cuvier existant dans ladite cour après le logement du métayer (...). A gauche de ladite cour est un autre jardin qui a son entrée sur le chemin de Mignaloux à Anxaumont à droite, ledit jardin dépend aussi de la métairie de la cour, confronté d'une part à la grange et au mur de la métairie de la cour, d'autre au chemin de Mignaloux à Anxaumont à droite, et au renfermé de la garenne".



logos CAP
consulter au centre régional de documentation du patrimoine de Poitou-Charentes