Vous ętes ici : Région Poitou-Charentes > Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes   > L'agglomération de Poitiers > Dossiers et illustrations
L'inventaire du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes

L'agglomération de Poitiers :
les 3 262 éléments du patrimoine étudiés


Dossiers et illustrations : dossier documentaire

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Mignaloux-Beauvoir / Brazoux / 1245 et 1291 route de Brazoux
Ferme

photographie du dossier documentaire, voir légende
Le portail et, à l'arrière, l'ensemble des hangar et toits du 19e siècle, depuis le sud. © Région Poitou-Charentes - Communauté d’agglomération de Poitiers / A. Royer, 2007.
Dossier documentaire réalisé à partir de l’enquête d’inventaire de 2007.

Historique

Le lieu-dit est cité pour la première fois en 1320 sous le nom "Brazor", puis "Brazour" en 1333, "Brazou" en 1535. A cette date, Pierre et Gilles Pouvrins, frères, demeurant au "village de Brazou", qui dépend de l'abbaye de la Trinité de Poitiers. Parmi ses habitants est mentionné Jehan Chaumeron dont les biens sont inventoriés, après décès, le 25 janvier 1625. L'année suivante, le 13 juin 1626, Pierre, Laurent et Hilaire Pouvrier ainsi qu'Anne Montenay, veuve de Pierre Touffou, rendent déclaration à l'abbaye de la Trinité pour leurs maisons, granges, toits, étables, cours, courtillages, jardins, prés, bois, vignes et terres situés à Brazou. Ils sont imités le 31 juillet 1697 par Etienne Montenay, sieur de Thorüe, avocat au présidial de Poitiers.
La métairie de Brazou apparaît ensuite sur le cadastre de 1819 (parcelle E2 141), avec trois jardins (E2 135, 139 et 140), une aire à battre (E2 142), deux prés (E2 137 et 143), un champ (E2 136) et une mare (E2 135). Le domaine s'étend alors sur l'ensemble du hameau actuel, et comprend quatre ensembles de bâtiments : ceux situés à l'est correspondent aux actuels n° 1295 et 1325 ; ceux situés à l'ouest correspondent aux n° 1245 et 1291. En 1819, l'ensemble appartient à Madame Descourtils, demeurant à Poitiers. En 1840, il passe au comte Delafaire, demeurant à Poitiers, puis en indivision aux membres de la famille Maillet. Vers 1890, l'un d'eux, Jean Gendreau-Maillet rachète une grande partie de la propriété. Pendant ce temps et après, d'importantes transformations ont lieu au cours des 19e et 20e siècles. Concernant les actuels n° 1245 et 1291, si la grange située à l'est de la cour semble avoir été conservée, au moins dans son implantation, le logis au sud-est a été remplacé par deux logements jumeaux. D'autres constructions ont été ajoutées : un ensemble de dépendances alignées (hangar, grange, toits à animaux) au nord-ouest, et d'autres toits au sud. Aujourd'hui, l'ensemble comprend deux propriétés distinctes.

Description

Les bâtiments de cette ferme sont disposés autour d'une cour, dont l'accès est marqué par un portail à piliers maçonnés. Le logis originel de la ferme se trouve dans le corps de bâtiment situé à droite en entrant, en retrait par rapport à la voie. Après avoir été un logement unique, il a été divisé en deux logements jumeaux. En volume, ce corps de bâtiment comprend une partie centrale couverte d'un toit à longs pans et croupe, et trois volumes accolés couverts en appentis, de taille diverse. Ces deux logements sont en rez-de-chaussée surélevé, la porte d'entrée étant latérale et en haut d'un escalier. La façade de chacun de ces logements présente une porte et une fenêtre, au-dessus desquelles se trouvent de petites baies rectangulaires éclairant le comble. Le volume couvert en appentis situé à l'ouest du volume principal ouvre lui aussi par une porte et une fenêtre. Au nord de cet ensemble se trouve une grange, dont la façade sur le mur gouttereau ouvre à l'ouest, sur la cour. Sa toiture est en matériau synthétique. De l'autre côté de la cour, une vaste construction de plan en L regroupe un hangar à poteaux de bois et des toits à animaux (écurie, étable, bergerie ?), surmontés d'un grenier. L'ensemble est couvert par un toit à longs pans qui, excepté le hangar, est en ardoises. Au fond de la cour face au portail, se trouve un logement récent, devant lequel subsiste un ancien puits. Un four est aussi présent dans la propriété.

Documentation

● Archives

Archives départementales de la Vienne 2 H 2/41. 1697, 31 juillet : déclaration rendue par Etienne Montenay, sieur de Thorüe, avocat au présidial de Poitiers, pour les maisons, grange, étables du lieu de Brazou, toits, cours, coursoirs, entrées, issues, vergers et closures les entourant.
Archives départementales de la Vienne 2 H 2/43. 1535, 11 avril : Pierre et Gilles Pouvrins, frères, demeurent au village de Brazou, lors d'une transaction avec l'abbaye de la Trinité.
Archives départementales de la Vienne 2 H 2/43. 1625, 25 janvier : inventaire après décès des biens de Jehan Chaumeron, laboureur au village de Brazou.
Archives départementales de la Vienne 2 H 2/43. 1626, 13 juin : déclaration par Pierre, Laurent et Hilaire Pouvrier et Anne Montenay veuve de Pierre Touffou pour les maisons, granges, toits, étables, cours, courtillages, jardins, prés, bois, vignes et terres situés à Brazou.
Archives départementales de la Vienne 2 H 2/43. 1690, 22 avril : pièces (constat médical, enquête) relatives au décès par arme à feu de Jean Métais, arrivé au village de Brazou.

● Bibliographie

Petit, Robert, Mignaloux-Beauvoir découvre son histoire. Mignaloux-Beauvoir : Mairie : Loisirs Animation Mignaloux-Beauvoir, 1994. P. 76



logos CAP
consulter au centre régional de documentation du patrimoine de Poitou-Charentes