Vous ętes ici : Région Poitou-Charentes > Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes   > L'agglomération de Poitiers > Dossiers et illustrations
L'inventaire du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes

L'agglomération de Poitiers :
les 3 262 éléments du patrimoine étudiés


Dossiers et illustrations : dossier documentaire

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Mignaloux-Beauvoir / le Breuil-l'Abbesse / route de Chauvigny
Hameau du Breuil-l'Abbesse

photographie du dossier documentaire, voir légende
La route de Chauvigny traversant le Breuil-l'Abbesse. © Région Poitou-Charentes - Communauté d’agglomération de Poitiers / Y. Suire, 2007.
Dossier documentaire réalisé à partir de l’enquête d’inventaire de 2007.

Historique

Le hameau du Breuil-l'Abbesse est, avec le vieux bourg de Mignaloux et l'ancien bourg de Beauvoir, un des regroupements d'habitations les plus anciens et les plus importants de la commune. Il était depuis le début du Moyen Age le siège de deux seigneuries ecclésiastiques, l'une relevant de l'abbaye Sainte-Croix de Poitiers, l'autre de l'abbaye de la Trinité. En 964, Agnès, comtesse du Poitou, avait fait donation à l'abbaye de la Trinité qu'elle venait de fonder, de plusieurs villages et hameaux dont celui de "Brolium". Quant à la présence de l'abbaye Sainte-Croix au Breuil l'Abbesse, sa première mention date de 1165. Chacune des deux abbayes avait matérialisé son autorité par une métairie portant son nom, et par la concession de terres à l'origine des métairies et domaines alentours. Celles-ci devaient alors verser des droits aux deux abbayes de tutelle Cette cohabitation des deux abbayes dans le même hameau a créé de nombreux contentieux sur les limites de leurs biens. Un de ces litiges prend fin par exemple le 2 mai 1605 lorsqu'elles s'entendent pour délimiter leurs terres.
Le développement de métairies dépendant des deux abbayes, remonte aussi au Moyen Age. En 1298, Constantion Hélie, chanoine de Saint-Pierre-le-Puelier de Poitiers, possède ainsi un « hébergement » au Breuil-l'Abbesse, dépendant de l'abbaye Sainte-Croix. La concession de terres se poursuit au 14e et surtout au 15e siècle, après la guerre de Cent ans. Le 15 janvier 1429, l'abbaye Sainte-Croix arrente ainsi à Huguelin Pinaudeau, de Poitiers, une « vouste » [ ? ] située au village du Breuil-l'Abbesse, avec les terres en dépendant. Le 26 décembre 1499 encore, l'abbaye fait don d'une terre à Pierre Garnier, bachelier ès lois à Poitiers, pour toute sa vie et celle de ses enfants.
Cette politique de concession aboutit à la création d'un véritable hameau, qui s'étend jusqu'à la Trinité et à la Boulandrie au sud-ouest, à la Chabotterie et à Frécoutant à l'ouest. Il comprend plusieurs fermes et métairies dont la localisation précise n'est pas toujours possible, et qui ont pu disparaître depuis. Le 5 octobre 1371 par exemple, Jean Guilhot, de Mignaloux, vend à Jehan Bloy, de Saint-Sornin, pour 70 sous, une maison et ses dépendances au Breuil l'Abbesse, ayant appartenu autrefois aux Pain, et touchant à la maison de l'acheteur et à « la maison noble » du Breuil-l'Abbesse (qui peut être la métairie Sainte-Croix). Le 10 novembre 1433 encore, Jean Robin le jeune cède à titre d'échange à Gilet Guybé et Jeanne Robin sa femme, une maison au Breuil l'Abbesse avec toutes ses dépendances, confrontant notamment à la « maison Frecostant » (actuel auberge), d'autre à la maison de Jean Reguilleau, d'autre à celle de Perrot Reguilleau. Le 8 novembre 1456, Gillet Guibé cède cette même maison à titre d'échange à Pierre Germain, marchand à Poitiers. L'acte concerne aussi des terres qui confrontent à l'hôtel de Etienne Gillier (c'està-dire aux Rosiers) et à la « croix Boutelant » [ ? ]. Parmi les autres lieux et bâtiments cités mais difficiles à identifier, on relève « une vieille chapelle appelée la chapelle Sebillette », mentionnée dans une description des biens de l'abbaye de la Trinité vers 1580. Le 27 février 1715 enfin, une déclaration est rendue par Jacques Andin, marchand, époux de Marie-Thérèse Beziau, et par Antoine Girault, marchand, époux de Anne-Simone Beziau, héritiers de Jacques Beziau de Villefleur, pour les terres dépendant de la métairie de la Grange, située dans le fief du Breuil-l'Abbesse, et acquise par Beziau le 14 juin 1677. Outre ces métairies, le hameau comprenait des carrières. Mentionnées dès le Moyen-Age, elles alimentaient la ville de Poitiers.
Le hameau a conservé queqlues traces de cette période d'Ancien Régime dans certains bâtiments. L'atlas de Trudaine, établi au milieu du 18e siècle, puis le plan cadastral de 1819 figurent quelques maisons et fermes le long de la route de Limoges, entre Frécoutant à l'ouest et la Moulinerie à l'est. Mais la plupart des bâtiments actuels datent des 19e et 20e siècles. Des maisons individuelles sont venues grossir le hameau dans le dernier quart du 20e siècle. Un lotissement est actuellement en construction au nord-ouest.

Description

Le hameau du Breuil-l'Abbesse s'étire le long de la route de Chauvigny. La plupart des constructions sont situées de part et d'autre de cet axe. D'autres ont pris place au bord de deux rues qui aboutissent à la route de Chauvigny : l'impasse du Breuil-l'Abbesse au nord, la rue de la Chaboterie au sud.

Documentation

● Archives

Archives départementales de la Vienne 2 H 1/24. 1298-1581 : fonds de l'abbaye Sainte-Croix de Poitiers, copies de sentences, de ventes, d'échanges et autres actes concernant des maisons et des terres au Breuil-l'Abbesse.
Archives départementales de la Vienne 2 H 2/37 à 42. 14e-18e siècles : fonds de l'abbaye de la Trinité de Poitiers, domaines et droits de l'abbaye au Breuil-l'Abbesse, titres de propriété, procédures, déclarations, papiers d'assises.

● Bibliographie

Boissonnade, Prosper. "Essai sur l'organisation du travail en Poitou depuis le XIe siècle jusqu'à la Révolution". Mém. soc. Antiquaires de l'Ouest, 2ème s., t. 21, 1898. P. 324



logos CAP
consulter au centre régional de documentation du patrimoine de Poitou-Charentes