Vous êtes ici : Région Poitou-Charentes > Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes   > L'agglomération de Poitiers > Dossiers et illustrations
L'inventaire du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes

L'agglomération de Poitiers :
les 3 262 éléments du patrimoine étudiés


Dossiers et illustrations : dossier documentaire

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Mignaloux-Beauvoir / le Bourg / 194 et 196 route du Château
Ecole privée, actuellement maison et centre de formation

photographie du dossier documentaire, voir légende
La cour, les salles de classe et, à droite, la dépendance vues depuis le nord-ouest. © Région Poitou-Charentes - Communauté d’agglomération de Poitiers / Y. Suire, 2007.
Dossier documentaire réalisé à partir de l’enquête d’inventaire de 2007.

Historique

Le projet de création d'une école dans le bourg de Mignaloux remonte à 1850. A cette date, la municipalité ayant du mal à trouver des locaux scolaires, M. Bain de la Coquerie, propriétaire de la Cigogne, propose de fournir les bâtiments nécessaires pour l'habitation de deux religieuses chargées d'instruire l'une les garçons, l'autre les filles, dans un local séparé. La congrégation de la Salle de Vihiers (Maine-et-Loire) est pressentie. Le conseil municipal accepte ces propositions et engage des frais pour réparer les bâtiments que M. Bain met à disposition. Ces bâtiments consistent en un cellier et une étable à boufs, près de l'église de Mignaloux avec la petite cour entre les deux et le droit de puisage au puits de la ferme de Mignaloux. L'ouverture des classes est prévue pour le 1er novembre 1850, mais rien n'atteste ensuite de son effectivité.
Le désaccord survenu en 1871 entre la municipalité et M. Bain de la Coquerie au sujet de la cession d'un terrain pour la construction de l'école, semble aboutir à la création d'une école privée, concurrente de l'école publique, toutes deux situées de part et d'autre de la route de Limoges. En 1902, cette opposition est relevée dans un échange de lettres entre le maire et le préfet. L'école privée, créée en 1898, est alors tenue par deux religieuses des filles de la Charité du Sacré-Coeur de Jésus qui assurent l'assistance aux malades et l'instruction des filles. L'école se trouve dans des bâtiments nouvellement construits sur des terrains appartenant à la Cigogne. Elle sert d'infirmerie pendant la guerre 1914-1918. En octobre 1937, alors que son unique classe comprend douze élèves, cette école privée ferme ses portes. Pendant la guerre de 1940, les bâtiments accueillent des réfugiés. En 1950, les locaux, qui appartiennent désormais à l'évêché, sont loués à la municipalité pour abriter une classe et une cantine, la place manquant à l'école publique. C'est là aussi que des séances de théâtre et de cinéma sont proposées dans les années 1950 par l'amicale des anciens élèves de l'école publique. Les locaux sont aujourd'hui le siège du centre de formation Pierre-Audouy.

Description

Cette ancienne école primaire privée comprend deux parties. Au nord-est se trouve un ancien logement d'enseignant. Couvert en ardoise, et présentant un étage carré, il ouvre sur une cour et un jardin au nord-ouest par deux travées et trois baies au rez-de-chaussée. Cette disposition se retrouve sur la façade arrière, à l'est. Les encadrements des baies sont saillants. Dans le prolongement de ce logement, vers le sud-ouest, deux corps de bâtiment disposés en L encadrent une cour. L'aile est, aussi couverte en ardoises, a visiblement abrité les salles de classe, comme le laisse penser la forme de ses ouvertures sur la cour, hautes et larges. Ces baies, aux encadrements saillants, sont au nombre de six, dont deux portes. A l'arrière, côté est, le bâtiment ouvre par deux portes surmontées de manière symétrique par quatre baies qui éclairent un comble. L'autre aile, au sud-ouest, a sans doute servi de dépendance. Elle est couverte d'un toit à croupe et en ardoises.

Précisions sur le décor

Au-dessus de la porte du logement d'enseignant, une niche à arc en plein cintre abrite une petite croix en pierre.

Documentation

● Archives

Archives municipales de Mignaloux-Beauvoir, registres des délibérations du conseil municipal. Séance du 10 août 1902

● Bibliographie

Petit, Robert, Mignaloux-Beauvoir découvre son histoire. Mignaloux-Beauvoir : Mairie : Loisirs Animation Mignaloux-Beauvoir, 1994. P. 116 à 118

● Annexe 1 :

Extrait de "la Semaine religieuse", 1898, p. 802-803 :
"Le dimanche 27 novembre a eu lieu à Mignaloux la clôture d'une mission préparée par un fils de Saint-François le R. P. Fidèle (...). La mission s'est terminée par la plantation d'une croix généreusement offerte par une famille de la paroisse et sur laquelle a été attachée un magnifique Christ en fonte de grandeur naturelle (...). Quelques semaines auparavant, M. le Doyen de Neuville, ancien curé de Mignaloux, bénissait le magnifique local qu'une pieuse bienfaitrice a fait construire pour y installer une école de filles sous l'habile direction des bonnes soeurs de la Salle de Vihiers (Maine-et-Loire) (...)".



logos CAP
consulter au centre régional de documentation du patrimoine de Poitou-Charentes