Vous ętes ici : Région Poitou-Charentes > Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes   > L'agglomération de Poitiers > Dossiers et illustrations
L'inventaire du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes

L'agglomération de Poitiers :
les 3 262 éléments du patrimoine étudiés


Dossiers et illustrations : dossier documentaire

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Croutelle
Maisons et fermes

photographie du dossier documentaire, voir légende
Maisons de bourg, 41 et 43 Grand-Rue. © Région Poitou-Charentes - Communauté d’agglomération de Poitiers / G. Renaud, 2007.
Dossier documentaire réalisé à partir de l’enquête d’inventaire de 2006.

Historique

La commune de Croutelle comptait 29 feux en 1759 ; 30 en 1790 ; 66 logements en 1949 ; 92 en 1962 ; 183 en 1990 et 265 en 1999. Beaucoup de maisons du village placées en bordure de l'ancienne route nationale ont été rebâties ou partiellement rebâties, au moment de l'élargissement de celle-ci en 1789, puis en 1879.
L'étude d'inventaire a consisté à recenser systématiquement les maisons antérieures à 1950. D'après la documentation et l'observation des façades (les intérieurs n'ont pas été vus mais pourraient révéler d'autres éléments de datation) ou les indications fournies par les sources :
- 4 peuvent avoir des éléments du 17e siècle : 44, 48, 46 et 50 Grand-Rue.
- 8 peuvent avoir des éléments du 18e siècle : 49 bis, 56, 57, 80, 82, 86, 90 et 92 Grand-Rue.
- 43 datent du 19e siècle, dont 20 de la 1ère moitié (13 du 1er quart et 7 du 2e quart), 4 du milieu et 14 de la seconde moitié (3 du 3e quart et 7 du 4e quart).
- 11 datent du 20e siècle.
Aucune maison ne porte de date. Nous ne possédons pas de sources pour les 17e et 18e siècles, mais pour le 19e siècle les archives, en particulier les matrices cadastrales, indiquent des dates précises de construction, d'agrandissement ou de réaménagement : 13 pour la première moitié du 19e siècle, 1837, 1839 (2 fois), 1841, 1842, 1844 (6 fois), 1849 (2 fois) ; 15 pour la seconde moitié du 19e siècle, 1852, 1861, 1868, 1869, 1871, 1872, 1873, 1874, 1876, 1877 (2 fois), 1879, 1881, 1883, 1887.
Les maîtres d'oeuvre de ces constructions sont inconnus. Seuls Camille et Félix Gault, entrepreneurs mentionnés dans les sources, interviennent fréquemment au début du 20e siècle pour la municipalité et sans doute également pour des particuliers.

Description

Situation et composition d'ensemble
Les habitations recensées concernent 62 maisons et 4 fermes, pour la majorité situées dans le bourg. Quatre seulement sont en écart, à la Tricoterie, en bordure de la route nationale et une autre, détruite récemment, était isolée en bordure de cette même route. La majorité d'entre elles sont pourvues d'un espace libre, cour ou jardin, parfois les deux, placé à l'arrière. Beaucoup sont accompagnées de remises ou de communs.
La plupart des habitations (45) ont leur façade en bordure de la rue, les autres étant placées légèrement en retrait ou pour quelques unes en fond de jardin (6), plus rarement perpendiculairement à la voie (2).

Matériaux
Exceptées 6 maisons, datant du 20e siècle, qui ont apparemment été construites en béton enduit, les autres sont en moellons de calcaire couverts d'un crépi, avec des chaînes d'angle et des encadrements d'ouvertures en pierres de taille, rarement en bois. Deux maisons seulement, 43 et 90 Grand-Rue, ont une façade en pierres de taille, leurs autres élévations étant en moellons. Les toitures qui sont des longs pans (pour 9 d'entres elles pourvues d'une ou de deux croupes) sont couvertes de tuiles creuses (ou l'étaient avant d'être remplacées par de l'éverite pour 3 d'entre elles), sauf pour 5 maisons dont la toiture est en ardoises et 10 en tuiles mécaniques, ces dernières datant de la fin du 19e ou du 20e siècle.

Les logements
Leur emprise au sol est très variable, les plus vastes étant souvent liés à une activité commerciale.
La plupart des logements ont un étage carré au-dessus du rez-de-chaussée : 84, 6 °/°, dont près de la moitié ont en plus un comble à surcroît. Les logements en rez-de-chaussée sont peu nombreux et situés en limite ou à l'extérieur du bourg : 15,38 °/° dont plus des deux-tiers ont, en plus, un comble à surcroît.
Leur façade est un mur gouttereau, excepté pour 6 d'entre elles qui ont un mur pignon en façade (comme au n° 57 Grand-Rue), dont les deux-tiers sont des maisons du 20e siècle. Dans la majorité des cas la façade ne présente pas une organisation régulière : 63,63 °/° d'entre elles. Leur largeur est variable et les ouvertures ne sont pas toutes disposées en travées. Les maisons avec façade à travées représentent 28,78 °/° des maisons recensées (en majorité à 1 ou 2 travées, 6 à 3 travées et 3 à 4 ou 5 travées) et seulement 7,57 °/° ont une façade ordonnancée et symétrique (à trois travées celle du centre comprenant la porte, ou à deux travées plus la porte entre les deux). Les portes sont souvent latérales, rarement au centre de la façade (8) ou décentrée (10). Parfois la présence d'une large porte charretière incite à penser qu'un passage couvert, traversant la maison, permet d'accéder à la cour ou au jardin à l'arrière, comme aux 37 et 45 Grand-Rue. Dans trois cas (24, 37 et 50 Grand-Rue), les baies du surcroît sont des oculi.
Le décor est rare, seules 3 façades présente un bandeau entre les niveaux et 6 une corniche moulurée au sommet du mur. On compte cependant 17 maisons dont la ou les fenêtres de l'étage présentent un appui saillant mouluré ; 9 autres, construites ou remaniées au 20e siècle, ont des appuis de fenêtres saillants en béton.

Les fermes
Les édifices pouvant être identifiés comme d'anciennes fermes sont au nombre de quatre (dont une détruite récemment), l'ancienne métairie de la Berlanderie ayant été transformée à de nombreuses reprises et ne pouvant entrer dans le cadre d'une typologie. Deux sont dans le bourg, situées l'une à l'extrémité sud, l'autre à l'extrémité nord. Les deux autres sont en bordure de la R. N. 10, à la Tricoterie et à la Maison-Rouge. La plus ancienne, 57 Grand-Rue, est de plan massé, logement et grange étant dans un même corps de bâtiment de plan carré, couvert d'une même toiture et dont la façade est un mur pignon ouvrant à gauche sur la partie logement et à droite sur la grange. Une autre est constituée de plusieurs corps de bâtiments accolés, à toitures différentes, auxquels s'ajoute un four séparé. Les deux dernières, 2 Grand-Rue et à Maison-Rouge, formaient à l'origine un bloc en longueur, partie habitation et dépendances étant dans le prolongement l'une de l'autre, couvertes par une même longue toiture. La première, placée en bordure de la rue, a été agrandie à l'arrière par des constructions perpendiculaires. La seconde, placée perpendiculairement à la route, a été augmentée plus tard de divers bâtiments séparés dont une grange et un hangar.

Typologie des maisons
Les maisons présentent des caractéristiques qui permettent de les classer en plusieurs familles.
Le type le plus représenté est la maison de bourg (29 maisons, soit 46,77 °/° des maisons recensées), ce qui est logique puisque la commune ne possède que très peu d'écarts. Elles sont toutes implantées en bordure de la Grand-Rue, avec une cour ou un jardin à l'arrière mais pratiquement pas de bâtiments annexes. Leurs façades sont placées dans l'alignement les unes des autres et plusieurs ont un espace dévolu à une activité commerciale. Toutes ont un étage et souvent un comble à surcroît à usage de grenier. Les façades sont pour la plupart organisées en travées.
Les maisons de faubourg (37,09 °/°) sont également dans le bourg mais plutôt aux extrémités de la rue principale et dans les deux rues transversales. Elles sont accompagnés d'espaces libres, souvent plus vastes que pour les maisons de bourg, et fréquemment de bâtiments annexes à usage de remises. L'élévation principale de l'habitation peut être en bordure de la rue, séparée de celle des maisons voisines, en retrait ou carrément en fond de jardin. Ces façades ont des formes plus variées et correspondent à des constructions plutôt de la fin du 19e et du 20e siècle.
Les maisons rurales (14,51 °/°) sont réparties en limite et à l'extérieur du bourg. Comme les autres elles possèdent des espaces libres dans lesquels se trouvent des dépendances plus ou moins vastes : anciennes écuries, remises. Elles sont le plus souvent en rez-de-chaussée et leur façade présente des ouvertures non organisées en travées. Elles datent du 18e ou du 19e siècle.
Cette commune ne compte qu'une seule maison de type villa balnéaire, 55 Grand-Rue, qui résulte d'une reconstruction sur l'emplacement d'un habitat plus ancien. Elle adopte un plan en L, est couverte d'ardoise et l'un de ses pignons est en faux pan de bois, couvert par une demi-croupe.
Peu de maisons de série ont été observées, mis à part deux bâtiments, abritant chacun deux logements, 21 et 23 Grand-Rue, programme réalisé en 1958 et 1960. Ces constructions adoptent la forme des maisons individuelles bâties à cette époque, avec garage en rez-de-chaussée et pièces principales à l'étage accessibles par un escalier extérieur.



logos CAP
consulter au centre régional de documentation du patrimoine de Poitou-Charentes