Vous ętes ici : Région Poitou-Charentes > Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes   > L'agglomération de Poitiers > Dossiers et illustrations
L'inventaire du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes

L'agglomération de Poitiers :
les 3 262 éléments du patrimoine étudiés


Dossiers et illustrations : dossier documentaire

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Croutelle / le bourg / Grand-Rue 50 et 52
Relais de poste actuellement maison

photographie du dossier documentaire, voir légende
Vue générale. © Région Poitou-Charentes - Communauté d’agglomération de Poitiers / G. Renaud, 2007.
Dossier documentaire réalisé à partir de l’enquête d’inventaire de 2007.

Historique

Sur le plan cadastral de 1837, ce bâtiment qui n'en fait qu'un avec la maison voisine est indiqué comme : Poste aux chevaux. Il constituait un relais sur la route royale de Paris à Bordeaux mais n'est pas mentionné dans l'enquête sur les postes aux chevaux, prescrite par les Trésoriers de France en 1665. Il semble donc que la constrution ait été réalisée à la fin du 17e siècle. Les sources indiquent les noms de plusieurs maîtres de poste qui étaient des notables : François Boucher décédé le 15 janvier 1753, son fils Pierre Boucher de 1760 à 1782 et Gabriel Livoire Quintal, gendre du précédent, en 1787 à 1827. François Robin, dit Médard (décédé en 1840) et Jean Robin (décédé en 1856), tous deux également maîtres de poste, ont leur sépulture dans le cimetière.
Le bâtiment actuel pourrait en partie dater de la seconde moitié du 17e siècle. A partir de 1789, l'élargissement de la route entraîne la démolition de bâtiments gênant la circulation, en particulier une partie des écuries qui s'étendaient plus au sud vers la rivière. Les travaux furent adjugés le 28 juillet 1789 à l'entrepreneur Guignard.

Description

Très vaste bâtiment construit en bordure de la rue et avec un espace libre à l'arrière. Il est constitué de deux parties, au sud un grand corps de bâtiment à façade présentant cinq travées plus une fenêtre au premier niveau. L'une des portes est précédée de quelques marches, autrefois les deux l'étaient (carte postale) et les baies du surcroît sont des oculi. Accolé au nord, un corps de bâtiment, légèrement plus bas et en partie transformé, devait abriter des écuries pour les chevaux et des remises pour les voitures de passage.

Documentation

● Archives

Archives départementales de la Vienne : Série C 614 (pont de Croutelle 1788-1791).
Archives départementales de la Vienne : Série E dépôt dépôt 101 1. Registre des délibérations du Conseil municipal 1787-1834 (2 juillet de l'an 1806. Au nom de l'empereur et roi, le sieur Robin dit Médard est agréé pour remplir la place de maître de poste de Croutelle. Renouvellement le 22 septembre 1833).
Archives départementales de la Vienne : Série E. Suppl. 453, GG. 2.

● Annexe 1 :

Reconstruction du pont et élargissement de la route en 1791
- Lettre du maître de poste Gabriel Livoire de Quintal à monseigneur de l'administration provinciale du Poitou : réclamation au sujet de la destruction projetée de bâtiments. Lors des travaux de construction d'un nouveau pont, lui ayant annoncé que l'on formerait l'alignement pour l'agrandissement du chemin, il a fait des démarches pour savoir si, la majeure partie des bâtiments qui lui sont indispensablement nécessaires pour le service de la poste Royalle, leur démolition n'était pas décidée. Il lui a été dit que l'on devrait démolir une écurie qui lui appartient d'une contenance de dix huit chevaux sur laquelle est un fenil pouvant loger quinze milier de foin, une autre écurie à loger douze chevaux sur laquelle est également un fenil à loger douze millier de foin, une cuisine, un corridor sur lesquels il y a une chambre assez considérable à loger quatre lits et un grenier par-dessus, une boutique de maréchal, un puits pour abreuver les chevaux pendant l'hiver attendu que cette saison le petit ruisseau de Croutelle est facilement entièrement congelé, enfin l'intégrité de la cour régissant le long de ce bâtiment. Le suppliant sera informé de ce que sera l'indemnité, mais il lui est impossible de trouver dans le bourg des bâtiments capables de remplacer ceux que l'on projette de lui faire démoli.
- Procès verbal de visite du 17 avril 1797, suite à la requête du sieur Gabriel Livoire Quintal, maître de poste, par le sieur Robert Pinchaud, architecte, expert nommé, et le sieur Girard sous ingénieur.
(Archives départementales de la Vienne : série C 614).



logos CAP
consulter au centre régional de documentation du patrimoine de Poitou-Charentes