Vous ętes ici : Région Poitou-Charentes > Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes   > L'agglomération de Poitiers > Dossiers et illustrations
L'inventaire du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes

L'agglomération de Poitiers :
les 3 262 éléments du patrimoine étudiés


Dossiers et illustrations : dossier documentaire

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Croutelle / la Berlanderie
Demeure

photographie du dossier documentaire, voir légende
Bâtiment principal, façade du logis. © Région Poitou-Charentes - Communauté d’agglomération de Poitiers / G. Renaud, 2007.
Dossier documentaire réalisé à partir de l’enquête d’inventaire de 2007.

Historique

Le hameau de la Brelandrie est mentionné en 1480, comme dépendance de la seigneurie de Béruges. En 1686 la Berlanderye est une dépendance de l'abbaye de Fontaine-le-Comte. Les textes de cette époque ne mentionnent pas le logis principal mais décrivent la métairie constituée alors d'un logement de deux pièces (surélevé depuis) surmonté d'un grenier, un four, des étables et une grange couverte en chaume. Sur le plan cadastral de 1837 figurent les bâtiments principaux, jardins, pré, labours et vigne qui appartiennent à Jean Sicard pour la partie est et à Berthaume, maître de poste à Poitiers, pour la partie ouest. Les matrices cadastrales indiquent la construction d'une maison en 1860 (parcelle 50), qui pourrait correspondre à la conversion en logis du corps de bâtiment principal, et une autre construction en 1876 (parcelle 46). Le hangar ouest et les communs adossés à l'ancien logement de la métairie semblent dater de la fin du 19e siècle. De 1950 à 1953 d'importants travaux sont réalisés par les frères Martineau, architectes à Poitiers. Le logis est agrandi sur l'emplacement d'une partie de la grange qui lui est accolée à l'arrière ; l'intérieur est réaménagé avec installation d'un escalier, renforcement du plafond de la partie ouest du rez-de chaussée par des poutrelles en béton armé, installation de cheminées ; aménagement à l'étage de chambres à l'arrière, à l'est et à l'ouest ; en façade les lucarnes et balcons sont supprimés et dans l'élévation ouest des baies, en plein-cintre au premier niveau et rectangulaires au second, sont ouvertes. Dans le même temps le logement de la métairie fait également l'objet de travaux. A la fin du 20e siècle, la métairie a connu de nouveaux remaniements avant de devenir un restaurant.

Description

Ensemble de bâtiments placés dans un vaste parc. A l'ouest se trouve un hangar, puis le bâtiment principal contenant logis et grange abrités sous un même toit. Plus à l'est se trouve l'ancien logement de la métairie, à un étage et à façade présentant deux travées plus une porte centrale. Au nord et à l'est de celui-ci sont divers corps de bâtiment accolés, le plus oriental étant une ancienne grange transformée dont il reste un pan de mur avec une large porte en plein-cintre. Le logis principal, à un étage et comble à surcroît, est un vaste bâtiment dont la moitié nord devait à l'origine servir de dépendances (grange encore en place et vraisemblablement cellier), mais a été en partie convertie en pièces d'habitation. La façade, au sud, est ordonnancée et rythmée par des alternances de fenêtres à petits-bois et d'oculi. La porte centrale est placée dans une travée dont la partie supérieure, où s'ouvre une haute fenêtre en plein-cintre, est en pignon.

Documentation

● Archives

Archives départementales de la Vienne : 1 H 15 18 (1685, Visite ; 1738, Déclaration des domaines de l'abbaye royale de Notre-Dame de Fontaine-le-Comte).
Archives départementales de la Vienne : Séries 4 P 2242 et 4 P 2243 (Matrices cadastrales).
Archives départementales de la Vienne : Fonds Martineau, liasse 63 et 135.

● Bibliographie

Le patrimoine des communes de la Vienne. Paris : Flohic (35-Rennes : Oberthur Graphique), 2002. T. 2, p. 756
Redet, Louis. Dictionnaire topographique du département de la Vienne. Paris : J.-M. Williamson, 1989 (1e éd. : 1881). P. 32

● Annexe 1 :

1685. Visite de Louis Chassaud, masson, Pierre Baudeau, charpentier et Louis Pelletier laboureur experts pris et nommés d'office par maître Rullier nottaire royal [...] de la maison et métérye de la Berlandrye sis en la paroisse dudit Croutelle possédée par maistre Noël Gevaut ? et sa femme [...] avons vu et visité la porte et principalle entrée de la chambre de la dite métérye [...] proche de la dite porte est une petite fennestre ayant son aspecq sur la cour. Le contrefeu et foyer de la cheminée est partye gasté et a besoing destre raccomodé. Dans le fond de ladite chambre y a une porte d'une antichambre [...]. La première desdites chambres [...]. Sommes montés au grenier sur lesdites chambres par la ditte échelle à rollons. Sommes revenus à la première chambre dans un coing de laquelle la cheminée [...]. Sommes entrés dans un espace qui a autrefois servy de fournioux [...]. Entre le fournioux et un estable y a un mur de séparation montant jusqu'à hauteur d'estage [...] sommes sortis de la dite estable pour voir et visiter un toit qui est entre icelle et la grange (couverture de simple chaume) [...]. Avons vu et visité la grande porte et principale entrée de ladite grange [...]. Y a une escurie aux boeufs [...] sommes sortis de la dite estable aux boeufs et grange sus dite et avons vu et visité les murs de dehors des dits batiments que nous avons trouvé en mauvais état [...]. Avons aussy remarqué ny a aucune closture de cour ny rien qui renferme les dits batiments. Le jardin n'est renfermé que d'un buisson. Un pré est joignant, terres labourables, brandes et ageons quy joignent ladite maison, un pré et un jardin qui sont sans aucune closture et dont les fossés sont comblés. Le cinquième jour de may mil six cent quatre vingt cinq.

1738. Déclaration des domaines de messieurs les abbés, prieurs et chanoines réguliers de l'abbaye royale de Notre-Dame de Fontaine-le-Comte [...] premièrement d'une maison et métairie avec toutes ses appartenances et dépendances appelée la Berlanderie sur la paroisse de Croutelle, consistant en une maison composée de chambres basses, antichambre, greniers par les dessus, estables acosté, grange, étables à boeufs, four, jardin, un pré au devant, charrières, courtillages.

(Archives départementales de la Vienne : 1 H 15 18).

● Annexe 2 :

La Berlanderie est un château, un petit parc et une ferme d'environ quarante hectares [...]. Le nom de la Berlanderie vient de ce que la famille Berland des Halles, l'une des plus riches et plus influentes de Poitiers, au Moyen Age, y possédait des terres dans la seconde moitié du XIVe siècle, et le 15 novembre 1382, frère Guillaume de Xainctes, prieur de Mezeaux, agissant au nom de l'abbaye de Fontaine-le-Comte, arrentait à Jean Berland, chanoine de Saint-Hilaire-le-Grand de Poitiers, une pièce de terre touchant le chemin de Croutelle et le chemin du Léjat à Poitiers [...].
Le 15 septembre 1594, la métairie de la Berlanderie fut arrentée par Fontaine-le-Comte à René Guyonnet. Saisie en 1606 sur les héritiers de celui-ci, elle passa à Jean Chollet, notaire royal à Poitiers, mais d'une famille originaire de Croutelle. Quelques acquisitions de parcelles voisines grossirent son bien. En 1624 eut lieu le partage des biens de Jean Chollet entre ses enfants [...]. La Berlanderie échut à Marie qui, le 2 janvier 1646, la céda par échange à sa soeur Françoise, contre une maison à Poitiers. Suzanne, fille de Françoise et femme de Jean Bérault, hérita de la Berlanderie. Bérault l'afferma pour cinq ans le 29 mars 1674, à Jean Camin, marchand [...]. A l'expiration du bail de Camin, la rente à Fontaine-le-Comte ne fut pas payée en 1681, 1682 et 1683. Aussi en 1684 le prieur de Fontaine-le-Comte, le P. Jean Vaudin, reprit la métairie. Après de longues procédures et quelques actes de violences, le sieur Bérault laissa au prieur 200 livres et le droit de disposer de la Berlanderie.
Le P. Vaudin fit faire les réparations ; on voit par là que la maison du métayer était disposée comme elle est encore en 1951 et, le 10 mai 1687, arrenta aux mêmes conditions au fermier de l'abbaye à l'Audemont, Jacques Rouault, dont les descendants et lointains héritiers la possédaient encore en 1789 [...].
Je n'ai pas retrouvé à quel titre : héritage ou achat, la tenait Gabriel Livoirel-Quintal, ancien maître de poste, et maire de Croutelle, qui la vendit le 12 novembre 1814 à M. Bertaume, maître de poste, le même qui, le 25 novembre 1827, achetait la grande ferme contiguë de la Rourie. A la mort de M. Bertaume, la Berlanderie fut acquise en 1851 par M. Durand, avoué à Poitiers, qui fit construire le château, dessiner et planter le parc et qui acheta de M. Lamotte une grande partie des bois du Léjat. Après 1892 on voit à la Berlanderie Mme veuve Durand et le général Segretain, dont les héritiers vendirent en 1915 à M. Chalmine, commerçant à Paris, mari de Mlle Guéry de Fontaine-le-Comte.
En 1938, M. Constantin, qui avait déjà aliéné des terres à M. Lenté, vendit le château, le parc et le jardin, environ 3 ha et demi, à M. Lucas, ancien commerçant de Poitiers, et la ferme de 34 ha à M. Chausserot, commerçant à Parthenay. L'un et l'autre ont tout vendu à M. Lenté en 1951.
Bulletin paroissial, 1961.



logos CAP
consulter au centre régional de documentation du patrimoine de Poitou-Charentes