Vous êtes ici : Région Poitou-Charentes > Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes   > L'agglomération de Poitiers : Poitiers-Sud > Dossiers et illustrations
L'inventaire du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes

L'agglomération de Poitiers :
les 113 éléments étudiés de l'architecture de villégiature


Dossiers et illustrations : dossier documentaire

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Café-restaurant Guyonneau, actuellement maison
Buxerolles (Vienne), Lessart, 15 route de Lessart

photographie du dossier documentaire, voir légende
Le logis à gauche et la dépendance avec passage couvert à droite, vus depuis le nord-est. © Région Poitou-Charentes - Communauté d’agglomération de Poitiers / Y. Suire, 2006.
Dossier documentaire réalisé à partir de l’enquête d’inventaire de 2006.

Le Café-restaurant Guyonneau construit entre 1875 et 1882 par Alexandre Guyonneau est représentatif de ces établissements de moyenne importance, en périphérie d'une grande ville et qui, par leurs réputations rayonnent au delà de leurs villages. Les activités multiples de cette guinguette (restaurant, café, dancing, tabac et cabine téléphonique) en ont fait un lieu incontournable pour l'animation et la vie de Buxerolles.

Historique

Selon le cadastre, la maison a été construite entre 1875 et 1882 par Alexandre Guyonneau, mais le bâtiment au Nord, abritant le passage couvert, semble plus ancien : ses ouvertures peuvent témoigner de l'ancienne présence d'une boutique. Les ouvertures du rez-de-chaussée du logis ont été remaniées dans la seconde moitié du 20e siècle : l'ancienne porte à droite a été murée et l'entrée a été déplacée vers une nouvelle porte centrale ; à gauche, l'ancienne devanture de commerce en bois a aussi disparu. C'est là que se tenait le café-restaurant Guyonneau, un des principaux lieux d'animation de Lessart. On pouvait y déguster la friture pêchée dans le Clain tout proche, ou y acheter du tabac. Des bals y étaient organisés, tandis que, dans le café, un piano mécanique se faisait entendre. Sur le linteau du passage couvert est encore inscrit le mot "Bal". C'est aussi chez M. Guyonneau qu'a été installée en 1928 la première cabine téléphonique publique de Buxerolles.

Description

L'ensemble comprend, en alignement sur la voie, le logis au Sud, prolongé vers le Nord par un bâtiment avec passage couvert. Ce passage mène à une cour postérieure où se trouvent d'autres bâtiments, puis à un jardin qui descend vers le Clain. Le logis, couvert de tuiles creuses, ouvrait à l'origine à l'Est par deux travées avec porte décentrée, à droite. Les deux travées se prolongent encore chacune par une lucarne sur le versant. Les encadrements des baies sont saillants et les appuis des fenêtres moulurés. Une corniche couronne la façade et un solin en ciment en marque la base. Le bâtiment qui prolonge le logis au Nord, couvert en tuiles mécaniques, abrite, à gauche, le passage couvert qui ouvre par une grande porte charretière avec linteau à arc segmentaire. A droite, se trouvent une porte puis une ancienne ouverture de boutique, de forme rectangulaire et avec le linteau à claveaux réguliers.

Précisions sur le décor

Les lucarnes sont encadrées par des volutes et présentent chacune un fronton en arc segmentaire.

Documentation

● Archives

Archives municipales de Buxerolles. Registres des délibérations du conseil municipal. Séance du 10 juin 1928

● Bibliographie

Thimonier, Joseph. Buxerolles : le pays des buis. Poitiers, les Editions du Pont-Neuf, 1998. P. 36
Simmat Gérard et Juchault Pierre. Mémoire en Images Le Pays de Poitiers. Joué-Lès-Tours : édition Alain Sutton, 1999. P. 95, 71

logo CAP