Vous êtes ici : Région Poitou-Charentes > Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes   > L'agglomération de Poitiers : Poitiers-Sud > Dossiers et illustrations
L'inventaire du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes

L'agglomération de Poitiers :
les 113 éléments étudiés de l'architecture de villégiature


Dossiers et illustrations : dossier documentaire

[ Autre recherche ]    [ Liste des réponses ]      |   Imprimer le dossier

Maison dite château des Prés-Mignons ou villa Bellejouanne
Poitiers (Vienne), 123 rue Blaise Pascal

photographie du dossier documentaire, voir légende
Le château des Prés-Mignons depuis le parc. © Région Poitou-Charentes - Communauté d’agglomération de Poitiers / H. Achard, 2009.
Dossier documentaire réalisé à partir de l’enquête d’inventaire de 2009.

Le Château des Prés-Mignons, autrefois appelé Villa Bellejouanne appartenant à la Ville depuis 1984. Il a été édifié par la famille Badillé en 1882. Cette maison de campagne est un bel exemple d'un des types de l'architecture de villégiature, celui du castel, puisque son plan, son élévation et son décor se rapprochent d'un hôtel particulier ou d'un château. Son décor correspond au style historique, car il évoque la période classique.

Historique

Le "château des Prés-Mignons", autrement appelé "villa Bellejouanne", est construit sur un vaste terrain de 7 hectares qui dépendait du domaine de Bellejouanne, situé de l'autre côté de la rue Blaise-Pascal, au numéro 132. Cet important domaine était la propriété de la famille Pingault depuis l'Ancien Régime. En 1882, une des héritières de cette famille, Pauline Pingault entreprend avec son mari, Gabriel Badillé, banquier à Fontenay-le-Comte, en Vendée, d'édifier une grande et belle demeure, destinée entre autres à organiser des fêtes et à recevoir des invités de la famille. La forme naturelle du terrain, en amphithêatre, permet d'accueillir des spectacles, par exemple, le 1er septembre 1905, une étape de la tournée européenne du Colonel Cody alias Buffalo Bill. La famille Badillé reste propriétaire de la demeure jusqu'en 1984, date à laquelle la villa ainsi que l'ancienne métairie de la Bergerie, voisine, sont rachetées par la Ville de Poitiers. L'ancienne métairie est transformée en centre de loisirs en 1993. Le château des Prés-Mignons fait l'objet de plusieurs études d'affectation, restées sans suites.

Description

La maison se situe au coeur d'un parc délimité par un mur de clôture qu'interrompt un imposant portail. Celui-ci est surmonté d'une traverse portant un couronnement en métal.

La demeure peut être classée dans le type castel, puisqu'elle utilise des formes classiques, propre aux hôtels particuliers ou aux maisons de campagne. Elle s'inscrit également dans un style historique, puisque le décor est proche du style Louis XVI, en vogue de 1900 à 1914. Le bâtiment se compose d'un sous-sol à demi enterré, d'un rez-de-chaussée légèrement surélevé, d'un étage et d'un étage en surcroît. Le plan de cette maison est massé et respecte une symétrie axiale. Toutes les façades présentent un jeu de décrochements et d'angles à pans coupés.

Le toit, couvert d'ardoise, est à longs pans et à croupes. Il est percé de lucarnes et couronné par des épis de faîtage. Trois types de lucarnes se succèdent. Au centre de la façade principale, au sud-est, se trouve une grande lucarne à fronton triangulaire, surmontée d'un oculus et flanquée d'ailerons, le tout encadré et couronné d'acrotères. Sur chaque côté du toit, on observe une grande lucarne à fronton triangulaire, lui-même couronné d'un édicule rectangulaire, l'ensemble étant encadré d'acrotères. Entre ces grandes lucarnes prennent place d'autres de plus petite taille, de forme ovale, chacune surmontée d'un fronton polygonal à trois pans, couronnée et encadrée par des acrotères.

La façade principale possède le décor le plus riche. Elle est entièrement traitée en pierre de taille, ce qui n'est pas le cas des autres façades où seules les chaines d'angles harpées, les encadrements et les appuis des ouvertures sont en pierre de taille. La façade principale est par ailleurs ornée de bandeaux d'appuis et de niveaux, d'une niche concave circulaire, située sur chaque pan coupé latéral, et d'une corniche à denticules. Les ouvertures se repartissent sur cinq travées. Elles sont soulignées par des encadrements saillants et des appuis moulurés. Les trois travées centrales sont regroupées sous une verrière au rez-de-chaussée, sous une loggia à l'étage. L'accès privilégié par la verrière est décoré de stuc et d'une mosaïque au sol. La verrière supporte un balcon à l'étage, devant la loggia. Cette dernière présente quatre colonnes ornées de chapiteaux ioniques. La loggia est également décorée de niches concaves circulaires. L'ensemble de la ferronnerie, c'est-à-dire les gardes-corps et la verrrière, est très travaillé, avec des motifs de volutes et des demi-rosaces pour la verrière.

logo CAP